GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

The cathédral and the bazar d ‘ Eric S. Raymond

La magna carta numérique

Linux est globalement une bizarrie informatique , pas dans son ingénierie , mais de son architecture , car chacun des volontaires , qui touchaient son ANSI C bricolait son petit module , envoyait sa source à Linus Torvald et ces assistants ( je renvois au documentaire nom de code : linux , sur youtube ) , qui voyais si cela était utile et l ‘ ajoutait ou non au kernel officiel .
Pour un ingenieur en informatique , Linux est une hérésie , car pleins de monde fait plein de chose et c ‘est celui qui code qui à droit à la parole .
La cathédrale , du mainframe à Apple Mac Os X
Le concept de cathédrale informatique est encore pertinent à notre époque . Il fut une époque ou la puissance informatique était rare et la puissance CPU très cher . Le concept d’ informatique interactive un doux rêve , tous les calculs passait par du batch et l ‘ utilisateur final , de toute façon d ‘ une bêtise crasse n ‘ avait pas son mot à dire . Le modèle cathédrale régit Microsoft Windows , les SGBD-O ? d ‘ Oracle , c ‘est très bien pour les très gros projets , en théorie , mais cette méthode , théoriquement propre ( un maître , des exécutants , une méthodologie d ‘ écriture de code , de documentation et de test de celui ci ) , mais ce type de structure est lourde .
Le bazar : le noyau Linux ( jusqu ‘ a la version 3.xx )
Le bazar est une vision romantique et sentimental du développeur qui développe sa section de noyau , le poste et voie si cela aide le développement du kernel . C ‘est ce que permet le modele meme du logiciel libre , pas du tout le logiciel privateur , simplement parce que le créateur potentiel n ‘ a ni accès au code source ni de fait aux interfaces . Le modèle du bazar est un modèle valable , car le créateur travaille de plus en plus sous framework , sous quelque langage un temps soit peu évolué que cela soit . Le bazar permet d ‘ etre créatif à son niveau .
Le texte d ‘ Eric S. Raymond est toujours valable à notre époque .

Advertisements

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :