GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives Mensuelles: décembre 2006

Cela ressemble a des geeks ; sa a les goûts des geeks ; mais cela n ‘ en est pas : les poseurs

Deux définitions pour commencé :

Geek : synonyme nerd : passionné(e) de pop culture mais vivant sans mesure celle ci .

Poseur geek : individu singeant le geek dans son attitude ; mais ne le comprenant pas ; synonyme : bimbo geek

Ou est – ce que nous les rencontrons ?

Dans les même endroits que nous fréquentons ; comic – shop ; magasin vendeurs de manga ; cinéma ; magasin de jeux vidéo et bien sur les forums internet . La bimbo geek se croit cool car il télécharge ad nauséam des films , du MP3 … mais ne leurs parlé pas de  »La malédiction  » de Donner car c ‘est trop vieux ou de Jerry Goldsmith qui leur est inconnu car il ne connaisse que les compilations qui servent de bandes originales .

Qu ‘est qui les motives ?

L ‘ accumulation . Je m ‘ explique le poseur geek se fiche de la Culture . Normalement le geek ne passe pas l ‘ entièreté de son temps a lire du Arthur C. Clark ; écouté du Hanz Zimmer ou regardé l ‘ intégral de Star Trek en boucle ; sa c ‘est une caricature qui a ravie une certaine presse . Pour ma part je lis Onfray ; écoute Bach , Monteverdi , Scarletti fils ,Mozart , Beethoven ( et pas que les neuf symphonies ) , le premier baroque français … etc , je me lis des ouvrages sur l ‘histoire en autre et ARTE et France 5 ne me sont pas terra incognita . mais bon j ‘ ai été éduqué comme cela et l ‘ école a fait son office concernant la découverte du Monde .

La bimbo geek lui saute sur tout ce qui peux paraître  » cool  » , j en entendais un individu qui disais  »c est super j ai téléchargé la colline a des yeux (le remake de monsieur Alexandre Aja ) , version non – censuré » … j ai engagé la conversation et je lui est demandé si il savait que Wes Craven avait réalisé l ‘ original , je pense que vous deviné sa réponse … Ne lâchant pas le spécimen il parlait avec un certain entrain de la Sony Playsation 3  , bon personnellement la dernière vrai console de passionné c ‘ était la SuperNintendo de Nintendo ( la NEOGEO étant hors catégorie ) , le poseur geek croyait fermement que la PS3 va rabattre le caquet a la XBOX 360 de Microsoft , bref il croyais aussi que Microsoft est japonais ( voila qui feras plaisir a Steve Ballmer ) .

Je sais , cette article peut paraître un rien … condescendant . Après tout je ne suis qu ‘ un nerd mais ce n ‘est pas une raison , c’est a cause des bimbo geek , ces Paris Hilton de la sous – culture qui nous donne si mauvaise presse même si en caricaturant les lecteurs de celle – ci se concentre sur Paris ; ont un avis sur tout ( donc sur rien ) , ce battent pour acquérir une célébrité de trente cinq secondes et six dixième de durée de vie médiatique . Et si finalement on a la bimbo que l ‘ on mérite ?

Publicités

Les séries pour nerds : les geeks parlent aux geeks

Qu ‘ ont donc en commun : Ghost in the shell stand alone complex ; Battlestar Galactica

2003 ; CSI ( le vrai celui de Las Vegas ) ; X Files – Millénium  et Buffy contre les vampires – Angel  ?

Ne cherchez plus ce sont des séries pour les geeks ,dans chacun dans leur domaine respective (cyberpunk ; space opéra  ; policier et fantastique ) ces séries ont cassés leur moules présupposés ; donc grand publics et lobotomisateurs pour devenir des

show cultes ne s ‘ adressant plus du tout au public auquel il était destinés .

 

Comment sa devient culte ?

      Je peux aussi demandé comment Urgences ; série supposé morte et enterré a cause de la guimauve sentimentalo – médical de Grey ‘ s Anatomy  reprend du poil de la bête ; grâce au fans qui après l ‘ aspect nouveauté est revenue a ces pénates . Une série télé même  si elle aborde un sujet mainte fois rebattue mais sous un angle original avec des scénaristes ; des réalisateurs et des acteurs motivés ; ont peux arrivé a des classiques dit  » instantané »

exemple : Las Vegas : série de déroulant au MonteCito ; casino imaginaire situé Las Vegas racontant les aventures de six personnages … cela  mèle  le vaudeville ( le couple Danny et Mary ) ; le  thriller ( arnaques diverses ; rachat du  MonteCito ) ; la comédie ( quand chacun des personnages le temps d ‘ un épisode échange leurs place au sein du MonteCito … ) ; le drame ( les consequences  sur  trois épisodes de la seconde guerre d ‘ Irak sur la santé mental de Danny )  c est frais ; sympathique

 

contre – exemple : Charmed  : pas la peine que je développe quiconque a regardé sa ; me comprendra .

 

Internet et DVD , vie et résurrection de série

 

     La plus ancienne communauté de fans de science – fiction sont les amoureux de Star Trek (ST) aka les Trekkers  , depuis quarante années qu ‘ existe  la franchise ils ont toujours soutenue les différentes incarnations de l ‘ univers de Roddenberry et je peux vous dire que je les admires car il en faut de l ‘ abnégation pour encouragé et soutenir une préquel comme ST Enterprise qui narre les aventures  du premier Enterprise , la découverte des vulcains etc …

 

      Mais en quarante ans la technologie a évolué et toute série ayant un tant  soit peux de succès et pouvant , soyons lucide rapporté encore plus d ‘ argent sort désormais en DVD … Le net permet aussi au fan de donné son avis sur des forums  et  de faire du lobbying ( prolongation d ‘ Angel  ; prolongation de Charmed … ) car le geek en se regroupant deviens une entité puissante . Le geek est cousin du Borg , nous assimilons , aucune résistance n ‘ est possible .

 

Les geeks parlent aux geeks

 

     Joss Wedhon que l ‘ on ne présente plus et qui doit sa carrière aux nerds , en ré – utilisant une héroïne de série z , mixé a une culture comic books et a une autobiographie de ces années lycées a donnée  » Buffy contre les vampires  » ; le problème est qu ‘il semblerait qu ‘il est des vue sur Wonder Woman et la j  ‘ apprécie moyennement . Mais bon Wedhon ; lui ne vomit pas dans la soupe ; ces personnages sont des fans de pop – culture et même si le grand public ne vois pas certain petit détails ; le geek le vois , cela impose donc une connivence . En France ; Alexandre Astier , créateur de la série  » Kaamelott  »  est aussi un geek ; mais bizarrement ne le revendique pas  , il n ‘ y a qu ‘ a regardé l ‘ épisode du livre III  » Stargate 2 » ou il rend hommage a Star Wars .

    Il rend aussi hommage a Lucas ; Mann ; Scorsèse dans les titres de ces sketchs . Vers la fin du livre IV il réarrange la discutions  de Niro – Pacino du film Heat  ( la scène du bar ) pour la mettre au diapason du show et comme dans le film , la fin du livre est incompréhensible sans cette scène critique .J ‘ espère que les livres suivant seront plus sombres .

Avenir radieux ou pessimisme ?

 

      De temps en temps il y a des ratés , comme  » Smallville  » qui se veut une variation de

la jeunesse de Kal – El en intégrant la famille Luthor et transforme  une individualité secondaire comme Lana Lang en lui donnant une importance bien trop grande pour ces épaules ou pire encore quand Clark Kent fais la connaissance de la la cousine de Chloé Sullivan … Loïs Lane  beaucoup trop en avance sur la continuité  , mais bon c ‘ est le type de produit ; car c’est le terme qui est sensée attiré le djeun ‘z vers les  comic books hors ; la continuité étant différente ; comment expliqué au  djeun ‘z que Luthor dispose d’  une armure , elle même forgé Apokolips ; donc introduire Darkseid …

     Certes il y a  » Heroes  »  une série sur des individus qui se découvrent des super pouvoirs du jours au lendemains , le buzz  semble positif  , tous comme une rumeur parlant de  » Caprica  » spin – off de  Battlestar Galactica  2003  ; donc les feux semble au verts ; mais une autre rumeur monte : les grand networks américains qui ont du mal a se battre contre Internet et les jeux vidéo en réseau veulent et arrêté d ‘ investir plusieurs millions de dollars  par épisodes pour faire du soap par chère ; mal écrit ; mal joué . Comme le dit une ancienne gloire du petit écran américain  » Le soir le public ne cherche pas a voir Shakespeare mais a ce détendre ; nous lui donnont donc se qu il demande c est a dire une histoire simple et agréable a suivre ; nous ne cherchons pas a avoir des récompenses  »

 

 Se ne sont que des rumeurs mais j ‘ espère quelle sont infondé . Donc battons nous pour voir des séries de qualités et pas des danseuses .

 

Battlestar Galactica (I): la fin du post – Wagnerisme dans le space opéra

Georges Lucas a crée plusieurs choses : Industrial Lighta nd Magic  ; Lucas  Art  et accessoirement une trilogie qui fait désormais partie de l ‘ histoire du cinéma . Lucas qui n ‘ as jamais aimé mettre en scène ( cela se ressent dans le non – cinéma de sa honteuse prélogie ; mais la mise en scène n ‘ est pas le débat ) as toujours voulut faire de Star Wars un opéra . La entre en  scène John Williams  qui as reprit les archétypes Wagnériens ( un thème par personnage ) pour les transformé en passage obligé ; peu ou prou dans le   space opéra .

 

Kusanagi in space

     2003 : Alors que Lucas nous a servit deux épisodes de sa prélogie . Monsieur  devant très bien dormir …  » La menace fantôme  » et  » La guerre des clones  » n ‘ ont pas du tout tenue compte de petit films majeurs comme  » Matrix  » et de  » Ghost in theshell  » . En 2003 toujours est diffusé sur les petits écrans américains la mini-série  »  Battlestar Galactica  »

l ‘ une des innovations de celle ci est la musique . Williams avait réussit a imposé dans l ‘ imaginaire sa vision essentiellement symphonique et wagnérienne comme par exemple le dernier combat  Dark Vador / Luke ou en mêlant les choeurs masculins et féminins il rappelle dans l ‘ inconscient collectif la chute de Siegfried et la rédemption final de Brunnhilde* .

      Richard Gibbs en as eut une autre ; au lieu d ‘ ouvrir sur un largo symphonique avec cent vingt musiciens ; il ouvre sur des tubularbells ; effets synthétiques

, violons puis taïko  ( tambours japonais ) … annonçant la menace Cylons ; retour des violons  ; flûte , cors , pizzicato ; crescendo ; choeurs ( les taïko travaillent ) flûte  + pizzicati , cors ensemble et enfin choeurs féminin concluant le main title ; en cinq minutes Gibbs viens de recrée le space opéra ; en enlevant opéra de l ‘équation  .

     2004 : Bear McCreary  reprends le travaille de  Richard Gibbs pour la série régulière . Il décide de continué sur la voie de la mini – série en l ‘ adaptant . Hormis des ambiances déjà établi il travaille davantage sur le symbolisme tout en approfondissant le contexte des épisodes . D ‘ une certaine façon ; il fait ce que faisait jadis Marc Snow sur XFILES et Millénium .

 

Passion** in space

 

       Bien que la série  Battlestar Galactica (BG) nous attache a un groupe de personnages ; aussi bien les humains survivants à l’ holocauste que les Cylons .  Les scènes de combats dérivent thématiquement du main title ; le peuple humain est représenté par  choeurs dont les chants sont en gaéliques et en latin . Mais le sous groupe le plus intéressant musicalement est le couple numéro 6 / Gaius Baltar qui commente les événements et les accompagne dans les deux derniers épisodes de la saison 1 comme dans l ‘épisode  » Secret and lies – le retour d’Hélène » ou l ‘ auteur a écrit un aria opératique sur l ‘ amour d ‘un toaster pour quelqu ‘ un ( j ‘ aime bien la parabole )  .

     McCreary  utilise une passacaille écrite de façon fugué ( un exploit en ses temps du tous  tout de suite ) pour l ‘ ouverture de l ‘ épisode  » Kobol ‘ s lastgleaming – en route vers la Terre  » qui seras reprise version raccourcis quand N°6 montrera le futur des Cylons .  Bear McCreary a donné un aspect ethnique et ancien a la flotte du Battlestar  Galactica via des chants gaélique  » 33 »  ou encore  » Hand of god– le minerai de tylium  » . Le latin sacralisant une éventuelle fin de quête .

Heat in space

    Pour la seconde saison  Bear McCreary a choisi de surprendre les fans , a l ‘opposé de la première saison ( tous sauf symphonique ) ; il a choisi de faire d ‘ utilisé la formation quatuor a cordes utilisé comme Eliott Goldenthal ; ce qui n est pas une mince référence ; le quatuor est un ensemble intimiste . Il remet en route le quatuor ( utilisé très discrètement dans la mini série ) ; l ‘avantage de l ‘ensemble a cordes outre la flexibilité d ‘ écriture intègre l ‘ intimité par rapport a l ‘ ensemble Wagnérien tout en puissance . Et comme elle intègre autant les relations de couples que la guerre envers les cyborg en rajoutant des instruments .Bref  Battlestar Galactica cultive l ‘ intime et le grandiose , le sentiment et la politique et c est pour cela que je l ‘ aime .

 

 

 

Référence :

          *Richard Wagner   »  Le crépuscule des dieux  »

          ** Peter Gabriel  » Passion  » bande original de  » La dernière tentation du Christ  » de Martin Scorsèse

 

%d blogueurs aiment cette page :