GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

UVI Darklight IIx | UVI the beast

la re-création de mythes

Les années 1980 ont étez grande pourvoyeuse d ‘ innovations musical , aussi bien du coté du Japon avec Yamaha et son désormais légendaire DX7, qui était aussi courant dans les studio que les VSTi le sont dans les séquenceurs actuellement, que la naissance de l ‘ échantillonnage numérique avec les Farlight CMI et les NED Synclavier qui proposais de travaillé avec la FM bien avant Yamaha . Les CMI et les Synclavier ont imposé dans l ‘ inconscient collectif des sons si particuliers que l ‘ on reconnais de suite un disque produit dans les années1980 voir 1990 pour les Michael Jackson , Génésis et autre Peter Gabriel / Kate Bush.
UVI Darklight IIx :l ‘ essence d ‘ un CMI
Pourquoi acquérir une bibliothèque Darklight IIx ? Parce que cette instrument s ‘ intègre fort bien dans la musique contemporaine  . Comme dit plus haut , le Fairlight CMI à laissé une certaine empreinte dans l ‘ inconscient collectif , mais l ‘ heureux propriétaire d ‘ un Darklight IIx ce trouve devant un embranchement dès plus binaire : sois il utilise les sons telle quelle , avec leurs patines typé 1980 sois il utilise ces sons et les filtres qui vont avec . Car le Darklight IIx est au delà d ‘ un simple ROMplayer , mais il permet de travaillé chacun des sons de la bibliothèque pour en faire quelque chose d ‘autre ou de refaire telle quelle «  slow marimba «  de Peter Gabriel avec un son d ‘ usine et un arpégiateur ( livré d ‘ usine dans le logiciel gratuit , mais obligatoire UVI Workstation) . Il ne faut esperé refaire un «  Zoolook «  ( ce qui est un peux dommage ), mais nous sommes plus proche des premiers Art of Noise que d ‘ un Jan Hammer . Ce qui n ‘est pas un defaut si on à de l ‘ inspiration et que l ‘ on aime travaillé le cutoff , entre autre . Mais le Darklight IIx ne feras pas de vous un Jean – Michel Jarre si vous n ‘ êtes ni inspirés , ni rentré dans le cœur du système .

UVI the beast : la face nord de la FM
Si vous envisagez d ‘ acquérir «  Darklight IIx «  , prenez aussi «  the beast «  , certes cela revient un peu cher , mais les deux instruments, dont leurs originaux sont contemporains, ce complètes avec leurs différences philosophiques . La ou un «  Darklight IIx « dispose d ‘ une certaine rondeur sonore , «  the beast «  est plus froid du fait de sa couleur synthétique , mais dès lors qu ‘ il s ‘ agit d ‘ un vrai synthétiseur et non d ‘ un Sound Canvas de triste mémoire , les outils d’ éditions reprenne le design de l ‘ instrument d ‘ origine , mais il convenait à l ‘ époque , il est encore pertinent à notre époque . Je préfère prévenir , «  the beast «  n’ est pas fait pour faire joujoux avec ses filtres en temps réel sur scène , pas plus que l ‘ original . The beast est parfait pour le travail de pad complexe et lourd .
Si vous voulez des instruments typé , mais non limité , le couple térrible «  Darklight IIx «  et «  the beast «  vous tend les bras .

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :