GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives Mensuelles: février 2008

Director ‘ s cut , piège a cons ou cadeaux pour le cinéphile ?

    Après le choix lors de l ‘ achat du DVD simple ou collector s ‘ ajoute la version dites  » salle  » et la version  »  director ‘ s cut  » ( DC ) ; il y a comme toujours deux types de DC : ceux qui apportent quel que chose au long métrage d ‘ origine en complétant le scénario et la mise en scène et le DC cosmétique ou ont vend plus  un  » ours  » qu ‘ un long métrage monté .

 

Le director ‘ s cut nécessaire

    Qu ‘ est ce que je nomme  » director ‘ s cut  » nécessaire ? ; un film qui pour contrainte budgétaire et ou de diffusion en salle a du être  rempli d ‘ ellipses pour être rendu intelligible en salle d ‘ exploitation , mais ce révèle incomplet dans l ‘ esprit du réalisateur  ; rentre dans ce cadre les célèbres versions longues de la trilogie du  » Seigneur des anneaux  » qui donnent une autre  film … mais le cas le plus flagrant est  » Kingdom of heaven  » ou l ‘ on passe de   » Troie  » au moyen age ( j ‘ en parle en détail si dessous ) a l ‘ un de ces long métrages obligatoire pour toute individu qui ce dit cinéphile . Itou pour le Final Cut de  » Blade Runner  » , le ‘’ Zodiac ‘’ de David Fincher qui approfondisse les personnages et bouche  les ellipses du montage salle .

L’ arnaque pur et simple

     Le   » Kingdom of heaven  » version salle est tout sauf un film indispensable , personnage pas très charismatique , les dix leçons récité sur ‘’ comment utilisé le logiciel Massive ‘’ … puis vint la version quatre DVD qui intègre à la fois le montage cinéma et la version désiré par monsieur Ridley Scott . Et la cela change de tous au tout  a contrario d ‘ un film comme Troie Director ‘ s cut ( TDC) . TDC est un très , très mauvais film surtout après   » Kingdom of heaven  » mais je le reconnais ;je me suis fait piégé par le markéting .

les salles de cinéma , une époque révolu pour le cinéphile ?

     En cette année 2008 , des blockbusters s ‘ annonce :Indiana Jones 4Dark Knight ; Hellboy 2 , le prochain James Bond . Mais  je vraiment n ‘est pas  envie de me coltiné un public non respectueux de l ‘ art cinématographique , des salles mal réglé au niveau sonore … et surtout un ticket si cher que cela représente au minimum le tiers du DVD collector sortant sept mois après ? Mettant fais violence pour Hot Fuzz a juste raison ainsi que pour Zodiac , je préfère voir Boulevard de la mort / Planète terreur chez moi . Idem pour notre ‘’ cinéma national ‘’ qui entre film a très gros budget avec un scénario ‘’ ticket de caisse ‘’ et une sois disante ‘’ comédie ‘’ régionaliste – autorisant – larmoyante dont le responsable a vomit sa haine contre  300 en trouvant après le trailer que ce devait être un film très con … que cette individu et moi même , nous n ‘ ayons pas les même valeurs soit ; mais au moins  Zack Snyder est un vrai cinéaste lui … tout comme la VHS est morte tué par le DVD , la salle de cinéma du fait de la non créativité Française du soit a des tacherons ou a des comité qui n ‘ ont plus vocations a existé.

Jean Sébastien Bach et le cinéma : le Cantor de Leipzig pour le grand public

Qu ‘ est – ce qui rend unique Casino, Aviator et Kingdom of heaven ? Je répond Jean Sébastien Bach . Scorsèse avec la musique du Cantor rend sacré ses longs métrages et Scott entrouvre les portes de la mort a une ordure de la pire espèce . Bach est sous utilisé au cinéma par rapport a son contemporain : Haendel dont on utilise a tord et a travers le sempiternelle ‘’ alléluia ‘’ tiré de son oratorio pompier et vulgaire avec ses effets facile du ‘’ Méssie ‘’ , la seule fois ou la musique de Haendel est utilisé comme il se doit donc facile et pompier ; mais la cela est du au génie du metteur en scène , c ‘est dans Barry Lyndon de Kubrick , c’est la seule fois ou la médiocrité du presque jumeau de Bach illustre a merveille un autre parvenu , châtié comme il se doit .

 

Casino : ascension et chute , la Passion selon St Mathieu de Jean Sébastien Bach

Casino est sans conteste mon Scorsèse préféré ; certains geeks le considère a tord comme une version boursoufflé des  » Affranchis  » que j ‘ aime aussi énormément mais qui n ‘ as ce coté tragique de Casino . au XVII ème siècle la Passion était une tradition dans les pays du nord . mais la St Mathieu de Bach a plusieurs particularismes * , la version choisi par monsieur Scorsèse est l ‘ enregistrement de 1988 dirigé par Sir Georges Solti . Étant plutôt d ‘ obédience baroqueuse , la version Solti est pas mal sans plus a mon gout , certes monsieur Scorsèse n ‘ as pas du accroché aux versions de MM. Harnoncourt et ou Leonardt , mais objectivement le  » Wir setzen uns mit Tränen nider  » est utilisé comme il se doit , dans le cadre d ‘ un film , c ‘est a dire , non pour illustré un drame psychologique , mais comme la conclusion d ‘ une série d ‘ acte commis par le ‘’ héros ‘’ qui boucle la boucle via le générique de monsieur Saul Brass

 

Aviator : BWV 565 arrangé pour orchestre , ou quand Howard Hugues rejoint Icare

L ‘ envol du XF – 11 sur le prélude et fugue du BWV 565 est un moment de grâce a la fois visuel et musical car après les déboires sentimentaux de Hugues , celui ci fait crée le plus belle avion pré – réaction . L ‘ arrangement entendu est aussi celui utilisé dans le premier  » Fantasia  » de Disney . Aussi bizarre que cela puisse semblé cette séquence est parfaite pour posé des images sur ce qui deviendra au début du XIX ème siècle ‘’ la musique absolu ‘’ . Les violons , hautbois a l ‘ unisson de l’ascension de Hugues pour son accouplement avec l ‘ univers . La BWV565 est le premier jalon de Bach pour accédé a la plénitude , certes Mozart , Chopin , Wagner , Bruckner et Mahler suivrons le cantor . Mais Bach , seras le premier a ouvrir la voie . Comme Hugues pour des techniques aérospatiales . Scorsèse a utilisé fort a propos l ‘ arrangement pour orchestre de monsieur Stowkoski . Qui paradoxalement ; illustre a merveille le génie de Bach permettant des transcriptions sans trop de douleur ( même si je n ‘ aime le BWV 565 qu ‘ au grand orgue )

 

Kingdom of heaven : La passion selon St Jean , ou comment mourir sur un choeur ...

Bach est pour une fois utilisé de façon a la fois ironique et cruel dans  » Kingdom of heaven  » , quand Chatillon capturé par son adversaire . Ridley Scott a en effet utilisé le choeur conclusif de la Passion selon St Jean comme illustration sonore . Quelle drôle d ‘ idée ! Car sa donne a l ‘ enflure qui meure décapité un pardon inattendue . Monsieur Scott a utilisé la fin de la St Jean pour une fin de vie . Comme dans toutes ses passions , Bach utilise le choeur pour pardonné a ‘’ ceux qui ont commis la faute ‘’ .

Notes :

* : Il faut savoir que la St Mathieu a étez crée pour l ‘ église de St Thomas à Leipzig qui a la particularité d ‘ avoir une double tribune et Jean Sébastien Bach a cette occasion divisé son choeur et son orchestre pour crée un effet stéréophonique saisissant quand on écoute l ‘ oeuvre enregistré et dirigé selon les voeux du Cantor .

Bibliographie succincte :

Nikolaus Harnoncourt : Le dialogue musical éditions Gallimard

Nikolaus Harnoncourt : Le discours musical éditions Gallimard

Philippe Beaussant : Vous avez dit baroque ? Éditions babel

%d blogueurs aiment cette page :