GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

The hateful eight – Quentin Tarantino

Le Kill Bill du western spaghetti

Comme à peu près tous les gens de mon age , je suis un fan de Quentin Tarantino . Il est vrai que selon les sujets , mon intérêt , varie , cela est normal . Puis QT s ‘ intéressa au western . Genre sous entendu au second volume de Kill Bill et cité dans jusqu ‘ à plus soif dans Inglourious bastard .
Huit clos
Le huit clos , genre phare en France , est un exercice de style ailleurs . Sauf que contrairement aux drames petit bourgeois , Tarantino rempli la pièce . La musique n ‘est pas présente , Ennio Morricone à fais de tel sorte , via le montage de Fred Raskin . Autant je n ‘est jamais aimé «  reservoir dogs «  , autant quand je l ‘ aurai bien laissé reposé , je me reverrais bien «  The hateful eight «  .
Certes , il y a toujours eut des scènes de huit clos dans le cinéma de Tarantino , de mémoire la scène de la taverne dans « Inglourious bastard «  , qui en est un archétype . La question est elle : est ce un western , mais dans une pièce ou un huit clos avec des oripeau de l ‘ ouest américain ?
The hateful eight est un western point .
Un chapitre de plus dans l ‘ histoire du western spaghetti
Il est intéressant , voir cynique que le vrai western , sois désormais incarné dans sa version italo – espagnolo – anglo saxonne . Certes , il y a encore des western traditionnel , le dernier qui me viens en tète est la première réalisation de Nathalie Portman . Le spaghetti est devenu la norme , alors qu’ il était à la fois la pierre tombale , une étude de style et le commentaire du western .
Pourtant il n ‘ y a pas plus traditionnel que the hateful eight : sauf l ‘ absence de chapeau blanc revendiqué , ils sont tous gris .
Je ne dirais jamais le bien qu ‘ a fait Sergio Leone au genre .
Le kill bill du genre
Kill bill contient tous les ferments de ce que fut le cinéma de Tarantino . Même sa trilogie historique . The hateful eight est très différent dans le style à Django unchained , lui pur spaghetti , the hateful eight est à la fois un thriller , un film d ‘ évasion , un film d ‘ horreur ( pour un scène , mais quelle scène !) , un film de guerre .

Faut il le voir ?
C ‘est l ‘ un des films les plus aride de Quentin Tarantino avec reservoirs dogs , antithèse de Jackie Brown . Le réalisateur à semble t ‘ il commencé un travail sur l ‘ épure . Car on ne peux pas dire que The hateful eight est une réalisation baroque , d ‘ un autre coté , un youtubeur serais capable de mettre quatorze caméras pour deux types qui discute autour d’ un café .

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :