GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives Mensuelles: octobre 2009

Smallville ; comment tué Kal – El en neuf ans

 

Et maintenant on massacre le costume & la Justice Sociéty of América

Comme promis il y a plusieurs mois , je remet sur le tapis cette chose ignoble pour les fans de comics l ‘ ex dernier Kryptonnien ( dans le comics ; une new Krypton a étez fondé ; il y a eut une guerre civile et Kal El est désormais un gradé) . Mais sa «  destiné «  est fort différente sur le petit écran .

Donc pour le plus grand malheur des fans de Kal – El ; «  Smallville » atteint sa neuvième saison . En ayant massacré au passage «  Superman death «  un des arcs classique de l ‘ héritier de Jor El . Avec au passage la visite de la Légion des Super Héros écrit par monsieur Geoff Jones . Mais voilà CW ; le network qui diffuse veut mettre Tom Welling dans la peau d ‘ un héros qu ‘ il a refusé d ‘ être tout le long des précédentes saisons et de ne s ‘ intéressé qu ‘ a son couple avec Lana Lang ( quelqu ‘ un de sympathique et personnage secondaire dans le comics mais une bitch dans «  Smallville ») . Il est temps de faire un bilan des mutilations .

Tom Welling ce prend pour Néo

Le grand public connaît «  Matrix reload «  tous le monde se souvient du premier envol de Néo dans ce film , sur fond de pleine lune ; puis plongeon sur la cité . Citation des plus sur-ligné ( avec le mix des genres dans «  Matrix révolution «  ) mais monsieur Keanu Reeves faisait un Kal El new look crédible . Welling qui de toute façon a autant de talent que l ‘ ensemble des «  acteurs «  de «  Plus belle la vie «  n ‘ a jamais étez crédible en Clark Kent ; mais le voir revêtir un long manteau en cuir ; un t shirt noir avec le S à la craie et des bottes en cuir franchement ; mais il aurait pus faire bien plus DCverse en reprenant la tenue de Connor Kent ( tshirt noir avec le blason El et un jean ) plutôt que de salir la vrai tenue qui serait d ‘ un ridicule achevé dans le cadre smallvillien .

Justice Sociéty of América

La Justice Society of América est le premier groupe de super héros de l ‘ histoire du comics book . Le kernel historique est constitué de Jay Garrick ( premier Flash ) ; Alan Scott ( premier Green Lantern ) ; de la première version du Spectre ( avant qu ‘ il ne devienne cette instrument de Justice si craint ) ; Docteur Fate ; le premier Sandman ( qui va faire un come-back dans «  Blackest Night « ) Atom ; Hourman entre autre . Mais le Kal El de «  Smallville «  n ‘ a pas la maturité que l ‘ on demande à un être épris de justice et loyal , sans compté qu ‘ intégré la JSA en temps que telle par rapport a la Junior League est idiote aussi bien dans la forme ( comment cela se fait que la JSA version Smallville ne le recrute que maintenant ? ) que dans le fond : Clark Kent ne se conduit pas autrement qu ‘ une «  star de téléréalité «  essentiellement nombriliste ; veule et pleurnichard …au dernière nouvelle le Docteur Fate seras bien de la fête dans Smallville …. alors que c ‘est un calibre au niveau de Black Adam , idem pour Hawkman , qui bien qu ‘ arrivé plus tardivement au sein de la JSA est une vrai brute …

DC se réveille enfin

DC à étez trop longtemps passif concernant la gestion des personnages dans «  Smallville «  CW a fait donné une importance dès plus démesuré à cette pétasse de Lana Lang ( a contrario dans le comic ; c ‘est quelqu ‘ un de très bien ) , idem pour les tergiversation des Luthor les «  scénaristes «  devrait s ‘ inspiré du «  Luthor «  d ‘ Azzarello pour le coup . La communauté a longtemps tergiversé pour savoir si le SmallvilleVerse était ou non un elseworld ( un what if dans le jargon Marvel ) hors Smallville , n ‘ est en aucun cas une variation , car chez DC on finit toujours par retombé sur ces pieds ( Red Son en est un exemple … ) ce serait lui donné bien trop d ‘ honneur . Et j ‘ espère que la nouvelle entité DC va obligé CW a ce conformé au «  Kal El verse «  sous peine de ce faire interrompre le contrat .

DayBreak | la mère de l ‘ humanité

l a fin qui change tout

BG2003 c ‘est enfin terminé ; une longue quête achevé et des destins terminés pour renaître . Que dois je pensé de cette fin ? Dois je rejoindre le troupeau qui crie au «  créationnisme «  militant ou prendre une autre voie ?

Ce final m ‘ a beaucoup impressionné , autant par le scénario ; la mise en scène que par ces scènes épiques .

De l ‘ apport des Cinq

La fin était annoncé dès l ‘ apparition de Number 6 ; l’ humanité ; dois rentré chez elle ; ce qu ‘ elle a fait a grands coups de pieds au cul aidé en cela par leurs anciens esclaves . Mais les survivants devaient ce faire pardonné leurs corruptions et autres péchés via des tentatives de coups d ‘ états ; de procès inique ( comment regardé un simple court – drama après BG2003 ? ) ; puis vint le moment ou cette vile et nihiliste humanité à été autorisé de faire connaissance avec les cinq .

Paradoxalement la mère de la destruction est aussi la mère de l ‘ amour , Number 6 , Roslin , Athena , Thrace .. chacune représente une facette de la femme ; mère ; Walkyrie ( Tricia Helfer en tenue de combat ; digne héritière de Sigourney Weaver période AlienS ; pas de chichi ) .

Les cinq apporte une certaine sérénité à la fin du show ; l ‘ inverse de Q à la fin de «  All the good thing «  dont DayBreak est symboliquement le miroir après la chute des douze colonies / Starfleet (même suffisance qui à en soit marque le début de la décadence ) .

Créationnisme ou coup de dés

Maintenant parlons donc ce dont les faibles d ‘ esprits accuse sans savoir de quoi il parle : le «  créationnisme «  ; à la base le créationnisme nie toute évolution Darwinienne pour une quelconque intervention «  divine «  qui nie l ‘ évolution pour que l ‘ Homme arrive de fait . Hors la solution Moore pour cette oeuvre de science fiction ( j ‘ insiste ) est la cohabitation de l ‘ homo sapiens sapiens et de ce qu ‘ il semble être des Australopithèques . Quitte à prendre un exemple d ‘ interventionnisme autant allez voir du coté de «  2001 » d ‘ Arthur C. Clark ; le Monolithe en est le symbole flagrant . Le parti pris est plutôt inverse , pas de manipulation de l ‘ esprit sur la matière ; pas de technologie . Je ne crie pas non plus concernant l ‘ apparition final des Spirit 6 / Spirit Baltar avec l ‘ avertissement symbolique sur l ‘ évolution techniques ; nous sommes dans de la science fiction et les Cylons humanoïdes ne sont en aucun cas des sous – Data .

Fins comparés

Autre comparaison les finals entre Babylon 5 et BG2003 peut ce révélé pertinente ; B5 montre l ‘ Humain en voie de divinisation hors Battlestar Galactica est bien plus réaliste et nous met en face de nos contradictions : la ou la station du commandant Shéridan ce bat contre dès représentations du Mal ( en simplifiant des tenants de l ‘ évolutionnisme en citant Darwin pour distingué les formes de vies valant la peine de survivre et les autres avec la bassesse toute humaine pour grappillé un peux de pouvoir ) et d ‘ un autre coté l ‘ Armageddon causé par l ‘ Humain car négligeant envers ces esclaves ( qui développe par réaction un monothéisme ) . Mais bon les récits de Moore et de J. Michael Straczynski non pas la même finalité non plus , l ‘ un raconte la quête d ‘ un Mythe mais faisant évolué les survivants vers autre choses , l ‘ autre se retrouve en plein milieu d ‘un combat qui les dépasse mais qui les fait évolué tout autant .

Pour conclure cette fin sommes toute logique et en accord avec l ‘ évolution de la série : remake d ‘ un sous Star Wars – > œuvre incontournable de la science fiction qui nous dits nos quatre vérités sans détour ni clips filmé par hélicoptère . J ‘ attend maintenant «  The plan «  et le pilote de « Caprica »

%d blogueurs aiment cette page :