GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Beethoven beloved

Ludwig Van B. – Bernard  Rose

J ‘ ai vus Beethoven beloved  , pour la première fois en VHS il y a bien longtemps , je crois  que je l’ avais découvert via un trailer  …Gary Oldman sortait tous juste de «  Dracula » et jouais donc le romantique de base ; puisque le grand public , celui qui crois que «  Camping «  et Dubosc sont un film  et un comédien donc . Beethoven beloved  peut aussi est considéré comme un Amadeus : le retour ; mais c ‘est un peu plus que cela …

L ‘ immortelle bien aimée
Beethoven , connut par le pékin moyen , le bouffeur de télé réalité donc  le spectateur de TF1 comme celui qui à essentiellement ; je schématise , la lettre à Elise et la 9 ème , alors que ces sonates pour piano , qui servent en parti de bande original . Beethoven laisse donc une  lettre à son «  immortelle bien aimée «  et on passe d ‘une reconstitution historique de qualité  à une enquête amoureuse autour de trois femmes , bon c ‘est comme pour Amadeus , il y a du parti pris , mais un réalisateur ce doit d ‘ en avoir , je ne compte en aucun cas spoilé , il faut mes chères lectrices et lecteurs que vous achetiez le DVD .
Tout comme Amadeus ma fait aimer Don Giovanni ; dont la reprise est piquante dans Sherlock Holmes : the game of shadow ; la séquence finale ; qui reprend met en scène la dernière partie  de la 9 ème , que dire d ‘ autre , la baguette est tenue par Sir Georges Solti qui avait oeuvré sur Amadeus ; Isabella Rossélini ; Johanna Ter Steege et Valéria Golino sont crédibles comme le reste du casting .

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :