GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Ghost in the shell – the movie

Sa c ‘est de l’ amour …

Après avoir parlé , contre mon plein grée de cette futur cochonnerie de «  Ghost in the shell » version 2017 , qui va m ‘ être aussi vomitif que le sont : «  Lucy «  de Luc Besson «  et «  Terminator genisys «  , je vais parlé de cette excellent long métrage qu ‘ est : « Ghost in the shell – the movie «  , qui conclu la série arise et pose les questions qui alimente le manga « Ghost in the shell « ; le film de 1995 et les séries stand alone complex .
Préquel sans faute … pour les fans
Faire une préquel est plus dangereux pour la licence d’ origine , qu ‘ autre chose , nous avons vu les bêtises sur la prélogie Star Wars et le «  Hobbit «  . Je n ‘ était pas très favorable , au projet Arise , qui devait expliqué la constitution et les origines de facto de Motoko Kusanagi . Les OAV d ‘ arise sont pour moi indigeste , cela s ‘ arrange grandement avec «  Pyrophoric cult «  , bien plus convainquant et reprenant le système stand alone complex .

« Ghost in the shell – the movie «  est une vrai preuve d ‘ amour envers l ‘ équipe de Motoko Kusanagi , il y a très peu de fan service putassier ( je reviendrais à la logique de la dernière scène ) .« Ghost in the shell – the movie «  pose les bases qui permet de bien mieux comprendre le manga et les séries animés . Tous y est , comme l ‘ explication du “ le net est vaste ” ; qui nous as tous cueilli à la fin de ce chef d ‘ œuvre d ‘ Oshii en 1995 .

Ce film est techniquement parfait , j ‘ ai pris mon pied durant deux heures et cela faisait très longtemps que je n’ avais pas adoré ça . Il n ‘ y a pas de faute de goûts , les équipes ont tout fait pour être raccord , ont peux enchaîné aussi bien sur le film que sur stand alone complex , je défit quiconque de faire de même après la prélogie Star Wars ou ce truc plein de gras de «  the Hobbit «  .
Plan final – plan d ‘ ouverture
Qu ‘est ce qui iconise Motoko Kusanagi ? Son saut de l ‘ ange / exécution avec la disparition du Major avec son camouflage thermo – optique . La dernière scène de « Ghost in the shell – the movie «  paraphrase entièrement , sous un autre contexte l ‘ ouverture de 1995 , il faut y voir un cycle , à la fin de « Ghost in the shell – the movie « .

Nous passons d ‘ une Kusanagi , soldat sortie du rang , hacker géniale à une militaire gradée , sur d ‘ elle , froide comme le katana légendaire dont elle porte le patronyme .
Si Oshii le dit …
Pour conclure , il faut parlé du documentaire sur le DVD qui parle des 25 ans de « Ghost in the shell «  en le remettant dans son contexte historique . Les réalisateurs parlent de leurs passion pour l ‘ univers crée par Shirow . Mais ce qui me fait plaisir , après la tristesse du trailer de la cochonnerie qui va nous tombé dessus en 2017 , est que Mamoru Oshii , qui collabora deux fois avec Masumune Shirow dit la chose suivante : aune actrice ne peux incarnée Motoko Kusanagi , ce réalisateur , quoique on en pense à fermé le ban envers l ‘ américaine tremblotante .

Ghost in the shell 2017 – Ruppert Evans

Vers un trio de blacklisté par la Geeknation ?

Je suis profondément attaché à Ghost in the shell , c ‘est l ‘ un de mes manga préféré et ma série d ‘ animé culte . J ‘ aurais pensé , sincèrement , que la fessée , prise par «  Ghostbusters «  aurait fait un temps soit peu , les producteurs , le réalisateur , le ou les scénaristes ainsi que la troupe d ‘ acteurs .
Un bordel , une catastrophe annoncé
La marge entre un bon et un mauvais trailer est mince . Nous avons vu ceux de «  Wonder woman «  et de «  Justice league «  , qui nous donnes envie de campé devant notre salle de cinéma pour ne pas loupé la première séance de ces long métrages .

Contrairement à ce que crois Paramount , qui n’ a fait que greenlighté ce «  film «  Scarlett Johansson n ‘ a aucune crédibilité geek , pas plus que le «  réalisateur «  , qui va devoir devoir subir une longue peine de DTV . Quand aux «  scénaristes «  … bref
Qu ‘est ce qui ne m ‘ attriste pas dans ce trailer ? Le Parkinson précoce de l ‘ actrice principale , parce que je rappelle quand même que c ‘est un cyborg , donc un androide avec une masse gélatineuse dans la boite crânienne renforcée . Elle ne doit donc pas tremblée …

Peux t ‘ on me dire , l ‘ intérêt de cité , in extenso la scène de réveil de Kusanagi , de l ‘ animé de 1995 ? surtout qu ‘ il n ‘ y auras pas de Kenji Kawai pour sublimé cette instant . L ‘ esthétique , cheap est problématique , Evans aurait pus reprendre «  Blade runner «  , ce que fait le film de 1995 ! car oui la version de 2017 reprend l ‘ animé , pas le manga , c ‘est donc l ‘ adaptation d ‘ une adaptation …
Quelle est le public visé ?
Soyons très clair , en France le film va bidé , car le «  jeune «  , le fan de Black M , de Kev Adams , de Cyril Hanouna , n ‘ ira pas le voir . Ghost in the shell , aussi bien le film de 1995 , les séries animé , Arise inclus , le manga parle de sujets , qui au milieu des années 1990 étaient de la politique fiction , mais nous y sommes . Mais l ‘ ado , sous éduqué , sur informé ne va certainement pas comprendre le pourquoi du comment de la manipulation de la République de Gabel ( ou son équivalent «  live «  ) .

Pourquoi le public américain ce déplacerais ? GITS n ‘ est pas par essence bourrine , ni spectaculaire , Johansson , ce n ‘ est pas Emily Blunt , ni Gal Gardot , elle à une image arty , plus qu ‘ à coté de la plaque , surtout , que paradoxalement , Kusanagi est un bloc de glace sur un océan de méthane .

Game of thrones : une question de générations ?

A question of time

J ‘ achète tous les jours , pour ma maman , le quotidien «  le Parisien «  . Tous les vendredi , paraît un bundle qui outre le quotidien , un hebdomadaire et un programme télé . Dans l ‘ hebdomadaire , il y a une rubrique ou des «  personnalités «  du moment sont interrogé . Sur deux semaines différentes , donc deux individus d ‘ un certain age ( Besnéhard et Légétimus ne sont pas de 2000 non plus ) de leurs difficultés à aimé Game of thrones , je ne remet pas en cause leurs goûts , mais l ‘ un trouve qu ‘ Emilia Clarke joue comme un pied et que les VFX sont nulles ( ils sont bien meilleurs et abouties que bien des blockbusters estivaux ) quand à Légitimus il à carrément lâché à la saison trois … avant ou après le red wedding ?

L ‘ héroïc fantasy , toujours illégitime dans l ‘ establishment ?
L ‘ héroïc fantasy à l ‘ air de gêné les bien pensants , pensé : le dépassement de sois , la réalisation d’ une destinée , bien loin d ‘ un Dujardin movie , d ‘ un camping 124 … ou d ‘ un drame petit bourgeois tourné en noir et blanc , telle qu ‘ ils sont encensé dans l ‘ émission «  le masque et la plume «  .

Pourtant , nous avons des auteurs à succès et compéta,t dans leurs domaines , comme Pierre Pevel . La culture geek , n ‘est et ne peux être accepté par l ‘ intelligentsia de Gauche ( qui à perdu de par sa faute et son hypstérisation , qui la caricature ) , d ‘ un autre coté , à Droite cela est pas mieux , ou son nos Frank Miller , Tom Clancy , Clint Eastwood ?

Game of thrones génération
GoT est un exemple parfait de culture occidental . Son auteur s ‘ inspire de l ‘ histoire du vieux continent , en fait une saga et HBO fait tourné une troupe d ‘ acteurs digne de ce nom . Comme tout univers monde , GoT est générationnel , pour les initiés , franchement j ‘ imagine mal une fan girl de «  Plus belle la vie «  et d ‘ Hanouna , s ‘ intéressé à Winterfell , à la garde de nuit , au puîné .Certes HBO ce repose sur un public aimant les grandes saga comme «  the soprano « ; «  the wire «

Game of thrones est au-delà d ‘ une guerre des deux roses avec des Dragons , c ‘est aussi un Dune médiévalo – fantasy . En tous cas , si la série de GRR Martin permet de s ‘ intéressé à l ‘ histoire de l ‘ Europe , c ‘est très bien .

%d blogueurs aiment cette page :