GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Doctor Who , l ‘ indispensable , le nécessaire dans sa DVDthèque

Par quel angle parlé de Doctor Who ( DW ) ? du concept ? Des acteurs ? De la musique ? Non , le second personnage après le Doctor , le compagnon . De toute façon , il est hors de question de voir une équivalence en France , il est vrai que dans ce beaux pays , ont préfère financé des mini séries sur des pauvre petites filles riches bousculé par les tempêtes de l ‘ Histoire ou des sitcom sur joué et sur éclairé …plutôt que la version française d ‘ un ‘’ State of play / jeu de pouvoir ‘’ ; mais comme d ‘ habitude en France , sa n ‘ as pas de corones ou aimons nous le rance ? .

Rose Tyler for ever
La très grande mademoiselle Billie Piper ; ancien clone de Britney Spears ; reconverti dans la comédie . Personnage permettant au profanes de rentré de plein pieds dans le Whoverse . Rose est une personnalité attachante , car proche de l ‘ individu lambda . De potiche , elle devient pilier du show ( la différence de traitement entre la saison un et deux est dés plus flagrante ) . Rose devient l ‘ Alpha et l ‘ Oméga de la compagne du Doctor depuis Billie Piper  . que dire de Freema  Agyeman  qui succède a mademoiselle Piper qui a  pour elle le charisme  d ‘ une actrice de film d ‘ auteur français . Comment ne pas cité Donna , qui es la seule à être a égalité par rapport a Bad Wolf .
Murray Gold : le style anglais
Monsieur Murray Gold a la lourde tache de mettre en musique les délires de DW , et passant de la série un a du tout synthétique a de l ‘ orchestral dès la saison deux ou il exprime enfin tout son talent et sa puissance évocatrice . Il s ‘ impose comme le nouveau  David Arnold de la télévision britannique . le style orchestral de monsieur Gold est reconnaissable et épargne nos oreilles d ‘ une parodie orchestral post Wagner , post Malherien et rien pour cela nous lui rendons grâce . Il maîtrise aussi bien les atmosphères «  intimistes «  que l ‘épique , le grandiloquent ( ce que j ‘ aime )

Russel T. Davies : le petit cousin de Grant Morrison
Monsieur Davies est l ‘ un des plus grand showrunner qui soit , que serait le Doctor Who moderne , sans lui , depuis eleven , il développe  un arc sur  plusieurs saisons et a remit  son invincibilité en question et comme Grant Morrison en profite pour déconstruire le mythe du «  dernier «  seigneur du temps comme sur le run Batman RIP – Final Crisis – Return of Bruce Wayne et bien qu ‘ elle soit diffusé sur France 4 ( avec de bonne audiences paraît ‘ il ) je me demande si le téléspectateur lambda comprend les tenant et aboutissant ou regarde cela parce que c ‘ est kitch et qu ‘ il attend plus belle la vie ?
Les sombres saisons cinq et six
La saison quatre pousse David Tennant  dans ces derniers retranchements ,  drôle dans le grave  . Donna Noble , dans un genre totalement différent de Rose Tyler était la compagne parfaite , le contre point sarcastique et physique de Tennant  et puis le double épisodes dans la bibliothèque  qui introduit  River Song  .   Pour être sincère j ‘ ai mal digéré le passage à Smith , attention c ‘est  un bonne acteur  , en dessous en matière de charisme de Tennant en étant acide .
Les saisons cinq et six ,sont en fait a considéré comme un seul et même arc puisqu ‘ il repose  sur la question : qui est River Song ? Pour les rares fan de la saison trois q , qui n ‘ a le le seul mérite pour nous français de nous présenté le Maître ( qui manque quand même )  et bien sur Gallifrey ( le thème sur ma bande original de la saison 3 est un classique ) .
Donc revenons aux saisons cinq et six . Après un adieu des plus déchirant à Rose Tyler , Donna Noble  . voilà que nous atterrissons  dans l ‘ univers d ‘ Amélia Pond , qui a grandit près d ‘ une faille temporel et est donc sensible à diverse choses . L ‘ écriture est faites de telles sorte à ce que Rose , Donna , Martha ne soit en aucun cas cité . Le Docteur avance , nous avançons donc avec lui .  Le corollaire de cette saison cinq – six est l ‘ introduction du Silence , qui rendrait presque les wippings angels aussi peux dangereux  que Peav hors du forum Mad Movies ( j ‘ y reviendrais;-)) . Donc le Silence protège la première Grande Question que l’  Univers ce pose , je ne spoile pas le coffret est commercialisé ….

Bref , pour les rares qui ne connaisse pas encore le Docteur , je ne serais conseillé de vous y mettre . La science fiction européenne au sens large du terme  et cela avec le financement publique de la BBC .

Publicités

Une réponse à “Doctor Who , l ‘ indispensable , le nécessaire dans sa DVDthèque

%d blogueurs aiment cette page :