GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Doctor Who série 8 : Jump the shark ?

Je suis whovien , mais la …

J ‘ ai enfin prix du temps pour me regardé la fameuse saison 8 et pour faire bref , c ‘est la première fois que je suis gêné , mais bon , pour Doctor Who , la descente , ne pouvais qu ‘ arrivé . Ou est le problème avec cette fameuse saison ? On va plutôt inversé la question , ou ne sont pas les problèmes ?
Capaldi , au delà du hors sujet …
Comme plein de geek , j ‘ ai pleuré le départ de Matt Smith , qui à étez la relève brillante ( et ce n ‘ était pas gagné) de David Tennant et que dire de sa dernière scène ou l ‘ on revois Amy Pond dans «  l ‘ heure du Docteur » . Que cela soit Christopher Eccleston , jusqu ‘ a Matt Smith , ils n ‘ ont jamais mis en avant leur «  supériorité «  de Seigneur du temps … ce que n ‘ arrête pas de faire Capaldi , et rend ce personnage , imbuvable , la ou le «  dernier «  Gallifrien passe son temps à engueulé tous le monde . Ou est passé l ‘ humanisme du Doctor Who ? De sa sagesse ? Capaldi à transformé ce personnage pour un certain moment .
Le TARDIS en open bar
Un des effets de concomitant de Clara Oswald ( je reviendrais sur elle plus bas ) est que le TARDIS , qui est la discrétion même , à étez un hall de gare durant toute la saison 8 accueillant même une classe entière … certes les premières saisons avaient vocation à etre éducative , mais c ‘est plus qu ‘ un contrepoint au niveau de l ‘ écriture scénaristique , mais la ou le TARDIS est un îlot de calme , relatif .
Clara Oswald , ou la compagne du Docteur detestable
Si les Whovien ont survécut à Martha , que je considérais comme la pire des compagnes « moderne «  elle est battue , voir est même rendu agréable par contraste à Clara Oswald . Elle est écrite «  à la Noob «  tellement est nombriliste , durant toute la saison 8 ce n ‘ était que moi , moi , moi …. et son amant . Les Pond , bien qu ‘ éléments comique n ‘ auraient jamais osé engueulé le Docteur ni même faire du chantage ( le rêve des clés ) , hors Oswald est allez au delà du raisonnable , que le contraste et celui ci est une nécessité d ‘ écriture ; une mécanique universel , que tous le monde utilise , sauf Noob , mais ce n ‘est pas l ‘ objet . Je me pose la question si l ‘ actrice n ‘ était pas au maximum de sont «  art «  . Mais , clairement , elle à abîmée le concept même de compagnon . Tout cela pour rétrospectivement apprécié Martha .
En contraste le travail de Murray Gold , est extraordinaire depuis la sixième saison et j ‘ attend avec impatience mes trois CD .

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :