GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Charlie Wilson war – Mike Nichols

Quand le passée explique le présent

Ce blog est un fan du travail récent d ‘ Aaron Sorkin , qui est sans doute l ‘ un de nos plus grand scénariste contemporain .
Les années 80 , la guerre d ‘ Afghanistan …
Je sais très bien que les années 1980 , pour la génération Kev Adams – Hanouna est aussi abstrait que la première sortie en bac de «  revolver «  des Beatles ou que le bombardement de Nagasaki en 1945 . Moi même en 1988 , je ne savais même pas ou ce trouvais ce pays , depuis , comme tous le monde , j ‘ ai su qu ‘il ce situait en dessous de la Russie et à coté du Pakistan .
Revenons au long métrage de Mike Nichols , il à l ‘ avantage d ‘ être court , mais de parlé de quelque chose dont on ne parle jamais dans les médias : le financement des guerres secrètes .
Comment ne pas parlé de ce film sans parlé de son casting , car hormis Julia Roberts et Tom Hanks , il faut marqué la présence d ‘ Amy Adams et le petit rôle d ‘ Emily Blunt , devenue l ‘ incarnation de la badasserie féminine avec «  Edge of tomorrow «  en texane moins la Bible et la corde pour pendre .
Sorkin à le talent pour expliqué calmement et simplement des situations complexe . Et le financement de la guerre d ‘ Afghanistan à étez tout sauf simple .
Ou l ‘ on vient à parlé de l ‘ OST
Il faut parlé du travail de James Newton Howard . Vieux routier du cinéma , qui à collaboré entre autre avec Hans Zimmer sur «  Batman bégins «  et «  the dark knight «  . L ‘ OST souligne toute l ‘ ambiguïté américaine dans la guerre afghane . Car Howard à globalement enfoncé le clou lorsque l ‘ on vois les afghans utilisé des «  stingers «  sur une partie choral du «  Messie «  de Haendel , Howard est subtile , car il compte sur l ‘ ignorance du grand public qui ne connais que « l ‘ alléluia «  de l ‘ oratorio . Personnellement , cela ma sauté aux oreilles , même si j ‘ ai toujours étez plus Bach qu ‘ Haendel . On me répondra qu ‘ il s ‘ agit de décalage artistique , j ‘ aurais accepté l ‘ argument si le metteur en scène avait pris une partie très peu connus de la «  Passion selon St Matthieu «  ou de la «  Passion selon St Jean «  qui après tout met en musique le calvaire du Christ . Le «  messie «  c ‘est l ‘ inverse , l ‘ annonciation et la naissance de Jésus , décalage oui , mais les images de mort et de destruction contredise les chœurs angélique .
Pourquoi le voir ?
Parce que les films parlant d ‘ histoire contemporaine sont rare . Parce qu ‘ il annonce à posteriori le duo «  the hurt locker «  et «  «  zéro dark thirty «  de Kathrine Bigelow .Il remet en perspective les années Reagan dont «  the dark knight returns «  , «  the watchmen «  commentais les désastres et «  Batman V Superman:dawn of justice «  va être intéressant hors contexte social économique , mais c ‘est un autre débat .

Advertisements

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :