GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

The counselor – Cartel de Ridley Scott , l ‘ anti American gangster

Ridley Scott à une carrière étrange , il peu aussi bien faire des classiques instantané ( Alien ; Blade Runner ; Kingdom of heaven DC) que des films moyen moins ( American Gangster entre autre) , il à généralement bon goût en matière de casting mais ce qui distingue Ridley Scott d ‘ un fabriquant de navets comme Luc Besson ou Michael Bay est son esthétique, qui à marqué n ‘ importe quelle cinéphile digne de ce nom comme l ‘ atterrissage sur LV 641, le survol du Los Angeles de 2019, l ‘ autotafé de nuit dans 1492 …
The counselor
Cartel est un film brut, une sorte d’ anti Miami vice version 2006. La ou Michael Mann pousse à 110 % les capacités de capture de sa caméra, Scott vise quasiment le réel , la ou Mann esthétise la violence, Scott la fait brut et en suggestion ( ce qui est pire) . La ou son précédant polar : American Gangster écrivait une sorte de «  légende-gloriole » de Frank Lucas avec une glamourisation de la drogue sur fond de disco, « he counselor »nous la joue «  breaking bad » en moins gentillet ( oui il y a eut trop de hype pour cette série). Ce qui différencie Ridley Scott d ‘un Vince Gilligan est l ‘ utilisation du hors champs, qui ce révèle bien plus efficace que n ‘ importe quelle utilisation d ‘effets spéciaux visuelles.
Le scénario à beau être d’ une simplicité toute TFInesque ( un avocat en manque d ‘ argent pactise avec son client dealer de drogue et bien sur il y a bien sur des problèmes) . L ‘ une des choses les plus étonnante est l ‘ anti esthétisation de la violence , ce n ‘ est pas Kingdom of heaven DC,pas d ‘ utilisation de filtres , mais d ‘ une crudité rarement vu pour un film grand public . Ce n ‘est pas un film de divertissement , il fait réfléchir , c ‘est pour cela qu ‘ il à étez produit par la branche « arty «  de la 30th Century Fox.
Cameron Diaz
Cameron Diaz est l ‘ une des plus grande actrice de notre époque et Holywood la sous utilise d ‘ une façon inadmissible. Certes elle fait dans la comédie grasse la plus part du temps, mais quand elle tourne avec un Scott, elle montre que son talent ne demande qu ‘ a explosé , si vous avez un doute : « l ‘ enfer du dimanche «  . Quelle veuille resté dans sa zone de confort est compréhensible , mais elle , contrairement au comédiennes hexagonal ce dépasse de temps à autre. C ‘est une actrice magnétique ,mais contrairement à Jennifer Lawrence, elle semble avoir du mal à a la fois faire du blockbuster et du film d ‘ auteur ( lorsqu ‘ il est correctement écrit et joué ne me dérange pas, au contraire). Il est vrai aussi que Diaz à commencé lors des blockbusters à sfx parrainé par Silicon Graphics ( the Mask est une demo Indigo 2 / Alias|Wavefront avant tout)… il y plus de deux décades.
Ont va voir pour sa troisième partie de carrière , mais elle toute les ressources pour le Drame et quelle decroche enfin un Oscar !

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :