GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Warcraft – Duncan Jones [ contient des spoilers ]

Le quitte ou double de Blizzard et de Legendary picture
L ‘ avant séance
Nous sommes face à un paradoxe : l ‘ héroïc fantasy n ‘ à jamais étez aussi présente , mais de façon disparate , je ne vais pas parlé de «  Games of thrones «  , pour ne pas être vulgaire ou de «  the hobbit «  , à ne voir qu ‘ en version longue .
L ‘ étendard , grand public de la sword and sorcery est World of Warcraft . Ne comptez pas sur moi moi écrire un panégyrique sur le MMORPG de Blizzard . La société d ‘ Irvin ayant baissé dans mon estime ces derniers mois , de façon factuel ( les DLC de Starcraft II , les patchs Dragon ball – esque 2.4.x de Diablo III ) , les prix délirants d ‘ Overwatch etc .
Warcraft est le plus petit commun dénominateur en matière de fantasy , ce sont des archétypes , c ‘est suffisant pour des RTS ou des MMO , mais pour un film … surtout que l ‘ histoire demarre bien avant le premier RTS de Blizzard .
Évacuons d’ amblé les SFX ou depuis «  Avatar «  , nous pouvons tous faire , c ‘est pour cela que nous voyons le remake – reboot pas féministe de «  Ghostbuster «  ou l ‘ année prochaine «  Ghost in the shell «  ( tu parles d ‘ un cadeau pour franchir la porte des quarante ans ) , il ne manquerait plus que je vois le film en 3D .
L ‘ après séance
Ce film réussit la ou personne ne l ‘ attend : revenir au source : le pulp . Le «  scenario «  est basique et manichéen , je n ‘ en demandais pas plus . La séquence d ‘ ouverture est une reprise de celle de Warcraft III , le même ciel orangeatre et la même violence sous tendu .
Duncan Jones à aussi fait dans le basique dans la réalisation : c ‘est en dessous du basique , quoique je dis cela , mais mardi soir m ‘ ayant enfin vu «  the hateful eight «  de Tarantino , on sens la différence technique en défaveur de Duncan Jones . La réalisation est d ‘ une telle transparence que j ‘ ai payé 7 € pour une cinématique de deux heures , moi qui comme tous le monde adore cette particularité du Blizzard que j ‘ ai aimé ; car elles en imposent et mettent dans l ‘ ambiance . Warcraft m ‘ a donné envie de me refaire les campagnes de Warcraft III , c ‘ était sans doute le but . Dois je parlé des acteurs ? Le problème n ‘est pas tant leurs implication , il n ‘ y en à pas , mais il y a de telle couches de SFX que ce n ‘est plus du tout du maquillage , fusse t ‘ il numérique .
Le film va t ‘ il marché ? Il est prévu pour plaire à la famille , mais cela va être un petit été 2017 pour les blockbusters et il est écris pour distraire , Jones n ‘est ni le Peter Jackson du «  LOTR «  , pas plus que le Millius période «  Conan «  avec sa pensé nietzscheene .
A oui , un mot sur la musique , il ne faut pas du espéré retrouvé , fusse vers la fin le coté grandiloquent et puissant de «  Starcraft II «  et «  Diablo III «  , Djawadi , déjà responsable de la musique de «  Games of thrones «  rend une copie correcte , mais plus digeste , dans un autre genre que la trilogie «  the hobbit «  .
Warcraft est un grand petit film , mais si le film réussit à rentré dans ces frais voir à être bénéficiaire qu ‘ il mette en chantier la suite , mais surtout Starcraft et Diablo avec cette fois ci de vrai intrigues !

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :