GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Kate Bush – before the dawn

La sortie surprise de 2016

Lady Kate Bush ce fait très rare . Il y a deux ans elle à fait une série de concerts , très médiatisé . Comme tous les fans j ‘ espérais la sortie d ‘ un coffret DVD , mais le show n ‘ ayant pas étez mis en image . D ‘ ou la surprise en Octobre , sur tous les canaux des fans de voir l ‘ annonce du triple CD .
Kate Bush : quand la vrai impératrice gronde
Les années 2000 ont étez à la musique , ce qu ‘ à étez la pénicilline à la médecine , la destruction , par stérilisation du Talent et de la Grandeur . Ces même années , ont décrété , via le web , les community manager et certains mensuels «  influents «  comme «  reines «  Rihanna et Beyoncé ; deux impératrices du médiocre , du nombril et du hurlement , de ceux que l ‘ on entendais jadis en Place de Grève à Paris lors de l ‘ agonie des condamnés à mort . Les chants des deux sus nommés vrille les tympans .

J ‘ ai découverts Lady Kate Bush ( elle à étez anoblie par la reine Elisabeth II donc nous devons l ‘ appelé ainsi à raison ) en 1993 , année riche discographiquement , puisque sortais «  song of faith and devotion «  de Depeche Mode et d ‘ autre albums qui sont désormais des standards . Donc 1993 sortait «  the red shoes «  , album à contre courant en une époque de trip hop naissant , de techno , bien que triomphante , mais pas du tout grand public et Grunge déjà sur la pente finissante .

Kate Bush , bien que déjà discrète à l ‘ époque , disparue à dessein de la production médiatique . L ‘ œuvre de Kate Bush , comme pour Peter Gabriel , Pink Floyd , Phil Collins ce découvrent avec la maturité car leurs disques sont tellement riches artistiquement parlant , qu ‘ ils font la nique aux sois disantes «  reines «  de variétoche .
Before the dawn : nouveau standard
Le disque live est un exercice très difficile , car il doit tout à la fois résumé une discographie , tout en créant des variations des standards . Lady Bush à pris le contre pied , par exemple surtout pas de «  Babouchka «  par exemple .

Le mixage , partie technique , oublié et négligé dans plus de 3/4 des disques actuels à une patine 80’s | 90’s très agréable , les trois CD passent très bien , du fait de la totale libération expressive de Kate Bush , son âme vibre à travers l ‘ éther et le temps . Elle est d ‘ une exigence comme toute artistes devraient avoir et elle peu faire sur scène , ce qu ‘ elle ne pouvait il y a vingt ans . Après tout elle à étez une des rares à adopté le sampling à la fin des années 1970 .
Et après ?
Soyons franc , les descendantes artistique ne sont pas à la hauteurs de Lady Bush ; Madonna c ‘est fait avalé par son personnage , Britney Spears à disparue , Lady Gaga à explosée en vol , les sœurs jumelles en médiocrités , excès et vide artistiques Beyoncé et Rhianna tournent en boucle dans le vide de leurs suffisances … bref aucunes des sois disantes reines autoproclamé , ne seraient même pas digne d’ ouvrir la porte à Lady Kate Bush , car elles non rien révolutionnées ou fait évolué la pop féminine , pas plus quelle non faits avancés d ‘ une façon ou d ‘ une autre la cause des femmes , ce qui est catastrophique avec la génération Kev Adams – Hanouna qui ignore jusqu ‘ au nom de Janis Joplin .

Les fans possèdent déjà le LP , mais ce live est une porte d ‘ entrée pour toute l ‘ œuvre de Kate Bush .

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :