GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives Mensuelles: juin 2017

Excalibur – John Boorman

Wagner , Orff et les brumes du Dragon

Bien que nous soyons sous le joug de la fantasy ; plus de dix sept ans après la sortie de la compagnie de l ‘ anneau , que nous allions vers la sortie de games of thrones , que l’ on nous annonce l ‘ adaptation de «  la compagnie noire «  … Kaamelott en cour d ‘ écriture . Mais un film aussi essentiel que «  Conan le barbare « : Excalibur

Source
Boorman n ‘ as pas du tout voulu retranscrire un moyen age «  réaliste «  , esthétiquement parlant , cela fait son époque , trop de brumes , pas assez de boues , une esthétique heavy métal . Le récit du film de Boorman est dans les standards arthuriens . Ou pour faire simple : une version sérieuse de Kaamelott .

La grande particularité d ‘ Excalibur est qu ‘ il prend , comme source principale le livre de Malory «  le morte d’ Arthur «  , comme la fait Alexandre Astier pour Kaamelott . Arthur est aussi un grand mythe chrétien , je ne sais pas ou en est l ‘ enseignement de base des mythologies à l ‘ école , sans doute abandonnée car «  trop complexe «  … pour les fans de Matte Pokora ou de Jul .
Richard Wagner et Carl Orff en support du mythe 

Excalibur , n ‘est plus rediffusée depuis des siècles sur les chaînes TV , à tord . Certes , le grand public , fait une poussée urticantes dès que cela un temps soit peu «  intellectuel «  . On ne peu plus séparé à tord ou à raison l ‘ œuvre de Richard Wagner et le mythe «  général «  du Graal .

La famille Wagner est encore sulfureuse , pour une certaine «  intelligentsia «  ou ce désigne comme telle . Le clan Wagner c ‘est normalisé via le neue Bayreuth , qui remonte quand même au milieu des années 1960 . Mais ce qui donne encore une image bourrine au festival Wagner est la chevauché des Walkyries sur utilisé ad nauseam depuis apocalypse now .

Wagner , c ‘est autre chose .. Tannhauser , les maîtres chanteurs de Nuremberg , Tristan et Iseult , Lohengrin , opéras connus des amateurs , mais comme le genre est vendu comme «  élitiste «  donc , tout sauf diffusé sur France Telévision en prime time de façon récurrente , mais bpn vendre du sens et du beau à un public nourri à coup de NRJ 12 et de Nabilla , cela est peine perdu ,n à moins de d ‘ une rééducation musclé et sensique ; ce qu ‘ il n ‘ était pas du tout au XVIII ème et au XIX ème siècles et puis bon Maria Callas comme Verdi sont personna non grata dans le «  champ culturel «  actuel .

D ‘ une manière général , le mythe du Graal à littéralement étez souillé . Richard Wagner à essayé d ‘ en faire un mythe germain alors qu ‘ il est universel par nature . Je renvois aussi à Evangelion , qui utilise à tord et à travers le livre de la Genèse et le nouveau testament , mais allez parlé de symbolisme aux gamins actuel .

Carl Orff à lui disparu dans un trou noir . Certes , certes , le O fortuna sort des limbes de temps à autre , mais Carmina burana …. Certes , ces œuvres sont publiés ( pour les gens qui savent ou cherchez ) , mais il n ‘ y a pas biographies de références … Comme pour Anton Bruckner , lui aussi paradoxalement au purgatoire .

Encore pertinent ?
Le film est et reste pertinent , du fait du vide astronomique des blockbusters . Au moment ou j ‘ écris , seule Wonder Woman à trouvé le bonne équilibre «  moderne «  .
Certes , ma mise en scène à vieilli , bien plus que son cousin nord américain , Millus dans Conan à fait dans le jansémisme involontaire , ce qui fait que le film n ‘ a pas vieilli , comme son propos . Il offre un contraste avec Kaamelott . Je ne serais conseillé Excalibur , à toute personne qui vraiment faire l ‘ éffort de découvrir l ‘ œuvre de Wagner , l ‘ une ne va pas sans l ‘ autre .

Publicités

Sati Mata ou la génération home studio 2.0

Geekbill  : Bonjour , pourriez vous vous présenter ?

Bonjour, sati mata est un duo (Samuel Lardeau et Armelle Percheron) qui a vu le jour en Normandie à l’époque du site myspace. Notre but était de laisser des démos et faire des remixes. Sati mata est surtout lié à la culture du Home studio, nous voulions enregistrer notre musique de façon indépendante.

 

Geekbill  : J ‘ ai revus vos vidéos recemment et me suis aperçu que vous aviez un son très propre pour votre jeune age , de quel matériel , logiciels disposez vous  ?

Merci. Le son très propre est lié aux progrès des nouvelles technologies mais il est vrai que nous soignons beaucoup notre son.
Nous utilisons logic audio depuis pas mal d’années. La version 5 sur PC pour notre CD in.camera puis Logic X sur Mac depuis peu. Cela nous permet d’avoir un son puissant et riche.
Nous aimons avant tout les instruments de musique et nous utilisons aussi beaucoup de véritables instruments en complément des vst.

 

Geekbill  : Vous utilisez donc Logic , ce n’est pas vraiment l ‘ environnement le plus léger en home studio , par rapport à cette horreur échappée du tréfonds de l ‘ âme humaine qu ‘ est Steinberg Cubase ou à cette environnement faussement «  electro  »    qu ‘est Ableton Live .

Logic X est un peu complexe mais le résultat est étonnant. Nous utilisons tout de même de vrais instruments  : Roland JX-8P, Korg X5D, Korg Monotron, Casio SK1…
Pour certains titres, nous avons utilisé un Theremin Etherwave Moog, un MicroKorg XL, un Ebow, une dictée magique, une Nintendo DS… Nous aimons aussi les logiciels de synthèses vocales, c’est même devenu une sorte de marque de fabrique.
Sinon, notre passé rock est toujours présent  : vraies basses, guitares et des pédales d’effet.

 

Geekbill  : Vos influences musicales , écoutez vous des podcasts musicaux , lisez vous encore des revues dédiées ?

Nous écoutons vraiment de tout. Du Krautrock, du métal , du jazz, du Shoegaze… et aujourd’hui des musiciens qui ont un univers bien à eux  : les artistes des labels Ici d’ailleurs.(EZ3kiel, Michel Cloup, Bruit noir), ED Banger.(Mr Oizo, Sebastian…), Pan European Recording, Turzi, Christophe… Cela nous arrive de jeter un coup d’oeil à la presse, quant aux podcasts, nous les découvrons en ce moment grâce à la promo de notre dernier single. C’est une excellente façon de découvrir les artistes indés.

 

GeekBill  : Pour en revenir à votre rendu , je trouve rafraîchissant le fait de ne pas utilisez de plug in simulant la bande magnétique ou une compression «  à la NRJ «  qui ecrase tout le signal .

Nous ne sommes pas ingénieurs du son, nous avons appris en bricolant. Nous n’aimons pas non plus le gros son actuel qui enlève les subtilités de certains morceaux. Les normes actuelles de mastering sont étouffantes.

 

GeekBill  : Je sais très bien que vous etes trop jeune , mais vous etes une génération «  chanceuse «  en matière de musique assistée par ordinateur  : vous avez échappez à la génération des synthétiseurs PCM , type Korg M1 , qui ont littéralement pollué la musique de ma jeunesse , maintenant , tout le monde à dans son set un ou plusieurs synthétiseurs VA , numérique mais simulant les imperfections analogiques , les numériques «  pur «  comme le Kurzweil K2000 /25000 étant remplacé par les VST  ; et les analogiques sont plus ou moins donné . La question est la suivante , comment vous les jeunes appréhendez vous cette palette sonore  ?

Le problème des synthés c’est qu’ils sont parfois mal utilisés. C’est la solution de facilité pour beaucoup de gens. Nous aimons mélanger les VST, un vrai synthé, des instruments trafiqués etc…Cela se fait au gré de nos envies. Le tout digital ne nous intéresse pas. Parfois certains «  accidents sonores  » donnent lieu à des choses vraiment originales.

GeekBill  : Avez vous prévus de sortir un EP  ? Un LP sur bandcamp  ?

Notre EP  , in.camera., est en vente en digital et en cd sur Bandcamp (ainsi que sur iTunes et Amazon). Notre dernier single, Poyekhali  ! conçu autour d’un sample de Youri Gagarin est en vente uniquement sur Bandcamp. Sinon, nos projets sont variés et ne concernent pas que la musique enregistrée. Nous faisons régulièrement des vidéos sur Youtube.
En ce moment, nous travaillons avec le peintre/vidéaste/ maquilleur d’Evreux Gu.Lagalerie. Une série de vidéos collaboratives est en train de voir le jour.

Geekbill  : merci pour cet entretien .

La guerre du MiniMoog

Ou comment un brevet expiré peux flingué un VST un poil cher

Depuis quelque temps , le musicien électronique ce réveille peu à peu de sa torpeur lié aux VST . Je n ‘est rien contre ces programmes , au contraire , cela à donné un telle coup de pied au cul à Roland , Yamaha ou Korg , qu ‘ ils ce sont non seulement mis à niveau , mais sont devenu créatif .

Le lecteur connais ma dévotion pour le Yamaha DX7 , dont je ne puis lui recommandé l ‘ achat du Korg Volca FM , qui est le descendant par la branche de la loi de Moore , qui reprend l architecture logiciel , les algorithmes en totalité et les patchs , il complétera son Native Instrument FM8 ou le remplacera avec le grain caractéristique de ce synthétiseur FM pour le masses . Mais parlons plutôt de la guerre picrocholine qui s ‘ annonce .

Le Moog MiniMoog à étez le best seller de cette marque , le son du modulaire , l ‘ encombrement en moins . Le MiniMoog à étez de tout les disques de pop music depuis 1970 , il sera remplacé , comme il va de soit par les Yamaha DX7 et Korg M1

Vers la moitié des années 1990 , ont commencé à sortir de façon , plus ou moins confidentiel des clones de MiniMoog , le plus légalement qui soit , les brevets ayant expiré . C ‘est ce qui permis à Doepfer et Studio Electronics de ce distingué de la synthèse PCM + filtre + algorithmes sous diverses formes et un peu avant l ‘ émergence des analogiques virtuels , faisons un bon jusqu ‘ en 2017 . A la surprise de tous , Berhinger , constructeur allemand de son état , qui met à disposition du musicien désargenté , des technologies inaccessible en l ‘ état …

Berhinger donc à annoncer qu ‘ il allait sortir un clone de MiniMoog , au format eurorack , MIDI et CV/GATE . L ‘ acte du constructeur à fait hurlé , mettre en vente un clone physique , pour le prix d ‘ un Roland System 1m , je rappel que chez Moog , le Mini Moog d ‘ origine coûte : 5 000 € … si la firme de Bob Moog perd des parts de marché , cela est de sa faute , pas des méchants concurrents qui reprennent une architecture désormais libre de droits et à un tarif démocratique , bref , de quoi faire hurlé les marxisto – leninisto – guevaristes qui encombrent les travées des rares forums sous PHP qui existent encore , que voulez vous , oui au MiniMoog , mais pas pour la plèbe .

Le plus beau à étez l ‘ annonce de Roland hier : la sortie au format boutique du SE – 02 : un vrai , un beau , un MiniMoog , cent pour cent analogique avec MIDI et aussi CV/GATE . Ces sorties vont non seulement faire du tord à Moog , mais aussi à Native Instrument et son MONARK .

MONARK est l ‘ incarnation virtuel le plus proche du synthétiseur compact de Moog . Mais il n ‘est pas à par comme le FM8 ou MASSIVE , il n ‘est qu ‘ une bibliothèque . J ‘ ai rarement vu moins sexy , cliqué sur REACKTOR , puis recliqué sur MONARK … qui est bien sur livré de série dans KOMPLETE , mais avec du hardware qui coûte de moins en moins cher , fiable , je m ‘ inquièterais pour Native .

Les mois à venir vont être intéressant .

Et après ?

Les bonnes et les mauvaises adaptations …

Le lecteur aura compris de lui même que je suis sorti désappointé de la version Johansson de the ghost in the shell . Le manga , comme le comics étaient du matériel de pointe pour le grand public . Des scenarii passe partout , des héros charismatiques , des scénaristes incapables et un réalisateur sur deux à peine un yes man digne du pool Besson , pourtant cela commence à coincé .

Des accidents en matières d ‘ adaptations , cela arrive plus souvent que l ‘ on ne le pense . Ce sont les bonnes , dans le fond et la forme qui sont l ‘ exception . Certes il est plus facile de vendre aux studio une énième version des trois mousquetaires version kung fu et uchronie avec Milla Jovovitch qu ‘ une version même condensé des racines du mal de Maurice G. Dantec , auteur déjà oublié de ces «  contemporains «  .

Certes il est vrai que de son vivant Maurice G. Dantec à étez maltraité par deux fois avec la sirène rouge et babylon babies , transformé en vulgaire film d ‘ action générique hollywoodien alors que le roman comme les racines du mal ont les thématiques voisines de the ghost in the shell . Ou très récemment civil war , qui ce déroule dans un quatre pièces cuisine avec Catherine Deneuve en bad guy , ou comment résumé un débat d ‘ importance politique .

Mais les japonais n ‘ ont certainement pas besoins des occidentaux , pour salopé tous seul un matériel formidable ; comme St seiya : the lost canvas , prequel plutôt bien écrite de la série d ‘ origine . L ‘ animé à rendu le scenario de base , du shonen basique , un machin sucré à mon goût , je ne dirais pas «  pathétique «  , mais il y a un pathos insupportable , en sus cela réduit la geste sacrificiel des chevaliers d ‘ or .

On me répondra que la version française n ‘ aide en rien en la dignité , il est vrai que la sobriété serais dérangeant pour le jeune public , déjà qu ‘ il subit de son plein grée , son plein consentement coupable Cyril Hanouna et sa clique .