GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives Mensuelles: mai 2014

Broadchurch,de l ‘ usage du remake

Il ne s ‘ agit pas de parlé des grandes qualités de la mini série «  Broadchurch «  , qui à permit au grand public français , si plein de morgue et en retard de découvrir les talents dramatiques de monsieur David Tennant.Le geek hexagonale était déjà affranchi via ses trois immenses saisons dans «  Doctor Who «  .

Remake ? Pourquoi ?

Donc « Broadchurch » va connaître deux principaux remakes: «  Gracepoint « , la version américaine et ce que l ‘ on peux nommé Broadchurch France , pour la version franchouillarde.Une,œuvre , quelle quelle soit à une portée universelle . Il est vrai que les américains doivent trouvé les cotes anglaises trop exotique avec leurs villages a taille humain, les voitures françaises( en grande majorité ), que les policiers ne sortent pas leurs armes toutes les cinq minutes et que le montage ne soit pas ultra cut et comme cela ne seras que du copié collé par rapport à la version d’ origine, je n ‘ en vois pas l ‘ utilité artistique.

Broadchurch France : tu auras peur …

Autant je trouve le concept de «  Gracepoint «  ridicule, autant Broadchurch France me fait pitié , car Anglais et Français avons quasiment le même mode de vie , peut être pas les même mœurs sur certains plans, mais ce n ‘ est pas grave du tout. Quand je regarde le village de Broadchurch , il pourrait être en France , l ‘ architecture est la même . Sans compté que «  l ‘ acteur «  qui prendra le rôle de David Tennant seras forcément en deçà de l ‘ ancien interprète de Doctor Who , car les acteurs français , sont plus mauvais que leurs collègues britannique , trop nombrilistes , médiocre en général , non motivé etc etc . Bref la France va encore s ‘ illustré de façon ridicule.

X-Men : day of the futur past : il ne va pas plaire aux Pharisiens geek

L ‘ étron de Bryan Singer
[ contient du spoiler ]

A chaque nouvelle adaptation d ‘ un comics book , d ‘ un arc de comics ou d ‘ une simple histoire , comme X-Men : day of the futur past  , des histrions vomissent leurs haine du genre humain . Ces Torquemada de la pop culture sont en fait contre toute idée d ‘ adaptation , le texte dois être telle qu ‘ il est transcrit dans les comics , pas un seul changement n ‘est toléré . Un exemple parmi tant d ‘ autre le costume de Wolverine , il doit être jaune et noir et pas du tout en cuir . Les acteurs sont forcément à coté de la plaque , parce que ce sont des acteurs . Il n ‘ y a qu ‘ a lire les débats sur le prochain Superman V Batman ou cela ce résume à une phrase : sa va être nul …
Singer et les mutants : un lourd passif
Singer est un metteur en scène médiocre , du niveau des français qui nous produisent à longueurs d ‘ années des films pour bobos aux kilomètres . Il n’ a réalisé qu ‘ un seul bon film : Usual suspect . Le reste oscille entre mauvais et le purin . Puis vint le diptyque X – Men , qui sont pour le profane en la matière de bons long métrages , mais pour le passionné , coince un peu . Les X – Men vieillisse mal , surtout du fait qu ‘ il sont , de part la grâce de la 30 th Century Fox qui ne veux pas redonné la licence à Marvel coupé justement de l ‘ évolution actuel du Marvel cinéma verse ( Iron Man , Captain América etc ..) alors que celui ci s ‘ épanouie doucement .
Le Travail de Singer n ‘est pas que mauvais , mais n ‘ est pas du tout dynamique , il est plus statique que n ‘ importe quelle Ozon . Le seul bon film de la franchise est X- Men : First class , qui n ‘est pas réalisé par Singer .
Guardians at the galaxy , le second trailer … Marvel is the Boss
Marvel / Disney à tué en moins de trois minutes lundi soir ( heure française ) : X – Men days of the futur past . Marvel à certes une vision «  plus compliqué «  que DC pour le galactique et le spatiale et pour des nécessités artistiques qu ‘ économique ( puisque il semblerait que nous nous dirigions vers la guerre de l ‘ Infini ) le tout de façon cohérente . D ‘ ou le second trailer de Guardians at the galaxy … qui vient de marché sur la tète de Magnéto et de transformé en bagarre de cours de récréation X – Men days of the futur past en remettant Bryan Singer et la 30 th Century Fox à leur place : à coté des chiottes . Le résultat ne c ‘est pas vraiment fait attendre , j ‘ avais beaucoup moins envie de voir celui ci . Par contre en salle , lors de la projection du premier , le public , jeune pour la plupart semblait réceptif , ce qui est de bon augure .

X-Men : days of the futur past
Ce film ne fonctionne pas . Je ne jette pas la pierre aux acteurs , ils sont bien . Le trio Jennifer Lawrence / James Mc Coy / Michael Fassbender est mené à terme . Mais X- Men days of the futur past ne tient pas compte de l ‘ évolution du genre qu ‘ il à plus moins lancé , DOTFP est l ‘ un des récit les plus noirs de Marvel et on ne le ressent pas , la ou un Watchmen ou le temps décrié ( pour les Pharisiens ) Dark knight montraient la noirceur et la désespérance , on ne ressent ni l ‘ un , ni l ‘ autre .
Le rythme du récit est bancal , non seulement l ‘ empathie n ‘est pas de mise , mais le montage est d ‘une lenteur désespérante , l ‘ évasion de Magnéto , variation de celle de X2 , la vitesse en plus n ‘ est pas trépidante , en fait le spectateur n ‘est surpris par rien … quoique du Claude Francois , dans une boite de nuit parisienne au début des années 1970 en fond sonore va paraître , des plus exotique pour le texan . En parlant de score , le travail d ‘ Ottman est du même niveau que celui de Superman returns , un Brian Tyler ou un Henry Jackman aurait facilité les choses .
En parlant de Paris et de la scène de dialogue entre Jennifer Lawrence et Michael Fassbender , je me pose la question si A ) Vraiment tourné à la capitale , B) en studio , parce que si cela avait étez tourné en France , les quotidiens en aurais parlé . Que dire d ‘ autre … X-MEN : day of the futur past est par contre une tentative réussi d ‘ éffacement de films , les X- Men 3 et les deux Wolverine n ‘ existe plus dans la temporalité de la Fox .
A oui j ‘ oubliai , le scenario : X-MEN : day of the futur past est censément parlé du génocide mutant . Pour une adaptation , je ne suis pas contre des variations ; c ‘est normal . L ‘ histoire d ‘ origine tient sur quarante quatre pages et Wolverine meurt … ce qui n ‘ est pas possible à l ‘ époque des épisodes fleuve de The hobbit . Donc l ‘ histoire à subit des variations , plutôt intéressante dans le cadre d ‘ un what if , mais dans le cadre d ‘ un film de groupe , est l ‘ inverse d ‘ un «  the Avengers «  , pas de synergie . Ce film est tout sauf épique

Pour conclure : X-Men : day of the futur past est le signe d ‘ une époque révolu , qui casse la dynamique crée par X- Men : First class . La 30 th Fox va vers des lendemains qui déchante du fait de la coupure avec l ‘ univers crée par Marvel studio et le public ne va pas comprendre à terme pourquoi on ne vois pas Magnéto contre Iron Man par exemple

Le geek et les femmes

Je suis un quasi quadragénaire , pour moi Internet est aussi normal que le chiffrement RSA ou dans un autre genre , l ‘ égalité homme – femme . Comme tous les hommes de ma génération , avoir une amie , une copine femme , que l ‘ on respecte fait parti de la normalité , dès choses entendu , gravé dans le marbre et on en parle plus . Après tout j ‘ ai une culture quasi anglo saxonne . Mais je m ‘ aperçois que je me suis trompé , que des faits «  acquis «  ne l ‘ était pas du tout .
Cela pose un problème , surtout dans le «  milieu «  geek ; qui n ‘ en est pas , il y a des pôles , immergent ou déliquescent , mais pas de lieu , fussent virtuel qui centralise les geek .
Donc ce «  milieu «  geek  , respect des figures épique comme Sarah Connor , Wonder Woman , Ms Marvel , archétype de la «  femme forte «  , je n ‘ y vois rien a redire , mais certains de mes congénères .

Carole Quintaine , la petite culotte et Gameblog
Le cas de mademoiselle Quintaine est intéressant à plus d ‘ un titre : sur la place de la Femme dans une société post industriel , sur un site de jeu vidéo généraliste ( Gameblog est moins pointu que JudgeHype sur les jeux Blizzard par exemple ) et sur le sexe féminin dans la «  communauté «  geek .
Mademoiselle Quintaine est une femme dès plus respectable , mais le geek , dès qu ‘ il croise une personne du sexe dit «  faible « ; ce comporte comme le dernier des malotrus . Si encore Carole Quintaine était la dernière des cagoles comme l ‘ on peut croisé de temps à autre sur les réseaux sociaux , mais la meme pas , elle a le sens de l ‘ humour , de la répartie et une culture et un amour du jeu vidéo . Le geek en lui même est tout sauf misogyne , c ‘ est le misogyne déguisé en geek qui pose problème et oui le féminisme post 68 et le combat pour l ‘ égalité homme – femme .
Le jeu vidéo : dernier refuge des machistes ?
Il est à la fois étonnant et attristant que le jeu vidéo , art décrié par les médias 1.0 , presse écrites , journaux télévisé . Mais il es vrai qu ‘ une certaine partie de l ‘ industrie vidéo ludique est aussi responsable avec sa «  vision «  de la gente féminine , souvent des créatures fragile à la poitrine hypertrophié dans le genre «  dead or alive «  … alors que Sarah Kerrigan , qui est tout sauf fragile est plutôt la voie à suivre , car ce personnage montre ce qu ‘ est une vrai femme … mais Kévin préfère Titanfall .
De la responsabilité des modérateurs de forum
Il va de soit , que sur Internet , il y a de bon et de mauvais modérateurs , les bons sont ceux dont ont ne parle jamais : comme ceux de Gamekult ; à la rigueur , ceux de Gameblog quand ils ne tapent un carton dans la section diurne et il y a …. le forum mad movies , je sais , encore , mais c ‘est devenu tellement caricatural , j ‘ invite le lecteur à ce rendre à la section Biographie / Scarlett Johansson . Et non , nous sommes tombé en 1962 dans un bar à routiers …
Bref comment voulez vous que l ‘ image de la Femme évolue quand on laisse ceci en état ? Mais bon si la société éditrice du mensuel Mad Movies laisse vivre ce forum c ‘ est sans doute pour une bonne raison .
Cela dit , je tape sur les forums , mais il faut surtout parlé de l ‘ éducation prodigué par les géniteurs et par l ‘ école …
Bref dépassé le sensationnel pour de l ‘ éducation en temps que telle et que le gamin respecte l ‘ autre , sans condition

Apple Computer – Cray Inc

deux destins , des lègues universaux .

Je me faisait la reflexion ce matin en buvant mon café , comment ce la ce fait que personne n ‘ est fait de parallèle entre Apple Computer qui imposa la machine personnel pour le très grand public et Cray Inc , qui est devenue une légende avec des technologies d ‘ avant garde et une esthétique toute particulière .

Steve Jobs et Seymour Cray : des geeks très différents , mais semblable
Je ne reviendrais sur Steve Jobs , maintenant meme le dernier paysan au Pakistan , le connaît . Pour Seymour Cray , c ‘ est autre chose . Il à travaillé pour l ‘ ERA , qui servait à la Navy à la fabrications de machine casseuse de messages secret . Il à crée les concepts du RISC ( le débat CISC vs RISC fut récurrent dans la presse spécialisé dans les années 1990) , dont les premiers CPU furent fabriqué par IBM . Après ERA , il co fonda CDC et aida les mainframes à passé de l ‘ age de la lampe à celui du transistor . Il travailla ci bien qu ‘ il architectura le CDC 6600 qui en 1963 allais à la vitesse phénoménal de 9 MFlops , ce qui pour l ‘ époque était très rapide . Mais Seymour Cray en avait ras le bol de la «  bureaucratie «  qui ce développais et Cray , connus comme le Chopin de cette nouvelle chose qu ‘ était le calcul haute performance CDC ralentissais et était moins à l ‘ écoute de ces clients . Le CDC 7600 démarrait à 40 MFlops . Cray décida de fondé Cray Inc .
Apple II – Macintosh 128 k = Cray I – Cray II pas si différentes
Les machines ci dessous ont marqué leurs époques , au même moments , mais rarement pour les même publics . La ou l ‘ Apple II était une version déverminé ; carrossé et musclé de l ‘ Apple I . Le Cray I lui n ‘ a étez crée que pour faire le travail le plus rapidement possible , le premier modèle à étez livré à Los Alamos , ce qui qualifia ce supercalculateur dans l ‘ excellence automatiquement . Il en fis un best seller avec cent soixante dix exemplaires dans le le monde . Le Cray II est autre chose .
Objectivement qu ‘ a apporté le Macintosh ? La mise à disposition des travaux de Douglas Engelbart : le bureau , le pointeur … de façon , via ces abstractions de permettre «  aux communs des mortels «  ( en 2013 -1014 c ‘est très relatif ) . Je rappel qu ‘ a la même époque , la ligne de commande était la règle .
Le Cray II fut lui aussi une vrai révolution déjà en performance brut : 1.9 Gigaflops en 1986 . Le cœur du système plongé dans du fluorinet , le système des CPU était immergé et bouillonnais lors du fonctionnement . Il reposait aussi sur le SMP . A quoi à donc servit une telle architecture ? Les traditionnel cryptanalyse crash test , étude de fluide … les acheteurs ? La NSA à as eut , la NASA itou , l ‘ US NAVY

%d blogueurs aiment cette page :