GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives Mensuelles: octobre 2014

Director ‘ s cut de Kate Bush

Une question de version
Le grand public semble redécouvrir l ‘ astre lunaire en la personne de Kate Bush , c ‘est bien , bon l ‘ inénarrable David Pujadas la comparé à Mylène Farmer , oui nous savons tous , qu ‘ il ne maîtrise rien , bref … Director ‘ s cut est une relecture des deux albums des années 1990 , qui en sont pas «  grand public «  avec «  the sensual world «  et «  the red shoes « ; à l ‘ époque je n ‘ avais pas accroché a ce dernier .

The sensual world | the red shoes version d’ origine
Je parle de ces deux albums, car même si il n ‘ y a que cinq ans qui les sépares, ils sont dans la continuité l ‘ un de l ‘ autre esthétiquement parlant, ne faisant pas l ‘ impasse , ils ont une empreinte infime de Peter Gabriel et cela dépasse «  eat the music «  mais «  and so is love «  semble répondre à «  love be to loved «  de Peter Gabriel , tous comme «  song of Solomon «  n ‘ aurait pas fait tache au milieu de «  Us «  . Kate Bush est une songwriteuse remarquable et que son album «  the red shoes «  soit passé inaperçus est normal dans le contexte musical de l ‘ époque ( explosion du hip hop , de la techno et de la house ,reconnaissance de Depeche Mode via Violator et Song of faith and devotion , la chanson française sortait un peu de son entre sois , le grunge , les girls| boys band ). Deux décades plus tard «  the red shoes «  montre sa vrai valeur , un must to have . C ‘est aussi le dernier album auquel son Fairlight CMI fait entendre sa voix .
Parlons de «  the sensual world «  , qui le précède d ‘ un quinquennat , il n ‘est pas le patron de «  the red shoes « , il possède ces propres «  tubes «  comme l ‘ éponyme «  the sensual world « . Pour ma part , je retient «  this woman ‘ s work «  .
Ce qui est étrange avec le couple «  the sensual world « | «  the red shoes «  n ‘est pas tant la production , la qualité de l ‘ ensemble qui est stupéfiante et remarquable .
Director ‘ s cut : les variations de Kate
Director ‘ s cut est un disque «  spécial » dans la discographie de Kate Bush. Elle revisite un ensemble de chansons, issu de «  the sensual world « et de «  the red shoes « . Ces variations sont sois à la marge comme l ‘ est «  the sensual world «  ou c ‘est un très léger ré – arrangement de façade au rhabillage total de «  deeper understanding «  et de «  rubberband girl » à la mode rockabilly.
C ‘ est un disque cohérent , il est vrai que le fan peu avoir envie d ‘ autre chose sur les chansons de madame Bush , après tout son compère Peter Gabriel à bien réarrangé ses «  tubes » version symphonique et cela ne choque pas l ‘ oreille,car la mélodie de base est bonne .
Doit on considéré les chansons ce trouvant à l ‘ intérieur comme des versions «  definitive » ?L ‘ art étant toujours en mode work in progress,oui .Mais cela peut changé avec le succès des concerts Londonniens et avoir droit à des versions augmenté , EMI avait fait le coup avec la ressortie en digipack des Depeche Mode , qui sont pour chaque fans , des objets à avoir

Publicités

:Avengers – Age of Ultron,en route vers Civil War ?

Et voilà , nous y sommes , Marvel à jeté en pâture le premier trailer d ‘ «  Avengers – Age of Ultron » et il y eut des réflexes pavloviens de «  j ‘ aime pas car … » ou » j ‘ adore car »… ( ce type de compliments venant une fois sur deux de pseudo scénariste «  rushant sont travail «  et de l ‘autre d ‘ amateurs sincère , bref ma bonne dame c ‘ est ainsi depuis l ‘ invention du blockbuster ( l ‘ arrivé du train à la gare de la Ciotat par les frères Lumière ) et ces détracteurs . Mais ma bonne dame qu ‘ est ce donc cette Ultron ? et pourquoi il risque de révolutionné ( faire un tour sur lui même ) le film de super héros ? ( ou de super slips de la part de néo lecteurs de Télérama ou de Mad Movies, ce qui est peu ou prou la même chose désormais ).
Ultron : quand une bonne action dérape sévère
Ultron est une création d’ Hank Pim aka Ant -Man qui voulais soulagé l ‘ humanité et créa un uber bad guy , sans le faire exprès , le terme n’ est pas trop fort , puisqu ‘ il est battu in extremis , il est aux Avengers , ce qu ‘ est Apocalypse aux X-Men , très dangereux .Ce qui est intéressant est que le second film de Joss Whédon reprend la ou c ‘ était arrêté Captain América : the winter soldier ,ne serais ce qu ‘ avec la vision de décors utilisé lors du premier Captain América . Avengers – Age of Ultron est censé marqué l ‘ intégration des jumeaux Maximoff et de la Vision , le pourquoi du comment va être intéressant car autant dans ce qui est pour l ‘ instant l ‘ univers canonique Marvellien est logique ,cela l ‘ est un peu moins concernant d ‘ un point de vu cinématographique. Par contre il semble que le créateur de « Buffy contre les vampires «  est étez piqué au vif concernant les destructions massives de «  Man of steel » quand on vois les money shot de Hulk Buster ( qui n ‘est pas une surprise quand on connaît Iron Man 3…) .
Pourquoi Avengers – Age of Ultron risque t ‘il de changé les choses ? Si on en crois les rumeurs ( qui ne semble pas être démentie ) il va ouvrir la voie à un pseudo Civil War et à un pseudo World war Hulk ( qui justifierais lui l ‘ emploi et la greffe des gardiens de la galaxie )…
Civil War , pour le grand public , bonne ou mauvaise idée ?
Civil War est la conséquences de plusieurs années terrible dans le Marvel Verse canonique .Le coup de folie de la sorcière rouge,qui préludera «  House of M » ,l ‘ ambiguïté de Spider Woman , l’ hostilité latente du SHIELD ,bref Bendis avait préparé le lecteur à la catastrophe à venir . Mais le contexte est différent dans l ‘ éventuel version filmique , car il manque plus de soixante dix pour cent de l ‘ univers Marvel et Civil War , du fait des bonnes questions qu ‘ il pose ( doit ton faire confiance à son gouvernement, quand celui ci surveille ces citoyens? Ou commence et s ‘ arrête les libertés individuels ) sont des questions intéressantes , déjà posé dans Captain América : the winter soldier , je suis pour ma part curieux …
World war Hulk, contexte différent , mais résultat semblable ?
World war Hulk est un hiatus post Civil War , dans l ‘ univers canonique ,Banner est expédié dans l ‘ espace du fait des «  Illuminatis «  parce qu ‘ il à commis trop de dégâts sur Terre et qu ‘ il est devenu ingérable . Mais au lieu de l ‘ envoyé au calme , sur une planète «  tranquille «  , il est plus ou moins expédié en enfer . Un mot , comme en cent , c ‘est un Spartacus space opéra-tique , et bien sur le géant vert arrive à retourné sur Terre plus furieux que jamais ( le lecteur suivant ces pérégrinations ne pouvant qu ‘ être derrière lui ) . Maintenant dans le contexte filmique , Bruce Banner serait envoyé dans l ‘ espace de façon accidentel , du fait des événements ayant lieux dans Avengers – Age of Ultron .
Bref les deux trois prochaines années vont être intéressante , n ‘est ce pas ?

L ‘ esprit geek do it yourself est il en train de mourir ?

Le créateur geek est t il devenu un assisté ?

J ‘ en avait parlé lors de mon article anniversaire ( «  et de sept «  ),ce blog , j ‘ ai vu pas mal de chutes . J ‘ ai aussi vu un certain état d ‘ esprit apparaître et qui commence à de déplaire .

Le do it yourself amoindri
Je parle d ‘ un temps que les moins de trente ans ne peuvent connaître , d ‘ un temps ou la technologie n ‘ était pas aussi facile d ‘ accès et que le temps de calcul était une gageure. J ‘ ai regardé avec une certaine nostalgie le «  summer of 90’s «  d’ ARTE , pour les fan de Nabilla , les années 1990 c ‘est juste avant l ‘ invention du feu. Je ne vais pas dire que nous étions plus heureux , nous étions sous informé .Mais nous avions l ‘ esprit d ‘invention , certes c ‘est dur de crée au jour le jour , il faut aussi ce remettre en question , mais en tout cas , comme il n ‘ y avait pas de synergie , ni de travail collaboratif en temps que telle ,c ‘ était des démarches créatives local ( chose qui fait hurlé les mondialistes actuels ) et qui fonctionnait ou non. Mais on moins sa créait .
Le do it yourself durant dix quinze ans n ‘ était pas un choix , mais une nécessité agréable . L ‘ invention c ‘est sain , après tout les Internets n ‘ existerait pas sans les travaux de Dennis Ritchie , qui a fait lâché à la communauté de l ‘ informatique les rives du FORTRAN , sans le besoin de résoudre des problèmes mathématiques très complexe , de façon innovante et moins chère que son ancien employeur noyé sous les démarches administrative , Seymour Cray n ‘ aurait ni crée la société du même nom,ni le Cray 1,je ne vais pas non plus parlé du lègue avant l ‘ heure de Peter Vogel ou des travaux mathématiques de J. Chowning … bref ,il était une époque ou fallait conceptualisé et la bulle intellectuel et l ‘ entre sois dangereux pour l ‘ expansion , la généralisation et l’ adoption des concepts.
Embourgeoisement ? Ou  acculturation ?
Ce qui est très étonnant , c ‘est que dans les années 90 , avec nos ciseaux , notre papier et la colle ( la PAO était un luxe ) , le geek lisait beaucoup , il passait quasiment sa vie à acheté des tomes de six cent , huit cent pages et en tirais l ‘essentiel . Ce qui n ‘est plus le cas aujourd ‘ hui , c ‘est le dark side of the social network , une certaine uniformisation c ‘est crée de fait. Pareil , tout à chacun aura remarqué la bêtise crasse des jeunes , une certain beauferie ; comme une certain nombrilisme . D ‘ un autre coté , nous les passionnés de pop culture ,n ‘ étant pas à la mode on nous foutaient une paix relative et nous étions libre de vivre nos passions .
Donc l ‘éducation est à mal , est ce aussi notre relative «  domination «  culturel sur le plan de la pop culture ( je suis toujours étonné de voir un média généraliste comme «  Le Parisien » parlé très correctement de culture geek sans aucun second degré ) . Le geek des années 1990 connaissait ces classiques de la culture « bourgeoise » , alors que le geek actuel , ne connaît que la culture pop et mal de surcroît .

Il ne pourra y avoir renouveau de la créativité geek , que si celui ci est parfaitement éduqué et ouvert au monde .

Electrochoc , l ‘ intégral 1987-2013 de Laurent Garnier et David Brun-Lambert

La génération des «  digital natives «  à toujours connus ce que l ‘ on appelle communément la «  musique techno «  , qui est elle même la sœur du HIP – HOP , mais celle ci ne veut pas entendre parlé . La techno – house est un style encore jeune , mais qui telle Galactus à assimilé quasiment tous les styles musicaux .
C ‘est l ‘ histoire d ‘ un mec …
Quand on lit «  Electrochoc,l ‘ intégral 1987-2013 », on s ‘ aperçoit que comme d’ habitude , les médias mainstream ne font pas leurs job , ou alors mal . La vie de monsieur Garnier ce révèle passionnante , surprenante et par instant , épique . Croire que le Djing ce résume à le faire à la Guetta est faux, il y a encore des passionnés, et qui ne mixe pas à Moscou avec deux doigts . Certes la plus que mythique Technics 1200 MKII est dès plus morte, mais ces clones s ‘ ébroue en liberté . «  Electrochoc,l ‘ intégral 1987-2013 » parle et cela va de soit de l ‘ évolution créative de monsieur Garnier de ces angoisses lors de ces performances « live » , aussi bien en festival, qu ‘ à l ‘ Olympia et le ressentie lors de la création musical est très bien ressentie par le lecteur ( basiquement le sound design fait partie de la création des musiques électroniques ) et de l ‘ abstraction de cette forme d ‘ art vis à vis du public mainstream .
C’est l ‘ histoire d ‘ un mouvement
Pour connaître en détail l ‘ histoire de la musique techno , «  Electrochoc , l ‘ intégral 1987-2013 » ce révèle être la somme à avoir . Il y a certes des documentaires très facilement trouvable sur Youtube , mais comme c ‘est à destination public mainstream , des subtilités qui n ‘ en sont pas explose en vole . Certes la techno à une histoire plus calme que le HIP-HOP , le mouvement à échappé à un semblant de guerre Est – West coast comme pour le HIP-HOP , du fait des multiples écoles crée . La techno de Détroit , seras différente de celle de Perpignan ; qui sera elle même différente de celle de Sheffield ou de Cologne et oui , la France est une nation qui compte et apporte ces propre voix /voies dans un effluve de snare , de nappes analogiques et d ‘ arpégiateur au goût de Fairlight avec le pied implacable d ‘ un Korg Volca beats .
«  Electrochoc,l ‘ intégral 1987-2013 » est un excellent instantané pour un mouvement vivace ou finalement le créateur donne son avis avec un médium machinique , qui beauté de la chose devient la ligua franca de l ‘ âme .

%d blogueurs aiment cette page :