GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Et si je parlais du mode solo de Starcraft II : wing of liberty ?

Il est paradoxalement plus dur de parlé du mode solo de SC2:WoL que de son célèbre mode multi , le monde extérieur pense que le scénario tient sur un papier à cigarette ( un abus de Battlefield 3 et de visionnage d ‘ Hunger Games ( le Battle Royal pour teens ) aime ce type de raccourcis , mais comme pour tous les jeux Blizzard , on arrive a te faire versé une petite larme …

Avant tout … un tutorial
SC2:WoL  est un tutorial déguisé …cela est flagrant à plusieurs point de vue …les unités débloqué au fur et a mesure , la mise en scène de celle ci ; les maps … la planète Agria  …les Tal d ‘ arim …et surtout le moteur …la ou en multi , je tombe en fin de partie à 30 FPS ( donc 800 éléments en mouvements , incluant les effets spéciaux ; la physique …) le mode solo commence à  30 FPS . Le mode solo permet de ce détendre un peu et d ‘avoir des haut fait assez facilement , mais je ne le recommanderais pas du tout pour un nouveau joueur  , car le solo est trop mou et quand on bascule dans la partie Esportive , le choc intellectuel est trop violent , il faut faire des parties en multi et ensuite faire le solo .

Scénario et cut scène
Starcraft II : wing of liberty doit être le seul jeu a m ‘ avoir faire versé une petite larme  . La ou il y a deux deux ans , je trouvais assez contestable l ‘ utilisation du moteur de jeu pour l’ interaction des personnages en lieu et place de scène pré calculé ( il y en à deux ou trois quand même ..) . Mais quelle est l ‘ histoire en fait ? Nous sommes quatre ans après Broodwar et Jim Raynor résiste a Arturus Mengsk , empereur de Koprulu , mais la Reine des Lames , Sarah Kérrigan refait parlé d ‘ elle …Jim , retrouve son vieux pote Tychus Findlay et tout les deux vont partir à la chasse au relique Protoss , pour le bénéfice de la fondation Moebius  , il y a bien sur INN , la chaîne d ‘ info  , mais je ne veux rien  défloré   , mais le troisième degré est intéressant  . La mise en scène est très pensé , surtout quand on arrive sur Char , la planète volcanique des Zerg , c ‘ est vraiment «  le soldat Ryan «  version SF matinée à «  Starship Troopers «  entre le sauvetage des unité combattante ( il est dans l ‘ intérêt du joueur de les sauvé ..) ; le sauvetage ( bien sur derrière les lignes ennemies ) du général Wingfield ( que l ‘ on à humilié précédemment dans la mission «  bombe médiatique «  ) … mais c ‘est surtout la dernière cut scène que je retient avec le discours de Raynor dans les tranchée avec les compositions du trio de compositeurs qui font monté , avec talent une certaine émotion ( car nous sommes toute à la fois le troufion et le commandant ) , puis après la toute dernière mission , vient la dernière séquence animé … qui ouvre les futurs aventures de Kerrigan , «  Heart of swarm «  et paradoxalement , je ne cracherais pas sur un long tutorial pour les Zerg , qui est une race très spécial à joué .

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :