GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

The Alan Parsons symphonic project – live in Columbia

Orchestre and pop music

Pour un concert , il y a deux écoles : La version Pink floyd , dont Jean Michel Jarre à étez l ‘ héritier avec les «  cities in concert «  avec light show , feu d ‘ artifice et la version sobre , ou il n ‘ y a que la musique , prenez n ‘ importe quelle de nos «  chanteurs «  .
Alan Parsons , la crise du disque et le concert
Depuis un certain temps , nous sommes plongé dans une méta crise : moral , financière , social . Qui achète encore des CD ? Les geeks , les quadra , les quinqua . Le jeune , surtout de la génération Kev Adams – Hanouna , telecharge illégalement , n ‘ a aucune structure intellectuel , n ‘ a aucun concept propre , est l ‘ idiot idéal car enfanté par ces géniteurs et moulé par l ‘ éducation national .
Donc les artistes tournent , puisque la rente du disque grand public est épuisé . Le cas extrême est «  Christine and the queen «

J ‘ ai déjà parlé ici d ‘ Alan Parsons Project , un des rare vrai héritier de la pop «  à la Beatles «  . inconnu en France , il est vrai que c ‘est de la musique un poil sophistiqué pour le public de Cyril Hanouna . Le grand orchestre est sous jacent dans la discographie d ‘ APP , dont la quintessence du genre est le disque concept «  the turn of friendly card «  .

The Alan Parsons symphonic project – live in Columbia
Disons le tout de suite : la mise en scène est d ‘ une sobriété … toute luthérienne , l ‘ inverse du concert de Peter Gabriel : new blood – live in London . Le concert est lui même très court : soixante dix minutes . Pour le fan qui connaît par cœur ces LP , les versions joué live de the turn of friendly card ; time ; la sagrada familia ; silence and i et old and wise sont les nouvelles versions de référence .
Le son est pas mal , mais légèrement en deçà de ce que l ‘ on pouvait attendre d ‘ un disque d ‘ Alan Parsons .

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :