GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Day of the Doctor – the time of the Doctor

The Moffat effect

Il aura donc fallut attendre une année pour que France Télévision soit disposé à nous sortir les ultimes épisodes de l ‘ ère Smith , un an , comme au milieu des années 1990 à la fin de vie de la VHS et du début de l ‘ aube du DVD . Cinq décades pour une série est tout sauf anodine , cela représente plusieurs générations de téléspectateurs , une évolution dans l ‘ écriture , la mise en scène , la création de mythes qui perdurerons grâce au numérique et les auteurs ce fichaient de cumulé plusieurs millions de téléspectateurs et d ‘ heures de programmes et de c ‘ en vanté sans cesse comme une websérie à la con . Les créateurs voulaient raconté une histoire .

Day of the Doctor
Cette épisode d ‘ un peu plus d ‘ une heure est paradoxalement le moins intéressant du duo proposé sur le DVD , ne serais ce que musicalement ou le metteur en scène est allez pioché dans les divers thèmes musicaux du Doctor contemporain , il est vrai aussi qu ‘ entendre les mots «  big bad wolf «  fait toujours autant frissonné . Day of the doctor à aussi l ‘ avantage de nous montré Gallifrey avant la chute , qui ne viendra pas ; donc pas de culpabilité ou de  «  destructeur des mondes «  , ne pas oublié que le Docteur n ‘est pas un gentil , c ‘est juste le moins pire des méchants , un cow boy léonien transposé à notre époque avec une boite bleu à la place du cheval . Cela ne devalorise pas le scénario , au contraire , c ‘est un début de rédemption , que de chemin parcouru par rapport au Doctor de 2005 !
The time of the Doctor
Voici donc l ‘ultime épisode de l ‘ ère Smith . La question était : allez t ‘ il passé le relais de façon aussi brillante et émouvante que son prédécesseur ? On peu répondre par l ‘ affirmative et chose de bien chez Moffat ; il conclut tous les arcs de façon magistral et en évitant de trop tirée sur la corde de la vraisemblance . Mais le pourquoi du comment du Silence , Trenzalore , la mort du Doctor … l ‘heure qui aurais pu passé pour fade , mais , dans ces cas , les anglais ce montre digne , mais comment ne pas être ému quand nous voyons les échos d ‘ Amy Pond …
The Moffat effect
Moffat arrive peu à peu à faire au Doctor , ce que Grant Morrison à fait pour Batman , le déconstruire , pour le reconstruire un peu plus … noir , je ne dit pas que toutes ces idées sont originale , mais la création et l exploitation des anges pleureurs ou le Silence , sorti de nul part sont d ‘ excellents exemples .
Que retenir de l ‘ ère Smith ? Il à quand du mal à passé a coté de David Tennant malgré tout , mais d’ un autre coté les interprètes du dernier maître du temps sont tellement différents que cela n ‘ a aucune espèce d ‘ importance vu la plasticité du personnage et bien que né en 1963 , il n ‘ a jamais autant parlé de notre triste époque .

Advertisements

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :