GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives Mensuelles: décembre 2015

De l’ image du geek &de la communauté open source en particulier

La drôle d ‘ image dans les médias et réseaux sociaux mainstream

Pour être franc , je n ‘ avais pas prévu de faire un hors série . J ‘ ai un sujet «  en tache de fond «  , j ‘ ai toute le matériel brut mais je n ‘ arrive pas à le traité , pour l ‘ instant , et que serais modestement Geekbill sans un hors série ? , je plaisante .
L ‘ image du geek est désormais aussi bien implanté dans l ‘ esprit du grand public , comme celui du hipster ou du bobo ( très souvent confondu par monsieur Michu sur certain sites ) . Et comme les vieux média de mémoire : la télévision et la presse quotidienne papier , la communauté Open Source / Debian sont vu comme «  élitiste «  même au sein des geek versant pop culture .
La communauté Debian/Open Source  : très chaleureuse
Les Débianistes sont vu comme les «  ultra «  de la communauté linuxienne . Ont n ‘ arrive pas sur Debian par hasard , si je suis sous GNU/Linux Debian c ‘est parce que ces valeurs ( partage , humanisme , sécurité , stabilité ) sont aussi les miennes , je n ‘est rien contre les gens qui sont heureux sous Gentoo , Fedora , Ubutnu , Open Suse …La distribution GNU/Linux Debian et sa communauté sont toute deux héritières du groupe UNIXien originel .
Contrairement à ce que pourrait croire les «  libéraux «  ( sens français du terme ) , la communauté n’est pas tellement à gauche , politiquement parlant , nous avons une chapelle de pensée commune : l ‘ indépendance technique et technologique dans la droite ligne du Général De Gaulle . Quand il arrive qu ‘un linuxien ou espèce plus rare un BSDien est un soucis plus ou moins grand et après avoir fait les recherches dans la documentation et sur internet , il ce tourne naturellement vers ses pairs , qui essayeront de l ‘ aidé .
Sans vouloir tiré la couverture , c ‘ est dans la communauté open source et ces satellites sur sont découvert les failles de sécurité , corrigé et propagé sur les réseaux .
L ‘ open source et les politiques …
Le geek peu choisir dans l ‘ ambiance ou il veut vivre «  numériquement «  , la ou le vulgum pécum , assujetti à Apple ou Microsoft n ‘ a pas d ‘ autre choix, faute de connaissance et de réseaux . L ‘ open source est vu par certain comme le «  bio «  du logiciel , à la limite du bobo d ‘ ailleurs ( enfin pour l ‘ auditeur très moyen de RMC et le spectateur de BFMTV) . Sans compté l ‘ ignorance crasse de certains ex- politique ( Christine Albanel et son pare feu open office qui fait encore rire petits et grands ) . Puis il y a les pragmatiques qui veulent accompagné le mouvement , je ne parlerais pas de la «  gauche «  gouvernemental , qui ne pense qu ‘ à cloîtré , réglementé encore et toujours plus , surveillé ce qu ‘ elle n ‘ a pas crée .
Le geek , par extension le libriste à envie qu ‘ on le laisse tranquille , dans son coin , si il doit allez en société cela ne sauras qu ‘ avec les individus qu ‘ il aura choisi ou pas du tout . Le geek n ‘est pas un néo hippie à la sauce numérique , ne crois pas en l ‘ amour ou la paix absolu dans le monde . C ‘est pour cela qu ‘ il utilise des crypto systèmes .
Revenons à nos hommes politiques ayant la peur au ventre dès que l ‘ on met sur le tapis le méta réseau . Mais de temps à autre une évolution s ‘ opère et un homme politique , passe d ‘ hostile à aide , je pense au cas de Frederic Lefèbre , qui à semble t il évolué sur la question , en tout cas fait des déclarations publique en ce sens , mais à une constance que n ‘ a pas Axelle Lemaire par exemple ( bien qu ‘ ayant participé à la consultation «  république numérique «  , je ne crois pas à la mise au vote des amendements voté par les participants ( des spécialistes sur le sujet écrit avec un certain mépris par les commentateurs du site rue 89 ) et les deux assemblées vont se mettre à plein ventre par rapport au lobbys .
Le vrai/ faux mythe du «  do it yourself «
L ‘ image d ‘ Épinal du libriste / geek est d ‘ être une sorte de MacGyver numérique , en gros certes , le libriste est capable avec GCC , un vieux listing et un VT100 de faire Facebook , il y avait une tendance on dire «  qui à la plus grosse «  ou apparaisse des choses très exotique comme les «  pirates box «  . Ou dans un autre contexte les distributions scratch comme Gentoo oui Archlinux , quelle est la différence avec ces distributions et celle dérivé de Debian , Fédora etc ? Il faut compilé . Oui la Debian ou affilié sont des binaires , que l ‘ on à toujours possibilité de compilé via les sources , mais l ‘ un des chic , pour certains est de vouloir tellement personnalisé son GNU/Linux qu ‘ il sacrifie trois jours d ‘ utilisation temps / machine pour arrivé à une installation basique d ‘ une heure sur Débian 8.x . Dois je rappelé qu ‘ à la base UNIX est un O.S industriel et que ce genre de comportement est un peu hors sujet .
Par contre utilisé le Raspberry pi et ces dérivés pour en détourné les usages , en arrivé à faire un robot , une caméra , un nœud de cluster est plus dans l ‘ état d ‘ esprit do it yourself
L ‘ image du geek
Depuis que le blog existe , l ‘ image du geek à évoluée , de temps à autre au grée des marronniers français . Je ne parlerais pas de la «  violence dans le jeu vidéo «  qui sort tous les deux jours , mais bon , il y a plein de sites click belt qui parle de cela .
L ‘ une des aides qui à aidé à «  l ‘ intégration «  ( non sens ) du geek est bien évidemment le Marvel Cinéma Univers , qui durant cette période à offert au public de Dubosc , un échantillonnage de ce qu ‘ est Marvel , sachant que l ‘ univers filmique représente moins de un pour cent de ce que recèle la maison des idées et comme il semblerait que les FF soit désormais rentré à la maison , ont devraient pouvoir enfin abordé sérieusement le chapitre galactique de la maison de Spider – Man .
Par contre après quelque années de dilutions , ou tout à chacun pouvais ce proclamé «  geek «  l ‘ élimination darwinienne commence et ne fait pas vraiment de quartiers , on les repères facilement quand ces individus parlent à la fois de sujets qu ‘ ils ne maîtrisent pas ou on des propos putassiers .
Je ne parlerais pas de Ruquier et des propos tenus envers Natoo , mais on sens que cette émission ainsi que cette environnement est mort de sa belle mort .

Star wars – the force awakness – JJ Abrams [contient des spoilers]

La rédemption d ‘ un réalisateur

JJ Abrams nous à étez vendu , comme un successeur possible de Steven Spielberg . Le geek sincère à de sérieux grief contre le créateur d ‘ «  Alias «  , rip off so 2000 de «  mission impossible «  . On ne va pas dire qu ‘ il à fait des miracles biblique sur «  Star Trek «  non plus , transformé une série humaniste en vulgaire actionner , n ‘ importe quelle youtubeur à la EnjoyPhoénix est capable de le faire . Sans compté bien sur et c ‘est un peu plus grave le cas de Khan , très mal écrit et incompris .
Sith demi sel
Star Wars est avant tout une métaphore Wagnérienne . Lucas avait certes eut une bonne idée avec la prélogie , mais l ‘ exécution est simplement foiré , l ‘ épisode trois , transitionnel entre les deux cycles passe plus que tous mal l ‘ épreuve du temps . Un bon méchant est quelqu ‘ un de charismatique et de cruel . Le Sith du film , fruit des amours de Leia et d’ Han Solo , n ‘est qu ‘ un sale gosse . Certes sensible à la Force , mais si loin de Dark Vador , à tous point de vue , mais à la fin il paye sa livre de chair pour enfin s ‘ accomplir .
L ‘ idée d ‘ une saga familiale , poursuite dans le début de ce nouveau cycle , reprend en fait en partie l ‘ ancien univers étendu , caduc avec le rachat de Lucasfilm par Disney .
Le scenario reprend la ou le «  return of Jedi «  c ‘est arrêté , Abrams n ‘ a en aucun fait du bigger et faster , il n’ a fait que mettre à jour et dépoussiéré l ‘ univers .
La réalisation est l ‘ inverse absolu de ce qu’ a fait le géniteur d «  Alias » . esthétiquement parlant il tient bien plus par certains aspects de l ‘ «  empire strike back «  que de la prélogie et de ces couleurs saturées . La caméra et les acteurs sont calme à coté «  007 Spectre «  passe pour du Michael Bay bas du front .
Jedi et musique
Autant le coté obscur à fait un bond , mais la Force aussi , nous n ‘ avons pas un , mais deux Jedi à fort potentiels , le combat final aux sabres à très fort relents arthurien est le combat le plus nerveux que j ‘ ai vu depuis longtemps , depuis la seule réussite de «  the phantom menace «  en ayant une patine classique . Abrams à l ‘ intelligence de ne pas prendre les spectateurs pour des imbéciles , il à décidé de ne pas sur expliqué comme dans «  the hobbit «  , «  Star wars – the force awakness «  est le prolongement logique , la ou la prélogie sonne creux et artificielle .
Un mot sur le travail de John Williams , ce n ‘est pas vraiment son meilleur travail , certes «  Star wars – the force awakness «  n ‘est pas et ne seras jamais «  empire strike back «  qui reste à ce jour la meilleur OST de la saga à ce jour . Il serait logique que le compositeur attitré ou quasiment de JJ Abrams , Michael Giacchino prenne la main , car il est le successeur logique et stylistique de John Williams , je renvois à ces «  Star trek «  et ces deux «  Missions impossible «  .
Bref et contre toute attente «  Star wars – the force awakness » est une réussite .

Kaamelott livre VI

Pourquoi le grand public ne la toujours pas digéré

Je me suis revu très récemment le cycle «  Kaamelott «  , me me suis particulièrement intéressé aux livres V et VI . Mais alors que le geek francophone la digéré et assimilé , le grand public n ‘ a toujours pas ingéré ce monument télévisuel .
De la bassesse et de la lâcheté
Astier à fait un choix risqué , mais payant : détruire le mythe d ‘ Arthur , mais à titre de comparaison , il réussit la ou Georges Lucas à échoué avec Dark Vador . Car faire un montage ,une élévation d ‘ un simple soldat pour en faire le chef de Bretagne , mais de façon subtile . Arthur n ‘est née que par nécessité politique , rien de «  romantique «  , mais avant tout du pragmatisme . La ou Alexandre Astier est génial est qu ‘ il n ‘ embellie pas le caractère de l ‘ homme . Mais en Bretagne aussi , la Politique règne , voir les scènes de réunions des chefs de clans . La règle d ‘ or de cette saison est que personne n ‘est grand . Arthur n ‘ était que le fils de son père , un simple héritier . Il ne deviendra réellement roi que dans les dernières minutes de «  Dies irae «  .
C ‘est l ‘ un des facteurs qui à déplus au public de M6 , bien trop proche de nous et pas assez de plaisanteries , fussent ‘ elles subtiles .
Pareil , les problèmes romains d ‘ Arturus , ne vienne pas vraiment de ces «  amis «  , mais simplement d ‘ individus , qui passent leur temps à vidé leurs sacs pour trois cerises .
L ‘ homme tel qu ‘ il est , pas comme il devrait être
«  Kaamelott «  à aussi déconstruit LE modèle de vertu par excellence : Lancelot du Lac , ce qui est déstabilisant pour le public type de M6 , bête comme un tronc . Astier ne juge pas , il crée et laisse vivre . Mais à peux être étez trop optimiste par rapport à l ‘ adhésion «  intellectuel «  du téléspectateur de M6 ( cela va aussi pour TF1 ) .
Kaamelott à du sens , dès lors que l ‘ on abandonne le coté humoristique , qui devenait accessoire à la fin du livre III , pour viré à une vrai et bonne tragédie sur la période IV-V et VI . On vois par ailleurs le désastre avec l ‘ une des séries qui à échoué avec «  Peplum «  , qui ce voulait etre un «  Kaamelott «  durant l ‘ Antiquité en ne gardant que le coté «  comique «  .
«  Kaamelott «  est et reste un melange subtil c ‘est ce qui fait sa force .

De Jurassic Park à Jurrasic world

Deux decades et un remake inutile

Cet été j ‘ ai du faire l ‘ impasse sur pas mal de sorties en salle :Mad max – fury road , Jurassic world , Pixels , Fantastc Four . Ces films sortant les un après autre en format domestique , cela me permet d ‘ en chroniqué certain à froid .

De Jurrasic Park à Jurrasic world
J ‘ avais étez voir la première itération réalisé par Steven Spielberg , qui bien qu ‘ ayant pleins de qualité , se révèle être un film démo pour Alias et Silicon Graphics , l ‘ essence même du roman de Michael Crichton ( les dangers de la génétique et l ‘ éthique ) pour en faire la racine des blockbusters actuels . Jurrasic world , ne révolutionne plus rien en matière de SFX , il ne fait d ‘ ailleurs que cité , je dirais même récité sans imagination Jurrasic Park , d ‘ ailleurs du point de vu réalisation c ‘est purement alimentaire , aucun plan iconique digne de ce nom , même le combat final , malgré ces twists débiles . Non le sujet de fond est l ‘ éthique pour la génétique et est en fait la «  vrai «  version du roman de Crichton .
Indominus rex : ne riez pas , cela pourrais venir
Le bad guy , qui est aussi le sujet principal du film est une fantasmagorie , une chimère . Le peuple est «  blasé «  des dinosaures , donc il faut une créature pour le texan , tel qu ‘ il s ‘ imagine le saurien . D ‘ ou est venu cette vilaine idée de l ‘ Indominus rex ( et le twist sur InGen ) ? les avancés de la génétique et de la puissance informatique , à titre de comparaison , les ADN des dinosaures de Jurrasic Park étaient lus par trois Cray XMP ( grosso modo 1.5 Gflops ) à un Cray Titan … plus de puissance informatique , permet plus d ‘ utilisateurs et une plus grande précision . Le film , Jurrasic world est un film inutile , certes elle à le meme discours que le début de franchise crée par Spielberg , donc attendez et prenez le à petit prix .

%d blogueurs aiment cette page :