GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives Mensuelles: juin 2014

Groundhog Day d ‘ Harold Ramis

La comédie des années 1990 ?

Certains films ont un destins curieux. Des films deviennent cultes ( terme galvaudé ) dés leurs sorties en salle et d ‘ autre ce font une réputation au fil des années . Groundhog Day est de ceux la.
Un jour sans fin : l ‘ instant karma
Dire que Bill Murray est l ‘ âme de ce film, est en dessous de la vérité . Tous comme Andie MacDowell apportait un contrepoint dans «  Hudson Hawk «  à Bruce Willis . Murray ce lâche complètement dans ce film . Mais ce qui fait passé du rire de bon cœur , à la comédie douce amère est le passage avec le SDF , ce n ‘est qu ‘ avec ce personnage , que Groundhog Day passe de très bonne comédie à une œuvre marquante.
Groundhog Day n ‘est plus du tout possible en ces temps de super – héros Prométhéen . Meme et surtout le cinéma français est toujours infoutu d ‘ écrire et de réalisé ce type de film . Revenons à Groundhog Day , l ‘ évolution du personnage est très intéressante car passé du cynisme post Bush Sénior à quasi saint le tout en moins de deux heures est un exploit d ‘ écriture , maintenant ce serais une trilogie . Groundhog Day fait du bien à l ‘ âme et rien que pour ça , je ne peux que le recommandé .

House of cards saison 2 : Plus noir , plus sanglant

Nous avions quitté , il y a quelque mois le couple Underwood , au porte de la vice présidence . Frank c ‘ était vengé, de façon discrète , mais efficace des gens qui lui avait manqué. La réforme de l ‘ éducation était passé et les faibles, n ‘ avais pas tenu et qui n’ était plus utile comme le député Russo, Barnes commençait à ce rapproché des affaires du futur vice président ( VP) et celui ci avait du passé une alliance de circonstance avec un industriel.
Pas d ‘ amis , pas de bagages
Toute les relations qui nous semblaient «  acquise «, ne le sont pas et le message passe dès la fin du premier épisode de la seconde saison; contrairement à d ‘ autre , je ne me plain pas de la densité des courtes saisons des grandes séries actuelle , c ‘est une forme d ‘ écriture qui ne permet aucun temps mort . De nouveau joueurs rentrent , mais avec la futur troisième saison qui s ‘ annonce, ceux ci n ‘ auront au plus que quelque scènes, tous au plus.
Sans trop spoilé , les scénaristes font respiré la série par deux épisodes assez spéciaux: le premier , centré sur la Guerre de sécession , très «  Civil War «  de Ken Burns , ou Franck rencontre un écho de l ‘ âme de son arrière grand père Augustus et un autre , à la quasi limite, si ce n ‘ était pas vital pour les protagonistes de «  the wire «  avec la famille de Freddy.
House of cards,  n ‘ est ni épique, grandiloquent, ni physiquement violente, si vous cherché cela, il y a Games of thrones. Le pragmatisme règne et toute faiblesse ce paye cache. D ‘ un autre coté, on a tendance à sous estimé Claire; alors que c ‘ est elle la plus rentre dedans pour détruire. Son ancien amant ne la compris que trop tard.
Je ne dit pas non plus qu ‘ House of cards n ‘ échappe pas à une ou deux facilitées ( l ‘ histoire entre la péripatéticienne et Stamper ) ou l ‘arc entre Rémy Danton et la remplaçante au sénat d ‘ Underwood.
Une chute annoncé
Underwood est arrivé au bout de ces ambitions, il est Président, les cadavres jonche Washington DC et contrairement à son prédécesseur, faible de caractere et pleurnichard, lui est compétant, personne n ‘ est, à la fin de cette saison en mesure de lui tenir tète , ils ont essayé , ils ont le poignard dans le dos et à l ‘ avantage de c ‘ être entouré de survivants ou de gens ambitieux. Nous ne sommes pas dans le cadre d ‘ un « Breaking bad » , House of cards n ‘est pas aussi permissive, bref , je suis enthousiaste de voir cette futur troisième saison.

Ant – Man de pas Edgar Wright

hypocrisie quand tu nous tient

Ainsi donc , Edgar Wright ne réaliseras pas Ant – Man, film faisant parti de la futur phase trois du Marvel Cinéma verse. Quand on lis un certain forum et divers sites web consacré au comics books, c ‘est en gros l ‘ équivalent de l ‘ assassinat de Kénnédy + l ‘ explosion de la central de Tchernobyl + la sortie du premier album de Lorie, en gros chez les geek c ‘est la fin du monde ….pas pour moi.
Edgar Wright : bon ; sans plus
J’ ai découvert, comme pas mal de français , le cinéma de Wright avec ce classique instantané qu ‘ est «  Hot fuzz » qui recrachais tous ce que le cinéma d ‘ action avais fais depuis ces cinquante dernière années ( avec de gros clin d ‘ œils envers Léone ). Puis j ‘ ai vu l ‘ adaptation du comics «  Scott Pilgrim Vs The world «  , l ‘ œuvre en elle même est anecdotique, le film est , je le dit franchement : une cochonnerie de qualité lisier français , le film accentue le coté bobo de la bédé , sans pour autant être vraiment inventif … Wright c ‘est ramassé sur le sujet au box office et c ‘est normal. Puis vint cette chronique du «  dernier bar de la fin du monde «  , qui est bien , le soucis est que ci ont enlève les robots ( qui n ‘ en sont pas ), les combats dans les wcs et tous ce qui relève de la science fiction de base, ont obtient un téléfilm de base de France 3 Languedoc Roussillon, ou un « spécial Plus belle la vie « . Et la c ‘est un problème …
Marvel cinéma verse , yes men etc …
Il y a un certain retournement de veste, qui ce prépare concernant ce que fait Marvel studio. Voilà que celui ci est désormais «  trop commercial «  et les films dirigé par des «  yes men « . Donc ces adaptations sont trop serviles car dirigé par des réalisateurs qui non pas de couilles pour s ‘ imposé fasse à Disney. C ‘est un peux bizarre de lire ça après le premier et le troisième Iron Man (Shane Black à apporté suffisamment d ‘ ironie pour deux films et permettre de dégonflé l ‘ égo de Starck ). idem pour les deux Captain América , le premier pulp comme il faut sous la houlette de Joe Johnson et le second dirigé par les frères Russo qui est si mauvais qu ‘ il parlent de la surveillance et de la paranoïa américaine , sous couvert d ‘ un film d ‘ action intelligent ( ce n ‘ est pas antinomique ).Idem pour Thor: the darkest world ou Taylor à importé ce qui manquais à au dieu du tonnerre : de l ‘ humour.
Donc tous les talents ci dessous seraient donc des réalisateurs de qualité :Guillaume Canet?Je ne vais pas faire l ‘ affront au sois disant plus vendu de tous ( mais c ‘est subliminale : Joss Whédon ).Retournons la question : et si Edgar Wright n ‘ était pas du tout à ce niveau qualitatif ? Parce que l ‘ on nous parle d ‘ un film depuis 2006 qui aurait du être tourné depuis un moment , mais Wright à semble t ‘ il fait quelque peux sa diva … que l ‘ on ne me dise pas que le scénario à du être maintes fois corrigé selon le diktat de Disney , ces cadres sont suffisamment intelligents pour savoir que leurs publics de base peux faire ou défaire le succès d ‘ un film une heure après la première séance public. Je ne dit pas qu ‘ il peux y avoir des différents créatifs … et il peux y avoir la responsabilité des deux parties , mais Edgar Wright n ‘est pas un saint d ‘ une quelconque cause geek , car il n ‘ y a ni martyre , ni cause … le film ce feras avec ou sans l ‘ anglais.

Spider-Man et Iron Man , comment je me suis bien trompé

Je dois avoué, j ‘ ai très mal jugé Spider-Man et Iron Man . Jusqu’a récemment je ne les voyais, pour l ‘ un comme une espèce de loser , une caricature de geek et de l ‘ autre un pilier de bar plus dangereux que la triade Nixon , Reagan et Bush Jr réunit . Mais pour l ‘ un , il y a eut cette futur période décrié à tord qui est Superior Spider-Man et qui se révèle aussi accessible que le run de Strazecsky.
Spider-Man : un homme avant tout
J’ai commencé à lire du DC puis j ‘ ai peu à peu basculé vers la maison Marvel . Pas que la trinité me fatigue , mais la période new 52 est ridiculement glauque et pour tout dire inutile . Alors que le relaunch qui dit son nom : marvel now est très bien : Uncanny Avengers ; Avengers ; Thor : god of thunder … sachant que toutes ces séries descende du pas si mal «  Avengers vs X-Men ), sauf pour les pharisiens de la chose … bien entendu , il considère que Superior Spider-Man est une trahison ( momentané mais quand même ) .
Peter Parker est l’ inverse d’un Clark Kent , c’est un quidam qui à des pouvoirs et à qui il lui arrive des pépins comme tous à chacun . Bizarrement , Parker est devenu intéressant à mes yeux via la réédition du run de Straczinsky et le concept des totems. Mais revenons à Superior Spider-Man qui montre un homme araignée au final assez proche de Batman. Il est enfin bad ass et n ‘ a pas d ‘ état d ‘ âmes comme le vieux Bruce Wayne dans «  the dark knight returns ». Parker est intéressant car il apporte le point de vu de l ‘ homme de tous les jours , pas de l ‘ ancien militaire ou de l ‘ avocat et comme tous le monde il a un ou deux boulets aux pieds . Du point vu Marvelien , c’est un mutant intégré à l ‘ inverse de ce connard de Scott Summers, qui se sert de sa «  minorité «  génétique pour emmerdé son monde.
Iron Man : des films aux comics
L ‘ un des avantages du Marvel movies universe, est de prendre l ‘ archétype d ‘ un personnage , de le débarrassé de sa continuité , de l ‘ intérêt des trois premières saisons d ‘ Ultimates avant de basculé sur la continuité . Robert Downey Jr à de ce point de vu sauvé tète de fer , nous étions à l ‘ époque en pleine période Civil war / dark reign. Mais lisant des deluxe pour comblé les trous de vers temporel,la vie de Tony Stark… on en viendrais presque à s ‘ apitoyé sur lui ( l ‘ épisode de Thor renaissance ou l ‘ Asgardien ne retient plus ces coups résume la situation ) pour résumé , il, à son Golgotha ( pas le personnage pathétique,ridicule et à réécrire de fond en comble de Noob et la trilogie qui ne vient pas). C ‘est à ce moment que le premier film intervient pour redonné vie à ce pilier de pop culture et par la même occasion relancé la carrière de Robert Downey Jr .Mais Marvel étant crossmédia ( mot magique utilisé par le créateur de Noob à tord et à travers ), les éléments qui font la singularité de l ‘Iron Man verse ce retrouve dans les films de façon assez rigolote quelque fois ( AIM et extrémis entre autre ).Donc au final c ‘est le bagou de Downey Jr qui à moralement sauvé son alter-égo de papier et m’a donné envie d’en connaître plus sur la maison de Stan Lee.

%d blogueurs aiment cette page :