GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives Mensuelles: juin 2013

Non , Internet ne dois pas servir de poubelles pour les chaines de télé !

Le PDG de France Télévision à mis fin à «  Taratata «  de Nagui et celui ci va nous embêté les IP avec une version «  web «  de celle ci ,,,

De la non adaptation des vieux média
Mon lectorat habituel connait mon enthousiasme pour le «  do it you ‘ re self «  , l ‘ imagination , la  baisse des prix des composants ont permit l ‘ émergence des blogs , des video blogs , de podcasts audio et vidéo , de la production amateurs , de casteurs de l ‘ Esport( Anoss ; Pomf & Thud ; Day [9] )etc  ; bref d ‘ un environnement  créatif et social que l ‘ humanité n ‘  a plus vu depuis la Florence des Médicis , ou une saine concurrence règne sans animosité , ni trop de jalousie , mais ou chacun peux s ‘ exprimé . Il va de sois que cela défrise les vieux paradigmes sociaux , politique et économique , qui par réaction ce sont allié pour au mieux calomnié toute cette créativité «  hors système «  au pire lui mettre des bâtons dans les roues , ont va dépassé cette tarte à la crème post 1968 , il ne s ‘ agit aucunement de quelconque révolte de la jeunesse , mais de la mise en place d ‘ une nouvelle façon de s  ‘ exprimé , de s ‘ informé et de donné son avis , hors chien de garde du «  diné du siècle «   . D ‘ ou la création d ‘ HADOPI  , de propos mal venus comme ceux de Frédéric Lefèvre et de son compère pour l ‘ occasion Malek Bouti et leurs obsessions de règlementé l ‘ Internet , Ou  les menaces via la «  défense «  du service publique audiovisuel de taxé les écrans autre que ce vieux machin qu ‘ est la télévision   parce que France 3 Auvergne n ‘ a plus le courage de courir après Youtube et leur pareil dans la presse écrite et de la «  taxe Google «  cher à Laurent «  je veux lire tous les mails en cas de mensonges «  Joffrin .

D ‘ arrêt sur image à Taratata
Quelle est la légitimité de ces émissions à venir sur le net et devenir ainsi des pur players ? Arrêt sur image par exemple à du s ‘ en crée une nouvelle . Mais pour Nagui et ses futurs invité , il à de forte chance de ce planté . Il n ‘ arrive pas en terrain conquis et si il se plante ,  il ne pourras pas se rattrapé au branche comme pour le «  golden show «  . Taratata est bien trop lourd , n ‘ a  aucune agilité et propose des artistes symboliquement d ‘ un autre siècle , dont la plupart pense encore 45 tours , a contrario , faire du Nabilla au kilomètre est une solution de facilité , attention je ne dit pas que cette version va forcément échoué , mais le web est immense et Nagui va se retrouvé avec une concurrence qu ‘ il n ‘ a jamais connus , qui sais si HOTSwag  , HOTStuff , réalisé avec trois bouts de ficelle , de la bière et une licence de Starcraft 2 Heart of the Swarm ne va pas lui marché dessus point de vu audience ? C ‘ est cela la nouvelle réalité .

Mon chère Nagui bienvenue au XXI ème siècle

Publicités

Man of steel de Zack Snyder

Marvel doit l ‘ avoir mauvaise

Le film de Richard Donner  à durablement marqué les esprits concernant Superman  et a figé dans l ‘ ambre un personnage des plus «  organique «  , en à fait un Saint François d ‘ Assise , ce qu ‘ il n ‘ est point . Résultat  nous nous sommes retrouvé avec une caricature hors de propos au fil des années : je renvois à «  Lois & Clark «   qui était sur les écrans durant «  la mort de Superman «  ou «  Smallville «  durant le triptyque «  Identity Crisis « ; «  Infinite Crisis – 52 «  et «  Final Crisis « ; mais celui ci est plus ou moins représentatif de la période pré new 52 . reste le double  cas  de Bryan Singer ; sur estimé comme un Guillaume Canet . On ne va pas dire qu ‘ il à abimé Kal El , avec «  Superman returns « ; il a plus fait dans la caricature que dans la création pur et dur .
Heureusement que vint la trilogie «  Batman «  de Christopher Nolan qui mit du DCverse et mis au placard la version Burton | Elfman .

La vision de Zack Snyder
Man of steel est un film des plus logique dans la filmographie de Snyder . En lisant depuis quelque années le DC verse , j ‘ avais étez surpris que le cinéma ne s ‘ y mettent pas plus tôt , Man of steel prend en compte les évolutions de  Kal El depuis au bas mot «  Crise d ‘ Identité «  , «  Birthright «  , un peu de  «  secret origins «  , du run de Grant Morrisson dans «  Action comics «  et de «  New Krypton «  . Le  film , tire vers le gris lumineux d ‘ un point de vu caractériel . Mais parlons de Zod .
A mon grand étonnement  , Man of steel , est une suite idéologique de «  300 «  et Zod est dans la continuité de Léonidas , tout comme la société Kryptonnienne est dans la ligné de Sparte avec ces castes . Philosophiquement parlant , Zod à tout autant raison de Kal El , les deux place leurs planète , synonyme de patrie dans le long métrage au dessus du particulier . Ce qui est un discours qui ne passe pas à l ‘ heure actuel .
Mais Zod est excessif , la ou Kal El est bien plus mesuré . D ‘ un point de vu technique Snyder , sous l ‘ égide de Christopher Nolan à fait des progrès considérable entre «  Sucker Punch «  et «  Man of steel «  , moins maniéré et ayant acquis un dynamisme ébouriffant .
Les scènes de combats sont rassasiante , enfin une retranscription de ce que l ‘ on lit chaque mois en kiosque ou en trade paper back ; pour faire simple , c ‘ est le duel Néo – Smith de «  Matrix révolution «   puissance mille avec les lois de Moore . Et le duel final redéfinit ce qu ‘ est l ‘ action dans un comic book movie , «  Thor : the dark world «   est déjà enfoncé et « Iron Man 3 »  ridiculisé  , ont verra pour « Avengers 2 » ,
Henry Cavill est un Superman crédible , cela change des poseurs comme Brandon Rough , Dean Cain ou Tom Whelling . Cavill semble sorti d ‘ une planche de Jim Lee , l ‘ acteur qui interprète le général Zod est charismatique  comme doit l ‘ être un méchant digne de ce nom , je le verrais bien en némésis de James Bond celui si à une massivité toute Millerienne , ce qui est un compliment .
Parlons de Lois Lane  , faire pire que dans «  Superman returns «  dans le genre arriviste au dent longue . La c ‘ est simple c ‘ est la Lois pré «  Flashpoint «  . Les acteurs sont dans leurs roles et aucun cabotinage , celle qui joue Ursa est admirable  , badass à souhait , si un jour un film «  Wonder woman «  ce fait , elle dois posée sa candidature .

L ‘ approche d ‘ Hans Zimmer
Tous comme Donner à donné une certaine iconographie cinématographique à Superman , John Williams en à fait de même pour Kal El , pour son plus grand malheur  . Il  va de soit que lorsque  Hans Zimmer fut annoncé sur le film de Snyder ; certain vint pleur sur le fait que Williams était indépassable sur le sujet . Quel ouverture d ‘ esprit me direz vous … et en fait Zimmer est parti du même principe que pour la trilogie Batman : faire table rase du passé et le résultat est en accord avec le metteur en scène : ni trop , ni trop peu .

Spectacle historique de Meaux : le guetteur de lumière

Charles Beauchart est mort une seconde fois

Charles Beauchart  est le créateur  du spectacle historique de Meaux auquel j ‘ ai passé dix été de ma vie , la ville ayant décidé de prolongé celui ci à fait appel au «  metteur en scène «  Dominique Martens .
Les ravages du mercenariat 
Martens travail / gère sur cinq spectacles en même temps . La ou Charles Beauchart ne faisait que cela tout au long de l ‘ année ; il consacrait sa vie à définir la bonne bande son , pour telle ou telle scène . Martens , de ce que j ‘ en est vu le Vendredi 14 Juin ; à fait dans la bêtise et la note de bas de page , indigne de  Wikipédia . Je ne vais même pas posé la question ci ce monsieur c ‘ est promené dans Meaux , je connais le réponse :  c ‘ est non . L ‘ histoire de la ville , par extension du bassin parisien ,  il s ‘ en fiche . Mais avoir payé  17  €  pour quatre fois la même scène , le non traitement de certain évènements important de la Cité : la Jacquerie ( sous traité ) , les amorces de la Réforme  , les massacres de Septembre etc  . j ‘ ai compris ce Vendredi 14 Juin au soir que Charles Beauchart  faisait de la mise en scène épique sans le savoir .
Bon gout contre pisseur de notes
L ‘ autre grande force de Charles Beauchart  était ces choix musicaux . Pour faire simple c ‘ était la bande son de Barry Lyndon avec des ajouts de Wagner , Morricone , Saint Saens , Delerue  et Vangelis et malgré quelque anachronismes musicaux évident ; les scènes étaient puissante et évocatrice .  Dominique Martens  à remplacé  tous cela ( il en à le droit )  par une «  composition «  du sieur Dominic Laprise , comment définir son art ? Le traité d ‘ Hans Zimmer de WC est encore trop beau . Un Murray Gold en phase terminal peu etre ? Sans compté que dans le «  guetteur de lumière «  à ue chanson , oui oui , cela chante entre le palais épiscopal et la cathédrale , ce qui fait  que non seulement j « ‘ ai entendu le cercueil de Charles Beauchart craqué , mais aussi ceux de Jean Rose et de Bossuet .

Ce spectacle à t ‘ il était fait dans la précipitation : oui . Le duo Martens | Laprise sont bien sur responsable et coupable de cette cochonnerie audiovisuel , mais le donneur d ‘ ordre est Jean François Copé , qui aurais du laissé un délai d ‘ une à deux année pour une reprise au calme et surtout avec une vrai mise en scène , par ce truc sous OGM et générique artistiquement , qui parle de tous , sauf de Meaux

Réhabilitons Smallville

J ‘ ai toujours étez critique  envers cette série . Il est vrai qu ‘ il n ‘ y a plus plus étranger au mythe de Kal EL , sous quelque version que cela soit ( Shuster & Siegel ; Byrne ; Waid ; Jones et enfin Morrison , le dernier en date ) et Smallville , qui était la version Mennen et vraiment pas cher du Buffyverse , le génie de Joss Whédon en moins pour faire passé la pilule . Mais la saison conclusive arrive à trouvé cette série , grand public de surcroît  ( les sous plots cela n ‘ existe pas pour cette branche de la population )  l  ‘ essence même de Superman avec les bonnes caractérisation et au final Smallville  ce trouve être le témoignage du DCverse d ‘ avant Flashpoint .

La saison 10 ( hors double  épisodes Superman )
Cette ultime saison passe son temps a excusé les scenarii inepte des précédentes , autant j ‘ excuse autant que faire ce peux l ‘ aveuglement volontaire de la famille Luthor ; de l ‘ utilisation rigolote du Suicide Squad , mais la bonne idée est l ‘ utilisation sans le dire de la période «  Superboy «  sans la cité ( a cause du procès Schuster – Siegel Vs Warner Bros ) , mais Welling joue sobre et surtout responsable , on me dira , c ‘est ce que tout fan de Superman attend et que cela est le minimum . Durant cette saison 10 , il y a malgré deux trois bonne idées , comme l ‘ épisode parodique Booster Gold et bien sur l ‘ épisode très Doctor Who spirit introduisant Mamy Goodness . On regrettera quelque notes Flashpoint , je devrais plutôt dire Marvel , comme la paranoïa sur les super héros , écrite de façon logique dans le cadre de la saison 10 , mais qui  qui fais à la fois pensé à la peur des mutants , typique chez Marvel et à la Civil War ( période dont il y a beaucoup  à dire ), sachant que dans le DCverse  classique , il n ‘ y avait pas de problèmes particulier . Mais venons en à l ‘ épisode Superman .
Superman : un soucis de citations
Le double épisodes de Superman est toute chose gardé une équivalence de la saison 7 de BTVS , de la saison 5 d ‘ Angel ( le coté émotionnel d ‘ hole in the world en moins et les derniers instants de no fade away en moins épique )  et des saisons 3 & 4 de Babylon 5 , bref conçut comme un geekasme , mais qui loupe son coup . Vu que l ‘ épisode à deux ans et à étez diffusé , je peux spoilé . Le challenge est de transformé Clark Kent en Superman ( tenue inside , même si c ‘est la version Superman returns ), avec le bonne état d ‘ esprit , autant la vision de Darkseid n ‘ apporte rien ( le seigneur d ‘ Apokalyps est censé faire peur par sa seul présence et charisme , la rien ) , mais le futur de Kal EL | Superman n ‘est pas son mariage avec Lois Lane ; mais son dialogue avec Lex «  ikéa «  Luthor qui est la chose la plus cohérente qu ‘ il y est eut  , DCverse classique inclus . C ‘est brillant et fait oublié ce machin qu ‘ est Superman Origins de Geoff Jones . Quand je lis dans certains forums que la citation du Président Luthor ne sert à rien , je répond bien sur que si , déjà sa répond à une «  vision «  dans la série , secondo c ‘est un marqueur réel puisque  Luthor à étez élu président dans le DCverse classique , donc cela ne gène pas  sa situe même l ‘ action au milieu des années 1990 .  Par contre du final qui nous rabâche du John Williams , je sais cela date de 2010 et techniquement parlant Man of Steel était qu ‘ a l ‘ état de projet … mais d ‘ un autre point de vu , John Williams et Superman dont des synonymes pour le Grand Public . Au final cette saison 10 justifie la nullité des neuf précédentes  , cette réhabilitation sera longue mais ce justifiera .

%d blogueurs aiment cette page :