GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Fantastic four – Josh Trank

Quand la génération Kev Adams ne comprend rien à Jack Kirby

J ‘ ai vu , à deux semaines d ‘ intervalles , « Pixels » , archétype de beauferie digne de TF1 et interprété par l ‘ équipe B de «  plus belle la vie «  et le tristement célèbre Fantastic four commis par Josh Trank .
Hors sujet du début jusque à la fin
Josh Trank est un incapable , un petit connard qui n ‘ a pas voulu comprendre le sujet pour lequel il à étez engagé . Fantastic four est aussi la faute de la 30 th Century Fox , qui voulais à tous prix conservé les droits cinématographique , mais fort heureusement le grand public à coulé cette tentative de rapt . La mise en scène est en soit ridicule , entre le jeune Reeds , non soutenu par ces parents , qui fabrique un teléporteur avec un cluster sur la base de Nintendo 64 ( MIPS R4300 , 95 Mhz , 4 Mo ) sachant que la N64 n ‘ était pas doté de contrôleur ethernet en standard , mais il y eu un portage expérimental de GNU/Linux .
L ‘ autre coté facepalmesque est la bêtise Von Doom . Fatalis n ‘ aspire qu à la puissance , ce n ‘est un écologiste ! Autant la confrontation intellectuel , n ‘ a pas étez mené à terme , puisque Trank , qui est aussi co scénariste n ‘ a même pas pris la peine de lire la fiche Wikipédia de Von Doom , car il à fait une gaffe impardonnable : tué Von Doom et bien non monsieur ; on n ‘ annihile pas Von Doom .
L ‘ indépassable indestructible
Il est fascinant que » Fantastic four » est étez un un échec avant le premier tour de manivelle . En effet l ‘ ultime version à étez fait en 2005 par Brad Bird . Il est même devenu une œuvre post super héroïque comme le sont «  the Watchmen «  et «  the dark knight returns «  . Bird à compris les enjeux de mise en scène , de caractérisation , de la porté meme du genre .
Quand on compare «  Fantastic four »aux «  indestructibles «  , la comparaison n ‘est pas flatteuse pour Josh Trank car Bird à fait un vrai film ayant un vrai sujet , qui d ‘ ailleurs prend son sel avec la première décennie de Marvel Cinéma Universe et de la mise en place laborieuse de l ‘ équivalence chez DC (quoique Batman V Superman va rafraîchir tout cela ) .
Dès limite du nombril de l ‘ auteur
Trank nous l ‘ avons vu , n ‘ a non seulement pas compris le sujet : la création d ‘ une famille de fait et de leur némésis , mais aussi et surtout le ton du machin . Quand on lis «  Fantasic four «  c ‘est une œuvre rigolote , joyeuse , humaniste , divertissante . Pas le début du quart d ‘ une tragédie comme Avenger Vs X- Men . Sauf que non seulement c ‘est imbécile , n ‘ a pas traité le sujet , mais il à fait une crise auteurisante , comme n ‘ importe quelle film français «  à la mode Kev Adams «  , mais en n ‘ ayant pas les capacités artistique de Joss Whédon ou d ‘ un Edgar Wright . Par contre il peu s ‘ exilé en France , il ne sera pas dépaysé et pourra montré les limites de ça médiocrité .

Bref «  Fantastic four «  est un truc ni fait , ni à faire , attendez une baisse du DVD , voir prenez le d ‘ occasion , mais c ‘est tout ce que mérite la crotte de Josh Trank .

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :