GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Microserfs de Douglas Coupland

Un roman geek

«  Microserfs «  est un roman daté , mais précieux . Qu ‘est ce qui différencie «  Microserfs «  d ‘ un roman technologique du terme ? Parce qu ‘ il s ‘ agit de la chronique d ‘ ancien employés de Microsoft . LE Microsoft des années 1990 ou le monstre de Redmond régnais sur l ‘ informatique .

Un age révolu
L ‘ action ce situe en 1993 – 1994 . il commence au siège de Microsoft , pour continué et s ‘ achevé dans la «  mythique «  Silicon Valley «  . A l ‘ époque ou John Sculley retrouve ces pénates après avoir étez éjecté du directoire d ‘ Apple . Nous suivons donc un groupe de geek qui part en Californie crée une sorte de Minecraft avant l ‘ heure , sans la technologie des années 2000 ( Java open source , haut débit , Apache server etc ) Oops est plutôt équipé en Intel Pentium ( qui ce souvient de la blague sur la virgule flottante ? ) , Apple Quadra et même une antique ( pas pour l ‘ époque ) Silicon Graphics IRIS ( modèle sous Motorola 68 0x0 ) . Cette chronique casse pas mal d ‘ illusion , non sur les rapports humains , mais sur la «  Silicon Valley «  , fantasmé de façon indécente par des individus ; les politiques , qui ne savent pas différencié SFTP de P2P .
Quand je relis ce roman , fin 2013 , je le trouve encore intéressant , pas pour les sauts quantique qu ‘ à effectué un simple PC . Mais que grâce à Internet , la Silicon Valley est dématérialisé , une idée , un vieux PC ; GNU | Linux avec les outils de développement et les bibliothèques ; une box et vous l ‘ avez votre «  start up «  , certes l ‘ Etat vous met des bâtons dans les roues avec impôts , charges , contraintes sanitaires et social .
Le roman est aussi intéressant car il complète formidablement «  l ‘ histoire des jeux vidéo «  de monsieur Ichbiath sur les illusions 3DO , la longue chute sans fin de Nintendo qui ce profilait ou sur les décombres d ‘ Apple d ‘ après Jobs , d ‘ après Sculley …

Encore pertinent ?
Oh que oui , car il remet le geek au centre , je parle du «  vrai «  geek , celui qui code , s ‘ interroge sur le CM 5 de Thinking Machine , pas le beau gosse qui crois geek les jeux Playstation et que l ‘ état de l ‘ art sois un Final Fantasy . Le geek avant d ‘être une créature amoureux de méta culture est avant ou un technicien , dans le sens noble du terme , celui qui crée de façon non orthodoxe et qui hacke par plaisir et neccésité si il le faut .

Donc essayé de vous procuré Microserfs de Douglas Coupland en édition 10/18 , mais je déconseille la version 2 .0 JPod du même auteur , qui est une caricature de Microserfs , transposé à l ‘ age du web .

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :