GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives Mensuelles: juin 2010

Un guide du savoir vivre à destination du geek et du newbie 3/3 et annexe

faire avec . Mais revenons a «  Avatar «   , c ‘est un long métrage formidable ; juste ce qui faut d ‘ action , de trahisons , d ‘ Amour ( plus Aliens que Titanic ) . Cameron a enfin pus lâché sa frustration de bataille épique qui lui démangeais depuis vingt quatre ans ; en se rappropriant la bataille de Minas Tirith  en lui mettant des coups de rangers dans le cul pour la rendre … barbare . Car l ‘  E – Motion capture libère le réalisateur ; mais ne l ‘ améliore pas et puis je trouve Stephen Lang ( Quaritch ) suffisamment charismatique pour interprété le «  vieux «  Bruce Wayne / Batman pour une éventuelle adaptation de «  The dark knight returns «
Bande originale  de jeux vidéo ( pentalogie Halo et World of Warcraft  )
Qui connaît ; hors population gamers , messieurs Martin O ‘ Donnell & Michael Salvatori ? Pas grand monde et cela est fort dommage .
Quand on écoute la BO du premier « Halo «  on est étonné de la parenté de Christopher Frank et de Babylon 5 .
« Halo 2 «  marque une évolution musical intéressante mêlant instrumentaux et morceaux de métal ( j ‘ imagine mal joué à un FPS en écoutant une «  Passion selon St Mathieu «  de Bach .
« Halo 3 «  devient avec  Halo 3 ODST ce que je veux entre mi 2010 pour le film   «  Green Lantern «  c ‘est ce que je m ‘ écoute quand je lis les aventure du super-héros d ‘ émeraude . Le score d’ HaloWars est le moins viscéral de la saga ( en attendant Reach ) .
La bande originale de «  World of Warcraft «   est un cas particulier . Primo elle est introuvable hors du site commercial américain de Blizzard et sa dernière extension en date «  Wraith of the Linch King «  ne se trouve que dans les rare collector encore trouvable …. mais ces thèmes sont magnifique ; héroïque et épique  ; triste et beauxJeu vidéo
Comment  ne pas inclure dans cette section le jeu vidéo , malgré que se hobby deviennent de plus en plus grand public , je vais conseillé un titre par genre majeur , j ‘ ai choisi ces jeux pour trois raisons : primo ils ont d ‘ excellentes réputation ou sont eux même des références ; secondo ; ils ne mérite pas un PC indécent  ; tertio ils sont trouvable en gamme budget .

Real Time Stratégy :
Warcraft III à étez très longtemps la référence en matière de stratégie en temps réel  ; il s ‘ agit de la préquel  de World of Warcraft . Ou nous assistons à la chute d ‘ Arthas et des haut elfes ; à la conquête de nouveau territoire des Orcs  : à la création des Elfes de Sang … le film de Sam Raimi n’ a pas a ou transformé Arthas en adolescent mal dans sa peau qui est attiré par le coté obscur pour dragué Jaihna …
Hack n’ slash
Diablo II ….
First Person Shooter  :
Unreal Tournament III a tout pour lui : beau ; rapide , sanglant … moi qui est longtemps étez de la secte des Quakers , UTIII  est le digne successeur de Quake III et cela me fait un peux de mal a le dire , Call of dutty 4 est pas mal du tout sans le genre «  réaliste «
Simulation de conduite et ou arcade  :
Séga Rally Le jeu d ‘ arcade automobile , rapide , tout en dérapage et ces voitures de légendes : Peugeot 205 évolution , Audi quattro … Lancia Stratos( la vrai , celle de 1976 )  et Delta ;  pas vraiment fan des voitures de rallye récentes , je les trouve un peux lourdes conduite en dérapage …. son pendant sérieux ; a la limite janséniste est Race 07 ou l’ on réapprend la modestie a coup de warning . Le paddle Xbox 360 est obligatoire .
Soccer  :
Pro Evolution Soccer ,  recommandable  , technique , ne permet pas les tacles un peux haut ( plus ont monte dans les matchs , plus l ‘ arbitre est sourcilleux ) … le graphisme est secondaire , seul compte les sensations de jeux … devient stimulant avec la «  Coupe de la league «  ; la Coupe de France étant comme dans la réalité soporifique ( PES 6 ) , paradoxalement , il permet de joué un football «  pur «  : pas de salaires démesuré a géré ; de diva ou de ballerines a grosse tète et a petit cervelet …
Rôle  Playing Game  :

Baldur ‘ s gate 1&2  ,le Rôle Playing Games est du  hack n’ slash avec du jus de crane ,  d ‘ une durée de vie très conséquente , je ne peux que conseiller les Baldur ‘ s gate 1&2 reposant sur les règles d ‘ Advanced Dungeon & Dragons ; ils sont certes un peux dépassé technologiquement … mais ils n ‘ y a pas de DRM espion comme sont descendant Dragon Age

Infiltration :
Les trois premiers Splinter Cell ; alternative crédible et viable a Métal Gear Solid

City Builder :

J ‘ aurais tendance a conseiller «  Sim City 4 «   ; qui est beaux , très complet et ne nécessite pas un PC monstrueux …

Sandbox :

Comment ne pas cité les «  Great Theaft Auto «  ? aka GTA ? Je ne vais pas joué les geek effarouché par la violence de la série ; a ce niveau je suis du genre blasé ( après la scène de la tronçonneuse dans la baignoire dans le film «  Scarface «  ou la trilogie « Bourne » )  , je ne vais pas polémiqué sur l ‘ interdiction non éffective de vente au moins de dix huit ans … Starcraft II sera lui même déconseillé  au moins de seize ans ; ce qui rend PEGI non crédible a mes yeux . Les GTA offre au joueur la possibilité d ‘ être un bad boy ; numérique certes ; mais être un bad boy quand même . La grande réussite des soft de Rockstar est la liberté quasi total … pour quelqu ‘ un qui n ‘ est pas au fait du simulateur de «  racailles «  , cela est très dépaysant ; voir grisant , mais cela ne reste que du vidéogame .

Annexes :
Je me suis décidé pour cette annexe car je ne pouvais ni les traité dans les chapitres précédents du fait de leurs spécificité et de leurs importance dans la galaxie geek .
Le cas Quentin Tarantino
Comment ne pas parlé de Quentin Tarantino ? Amateur de films de série B ; amateurs de compositeurs de bande originales oublié ; il a fait découvrir au « grand  public «  et a un pend de la Communauté , un certain nombre de long métrage . Mais seize ans après «  Pulp fiction «  Tarantino est t il encore pertinent ?   Je le pense de moins en moins au regard d ‘ un «  Inglorious Bastard «  ; pas a cause des comédiens ( et de ma réserve sur l ‘ efficacité d ‘ une Mélanie Laurent pas vraiment crédible ) mais a cause d ‘ un scénario ticket de métro qui est une enfilades de citations , non seulement au niveau action mais de l ‘ auto citation… la filmographie de Tarantino doit être vus et revus jusqu ‘ a Kill Bill 2 inclus car jusqu ‘ a celui ci , ces oeuvres dégage une énergie bonne enfants et que serais notre pop culture sans les némésis «  the bride «  et Bill  ?   .

Babylon 5 | Star trek Deep Space 9
Babylon 5 et Star trek Deep Space 9 sont des séries très proches dans leurs propos et donc , le nerd ce doit de les regardés et de les avoir de  façon obligatoire . Pour cité le blog de Lord of Babylon ; Babylon 5 parle d ‘ un monde qui sort de la guerre et le deuxième qui la redécouvre . L ‘ univers de Star trek est fondamentalement pacifiste mais qui dans la période historique de Deep Space 9 oblige a redevenir sans concessions . Certes il y a toujours eut des adversaires à la Fédération ; Romullien ; Borgs ; Cardassien ; mais ils ont réussi à être plus ou moins pacifié via Starfleet , jusqu ‘ a la saison quatre de DS9 …    Babylon 5 c  ‘ est plutôt l ‘ inverse ; on passe d ‘ un complot humain a un combat métaphysique avec son lot de sacrifice héroïque . Venons en au deux chef ; deux purs produits de la race humaine : le capitaine Sisko et le capitaine Shéridan ; deux officiers moralement exemplaires . Aussi étrange que cela soit Babylon 5  se termine ou commence plus ou moins le Trekverse

L ‘ évolution  Hanz Zimmer : Gladiator – Hannibal – da vinci code –Batman bégins | the dark knight  – Henry 4 | the pacific
Comme n ‘ importe quelle compositeur ; Hanz Zimmer a connut et connaîtra plusieurs période de maturation d ‘ écriture . En seize années nous sommes passé d ‘ un Mark Snow bourrin à un compositeur «  référent «  .

Gladiator :
Au moment ou je rédige cette partie , cela fait plus de quatre années que je n  ‘ est pas écouté ce disque . Cette composition détonne par rapport aux autre BO d ‘ Hanz Zimmer et laissera une déscendance . Cette soundtrack commence avec les deux thèmes épiques que sont « The Wheat «  et «  The Battle «   ; « hommage «  de la section Mars des « Planètes « de Hoslt . Il faut reconnaître a ce disque une évolution par rapport a Drop Zone … moins de  système synthétique et une introduction de l ‘ écriture d  ‘ orchestre ( qui s ‘ affineras quelque années plus tard )  . Le morceaux «  The might of Rome «  est tout en majesté  et puissance et annonce la seconde partie et annonce «  harvey two face « de The dark knight dans le coté sombre et tranchant . Les deux thèmes suivants :
«  Strengh and Honor «  et « Reunion «  annonce «  Pirate of Carrebean 2&3 «  . Pourquoi ce procuré Gladiator ? Parce avec la «  dernière tentation du Christ «  de Peter Gabriel ; l ‘ une des source music ( sur certain plan ) de «  Battlestar Galactica 2003 « . il a monté aussi qu ‘ il avait cassé le plafond de verre de «  the lion king «  .
Hannibal :
Très clairement l ‘ une de mes oeuvres préféré ; fondatrice  de sa « période «  actuelle ; écoutons «  Dear Clarice  «  et nous entendons le thème du Joker  et les prémisses de «  kingdom of heaven «  . Curieusement ce disque est plus apte à s ‘ écouté le roman que le film .  Mais après Hannibal plus rien ne seras comme avant pour Zimmer .
Da Vinci code :
Hanz Zimmer montre avec cette bande originale qu ‘ il est capable de délicatesse . Certes a la base « Da Vinci code «  n ‘est pas un actionner bourrin , mais un thème comme « Die Mercurii I Martinus «  est bien troussé .  « The paschal spiral «  est  remarquablement médiéval avec sa viole de Gambe ( et oui c ‘ est un instrument de musique médiéval ) Le petit soucis malgré tout est une certaine ressemblance avec «  kingdom of heaven «  de   Harry Gregson Williams  , mais entre Drop Zone et Da Vinci code l ‘ évolution est remarquable .

Batman Bégins | the dark knight  :
Très rares sont les bandes originales qui dépasse le cadres des initiés pour devenir , via le succès des films qu ‘ il complète , des thèmes  musicaux répétés , hors contexte ad nauséam . Les travaux de John Williams via les Superman et autres Star Wars a réussit cela . Puis c  ‘ est désormais le cas pour Batman Bégins | the dark knight  . le morceaux le plus emblématique reste pour moi «  harvey two face «  qui explose la personnalité de Bruce Wayne via un holocauste terrifiant de cruauté . Zimmer , bien qu ‘ universellement connus pour être un bourrin a écrit l ‘ un des morceaux les plus romantique qui soit ….à égalité avec «  Lara says goodbye to Yuri «  du «  Doctor Zhivago «  de Maurice Jarre . Comme toute les oeuvres d ‘ exceptions ; Batman Bégins | the dark knight n ‘ est pas que «  douceur «  ; il y a énormément de parties épique comme «  and i thought my jokes were bad «  ou le légendaire «  why so sérious «  … pour en terminé avec ces BO iconiques ; cela me faisait mal au coeur de les entendre durant «  les reportages «  de « 50 minutes inside «  sur TF1 ( le geek peut aussi regardé des émissions radioactive intellectuellement …)
Henry 4 |The pacific :
Henry 4 peut a la rigueur passé comme un best of d ‘ Hanz Zimmer , sauf que contrairement à l ‘ » Elisabeth : the golden age «  de Craig Armstrong , contemporaine de notre bon roy Henry ; il utilise le moins possible d ‘ éffets synthétiques pour ce porté sur la mélodie et l ‘ épique ; il est surtout dans la droite ligne du « Da Vinci code « et de the dark knight (A prophecy Fullfilled est typé dark knight ); ce qui donne une cohérence a sa discographie .
Même pour un compositeur comme Hanz Zimmer ; succédé a un autre … sur un projet a la fois très proche mais différent est difficile … voir ce qu ‘  a fait Giacchino sur le bon mais pas extraordinaire score de «  Star trek «  après les passage de Jérry Goldsmith et de James Horner  . Certes Zimmer avait deja travaillé sur «  The red line «  de Térrance Mallick . Mais «   The pacific » dont le main title est aussi pompeux que dans «  band of brother «  ; mais Zimmer a jugé bon de restez dans les clous planté par Michael Kamen stylistiquement parlant .
Conclusion
Avez vous regardé l ‘ épisode 9*20 de CSI ( les experts : Las Végas ) ? il s ‘ agissait du loner annuel des rat lab de la série ; il y a eut un meurtre à une convention de science fiction ; plus exactement sur «  Astroquest «  ; rip off de la série d ‘ origine «  Star trek «  … il était sujet d ‘ une nouvelle version plus sombre et réaliste … qui faisait débat au sein de la communauté de fan . Ont notera les caméo très rapide de Grace Park et de Ron D. Moore ( présence triplement ironique , non ?  ) avec des inserts rendant hommage au «  Star trek «  classique . La responsable du meurtre ce révélera ètre le personnage interprété par Kate Vernon ( quand je disais que ce loner était bourré de private joke ) était une sociologue qui avait déconstruit l ‘ icône «  Astroquest «  pour une version sombre et réaliste … débat qui aurais put avoir sur «  Battlestar Galactica 2003 «  .
Il va de soit que le téléspectateur lambda  de TF1 n ‘ a en aucun vu la petite analyse ci dessus , mais c ‘est contenté de la kitcherie  et du shipper entre Hodgies et Wendy … Cela résume à merveille l ‘ état de la culture Geek en France .

Références CD – livres – logiciel – média
Miklos Rozsa : A centenery célébration – Varèse sarabande : très bon coffret introductif a l ‘ ouvrage de Rozsa
Bernard Herrmann  : The essential film music collection – Silva screen records : une bonne façon de découvrir l ‘ alter ego musical d ‘ Hitschcock
John Williams : Superman the movie –  Varèse sarabande
John Williams  : coffret Indiana Jones – Concord records
Kenji Kawai : Avalon – Delabel
.     Kenji Kawai  : Ghost in the shell – BMG / Victor
.     Kenji Kawai  : Innocence – BMG / Victor
.     Yoko Kanno  : Ghost in the shell Stand Alone Complex – Beez ent
.     Danny Elfman : Batman / Batman returns – Warner Record ( les disques peuvent se trouvé encore en cherchant bien ) .
.    Danny Elfman : The kingdom – Varèse Sarabande
.    Danny Elfman : Wanted – Lakeshore records / Universal Music
.    Danny Elfman  : Terminator Renaissance – Reprise records /  Warner Record
.     James Horner: Aliens – Varèse Sarabande
.     James Horner  : The rocketeer – Holywood Records
.     James Horner: Titanic- Sony Classical
.     James Horner: Avatar – Atlantic record
.     Basil Poledouris : Conan le Barbare – MCA / MILAN
.     Basil Poledouris : Robocop – Varèse Sarabande
.     Basil Poledouris :Wind -BSX records ( édité à 1000 exemplaires )
.     Jerry Goldsmith :the 13 th warriors – Varèse Sarabande
.     Jerry Goldsmith :The Omen ( la trilogie ) – Varèse Sarabande
.     Jerry Goldsmith : Star Trek – the motion picture- Sony Classical
.     David Arnold:Stargate- RCA Victor / BMG
.     David Arnold: Independence day- RCA Victor / BMG
.     David Arnold : Casino Royal | Quantum of solace – Sony Classical
.     Bear Mc Creary : Battlestar Galactica 2003 saison 1 à 4 – LaLaland records
.     Bear Mc Creary : Battlestar Galactica The plan | Razor – LaLaland records
.     Alan Silvestri : Prédator 2 – Varèse Sarabande
.     Alan Silvestri :  Forest Gump – Epic soundtracks
.     Alan Silvestri :Beowulf – Warner Bros
.     Alan Silvestri : GI Joe – Varèse Sarabande
.     Murray Gold  : Doctor Who saison 1 – 4 – Silva Screen Records
.     Murray Gold | Ben Foster : Torchwood saison 1-3 – Silva Screen Records
.     Michael Giacchino : Lost saison 1 à 5 – Varèse Sarabande
.    Hanz Zimmer : Hannibal  – DECCA / Universal Music
.    Hanz Zimmer :  Gladiator – DECCA / Universal Music
.    Hanz Zimmer :  Henry 4 – Sony Music
.    Hanz Zimmer : The pacific – Playtone / Rhino / HBO
.    Hanz Zimmer : Da Vinci code – DECCA / Universal Music
.    Hanz Zimmer :Batman Bégins | the dark knight – Warner Sunset / Warner Bros
.    Martin O ‘ Donnell & Michael Salvatori : HALO trilogie | HALO 2 | HALO 3 ODST| HALO Legends  – sunthing else
. Stephen Rippy : HALO Wars – sunthing else
GNU / Linux – * BSD
http://www.debian.org : le site  concernant la référence en matière de distribution
http://www.openbsd.org
http://www.freebsd.org
http://www.netbsd.org
. Le guide galactique de Douglas Adams ( six volumes ) – Folio
. Robert Heinlein : Starship Troopers – édition J ‘ ai lu
. David Gemmel  : Légende – édition Milady / Bragelonne
.Mike Mignola : Hellboy 1- 10 –  Delcourt
.Mike Mignola : BPRD 1-8 – Delcourt
. James Ellroy : Trilogie Underword USA ( Américan Tabloid ; American death trip ; Underword USA  ) –  édition Rivage
.  Dan Simmons : Hyperion ; la chute d ‘ Hyperion- édition pocket
. Neal Stephenson : Cryptonomicon( trilogie) – Le livre de poche
.Les intégrales de Lovecraft – édition pocket
.Garth Ennis / Darick Robertson : The Boys  T1 à T6 –  Panini Comics
. Frank Miller : The Dark Knight Returns –  Panini Comics
. Alan Moore  : The Watchmen  –  Panini Comics
. Alan Moore  : From hell   –  Panini Comics
. Brad Meltzer : Crise d ‘ identité – Panini Comics
. Grant Morrison : L ‘ asile d ‘ Arkham – Panini Comics
. Warren Ellis : The Authority – Panini Comics
. Akira Toryama : Dragon Ball – Glénat
. Conan le barbare :DVD 30 th Century Fox
. BVTS | Angel : DVD 30 th Century Fox
. Lost : saisons  1- 5 DVD buena vista / disney
. The Soprano : saisons 1- 6 DVD Warner home video
. Ghost in the Shell stand  alone complexe : 1ere et 2 ème saisons + Solid State Sociéty : Seven sept / Beez ent

MEDIA

http://www.mad-movies.com : je recommande aussi bien le mensuel et le forum
http://www.comicbox.com : idem , autre référence geekien
http://www.geeklemag.com : ils ont tous juste une année ; s ‘ améliore , le geek ne peux pas vraiment en faire l ‘ économie ; c ‘ est un bimensuel .
Www.ig-magazine.com : bimensuel ; aurait du être la version 2000 de Joystick à lire . Leurs dossiers sont très travaillé et vont aux coeurs de leurs sujet ; certes les numéros sont relativement chère mais ils non pas de publicité , donc ne subisse pas la préssion d ‘ annonceurs ….

Publicités

Un guide du savoir vivre à destination du geek et du newbie 2/3

Poledouris a fait un telle travail que l ‘ ont a l ‘ impression que sa musique revient de l ‘ époque ou le Monde était encore jeune . Il s ‘ agit du disque le plus épique qu  ‘il soit . Il met en musique , l ‘ amour , la bravoure , la juste vengeance et Crom  ; certes Basil Poledouris c  ‘est inspiré du «  Carmina Burana «  et de certains travaux d ‘ Ennio Moriconne mais … pour en faire une oeuvre de chair , de sang et immortel . Écouté certains thèmes de «  Gears of Wears 2 «  et le main title de « World of Warcraft – Wraith of the linch  «  . Mais c  ‘ est aussi l ‘ un des plus beaux love thème qui soit . Des morceaux comme «  Prologue / Anvil of Crom «  ; «  Riddle of Steel / Ridders of Doom «  et «  the gift of fury «  que personnes n ‘ a eut le talent de rattrapé pour cette beauté des temps anciens . Il faut aussi écouté cette valse «  the search «  légère et ancestral …bref acheté ce disque .
Robocop :
Un des travaux les plus célèbre du sieur  Poledouris ; reprenant le mélange orchestre plus synthétiseur de Jérry Goldsmith mais avec sa hargne légendaire . Il montre aussi ce que donneras Poledouris avec «  Starship troopers «  . Les ambiances n ‘ ont pas vieilli .  

Wind :
Wind est l ‘ exception qui confirme la règle chez feu Basil Poledouris . Il s ‘ agit d ‘ un film sur la coupe América ; il a donc en résumé fait son «  chariot de feu «  . mais en moins casse pied , écouté the dinghy race ; synthétique mais entraînant … éficasse ; pas un gramme de silicone  . Dans le même genre : Windward Work , qui fait regretté d ‘ être exécuté par des synthétiseurs  imaginons ce que cela étez avec une formation digne de ce nom .    
L ‘ école américaine actuelle ( Danny Elfman | James Horner | Alan Silvestri )
Elfman est l ‘ un des rares compositeurs de films à etre connus du grand public , en simplifiant sa carrière il est l ‘ alter égo de  Tim Burton et a travaillé sur deux des trois Spiderman version Raimi ; Horner est vu par certains «  spécialistes «  comme une photocopieuse vivante , car il a le dont de réutilisé certain schéma  mélodique , tout comme objectivement John Williams et Jérry Goldsmith . Alan Silvestri travaille pour l ‘ éssentiel avec deux métteurs en scène : Stephen Sommers et Zéméckis .

Danny Elfman :
Batman | Batman returns :
Le dark knight version gothique de Tim Burton ne peut existé que via son compère . Le premier sore est gentillet ; on sent qu ‘ Elfman ne sait pas ce qu ‘ il veut donné comme émotion … heureusement «  descent into mystery «  et «  the batcave » sont les partie de bravoure pour le premier  disque Batman . Ce disque impose , tout comme le film une esthétique qui sera reprise dans le bien plus passionnant Batman returns .  BR est la quintessence du duo Burton / Elfman … des morceaux de Batman , des morceaux d ‘ Étrange Noël de monsieur Jack ( écouté en parallèle les deux disques ) . Elfman semble avoir d ‘ avantage confiance en la machine blockbuster… il ne semble plus honteux à utilisé un grand orchestre . Le compositeur semble avoir compris l ‘ ambiguïté de Bruce Wayne . Que dire du pathétisme génial de «  the cemetery «  ?  que dire de  « sore spot «  – «  the final confrontation «  – «  the final «  qui représente encore le meilleur d ‘ Elfman … 

The kingdom | Wanted:
 Ces deux disques sont représentatif de l ‘Elfman actuel , pour «  The kingdom » , est ce par ce que le grand Michael Mann était le producteur du film éponyme , mais il y a des relents de Kronos Quartet / Heat ; Il se fait désormais expérimentateur  . « Wanted« est a l ‘ image du film … fun ; très très con mais  énergique .  La miniature «  success montage «  est Burtonnien avec sa rythmique …  « Fox ‘ story / exterminator beat » sont remarquable de simplicité et d ‘ efficacité et que dire de » Revenge »   … 

James Horner
Horner passe dans le milieu BOFophile pour une photocopieuse humaine en recyclant certaine de ces compositions pour les intégré au seins de sa discographie . Mais il lui arrive aussi d’ avoir des saillies créative …
AlienS :
Soundtrack  mythique pour un film qui ne l  ‘est pas moins . Il est vrai à la décharge d ‘ Horner qu ‘ il passe pour la seconde fois de sa carrière derrière Jerry Goldsmith après «  Star Trek « revenons  à nos xénomorphes  . Alors que la bande originale d ‘ «  Alien«   est très typé musique contemporaine , celle ci est  martial ; le disque commence avec le main title de  Goldsmith et le long glissando et les appelles de clairons . Tout comme son prédécesseur il y a des parties atmosphériques contrebalancé par des caisses claires ( comme « combat drop «  ) et les percussions métalliques ; qu ‘ Horner reprendra plus tard dans «   Glory «  et «  Titanic «  ; « the complex » mélange le thème des marines coloniaux avec le travail des cordes qui rendent LV 426 mortel . Du fait des tensions retranscrite , c ‘est l ‘ une des plus grande oeuvre de James Horner .
The rocketeer :
« The rocketeer «  est à la fois l ‘ «  Indiana Jones «  et le «  Superman «  de James Horner …  il mélange les deux influences sus nommé pour un digest , très digeste avec une pointe de romantisme comme «  Jénny «  ou le rollercaster «  the flying circus «  … bref ce disque est agréable a écouté .
Titanic :
Dire que Céline Dion a écrasé le travail d ‘ Horner sur ce film  est en dessous de la vérité . Il est passé a la trappe de la mièvrerie la plus total . Mais heureusement treize ans sont passé et Céline Dion , pour le bien de la Musique et de nos oreilles est passé de mode . Ont peux enfin réévalué ce travail . Le travail d ‘ Horner était délicat  ; mélangé  le romantisme ( qui de quelque manière que ce soit dans l ‘ art vire à la tragédie ) et l ‘ épique de cette histoire . Prenons le trio «  Southampton «  « Leaving port » et «  Take over the sea … «  il montre ce paquebot sous  son meilleur jour avec toute sa puissance et sa magnificence . Contrepoint avec «  Rose «  avec son thème mêlant piano ; choeur et flûte ( et se baisé sur la prou qui se termine en morphing sous marin avec la caméra qui panote – prise réelle / maquette )  si simple mais qui en dit temps sur la psychologie du personnage .
Puis à partir du naufrage , Horner ce souvient qu ‘ il quand même écrit puissant et bourrin ( avec des notes de gentillesse ) avec «   Glory «  flagrant avec «  hard to starboard «  avec le mélange caisses claire / cuivre . Mais plus le tombeau de mille cinq cent âmes s ‘ enfonce plus l ‘ orchestre gronde . « Unable to stay … » est typiquement ce que le cinéma ne sait plus faire mais que le petit écran ( je pense a BG 20003 ) , synthèse de sentiments , d ‘ épisme … une merveille . En résumé Titanic est un classique a avoir .
Avatar :
Avatar est une soundtrack somme ; elle mélange allégrement Glory ; Aliens ; Titanic ; quelque influence de BG 2003 ( le coté ethnique des saisons 1&2  ) et deux a trois thèmes originaux . James Horner a surtout évité l ‘ éffet québécoise à grosse voix avec la charmante Léona Léwis ; pas très connus de  ce coté de la Manche …
Alan Silvestri
J ‘ ai une certaine affection pour Alan Silvestri ; compositeur qui peut faire aussi bien dans une douceur énergique ( Forrest Gump ) ; l ‘ épique (Prédator 2 ;Beowulf ) et le bourrin (  GI Joe )
Prédator 2
Cette bande originale vient d ‘ acquérir le statut de classique … Silvestri donne le meilleur de lui même dans ce joyaux d ‘ action . La musique tout comme le film mélange fantastique et action  avec de gros cuivres et des rythmes tribaux avec une pointe de choeurs comme «  truly dead «  ou le simili – Williams avec «  Danny gets it « 
Forrest Gump  :
C ‘ est un mélange de sentimentalisme et de dynamisme . Mais une bizarrerie dans la discographie de Silvestri . Que je sache il n ‘ a plus jamais eut cette approche . Il est vrai que Zémeckis  devient de plus en plus sombre films après films …Forrest Gump mélange une certaine naïveté avec une ironie dès plus cruel . Silvestri la parfaitement mis en musique il faut écouté «  crusade «  ou « you can ‘ t sit here «  mais il se sait être romantique ( bien utilisé , ce n  ‘ est pas un gros mot )  avec les dérivés de «  you ‘ re not différent «   que par la suite il n ‘ a plus étez capable de faire .
Beowulf
Silvestri à pus composé son propre «  Conan le barbare «  et cela est pas mal mais qui n ‘ a pas la puissance évocatrice de la musique de Conan . Mais ce qui différencie Beowulf  d’ un Pathfinder est aussi l ‘ utilisation des choeurs masculins qui rythme la destinée de ce beaux parleur de «  héros «  comme par exemple « What We Need Is A Hero «  ou les percussions de « I ‘ m here To Kill Your Monster «   les «  I Am Beowulf «  ou «  King Beowulf «  sont des joyaux … bien trop courts et que des «  Séduction «  vénéneux a souhaits … 
GI Joe
Derniers score bourrin du couple Silvestri / Sommers . Il mélange allégrement synthétiseurs , guitare électrique et orchestre « Mars industrie «  . C ‘ est une oeuvre entre deux eaux , très rythmé mais qui sonne comme du Arnold / Brosnan James Bond des 90 ‘ s . « delivering the warhead «  cite Prédator 2 dans sa rythmique .   Il est dommage qu  ‘il soit en pilote automatique 
La nouvelle école américaine ( Bear Mc Creary | Michael Giacchino)
Compositeurs choisi ont relevé le niveau musical des séries télévisé , ce qui n  ‘est pas un mince exploit . Bear Mc Creary  et Michael Giacchino donne un nouvelle espoir concernant le devenir de la musique de film et sa petite soeur la musique de série télévisé . Leurs compositions respective garantie la pérennité de «  Battlestar Galactica 2003 «  et «  Lost «   .  
La musique de «  Battlestar Galactica 2003 « à évolué de concert  avec le scénario ; mêlant passages s épique et puissant ( prélude to war ; storming New Caprica …Laura Runs ) ; intime ( Roslin & Adama ) et prophétiques ( Passaglia ; Destiny ; Epiphany … All along the watchtower ) et le style est passé de score rejeté de Gladiator( sois disant …) à devenir par la force des choses un des canons de la science fiction ( l ‘ autre c  ‘ est Lost plus bas ) ; j ‘ estime que si ont est fan , ont a forcément les cds . Le travail de  Bear Mc Creary m  ‘ a fait découvrir le travail de Philip Glass ; que lui même revendique comme influence .
Le travail de Giacchino est aussi difficile que celui de  Mc Creary .
 Quand nous prenons a froid  le CD de la première saison , le concept «  aventure + traumatismes + mystère «  est largement avancé .  « Hollywood and vines «  est le cas typique de piste a tiroir …   dans la saisons une elle représentante un espoir ; a la fin de la saison cinq , mort et vengeance … pourtant c ‘est le même morceaux  . «  Me and My big mouth «  deviendra la signature flash back / flash forward . Ce n ‘ est pas la musique qui change , mais le fan qui évolue . 
Jusqu ‘ au pilote de « Fringe «  le XFiles moderne et conspirationniste de JJ Abrams .  La ou jusqu ‘ a maintenant , Giacchino créait ; donnait de la personnalité … la les coups de coudes commence a devenir gênant … car même le grand public connaît  XFiles et l ‘ âge d ‘ or de Mark Snow .
l ‘ école japonaise (Yoko Kanno | Kenji Kawai  )
Je ne suis pas particulièrement fan de  l ‘ école japonaise , je l  ‘ est découvert via Kenji Kawai et GITS .
Avalon :
 Pierre de touche de Kenji Kawai ; une musique étrange , pour un film qui l ‘est tout autant  … les deux sont liés . Car ce n ‘est pas la tétralogie Matrix , non Avalon parle avec huit – neuf ans d ‘ avance des soucis liés au environnement virtuels ; ce que je trouve de remarquable dans l ‘ OST est le mélange choeurs / orchestre avec éffets synthétique . Mais avec une certaine sensibilité asiatique . L ‘ un des morceaux les plus emblématique est «  nine sisters «  ou l ‘ utilisation de choeurs provenant de synthétiseurs en contrepoint montre la quête de Ash sur ce qu ‘est Avalon  : sortir du virtuel pour le réel . Avalon est aussi le contrepoint de la tétralogie Matrix car Ash contrairement à Thomas Anderson ( login Néo ) évolue de façon intériorisé , Kawai le souligne dès le morceau «  the ghost hunting «  pour s ‘ achevé sur «  log in «  .  

Ghost in the shell :
l ‘ OST des OST . A l ‘ époque c ‘ était déjà un défi pour ce procuré le disque . Pas un morceaux ne se détache de la BO ; qui reste incroyablement moderne . Un classique .
Innocence ( Ghost in the shell 2 ) :
OST aussi bizarre que le film qu ‘ il accompagne . Élégiaque , nerveux ; voici comment ce présente cette suite de Ghost in the shell . Si vous aimez le film , vous savez ce qui vous reste a faire .
Ghost in the shell Stand Alone Complex :
Les OST de GITSAC sont des merveilles absolu mélangeant JPop ; électro ; jazz parties ; orchestral . En cinq disques madame Yoko Kanno à non seulement succédé au travail de Kenji Kawai  mais a marqué au fer rouge le BOFophile .   
Aspirant geek ‘s  section
L ‘ Aspirant Geek section peut a priori semblé bizarre ; moi toi , le rookie , tu doit normalement commencé a lire   donc commencé a ce forgé un appareil critique . La ou la précédente section avait un but d ‘ initiation dès plus basique , celle ci élargie les possibilités avec des romans , des films , des séries , des comics un peux plus éxigantes au niveau émotionnelle et intellectuels .
Le geek et l ‘ informatique ; passez de l ‘ user à root
 GNU / Linux est le type même de travail de geek pour les geeks descendue par accident dans la rue du grand public . Est ce un mal ? Est ce un bien ? D ‘ un point de vue strictement technologico – commercial cela oblige Microsoft ( Windows ; Office : Explorer …)  à améliorer encore et toujours leurs produits , donc d ‘ un point de vue strictement libéral , GNU / Linux fait le plus grand bien au marché informatique , mais il y a quelque mois   Microsoft a déclaré avoir peur de GNU / Linux  . Il  est vrai que l ‘ environnement technologique pour les UNIX n ‘ a jamais étez aussi favorable . Intel et AMD étant quasiment arrivé à la limite de la taille de la gravure de silicium , ont du faire l ‘ in envisageable : rendre multicore les processeurs et comme les UNIX sont de faites multithread | multitâches  ;  GNU / Linux et ses cousins *BSD sont comme des poissons dans l ‘ eau .
Le combat open source versus logiciel propriétaire c ‘est conclut par un Yalta de l ‘ interporalité des fichiers donc en théorie que l ‘ on travaille sur Windows Seven ou Débian 5.0.3  en utilisant Open Office ; Blender et autre GIMP , l ‘ utilisateur est gagnant car il ne perd  pas le fruit de ces efforts . Mais depuis dix ans que je tourne sous  GNU / Linux et qui utilise le système des bureaux virtuel qui permet une très grande flexibilité alors que les itérations Windows en sont toujours à la session unique . Certes  GNU / Linux est vendu au rookie comme un système «  multitâches , libre et gratuit et redistribuable«  déjà il faut définir le terme 
Multitâches :
la plus simple application d ‘ utilisation du multitâches est le concept de bureaux virtuels , qui permet de faire X choses sur Y bureaux , cela change la vie et n  ‘ est plus vraiment un problème depuis le gargantuesque Windows Seven  et ces quatre  Gigaoctets   de RAM . Qui lui reste désespérément  monotache
Libre :
Cela signifie que l ‘ on ne doit pas trouvé lors  de l ‘ analyse du code source 0 % de code source copiant de façon flagrante une partie de logiciel propriétaire
Gratuit :
GNU / Linux et les *BSD  le sont pleinement si on télécharge les ISO et que l ‘ on grave celle ci 
redistribuable :
 Le linuxien et autre utilisateur de technologie Open Source à le droit et devoir de répandre GNU / Linux  .  
Sécurisé :
GNU / Linux  est configurable de telle façon a ce qu ‘ il soit le plus sécurisé possible . Si vous voulez l ‘ Ordinateur le plus blindé , enlevé la carte réseau , les ports USB ; les lecteurs DVD et de disquette …comme sa votre station / serveur seras un vrai coffre fort … n ‘ ayant aucune utilité .Par contre , un système de fichier chiffré ; des contrôles d ‘ accès facilité via 2/3 utilitaires sympathique  ; SSH ; GPG ; SNORT ;  etc … GNU / Linux le fournit de base …  idem pour SAMBA qui rend compatible  GNU / Linux avec la biodiversité microsoftienne .
Pas destiné aux jeux :
Linux est aussi bien capable de la bureautique ; de faire de l ‘ image de synthèse ; de la musique ; du montage video , du serveur ftp , web etc,  de la sécurité ( si c ‘ est configuré correctement …) mais le jeux ; pas du tout son domaine de prédilection .

Comics book
Cette section va permettre d ‘ affiné tes goûts  après la découverte d ‘ une certaine noirceur humaine via The Watchmen et The dark knight returns . Mais la bédé américaine n ‘ est pas que dépressive ; elle est aussi épique , sarcastique ; glaçante …
From hell
Alan Moore est comme tous les auteurs ; capable du meilleur ( The Watchmen ; Killing joke ; From hell ) que du pire . From hell  apporte  des pièces a charge sur le siècle Victorien ( le même mentalité régnais en France a l ‘ époque )  . son dessin en clair obscure ne laisse aucune espérance sur le XIX ème siècle  . C ‘ ‘est une autopsie  sur une humanité désespéré que je ne peux que la recommandé .
Hellboy
L ‘ oeuvre de Mike Mignola est assez particulière ; Hellboy et son extension / spin off BPRD est à la fois la digestion d ‘ un certain fantastique , tout en créant sa propre réalité . Certes  Hellboy a connu deux déclinaison filmique PG 13  qui ne corresponde plus toute a fait à l ‘  Hellboy du comics qui en fait une série de moins en moins adaptable  ( ce qui compte tenue d ‘   Hellboy 2  n ‘ est pas un mal .Mais Mike Mignola c  ‘est réservé de très grande surprises a son lectorat , ne serais ce que le twist de «  la grande chasse «   
Green Lanterns : Rebirth
Dire que la situation actuelle du Green Lanterns Corps et du DCverse était prévue de longue date et fait passé Final Crisis pour une série métaphysique est ont ne peut plus vrai . Tous les ingrédients de la Géhenne galactique étaient sous nos yeux mais comme c ‘ était contemporain d ‘ Identity Crisis , le lecteur que je suis à minimisé le retour de Hal Jordan … Rebirth ce comprend grâce a Green Lantern : Secret Origin . Qui introduit de façon rétroactive Atrocitus , mais ne chipotons pas . La ou Rebirth est une pierre de touche est la scène ou Kyle Rainer s ‘ écrase sur Terre , dans une espèce de cercueil du GLC  << vaincu par la Peur >> et plus loin nous faisons connaissance avec Black Hand ( même si il seras réintroduit dans Green Lantern : Secret Origin ) et grâce a ce maître des ombres de Van Sciver qui  donne toute l ‘ horreur de la la case ou le Spectre / Hal Jordan lui incinère  une main . Idem pour la réinvention de Parrallax  ; le coté obscur de Hal Jordan et fait repeindre en rose le Dark Vador de l ‘ épisode III . Même si Parrallax est vaincu dans la mini série ; il est désormais ancré dans l ‘ imaginaire du lectorat .
Identity Crisis : un polar tragique dans l ‘ univers super héroïque
A l ‘ époque de sa parution ; peux était les lecteurs qui croyais à une redéfinition de certain statu quo dans le DCverse , même pour moi , après tout , rare sont ceux qui a la dernière page ( aussi poignante  que la scène de l ‘ enterrement de Sue Dibny ) n ‘ ont pas étez touché par cette folle furieuse de Jean Loring enfermé à Arkham et Ralph Dibny qui souhaite bonne nuit à sa femme , case suivante : le vide  . Ce récit ; réédité en TPB est devenue un classique ; Meltzer à très bien réussi les choses car l ‘ ayant offert a une personne étrangère au comics ; elle la bien aimée . De plus il est acquis que Meltzer n ‘ a jamais voulut enclenché les crises jusqu’à la période One Year Later .L’ autre  coté des plus intéressant est l ‘ introduction des fêlures au sein de la trinité DC  , je n  ‘est pas envie de lancé un débat sur qui sont  les plus fort entre Wonder Woman | Batman | Superman  contre Thor ; l ‘ homme qui perd sont marteau plus vite que son ombre   | Iron Man le pochard | Captain América l ‘ ultra-nationaliste mais au niveau psychologique le débat est bien plus intéressant chez DC car il faudra près de trois années ( en temps humain ) pour recrée une certaine complicité .        
 . Bizarrement  les blessures crée au cour de « Crise d ‘ identité » se refermeront définitivement avec le final de Final Crisis .
The boys : une autocritique salutaire
 Je déconseille The boys au fan de la nouvelle chanson française et autre gratouilleur de guitare acoustique se prenant pour des poètes  ; si tu est trop sensible ; arrête de lire et va t ‘ acheté ses insignifiants romans bobos qui s ‘ accumule  dans les librairies . Mais si tu as les corones ; si tu ne crains pas que tes super héros ( ou plutôt parodie ) avec une critique de nous ; les  fanboys de tous poils , The boys est en ce sens bien plus pertinent qu ‘ «  kick ass «  mais bon Ellis et Millar ne jouent pas dans la même catégorie .
Sinistro War : GL Rebirth acte 2
Geoff Jones fait partie de ces individus qui marque a jamais leur art . Comme Brad Meltzer mais de façon macroscopique … les lecteurs de comics ont souvent tendance a tapé sur DC a cause de crossovers de plus en plus massif mais qui contrairement à Marvel ne se renie pas six mois après … SW va au delà , bien au delà deux camps qui au bout du compte ont raisons mais l ‘ interprète différemment  ( la Justice doit être ferme … quitte a détruire ) .
Je peux donc pensé que «  Sinistro war «  signe l ‘ acte de décès du comic book gentil et innocent , qui il est vrai  , c ‘ était déjà prie un coup de pelle sur la tête avec  « The dark knight returns » et « Watchmen » . La ou militairement Sinistro a perdu ; il a paradoxalement gagné sur la morale . Désormais le  GLC peut tué .
Final Crisis |Batman RIP
Final Crisis  est méprisé car pas très bourrin ou casse planète . Morrisson à préféré joué sur une certaine subtilité . Il repousse tellement loin la désespérance  et le  jusqu’au-boutisme que cette double saga est déprimante ; mais la grande force des Crisis DC est de faire évolué les personnages ; que dire de Brother 1 , entité bio-mécano- informatique qui passe avec ses légions d ‘OMACS de tueur de super héros à l ‘ altruisme de plus complet … ou le retour , sous un autre patronyme du Docteur Manathann  qui aide Kal El ; lui même étant un Superman . L ‘ autre intérêt de FC est sa partie central qui est B.RIP et sa manipulation sur Bruce Wayne qui lui fait vivre ces pires cauchemars   mais révèle le pire Batman qui soit ; une sorte de Batman a la sauce Marvel donc  sans sens moral et non réalisable pour le grand public : le Batman de Zur – En – Arrh ; entité qui arrivera a brisé un sous fifre de Darkseid et a tué les Batmen ; simple procédure du faible au fort de Sun Tzu . Grant Morrisson est quelqu ‘ un que je met a égalité avec Geoff Jones , K Vaughan ou Azzarello .
The Authority ( run de Warren Ellis )
The Authority est ce que je considère comme la version  pour adulte d ‘ Ultimates en ce qui concerne le run d ‘ Ellis ; la ou Mark Millar pour Ultimates détruit tout pour le fun ; Ellis remet  l ‘ humanité a sa place avec Jénny Sparks en Maitresse sadique ; les méthodes de coercition de 
The Authority  sont bien plus efficace que les Avengers a la sauce Ultimates  … bref lisé la premier année et si vous aimez , procurez vous les autres volumes .
romans
Les textes qui suivent ce doivent d ‘ être lut et apprécié  .
Cryptonomicon  de Neal Stephenson :
« Cryptonomicon «  est très clairement une oeuvre culte . Cette trilogie parle de cryptographie , de la seconde guerre mondial ; de logiciel libre ; de geeks ; de Tolkien  . Mais Stephenson arrive a rendre épique le piratage d ‘ un serveur de mail et de son écrasement par un effet EMP .  Le roman a beau être âgé de onze ans ; il parle de nos préoccupation actuelle et sans doute futur : la sécurité de nos données et donc de notre vie privée . Comme l ‘ un des personnage de ce triptyque ;  Avi je suis pour une utilisation de facto de clé cryptograhique suffisamment longue et robuste  pour protégé ma vie privé . « Cryptonomicon «  nous parle de la seconde guerre mondial comme étant le premier conflit de l ‘ information ; sujet encore négligé de nos jours … même par le récent documentaire «  Apocalypse «  . le cassage du cyptosystème «  Enigma «  qui n ‘ est qu ‘ un Vigenère très amélioré est tout aussi important que la bataille de Stalingrad ou les bombardement d ‘ Hiroshima ou de Nagasaki .

Hyperion de Dan Simmons :
Saga gigantesque mêlant sept récits , tantôt intime ; tantôt épique et gigantesque  dépassant les milles pages ; mais la n  ‘est pas l ‘ essentiel . 

Trilogie Underword USA de James Ellroy :
James Ellroy  écrit une certaine histoire des USA ; loin des clichés de l ‘ Américana et d ‘ un pays – continent qui aurait par deux fois perdu son «  innocence «  avec l ‘ assassinat de JFK et les attaques du World Trade Center le mardi 11 Septembre 2001 . Mais c ‘ est oublié la guerre d ‘ indépendance , la guerre de Sécession … le FBI de  Hoover et sa chasse malsaine envers les communistes … Ellroy vient nous rappelé que non les USA non jamais étez innocent car comme toute les grande nations construite avec des briques faites de chairs du sang et des larmes amères .  
Série télévisé
La série télévisé  est la nouvelle incarnation du «  Grand Roman «  ; les acteurs , si ils bien castés et deviennent 
Soprano :
Pourquoi est ce que je met cette série de David Chase dans la section pour geeks confirmé ? Simplement parce que le rookie commence tout juste a avoir un appareil critique et peux commencé à avoir différent niveau de lecture critique , Soprano a plusieurs niveau de lectures , essentiellement le désenchantement  de la civilisation américaine qui se réfugie dans la bondieuserie  . Carmela qui croit qu ‘  Andrea Boccelli est de la musique n  ‘est qu ‘ une variation d ‘ Emma Bovary (David Chase cite même l ‘ ouvrage et le fait recommandé par le conseiller d ‘ éducation d ‘ A.J ; et le plus drôle est que Carm trouve le livre « trop difficile » ) . Tony ; lui assume ces choix aussi médiocre et bas de plafond qu ‘ il soit . Revenons a cette pathétique  Carmela justement qui se revendique WAIC ( white anglo italienne catholique ) quand cela l ‘ arrange ce qui invalide la série «  desperate housewive «  puisque celle reprend le schéma mentale avec du botox et de Carmela Soprano . Il est dommage que la fin de la série vire a la parodie . Les éliminations de capo vire au systématisme  ; les citations de la trilogie du Parrain ; de Casino ( un mafieux ayant pour nom Santoro ) … Un mot sur «  made in america «  le dernier épisode  de la série : Tony se fait exécutée , car c  ‘ est un tique des «  Soprano «  : les tueries de fin de saisons  . Je ne vois aucun sujet de discutions . 

Lost  :
Je dois l ‘ avoué : un très grand merci à TF1 …. d ‘ avoir massacré la diffusion de Lost . Elle est passé a coté d ‘ une des séries majeurs du début du XXI ème siècle . La diffusion en troisième partie de soirée à permis d ‘ écrémé  la ménagère de moins de cinquante ans , le happy few de la machine à café au profit de celui qui est intéressé par la personnalité  des Six et de la subtilité du scénario . La première chaîne française à commis la même bêtise que France 2   en pensant que « Millénium « était un sous XFiles ou  bloquant la diffusion de « Babylon 5 » ; oeuvre connut via le DVD et connus de facto d ‘ initiés  . Il faut reconnaître que l ‘ histoire a énormément évolué en passant d ‘ un récit de survivants ayant tous des trauma ou des vies difficiles a ceux d ‘ élues dans une bataille temporel … ayant développé un sens de l ‘ ironie propre a cette formidable série ( Juliet faisant accouché la compagne d ‘ Horace  Goodspeed début de saison 5 … qui deviendra Ethan ; qui enlèvera la demi soeur de Jack , Claire au cours de la saison 1) . L ‘ affinage des scénarii et de ce qui ont survécut permettent une révision à la hausse des première saisons ; ou le fan ce demande ce qu ‘il vient faire la … en fait les éléments qui feras Lost , Lost sont présent tout le long de la saison un , lors du crash du vol 815 ont distingue très clairement une intervention électro magnétique … l ‘ antagonisme Jack | Locke  idem ; ils étaient a quelque rangés de sièges l  ‘un de l ‘ autre . Sur l ‘ Île  Locke rentre en symbiose avec elle ( les rares plans méditatif sont pour lui ) . Maintenant , dois je parlé de la fameuse fin ? Les scénaristes et les producteurs ont choisi l ‘ école Battlestar Galactica ; dont la fin à fait soit disant hurlé ; hors les mêmes causes produisent les mêmes effets : se sont deux séries à connotations religieuses car au final quelle est la différence entre l ‘ épiphanie de Baltar emmené par N°6 à l ‘ opéra house qui nous succgère les final five et Héra et le temple de l ‘ Île avec le jugement de Ben Linus …    
BVTS | Angel :
 « BVTS | Angel «  à réussit la ou «  Heroes «  et «  Smallville «  ; qui nous promettait  du comics books on the screen.. des histoires gigantesque … pour se retrouvé avec des séries qui arrivent a faire honte à TF1 ( comme quoi tout arrive ) ; je ne reviendrais pas sur ce que je pense de Whédon et du BuffyVerse  ; ce sont des incontournables .
 Manga
J ‘ ai beau être trentenaire ; être de la génération «  Club Dorothée «  ; je ne lit pas énormément de Manga . Mais étant devenue un style de bande dessiné classique. Le rookie ; comme le Geek confirmé ne peut faire l ‘ impasse sur certaine oeuvre dites majeurs ( mais qui ne sont pas aussi importante me concernant que  «  Watchmen «  et « The dark knight returns «  du point de vue formel ; fin de parenthèse )

Dragon Ball
Dragon Ball est une vrai oeuvre culte ; il n ‘ y a qu ‘ a voir avec quelle volonté cela a étez concentré façon  cuisine moléculaire  et piétiné façon PG 13 . DB est très long , on peut basiquement le coupé en trois périodes : l ‘ enfance de Sangoku ; Sangoku adulte et enfin son legs . Je suis un fan de Sangoku enfant , la quintessence de l ‘ innocence et ou l ‘ on ignorais d ‘ ou il venait .Akira  Toryama porte un regard des  plus acérée sur la petitesse de certain individus : voir le Général Rouge qui veut les boules de cristal pour devenir plus grand … un individu de petite taille  le reste si il ne se grandit pas moralement ( voir Krilin)  . Le manga commence a perdre en qualité d ‘ écriture dès le second round avec Satan Petit Coeur . Et dès les Saiens / Namek sa vire à la « bourinitude » ; j ‘ aime les destructions de masses ; mais la cela devient trop .  En revanche la période cyborg – Cell est rigolote car il s ‘ agit du début de la déconstruction du «  mythe «  Sangoku … son fiston Sangohan  ce montrant bien plus efficace . Avec bien sur un voyage spatial temporel ….  Cell annonce d ‘ une certaine manière le Gog  de Kingdom Come  en tend qu ‘ individu revanchard et donc jusqu’au- boutiste . En cela Cell est un individu respectable car il fait tout pour arrivé a son but … et se faire dégagé par un kévin , certes puissant ; mais un kévin quand même . Mais ce qui abîme DB est la farce «  Boo «  avec ses histoires de fusions ; de super – méga – ultra guerrier parfait … certes il y a le tournoi des arts martiaux qui confronte les «  héros «  de la saga au individus «  normaux «  . Mais ce  n ‘est même pas une relecture post moderne des aventure de la famille de Sangoku …juste un enfilage de «  gags «  digne d ‘ une production EuropaCorps …

Films
2001 :
2001 reste une des références cinématographique de science fiction a avoir chez soit et a regardé de temps en temps . Sans le film de Kubrick ; il n ‘ y aurait pas eut les deux trilogie Star Wars de Georges Lucas . Même James Cameron , lui rend hommage sur la durée d ‘ un plan ; lui même s ‘ en est inspiré pour les rares plans extérieur du «  Sulaco «  dans Aliens  . bref ne pas faire l ‘ acquisition de 2001serait une faute de goût certain .
Conan le barbare :
Dire que ce film , a crée une branche de l ‘ industrie du divertissement à lui tout seul ; des vocations diverses ( scénaristes , réalisateurs , musiciens , comédiens …) il est l ‘ égal d ‘ un 2001 et d ‘ un « Nouvel espoir «  à lui tout seul . C ‘ est l ‘ une des très rare oeuvre ou la symbiose ce fait sous le nez du spectateur et qui fasse corps avec le film .  La question que doit supposé ce posé la question , toi Aspirant Geek est quelle est le meilleur : LOTR , version longue ou Conan ; la réponse ; noob est que l ‘ un et l ‘ autre a des qualités et des défaut , mais les deux se doivent  d ‘ être connus et aimé . Un derniers mot sur le «  Conan bégins «  … le projet est en lui même ridicule .
Aliens :
Tout à étez dis ou presque sur cette oeuvre culte …
The dark knight :
Toutes révolution a commencé dans l ‘ ombre ; dès long métrages que le cinéphile qualifie de de majeur ; ne l ‘ était que très rare lors de leurs exploitation en salle ; il y a bien sur   des exceptions à cette règle : «  A new hope «  ; « Avatar «  sont les plus connus . The dark knight lui n ‘ a pas révolutionné au sens propre le cinéma ; mais a donné a son genre : le film de super héros ce qu ‘ il lui manquait : la noirceur de l ‘ homme . De par son scénario ; ce film a traumatisé l ‘ industrie cinématographique ; le film «  Green Lantern «  ; le reboot de «  Spiderman «  a imposé sans le vouloir cette norme de la noirceur qui ne sied pas à tout le monde .  The dark knight reste toujours aussi noir et pessimiste , trois ans après sa sortie . Nolan à compris la machina de l ‘ héroïsme en ne faisant en aucun cas du second degré .
Avatar :
Plusieurs mois sont passé pour faire passé le coup de boule donné par James Cameron et sa redéfinition du Cinéma . D ‘ ailleurs cette révolution technologique de E – Motion capture et de son évolution artistique … des Geeks ont couiné car James Cameron était perfectible avec son scénario  … et alors ? Même avec ses coutures scénaristiques cela n ‘ empêche pas «  Titanic «  d ‘ être un film immense et paradoxalement d ‘ être aussi violent qu ‘ un « Terminator » . Ce  qui embête les nerds confirmé est qu ‘ a terme des monuments littéraires comme Dune ; Fondation ; Hypérion et sa chute sont réalisable … donc avec du fric , un séide d ‘ EuropaCorps peux abîmé ces classiques … je les rassures , je pense qu ‘ il y a loin de la coupe aux lèvres  . Le Cinéma devra aussi

:Un guide du savoir vivre à destination du geek et du newbie 1/3

A G. qui en a connus des vertes et des pas mures cette année  …       
       
                    

Cela commence à faire un certain temps que je traîne mes guêtres sur le net et divers forums … et de temps a autre nous voyons débarqué des individus sous testostérones qui se revendiques «  geek «  et utilisons le terme ; emmerde les anciens a la fois par leur morgue fort mal placé mais aussi par leur inculture typiquement grand publique . Je me propose donc avec ce guide qui est une FAQ culturel .

Qu ‘est – ce qu ‘ un geek ?
Je vous renvois sur le blog de Lord of Babylon : http://lord-of-babylon.blog.toutlecine.com/ et cherché l ‘ article «  dit papa c ‘ est quoi un geek  ? «  . Certes des «  élites «  vont brandir telle un livre sacrée le Larousse 2010 et sa définition du Geek :  passionné d ‘ informatique et de «  nouvelle technologie «  , cela revient a définir le communisme selon Marx et ne pas cité les contributions de Lénine et Staline ; doute définition incomplète est pire que pas de définition du tout . Lors d ‘ une conversation avec Damien l ‘ un des vendeurs d ‘ Astrocity ( comic shop à Lille et meilleur boutique de France à l ‘heure actuel ) sur un réseau social virtuel ; donc , celui ci revenait de New York ; donc nous parlions de chose et d ‘ autre comme la différence fondamentale  entre le lecteur de comics au USA et son équivalent français . Au USA ce média est diffus dans toute les couches de la société , en France non, ont reste dans notre caca franco belge ( il est vrai que cette émission sectaire «  d ‘ un monde de bulle «  sur Public Sénat ne fait rien pour arrangé les choses )et ont fait la parade pour des mangas médiocre a 70 % d ‘ entre eux . Ce qui arrange certains chroniqueurs parisianistes arrière gardiste .
Qu ‘ est – ce qu ‘ un newbie ?
Un Newbie n  ‘est pas pas un geek ; mais un aspirant geek , la est la nuance ; il croit que parce qu ‘ il aime »GTO », « Ultimates » et le remake de «  massacre à la tronçonneuse «  qu ‘ il se croit geek , tout en pensant que accumulé un grand nombre de posts leur donne droit a balancé des vannes mal séante . Ce ne sont au final que des individus ce croyant un peux plus «  intelligents «  que leurs ainés .
Comment passer de statu de rookie  a celui de geek à part entière ?
Il n ‘ y a pas trente six solutions , il faut ce  crée une sensibilité Geeks ; c  ‘ est tout aussi exigeant que d ‘ apprécié un concerto de Mozart sous la direction de  monsieur Daniel Barenboim , le rookie  a  le cerveau aussi vide qu ‘ un présentateur télé , il faut donc lui enlevé ces préjugés pour essayé d ‘ en faire quelqu’un  de culturellement présentable sur les forums ; mais bon si même après avoir lus ce texte et appliqué a la lettre , si le rookie  ce fait kickbanné si fort des forums qu ‘ il en a la marque des semelles sur le séant …  ce seras a cause de sa bêtise ; ce n ‘est qu ‘ un guide ; pas un générateur de miracles .

Quelque préjugés courant sur les geeks
Nous sommes vus par une grande majorité du «  grand public «  et des hommes / femmes politiques comme une communauté assez étrange et ayant des moeurs bizarres  ( limite si nous ne faisons pas des sacrifices au Chtullu ) , je me suis amusé à reprendre des préjugés bien réel et à les désamorcés :
Ce sont des nolifes ; des pirates informatiques ; ils passent leurs vies sur internet ; ils regardent des séries débiles et la plupart du temps inconnu ; ils aiment Star Trek ; ils adorent les films d ‘ horreurs , de science fiction , d ‘ action ( mais pas des vrai films comme les drames , les comédies à la Française ) ;  ils détestent «  Plus belle la vie «  alors que c’est bien ; ils aiment les mangas ( ce n ‘ est pas de la vrai BD ) ; ils aiment les comics books ( de la propagande impérialiste américaine ) ; ils regardent des séries en VOSTF ; ils écoutes des musiques de films ( des débiles quoi !) ; ils jouent au jeux vidéo  qu ‘il termines ( ils sont ultra violent ) et haïsse les casual gamers ;  ils écoutes des musiques de jeux vidéo ; ils écoutent  des musiques de série télévisé ; Fan de Star Wars , mais il détestent les épisodes 1, 2, 3 (alors que se sont les meilleurs a causes des effets spéciaux ) ; ils collectionnent des DVD ; des statuettes ; des actions figurines des posters (  des jouets les nazes )    …
Ce sont des nolifes  :
Les nolifes sont les extrémistes du mouvement geek  donc en temps que telle ils sont statistiquement  faibles , a remarqué  que le terme est rentré dans la publicité radio sur certaines station pour signifié débranché …
Ce sont des  pirates informatiques :
Affirmations gratuite , sans les geeks , il n ‘ y aurait pas d ‘ ordinateurs individuel ; pas de GUI ; pas de lecteurs MP3 … pas d ‘ informatique «  moderne «  en sommes .
Ils passent leurs vies sur internet :
Le public de l ‘ ex première chaîne d ‘ Europe à du mal a comprendre que le geek vie bien sans le quitus des décideurs télévisuelles   pour découvrir des séries qui seront mal traduite et massacré lors du doublage en français dans le meilleur des cas . Nous militons de part notre nature pour ce que nous aimons ; le grand public de toute façon confond volontiers la navigation / discutions ; les jeux de rôles ( anciens grand Satan médiatique  ) en temps réel et les blogs ( il est vrai qu ‘entre mais ceux ci non rien a voir avec les weblogs de jeunes filles en fleur qui exposent a leur dépend leur vie privée )

Ils regardent des séries débiles et la plupart du temps inconnus :
Doctor Who ; Torchwood ( surtout la saison trois ) ; ne sont pas conçut pour un public spécifiquement français et donc loin d ‘ une certaine beauferie  coutumière des production «  grand public «  . A contrario Nerdz et Noob ( une sorte de the guild à la française )   avec ses peux de moyens  sont  des merveilles qui sont compensé par la volonté des équipes créatives .

Ils aiment Star Trek :
 Les séries Star trek sont des hymnes a la tolérance , tous le monde devrais regardé ces séries . 

Ils adorent les films d ‘ horreurs , de science fiction , d ‘ action ( mais pas des vrai films comme les drames , les comédies à la Française ) :
J ‘ ignorais que ci qui  tient lieu de cinéma national pouvais être sérieusement considéré comme ayant encore une quelconque valeur , soit «  intellectuel «  , sois de pur divertissement . L ‘ un comme l ‘ autre notre «  cinéma «  est devenue une parodie fauché et nombrilliste . Prenons le cinéma germanopratin : peux de moyens , des scénarii dont même un petit génie Hong Kongais sous la menace des triades ne voudrait tournés et des acteurs ayant réussit a scié les barreaux des cellules de «  Plus belle la vie «   et qui croient avoir  encore du talent (engagée seulement a cause du soutien gorge mis en valeur ) .
Ils détestent «  Plus belle la vie «  alors que c’est bien :
 Quand on a la chance d ‘ avoir Kaamelott qui relève le niveau en matière de fiction française a tous les niveaux vis a vis de «  Plus belle la vie «   oui  car d ‘ un coté nous avons des acteurs digne de ce nom et de ce sacerdoce admirable et d ‘ un autre coté une bande d ‘ humanoïdes qui arrivent a bafouillés deux a trois mots sans ce trompé en ayant si possible un air profond .  

Ils aiment les mangas ( ce n ‘ est pas de la vrai BD ) :
Depuis qu’ une personnalité politique dite « progressiste «  à jeté l ‘ anathème sur ce genre de bande dessinée , maintenant pour qu ‘ elle fasse son méa culpa ( sa spécialité )   envers nous les  trentenaires , ce n ‘ est  pas gagné . Pourtant nous biberonné à «  Dragon ball » ; «  Saint Seiya «  qui lisont « GUNMM » , «  Captain Subasa « sommes plus ouvert d ‘ esprit que les lecteurs exclusif  de franco belge ( c  ‘ est un fait )  

Ils aiment les comics books ( de la propagande impérialiste américaine ) :
 La aussi une idée toute faite . Pourtant il y a de tout dans le genre . Du spectaculaire ( Ultimates ; The Authority ) ; du polar noir – serré – cynique sans sucre ( 100 Bullets ) ; de la politique – fiction quoique ( Ex – Machina ; DMZ ); critique  des médias ( Transmétropolitan ) … de l ‘ iconique ( Green Lantern ; les séries autour du BatmanVerse et du SupermanVerse ; Justice Society of América ; Justice League of América ) une relecture couillue avec des poils autour et de la chique du genre iconique ( The boys ) et j ‘ allais oublié «  Hellblazer «    . Les oeuvres citée ci dessous sont bien plus critique envers les USA que  n ‘ importe que n ‘ importe quelle réunion de super bobos médiatisé dans une brasserie parisienne . 

Ils regardent des séries en VOSTF :
 Regardé un épisode le Lost , de Battlestar Galactica ou de Doctor Who en version originale sous titré  permet de s ‘ affranchir de la censure imposé par le CSA (comité de surveillance audiovisuelle Français ) , qui est certes nécessaire pour la diffusion envers le grand public ( il ne faut ni le choqué ; ni le faire réfléchir ; ni lui donné une émotion quelconque ) ; mais dès plus inutiles pour ces séries qui sont de fait confidentiel en France . L ‘ autre avantage est de ne pas subir la nième performance d ‘ un doubleur coincé dans un type de rôle ici et qui écrase le travail des acteurs originaux .

ils écoutes des musiques de films ( des débiles quoi !) :
Si la musique orchestral existe toujours , c’est grâce à Korngold , Rozsa ; John Williams entre autre qui m ‘ a fait découvrir le style ( allégé de sa symbolique première de Richard Wagner ) puis il y eut Jérry Goldsmith , Basil Poledouris …

ils jouent au jeux vidéo  qu ‘il termines ( ils sont ultra violent ) et haïsse les casual gamers
 Les moeurs commence a évolué lentement , sans doute a cause du casual gaming  ; mais il est vrai que pour les médias ; il est plus faciles et rentable au niveau audience de parlé de jeunes cons qui passe leurs soirées sur «  World of Warcraft «  ; «  Counterstrike «   ; « Unreal Tournament 3«  ( gracieux , léger et pas violent du tout … 🙂 ) , les divers avatars de «  Pro Evolution Soccer «  qui sont des univers très chronophage qui coupe de l ‘ environnement « réel «   . Et il est vrai qu ‘ il n ‘ y a pas meilleur gibier que l ‘ être humain ( même avec des boutons et des cheveux long et ayant des goûts musicaux incompréhensible ) , le jeux vidéo est de toute façon mal vu car les studios de développement et autre éditeurs ne font pas de lobbying envers les média grand public comme les 13 H- 20 H  de TF1 | France Télévisions  ; le Parisien ou Marianne pour en cité quelque un ,qui se complaise dans des clichés  . Le  casual gamer est aussi un fléau ; il devient peux a peux l ‘ équivalent du bobo version numérique . Celui ci veut du hype et de la simplification à tout va , il ne veut pas passé quinze  heure sur un donjon quelconque ; il n ‘ a pas le goût de l ‘ éffort / récompense ( Diablo II n ‘ est pas casual ) .
ils écoutes des musiques de jeux vidéo :
 Les Bandes Originales de Jeux Vidéo  ( mais ont utilisera le terme OST pour celle ci car c’est avant tout une spécialité Nipponne ) sont une sous catégorie des BO ; mais sont dès plus honorables comparé au blockbusters .  J ‘ avoue une faiblesse pour la série «  Halo »  et pour le peux subtil «  Gears of War  2«  qui lui est du pur plaisir coupable  .
Ils écoutent  des musiques de série télévisé :
 La série «  XFiles «  a initié la voix contemporaine de « Babylon 5 « de Christopher Frank  qui  n ‘est pas connus du grand public … Puis le renouveau vint avec Bear Mc Creary et Michael Giacchino.
Fan de Star Wars , mais il détestent les épisodes 1, 2, 3 (alors que se sont les meilleurs a causes des effets spéciaux ) :
 SW est effectivement litigieux au sein de la communauté et cela de la faute de son créateur : Georges Lucas  a détruit avec «  la revanche des Siths «  ce qu ‘ il à crée avec «  A New Hope «  . Dark Vador a beaucoup perdu de son coté ultimate bad guy avec l ‘ épisode 3 ; quel mauvaise idée de l ‘ avoir amoindri ; les séries de comics books édité chez Dark Horse / Delcourt nous redonne un seigneur Sith dans la droite ligne de «  l ‘ Empire Strike Back «  pas d ‘ humanité qui vienne entaché le charismatique seigneur noir . Cela dit via le livre VI de Kaamelott ; le nerd un temps soit peux judicieux peux commencé son procès en révision pour une «  canonisation «  … mais le chemin est long .   

Ils collectionnent des DVD ; des statuettes ; des actions figurines des posters ( des jouets les nazes ):
Certes , le geek est un collectionneur dans l ‘ âme ; ou est le soucis ?
Rookie ‘s section
Je part du principe que  le rookie a soit mauvais goût , soit pas de goûts du tout et qu ‘ il faut donc l ‘ initié dans les arts geeks  : comics ; séries télévisé  ;  romans  ; films ; bande originales ( fin dans ce chapitre ) , ne t ‘ inquiète pas chère lecteur , tous ce passeras bien … si tu survis ….
Comics book
Pour s ‘ initié au comics , je recommanderais  «  Watchmen «  et « The dark knight returns «  car se sont  des ouvrages , sombres et sans concession et ayant finalement le même sujet : un monde idéal contre le pragmatisme politique . Dans ces deux ouvrages , les super humains  sont mis face a leur inconséquence . 
Enfin comment ne pas conseiller : « Arkham asylum «  de Grant Morrisson qui complète «  Killing joke «   tout en racontant en filigrane la vie du fondateur de l ‘ asile d ‘ Arkham de façon très Lovecraftienne …
romans
Cette sélection , aussi courte soit elle permet de découvrir des éléments fondamentaux de notre culture .
Starship Troopers de Robert Heinlein :
Je considère « Starship Troopers «   comme étant aussi important que «  Conan le barbare «  dans un genre très différent . L ‘ une des vertus de la science fiction est de pourvoir parlé de tous les sujets sous couvert de divertissement .  Ce n ‘ est en aucun cas une réflexion sur la Démocratie ; mais un roman d ‘ initiation d ‘ un «  civil » qui devient un officier de carrière . C ‘ est aussi une réflexion pertinente sur l ‘ armée et la guerre . De la nécessité de l ‘ un et de l ‘ autre  pour notre « société «  . Il reprend Clauswitz sur ce schéma politique avec la patte sucré de la science fiction .

Les intégrales de Lovecraft :
 L ‘ oeuvre d ‘ H.P. Lovecraft ce doit être l ‘ un des piliers de toute bibliothèque geekienne (néologisme , je ne l ‘ ignore pas )  digne  de ce nom . Il est l ‘ égale d ‘ un Poe et préfigure King . La mythologie du Nécronomicon sois disant écrit par << Abdul Ahlazred >> en 730 . Ce qui est remarquable chez Lovecraft est son style  qui emporte le lecteur dans cette univers de peur sans nom et pourtant si réel .
Légende  de David Gemmel :
Ont deviens moins facilement fan de feue David Gemmel que de JRR Tolkien . Comme plein de monde j  ‘ ai fait la bêtise de lire son «  Lion de Macédoine «  âpres les «  Muraille de feu «  de       ce qui ne faut jamais faire . Puis mon appétence   pour l ‘ héroïc fantasy revint quand j ‘ ai commencé a foulé les terres d ‘ Azelroth  ; donc sur la bonne réputation de « Légende  «  et son prix modique ma fait rentré dans le cycle Drenai .  « Légende  «  est en fait a la moitié du cycle  de l ‘ Empire Drenai .
Le guide galactique de Douglas Adams :
Pour résumé l ‘ oeuvre , c ‘est un peux «  la recherche du temps perdu  «  de Proust ; les digressions en moins , mais en ajoutant les délires de «  Doctor Who «  moderne ( version Tennant ) et une dose de troisième degré , a lire .
Série télévisé
Rome
Les bien pensant ; à la rigueur les programmateurs de chaîne télévisé pense que « Rome » ce résume a Soprano + toges … je veux bien mais il n ‘ y a pas d ‘ équivalence de docteur Melfi ; pas de cocaïnomane ….par contre il y a de la trahison ; des meurtres ; de la vengeance , des acteurs formidables ; une histoire nerveuse et furieuse …  et un décors magnifique .Rome ce doit d ‘ être vu pour ce débarrassé des mièvreries française , le choc est d ‘ autant plus violent que ces grand acteurs ne surjoue pas . Et contrairement a ce que l ‘ on pense très souvent , moins violent que les Soprano
Millénium : 
Millénium  n ‘ aura duré que trois saisons ( la troisième est surnuméraire ) mais a marqué au fer incandescent le petit écran . Série majeur atteint du «  syndrome Angel «  ( série qui n  ‘est pas pour les enfants et diffusé à une heure du matin et de surcroît censuré ) . Catherine & Franck Black non rien avoir avoir avec les Mulder & Scully de la grande époque ( XFiles jusqu ‘ a la saison cinq incluse )  . Millénium a pour seule défaut d ‘ être une série millénariste et d ‘ avoir cette saison trois qui tue littéralement parlant les fabuleux season final de la saison deux . Chris Carter avant d ‘ être frappé de Gavaldisme ( dégénérescence créative avancé dont les signes avant coureurs sont Smallville ; les frères Scott  et Plus belle la vie ) a poussé pour l ‘ époque le plus loin la créativité pour un network grand public . Toujours pour cette saison deux le double épisodes Chouette | Coq sur fond de Parsifal wagnérien et qui via ces quatre vingt dix minutes annonce Lost avec ces guerres clanique et son Térry O ‘ Quinn impérial et si sous estimé …
Ghost in the shell Stand Alone Complex :
La série se compose de deux saisons et d ‘ un OAV . Cette série est contemporaine de BG 2003 et se pose les même questions sur la politique , l ‘ homme , la place des technologies au seins des sociétés humaines ; ce qui les différencie l ‘ une et l ‘ autre est la part d ‘ espoir dans l ‘ humanité , Ron Moore crois à une rédemption ; Shirow absolument pas  ; la notion de «  justice «  est toute autant relative qu ‘ a notre époque . Les deux saisons parlent de conspiration au profit de politiques véreux ; certes a la fin la Section 9 nettoie ces mécréants . Mais pourquoi toi le Rookie dois tu voir ce classique ? Les scénarii qui sont carré ; l ‘ animation fait oublié que cela est animé … les éffets numériques sont dignes des derniers blockbusters    mais c  ‘ est surtout la réflexion sur l ‘ Internet qui sont de plus en plus pertinente ; il est vrai que des univers dit persistants comme «  World of Warcraft «   ou «  Aion «  sont tellement immersif que GITSSAC ne fait que prophétisé un avenir toujours plus proche .

Films
Les films suivants sont les piliers d ‘ une dvdthèque nécessaire a ton éducation et te donnez un minimum de vernis culturel .
Octobre rouge , Die Hard 3 , le 13 ème guerrier :
Films remarquable de John Mc Tiernan , héraut de la mise en scène , qui manque tant actuellement . Ce réalisateur que le rookie ce doit de connaître , non seulement a cause de sa filmographie a faire pâlir n ‘ importe quelle réalisateur de drame bourgeois français mais  Mc Tiernan est aussi sous estimé que James Cameron par une certaine presse parisianiste . Prenons son diptyque Die Hard  ( i a réalisé le premier et le troisième ) ces films ont «  intellectualisé «  le cinéma d ‘ action via sa mise en scène spatial et ses scénarii a tiroir ( DH 3 en est l ‘ archétype ) . « A la poursuite d ‘ Octobre rouge «  ou transformé un bon livre avec des bouts de FORTRAN dedans en thriller psychologique rythmé par Basil Pouledouris avec cinq décors grand maximum …et qui est devenue de fait le classique du genre . Et terminons par le « 13 ème guerriers » qui a loupé de peux la case «  nouveau Conan «  ; pas a cause de McTiernan ; mais a cause du producteur ; cela dit il faut voir et revoir ce poème graphique … ne serais ce que la scène du duel a la hache et du bouclier ….
Prédator 2 :
Pourquoi , Prédator 2 seul ? Simplement parce que ce film ce suffit à lui même et que  j ‘ ai une préférence à celui ci , plus sauvage , sale et crue ; qui n  ‘est plus vraiment possible a moins de visé la mention R .
Superman
« Superman « de Richard Donner est Le Film super héroïque par excellence . Ce film est d ‘ une telle importance qu ‘ il a étez  pillé par la série Smallville et abîmé par «  Superman Returns «  .  Superman » résiste au outrage du temps et peux encore ce voir malgré les évolutions de Kal El qui n ‘est plus le boy scout en collants bleu depuis quatre / cinq années . 

 Avalon   :
 Film sortie dans la plus grande indifférence en 2001 , « Avalon «  devient au fil des ans prémonitoire , il ne faut pas le comparé a la tétralogie Matrix (les épisodes d ‘ Animatrix « La seconde renaissance « compte pour un unitaire )  ; mais a ce monument digne d ‘ EuropaCorps qui est « Ultimate Game «  l ‘ esthétique sépia et l ‘ armement russe peuvent rebuté ; mais ce film et le canon de son genre .
Bande originales de films
Pour les B.O.F  ; il y a  plusieurs  écoles   , la nouvelle école anglaise ;  l  ‘ ancienne et la nouvelle école américaine et  l ‘ école japonaise . Pour t ‘ initié cher rookie  découvre ses compositeurs qui ne te doivent plus du tout t ‘ être inconnus . Ce n  ‘est qu ‘ une discographie «  de base «  mais suffisamment exhaustive pour démarré une collection selon ces goûts .
La nouvelle école anglaise :  Murray Gold , Ben Foster ; David Arnold
Que serait le relaunch de Doctor Who sans Murray Gold et Ben Foster  ? . La puissance évocatrice de la musique augmente en même temps que son budget . Il n ‘ y a qu ‘ a écouté «  Rose in péril «  ; « I ‘ m coming to get you «  ; «  Hologram «  et le sublime «  Rose defeats the Dalek «  … Mais Gold peux écrire aussi de façon tendre ( Rose thème ; Madame de Pompadour …) voilà pour le tour de chauffe des deux premières saisons … les deux autres sont encore bien plus exaltantes . Si je devais résumé la saison quatre se serait bien sur via la musique du trailer de l ‘ épisode «  all the strange , strange créature «  , qui mélange cuivres carnassiers ; guitare électrique …piano enjoué … il y a le merveilleux mais sombre «  this is Gallifrey , our childhood , our home «    . D ‘ ailleurs cette saison trois explore la » darkitude « du Docteur ; qui heureusement n  ‘ est pas un «  héros «  consensuelle  comme il en sort chaque matin en France  . Le  disque de la saison quatre n ‘ est pas aussi épique que celui de la saison trois ; celui ci est mélancolique et romantique . Il faut écouté «  song of captivity and freedom «  qui explore le coté mélancolique et surtout «  the greatest story never told «  qui mélange allégrement grand orchestre ; choeur avec un coté «  Avé fortuna «  tiré du Carmina Burana  dans une mélodie échevelé et grandiose et résume à elle seule l ‘ histoire de Rose et du Docteur . Il y a aussi cette hommage envers les Beatles avec le thème «  a dazzing end «  entraînant ; monstrueux … magnifique …
Torchwood est différent … même si cette organisme de surveillance contre le Docteur est crée par la reine Victoria au cours de la saison deux .Le postulat de départ étant différent ; le style musical le seras aussi . La ou dans Doctor Who la guitare électrifié  est rare ; elle est ici commune dans la série de Captain Jack ont plus proche d ‘ un «  tomorow never die «  de David Arnold que John Barry d ‘ obédience Bondienne .
David Arnold :
Comment ne pas parlé d ‘ un des anglais les plus talentueux de son époque et successeur de John Barry sur les James Bond . Pourtant Arnold  a plus ou moins commencé comme metteur en musique de «  Stargate «  et « ID 4 «  ( et on reproche a Hanz Zimmer d ‘ être bourrin ). 
Indepedence Day :
Ce machin est sans doute son pire travaille . A l ‘ image du film ( étonnant qu ‘ EuropaCorps ne l ‘est pas produit ) ; c  ‘est long ; pénible ; sa n ‘ avance pas  ; il y a de l ‘auto citation ; écouté Stargate ou Indepedence Day est clairement une punition pour le scorophile , heureusement David Arnold ce reprendra avec la franchise de 007 et Casino Royal | Quantum of Solace  sont clairement ses meilleurs oeuvres à l ‘ heure actuel .
Casino Royal | Quantum of Solace
Tache a priori très difficile de mettre en musique « l ‘ avant – James Bond «  ; l ‘ orchestre est bondissant ; vif …  mais David Arnold compose ce qu ‘ il faut de tensions , le thème de 007 est suggéré tout le long du disque jusqu’à la plage : « my name is Bond … James Bond «   . Quantum of Solace commence la ou c ‘est terminé thématiquement Casino Royal , cuivre sombre et rythmique électronique …les deux disques peuvent être enchaîné sans problème … Arnold a dut les composé dans cette optique .

L ‘ école anglaise est a découvrir et a redécouvrir .
L  ‘ ancienne  école américaine ( Rozsa  – Herrmann | John Williams – Jerry Goldsmith )
Pourquoi le qualificatif d ‘ ancienne ? Parce que ces grands maîtres ont disparus ou comme John Williams plus proche de la retraite que de leurs vertes années . Miklos Rozsa n ‘ as pas fait que «  Ben Hur «  ; ont lui doit «  El Cid «  ; «  Quo Vadis «  entre autre . Quand on écoute ses oeuvres * le style épique était son pain quotidien par ricochais il influencera la génération suivante des Williams / Goldsmith .
Bernard Herrmann  est avant tout l ‘ alter égo d ‘ Alfred Hitchcock ; mais il a aussi travaillé pour Orson Welles ou Robert Wise . Son oeuvre est régulièrement pillé ( en version poli on dit que c ‘ est un hommage …) . Rozsa et Hermann ainsi que Korngold , ont posé les fondations de la Bande Originale ; donc le rookie comme le Geek confirmé ce doit de découvrir et de redécouvrir ces compositeurs .
Johns Williams :
Pour John Williams autant parlé de lui avec deux styles très différent : la tétralogie » Indiana Jones » et cette pièce d ‘ Américana  qui est «  Superman «
Superman (version 2 cd ) :
Cette version n ‘ est pas dirigé par John Williams mais par John Debney et j ‘ aurais tendance a pensé que cela rajeuni le score ; mais cela lui donne une vie qu ‘ il aurais déjà connut . Superman est largement contemporain de «  Star Wars : A new hope «  moins les défaut de copie taiwanaise  de Richard Wagner . Il reste un des meilleur travail de Williams hors giron Spielberg / Lucas ( quoi on en dise «  revenge of the Sith «  ne peut être comparé à «  empire strike back «  . Ce que je retient comme thèmes dans ce double compact disc ; son prologue ainsi que «  the planet Krypton «  qui lorgne vers «  ainsi parlait Zarahustra «  de Strauss mais que dire des pièces : Leaving home / The fortress of Solitude , qui sont indémodable et puissant  , le deuxième ne vaux que pour son «  love thème «  .En synthétisant ,  Superman est représentatif du travail de John Williams de cette époque , mais ne deviendra intéressant qu ‘ a la décennie suivante avec ESB et la tétralogie Indiana Jones .
Indiana Jones ( les quatre scores ) :
Ces opus sont devenue des standards dans le genre aventure . Tous compositeurs en devenir ce doit de rendre hommage a la période dorée de John Williams .
Indiana Jones : Raiders of the lost Ark  :
 Chez Williams quand un thème est récupérable ; ont le fait …ROTLA en est un parfait exemple … il est caviardé d ‘ influence de l ‘ Empire Contre Attaque ; cela ne l ‘ empêche pas d ‘ être l ‘ un des plus grand score d ‘ aventure composé . Cela n ‘ empêche pas ce score de quelque fulgurances : » Washington Men | Indy ‘ s Home » qui présente le thème de l ‘ Arche d ‘ Alliance ; « the basket game » … ; « the map room : dawn « qui développe en entier et pleinement l ‘ Arche ( avec un coté Rozsa sans doute voulu ) » the wells of the soul  «  mais les trois derniers morceaux : « Indy follows the Ark «  ; the miracle of the Ark «  et «  Washington ending & Raiders March «  qui annoncent  le combat musical Darth Vader / Luke  dans le «  Retour … »  la monté des cordes ; les percussions … les choeurs ; nous sommes a la limite de la maquette concernant ROTJ .
Indiana Jones and the temple of doom :
Je vais faire court : je n ‘aime ni le film et encore moins la BO qui cumule tous les poncifs de Williams . 
Indiana Jones and the last crusade :
Il s ‘ agit pour moi de la bande originale que je préfère dans le cycle Indiana Jones . Les années non pas prises sur cette suite direct de «  lost ark «  . «  the x mark spot » est remarquable avec le mélange d ‘ ambiances  . «  journey to Austria «  est bondissant tout en exprimant l ‘ aventure .  Les parties terminales «  the canyon on the crescent moon «  ; «  the penitent man will pass «  et « the keeper of the Grail «   on notera que c  ‘est le seul film  ou l  ‘ espoir est crée via la musique .
Indiana Jones and the kingdom of the crystal skull :
Une des dernière bande originale composé par Williams . Une des rares post «  revenge of the Sith «  en faite . Le « raider march «  est dans une version plus pèchut . « the adventure of the mudd «  est écris à la « 1941 «  … donc bourré de slapstic … le thème d ‘ Irina est écrit a la James Bond version Barry …avec un arrière goût Nazi / Sith ; il est dommage que les ¾ du disque ne soit que des formules mainte fois entendu chez le comparse de Spielberg ; la dernière partie du disque est très nettement expérimental pour Williams . Mais la plus intéressante  aussi .
Jerry Goldsmith  :
Comment résumé aussi la carrière du grand Jerry Goldsmith ; la aussi sont style à énormément évolué  donc sera le triptyque «  The Omen «  ; «  13 th Warrior «  et  «  Star Trek – the motion picture  «  . Le grand public connaît quelque un de ces thèmes … mais ignore qu ‘ il a empêché une certaine main mise de l ‘ industrie de la BO par John Williams  .  

The Omen  :
Dire que la BO de «  The Omen » à traumatisé pas mal de compositeurs est en dessous de la vérité . Prenons le désormais mythique «  Ave Satani «  ; que serais ce loner de la seconde saisons d ‘ XFiles «   la main de l ‘ enfer «  sans la soundtrack de «  The Omen » le legs de Goldsmith est de ce point de vu immense par rapport a John Williams qui de mon point de vu a plutôt fait du «  Wagner pour les nuls «  . Goldsmith arrive a mélangé des atmosphères de comédies au tragique du Mal ; quitte a parlé du film , ont est plus dans  ‘ inspiration du grand «  John Constantine «  ( nous sommes quelque années avant le début de la parution de la série de Vertigo ) ; le morceaux «  the killer storm «  avec ses dissonances est remarquable .
Damien ( The Omen II )  :
Contrairement à The Omen ; Damien , joue la carte de la subtilité ; en cela elle montre moins le talent Goldsmithien qui mélange grand orchestre et choeurs . En temps que force émergente le Mal dans  Damien est encore hésitante . Autant j ‘ aime bien ce film ; autant j’ ai une très nette préférence pour «  The final conflict «  
The final conflict  ( The Omen III )  :
Ouvrage dès plus remarquable . Déjà par son «  main title «  tout en majesté et puissance . Mais le joyau reste la suite «  the final conflict «  qui résume le combat mal / bien de la trilogie . TFC ce distingue aussi de l ‘ américana ambiante et de la gloriole E. T  et sonne comme une suite de «  Ben Hur « 
13 th Warrior :
Sans doute la dernière grande oeuvre de Jérry Goldsmith ; écrite en même temps que «  The Mummy «  ( je vous invite a écouté les deux CD …) avec de très très vague réminiscence de ce score légendaire qui est «  Massada «  … bien qu étant un récit d ‘ aventure et d ‘ initiation ; le  13 th Warrior  à autant marqué le fan de grosse épée et d ‘ aventure épique que le compositeur qui n ‘ a eut de cesse de rendre hommage a ce travail de Goldsmith .
Star Trek – the motion picture :
Le premier film «  Star Trek «  est vu a tord comme du «  Star Wars «  intellectuel . Il est vrai que le long métrage de Robert Wise ?  Est plus haut de plafond qu ‘ un nouvel espoir   et «  l ‘ empire contre attaque «  . Mais  les univers sont toute aussi différent . Le Star Trek Verse prêche jusqu a «  Deep Space 9 «  une tolérance toute humaniste à un univers belliqueux ; alors que le Star Wars Verse est née de la bêtise d ‘ un crétin amoureux qui n ‘ a jamais lut Faust .  Cette longue introduction pour situé le travail de Goldsmith qui se doit d ‘ être surprenant.
The Enterprise est typique du lyrisme Goldsmithien puissant ; lent et héroïque ; ce que n ‘ auras pas compris Giacchino . Les parties Vejur ( the cloud ; Vejur flyover ; Vejur speak ) montre a quel point Goldsmith était  avant-gardiste sur l ‘ utilisation du synthétiseur comme instrument intégré a l ‘ orchestre et non pas comme machine à éffets sonore ( quoique la pop de l ‘ époque l ‘ avait assimilé de fort belle façon ) . J ‘ ai bien plus de plaisir a réécouté cette BO que sa contemporaine «  Star Wars « 

l ‘ exception Basil Poledouris
Basil Poledouris nous a quitté alors que les lambda individus  ignorais jusqu a son existence . Il a laissé sa marque qui ont marqué a jamais des  films comme «  Conan le barbare «  ou le sublime mais très court score «  the hunt for the Red October «  qui accouchera de «  K 19 «  de Klaus Badelt aussi poignant et puissant que  «  the hunt for the Red October « , je vous invite a écouté «  Journey «  …. . Poledouris est synonyme , bien plus que Williams ou Goldsmith de score épique . 
Conan le barbare :
Cette musique est la Matrice des bandes originales d ‘ Héroïc et de Dark Fantasy au cinéma . Basil

Le Personnal Computer « universelle « est mort

 

Et on a oublié de me le dire

Il y a encore une bonne vingtaine d ‘ années , l ‘ ordinateur «  personnel «  coûtait chère et vu comme une incarnation du Mal à l ‘ état pur par le grand public . Le marché informatique était segmenté : en très haut de gamme avec les «  station de travail «  de Sun Microsystem et de Silicon Graphics ; matériels et UNIX propriétaire pour des secteur comme la Défense ; la simulation et l ‘ animation qui avaients pour elle des processeurs 64 bits dont le plus connus est MIPS qui vendit son savoir faire a Sony et Nintendo pour sa 64 bit . En dessous Apple son MacOs et Photoshop / AVID et au rés de chaussé le PC IBM – Microsoft qui gérait les besoins courant : traitement de texte , comptabilité … jeux . Le marché informatique coulait des jours heureux . Mais …

Il y a une dizaine d ‘ année

Linus Torvald et notre copain Loi de Moore vint remué tout cela . Linus avec son kernel et la gratuité de celui ci à peux a peux colonisé les parts de marché des Unix « propriétaire «  pour les mettre à porté du geek ( le grand public sait a peine utilisé Internet Explorer ) ; l ‘ autre argument est le 64 bit ; argument massue de Sun et de SGI , cela permet de géré une plus grande capacité de RAM ; d ‘ ailleurs Windows 7 est vendue avec cette argumentaire commercial … les workstations ont vue ces capacité peux a peux rattrapé par les PC « grand public «  résultat : les constructeurs «  haut de gamme «  ont fait du PC . Je passe la monté en puissance de Nvidia et la renaissance de cette ex loser d ‘ ATI … le PC devenait de plus en plus gourmand et les jeux de plus en plus complexe graphiquement ( voir l ‘ évolution entre un Quake 3 – TNT 2 – Geforce et un Unreal Tourament 3 – Radeon HD ) à étez le dernier clou sur le cercueil du PC de la famille .

Maintenant

Et en 2010 ? et bien le checker a encore fait des siennes : nous avons les soeurs ennemis XBOX 360 & Playstation 3 qui ne sont que des networks computer , telle que le voulais a la fin des années 1990 Microsoft et ces concurrents , le terme PC englobe désormais aussi bien la machine juste suffisamment puissante pour utilisé Open Office jusqu ‘ au PC pour Kévin ‘ s qui embarque un processeur à quatorze coeurs virtuel et deux cartes vidéo monté en parallèle …. dépassé dans dix mois par un portable moyenne gamme . Mais ces fous dangereux de publicistes veulent poussé tous le monde vers le «  cloud computing «  ou tout , je dis bien tout serais prix en otage aussi bien le binaire que le data et la je coince .

Il faut voir que lorsque l ‘ on s’ achète un ordinateur portable chez Samsung par exemple ou l ‘ on devrais en toute légitimité avoir un DVD de restauration Windows Séven plus un DVD de pilotes au cas ou … en fait non ; ce qui signifie que je doit faire très attention car si mon disque dur craque , mon portable part a la poubelle ( sauf si je sauvegarde mes data ; ce que je fait comme tout nerd ) , que Microsoft veuille limité le piratage soit ; mais pas au prix d ‘ une telle prise d ‘ otage . Et même si le concept du «  cloud computing « n ‘est que du vent pour le vidéogame ; Apple développerait une version d ‘ iTunes CC qui mettrait la musique en streaming .

Les jours sombre arrive : l ‘ iPad en est son héraut

Apple a complété par le «  haut «  sa gamme de juke-box multimédia , le marketing à réussi a faire passé comme révolutionnaire le retour du terminal passif ; qui remonte à l ‘ époque ou IBM proposais des mainframes au entreprises …et qu ‘ UNIX avait permit de libéré … bref les consommateurs de base ont de forte chance de se retrouvé coincé par un monopole qui se crée sous ces yeux , finalement GOOGLE , n ‘ est pas en soit dangereux ( les moteurs de recherche comme comme YAHOO ou ALTAVISTA existe encore ) mais des machines fermé + formats de fichiers propriétaires + outils de développement non normé + internet obligatoire : je trouve cela inquiétant . Mais je suis peux être pessimiste après tout , car pour l ‘ instant ni l ‘ iPhone et encore moins l ‘ iPad non leur killer application …

%d blogueurs aiment cette page :