GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Contrepoint : Kaamelott et plus belle la vie

Chaque soir de la semaine , un combat sans pitié a lieu : Guenièvre contre Mélanie . Un rôle parfaitement tenue par une actrice débordant de talent et qui mérite une très très grande carrière contre la parfaite représente de la femme évaporé qui a tous son  » talent  » dans son décolleté et rien dans le ciboulot ( en tout cas l ‘ actrice simule a la perfection ) . La est le paradoxe :  »Kaamelott  » , a la base programme humoristique sur l ‘ univers de la Table Ronde et du Saint Graal à basculé dans le drame digne de Racine et Corneille . Et  » plus belle la vie  »(PBLV) qui est passée d ‘ un feuilleton dit  » réaliste  »( enfin optique France Télévision : sans risque ; sans gout sans interrogation et de surcroit régionaliste ) à un truc …en restant poli .

Talent + respect du public = Kaamelott

Monsieur Astier est en passe de sauvé la production fictionnelle française de qualité et je pèse mes mots . Il a construit , un univers très cohérent avec sa troupe de comédiens ou chacun d ‘ eux a droit au respect sans faille qui leurs est dut . Monsieur Astier est un expérimentateur , tous ceux qui suivent la série depuis le début ne peuvent que constaté que le budget est on ne peux plus visible ; la lumière est de plus en plus travaillé ; les costumes , décors , musique sont a la hauteur des espérance des fans qui comme moi attendent le Livre VI après le très sombre et maitrisé Livre V dont j ‘attend la sortie en DVD en espérant du seamless branching pour choisir entre les versions dites courtes et longues . Je met ‘‘Kaamelott » au même niveau que  » Doctor Who  » . L ‘ arc est cohérent et fait évolué l ‘ entourage d ‘ Arthur quitte a déplaire au fanbase ( le cas de Méwani ) mais Astier ; lui ne se fout pas de la gueule des personnes qui regarde .

Manque de talent et foutage de gueule : Plus belle la vie

 

Autant  »Kaamelott  » représente en France l ‘ état de l ‘ art ; autant  » Plus belle la vie  » est mal écrit , mal joué (enfin si il y avait des comédiens ; j ‘ y reviendrait ) , n ‘est pas réalisé . Attention je ne tape pas sur PBLV gratuitement ; mais il y a un gros problème selon moi : comment cela se fait que l ‘ argent de la redevance finance ça ? Franchement entre le  » mistral  » qui fait carton – pâte ( alors que les décors de la série Rome était en carton – pâte mais ne posais pas la question de réalisme ) , les arcs sont tout aussi indigent que sans but , remplit de clichés aussi con les un que les autres ou est la finalité de  » plus belle la vie  » est ce une chronique sociale a Marseille ? ou la version franchouillarde de la quatrième dimension ? Je ne parlerais pas des facilitées et autre raccourcis scénaristique digne d ‘ un Smallville très mal torché , a ce niveau la , Smallville est digne de  » Casino  » de Martin Scorsèse . Je disais que je parlerais des  » comédiens  » , les individus qui sévissent la dedans ne font pas du tout le même métier que Molière ; parce que le niveau du casting a du sacrément baissé certes les seules a sauvé ( parce qu ‘il faut bien sauvé quelqu ‘ un ) dans cette tragi – comédie est la famille Vaneck qui sont des enfants de la balle quoique mademoiselle Vaneck si elle veut faire carrière devrais se tourné vers le théâtre dard dard car il n ‘ y auras pas de prisonniers le jour ou le public se désintéressera de PBLV et le grand public est toujours ingrat .

Alexandre Astier : le Michael Mann Français ?

 

Monsieur Astier peux très largement revendiqué plusieurs héritages ; ceux de Michel Audiard , Jean Pierre Melville et Michael Mann , certains doivent pensé que je vais un poil trop loin , mais il maitrise de surcroit la filière HD comme les Mann et autre Fincher à le talent d ‘ écriture du grand Audiard et as la sècheresse d ‘ un Melville dans le propos et l ‘ action ; certes la deuxième partie du Livre V a connut une baisse d’audience en prime time ; mais tout comme l ‘ Empire contre attaque : mais qui lui aussi marqueras l ‘ écriture télévisuelle française pour son coté sans concessions et qui change du coté fade des  » productions française  » ( je met production entre guillemet car de tant a autre j ‘ ai l ‘ impression que c ‘est tournée avec des caméras en cartons ) ; le but avoué de monsieur Astier est de tourné un triptyque cinématographique , qui agrandira et conclura Kaamelott , je trouve ce projet cohérent vu les ambitions cinématographique de la saga à la télévision d ‘ailleurs je n ‘ appellerais pas cela ambitions cinématographique ; mais du cinéma à la télévision . Tout comme Mann à révolutionné la série policière dans les années 1980 avec Miami Vice en filmant les enquêtes comme des clips de MTV ; monsieur Astier tourne son œuvre comme LOTR , les plans d ‘ hélicoptère en moins , mais j ‘ ai hâte de découvrir cela sur grand écran . A contrario j ‘ imagine mal PBLV au cinéma ; mais bon tout est possible même le pire .

Trahisons et vengeance : la bonne méthode et la mauvaise méthode

 

Au moment ou je rédige cette article , le personnage de Charlotte dans PBLV essaye de ce rendre gorge a Mélanie , mascotte du Mistral et au fils du policier et a celui – ci vedette de ce même quartier fictif de la vénérable Marseille . Comme je l ‘est dit plus haut PBLV ; collectionne les clichés , cette Charlotte s ‘ habille en noir ; met des lunettes de soleil pour payé  » discrètement  » l ‘ un de ces complices , a l ‘ œil brillant quand Mélanie ( sais t ‘ elle que la Terre est un satellite du Soleil , j ‘ émet de fort doute .. ) lui rend visite , car celle – ci ne sais bien évidemment pas que celle – ci une haine ( une haine PBLV quoi …) ; ont va donc considéré que cela est une  » vendetta  » de cours de récréation .

Lancelot du Lac lui est motivé par sa haine d ‘ Arthur , sa soif de pouvoir sa relation déchue entre l ‘ épouse d ‘ Arthur et lui . Monsieur Astier a utilisé les livres III et IV pour faire monté le climax , sachant que l ‘ un des deux restera a terme sur le carreau en faisant sauté l ‘ option  » Excalibur  » avec la réconciliation qui ne viendra sans doute pas avant la trilogie cinéma , la scène final du Livre V est en ce qui concerne , un rêve … cela se déroule dans l ‘ imagination d ‘ Arthur …

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :