GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

House of cards saison 2 : Plus noir , plus sanglant

Nous avions quitté , il y a quelque mois le couple Underwood , au porte de la vice présidence . Frank c ‘ était vengé, de façon discrète , mais efficace des gens qui lui avait manqué. La réforme de l ‘ éducation était passé et les faibles, n ‘ avais pas tenu et qui n’ était plus utile comme le député Russo, Barnes commençait à ce rapproché des affaires du futur vice président ( VP) et celui ci avait du passé une alliance de circonstance avec un industriel.
Pas d ‘ amis , pas de bagages
Toute les relations qui nous semblaient «  acquise «, ne le sont pas et le message passe dès la fin du premier épisode de la seconde saison; contrairement à d ‘ autre , je ne me plain pas de la densité des courtes saisons des grandes séries actuelle , c ‘est une forme d ‘ écriture qui ne permet aucun temps mort . De nouveau joueurs rentrent , mais avec la futur troisième saison qui s ‘ annonce, ceux ci n ‘ auront au plus que quelque scènes, tous au plus.
Sans trop spoilé , les scénaristes font respiré la série par deux épisodes assez spéciaux: le premier , centré sur la Guerre de sécession , très «  Civil War «  de Ken Burns , ou Franck rencontre un écho de l ‘ âme de son arrière grand père Augustus et un autre , à la quasi limite, si ce n ‘ était pas vital pour les protagonistes de «  the wire «  avec la famille de Freddy.
House of cards,  n ‘ est ni épique, grandiloquent, ni physiquement violente, si vous cherché cela, il y a Games of thrones. Le pragmatisme règne et toute faiblesse ce paye cache. D ‘ un autre coté, on a tendance à sous estimé Claire; alors que c ‘ est elle la plus rentre dedans pour détruire. Son ancien amant ne la compris que trop tard.
Je ne dit pas non plus qu ‘ House of cards n ‘ échappe pas à une ou deux facilitées ( l ‘ histoire entre la péripatéticienne et Stamper ) ou l ‘arc entre Rémy Danton et la remplaçante au sénat d ‘ Underwood.
Une chute annoncé
Underwood est arrivé au bout de ces ambitions, il est Président, les cadavres jonche Washington DC et contrairement à son prédécesseur, faible de caractere et pleurnichard, lui est compétant, personne n ‘ est, à la fin de cette saison en mesure de lui tenir tète , ils ont essayé , ils ont le poignard dans le dos et à l ‘ avantage de c ‘ être entouré de survivants ou de gens ambitieux. Nous ne sommes pas dans le cadre d ‘ un « Breaking bad » , House of cards n ‘est pas aussi permissive, bref , je suis enthousiaste de voir cette futur troisième saison.

Advertisements

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :