GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

LE triptyque  » La malédiction  » de Jérry Goldsmith

la section  » ChronicBofophileClassics  » ce veux être un hommage au BOF classique .

La bande original pour film est le dernier lieu ou un orchestre symphonique peux s ‘ ébattre hors du répertoire dit  » classique  »  . Jérry Goldsmith a fait parti de ces symphonistes . Il la gagné le seul !! oscar de sa carrière grâce a  » La malédiction  » ; il écrira la musique de ces deux suites . John Williams a eut les deux trilogies de  » La guerre des étoiles  » ; Howard Shore son   » Lord of the ring  » et Jerry Goldsmith la trilogie de  » la malédiction »

 

La malédiction – the omen

    Le disque s’ ouvrant sur le désormais classique  » Ave satani  »  prière en latin , tel quelle elle n ‘ aurait jamais du être bricolé par ce tâcheron de Marco Beltrami . Comme tous les films horrifique qu ‘il se doit  » the omen  » propose des plages de détentes de façon a prendre a la gorge le spectateur , comme  » on this night  » ou  » the new ambassador  »  la ou Goldsmith a fait très fort est l ‘accentuation du coté guimauve ( voulu ) du film  , puis via l ‘ instrumentarium la tension monte .

Puis quand Damien découvre ses pouvoirs ; la musique bascule . La mort du prêtre , la disparition du journaliste ; l ‘attaque des chiens dans le cimetière … voila toute la différence entre la version de Goldsmith écrite de manière subtile et la version de Beltrami qui est d ‘ une crudité difficilement admissible .

 

Damien – the omen II

 » Ave satani  » ouvrant la soundtrack ; pour la suite des aventure du rejeton du Diable . Goldsmith est un expérimentateur et le prouve avec cette oeuvre , celle ci n ‘ est pas le dernier épisode … thématiquement ce disque est la copie de l ‘ original .

 

La malédiction finale – the omen III

     Le chef d ‘ oeuvre de la trilogie , ne serais ce que par le main title ; majestueux avec ses cuivres et son choeur masculin  , le disque ce poursuit par une version démoniaque du thème  » ambassadeur  » du premier film … ont sent l ‘ apogée du combat Bien / Mal car la est le seul intérêt du long métrage qui va gagné ?   Goldsmith a davantage écrit une cantate moderne qu ‘ une bande sonore pour film les nappes de voix humaine sonnant musique contemporaine avec ses distorsions en font une oeuvre très intéressante . Le thème appaisant  » the second coming  » rappelle Masada dans son amplitude . Le thème épique du film est  » the hunt  » quasiment de la musique totale ce qui est le plus grand compliment que l ‘ on puisse faire a de la musique de film . Mais la suite qui conclut la trilogie est peut être le plus beau travaille de Goldmsith .  

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :