GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Docteur Jivago – David Lean

D ‘ après l ‘ œuvre de Boris Pasternak

Il aura fallut que j ‘ attende le décès d ‘ Omar Sharif , pour que je prenne mon courage à deux mains pour me voir ce monument . Docteur Jivago est un film à part dans l ‘ histoire du cinéma .
Mise en scène : entre le grandiose et l ‘ intimisme
David Lean était le James Cameron de son époque , la comparaison peu semblé hasardeuse , mais l ‘ un et l ‘ autre , avec Leone ( qui accoucha du cinéma d ‘ action moderne ) . Lean pose les enjeux dès la scène d ‘ ouverture à la sortie de l ‘ usine avec l ‘ iconisation du Peuple , sur fond d ‘ etoile soviétique . Puis le basculement dans l ‘ Oural avec le plan large et la musique pré Conan de Maurice Jarre , séquence qui ce termine avec la tempête de neige .
L ‘ idée brillante est la non rencontre entre Lara et Jivago dans le tram , ils sont tous les deux , mais dans des univers très différents . Ce qui différencie le cinéma des années 1960 de celui de 2010 est la violence , entre une charge de Dragon et de la bataille dans le champ de blé et de coquelicots laisse l ‘ imagination faire son travail , meme si le sous texte de Pasternak apparaît tout le temps dans le film .
Julie Christie et Omar Sharif : très difficilement depassable
La ou dans la comédie romantique «  moderne «  , le terme subtilité est banni , «  Docteur Jivago «  met le couple Lara | Jivago et leurs choix . Ce n ‘est pas une lubie d ‘ adolescents acnéique et stupide , mais entre gens adulte qui connaissent la responsabilité de leurs choix . D ‘ ailleurs et bien que cela soit un drame , nous voyons ce couple allez avec entrain vers l ‘ abîme .
L ‘ entité Christie | Sharif est juste , aussi bien d ‘ un point de vu émotionnel , que du point de vu jeu . Je n ‘ ose imaginé un quelconque remake de «  Docteur Jivago «  , ce couple d ‘ acteurs était la au bon moment , au bonne endroit . Comme pour les Léone , les Verhoeven et les Cameron , ce film est une leçon de cinéma pour la plupart des pseudo cinéastes qui encombre Youtube et qui font la manche pour tourné avec avec quatre zozos et une caméra 2K . Mais ils ne verront ce chef d ‘ œuvre , car ce n ‘est pas de la fantasy et ce croient tellement fort qu ‘ ils s ‘ estime à égalité avec Zack Snyder ( sans commentaire ) .
Le sous texte de l ‘ œuvre
Jivago est un film dont la violence politique est à la fois le texte et le sujet . Ne pas oublié que le film est sorti en 1965 , en pleine guerre froide et que le film est au dela de la critique du régime communiste et de cette impérialisme . Meme si cette violence est très suggéré , pas la politique . Voir la mise en scène du mari de Lara dans son train rouge sang est signifiant , pas besoin d ‘ en rajouté .
Meme chose pour la séquence de l ‘ anarchiste dans le train de transit ou les petits chefs qui règne dans la demeure de la belle famille de Jivago . Idem concernant le beau frère de Jivago , communiste qui s ‘ engage dans l ‘ armée tzariste pour la faire tombé de l ‘ intérieur , principe même de l ‘ entrisme . Mais encore une fois , c ‘est un film subtile , qui ne s ‘ arrête à une histoire d ‘ amour

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :