GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives Mensuelles: juillet 2017

Dunkirk – Christopher Nolan

Christopher Nolan est un cinéaste , comme Zack Snyder , font tache dans le paysage actuel . Ils divisent et c ‘est très bien ! Il y a des anti Nolan , des anti Snyder , qui sont hystériquement contre . Je suis la carrière de Christopher Nolan depuis batman begins et je me fait un devoir de me rendre en salle dès le premier jour de la sortie de son dernier film .
L ‘ antithèse des soldat Ryan et pearl harbor

Faire un film de guerre à fortiori historique est devenue une gageure . Il y a vingt ans , Steven Spielberg avais plus ou moins réussi avec «  il faut sauvé le soldat Ryan «  un mélange plus ou moins réussi, mais avec un final virant à la boucherie, certes justifié par le scenario .

Quelque années plus tard , Michael Bay , essaya de troussé sa version de «  tora , tora , tora «  sous le nom de «  pearl harbor «  .. bref il icônisa le bombardement pour un peux plus de seize années . Dunkirk est sobre , mais la sobriété d ‘ un film français , moins les fils et filles de et les glandeurs qui ce disent «  réalisateurs «  .

Christopher Nolan à eut l ‘ intelligence de ce mettre à hauteur d ‘ hommes et ne pas ce faire avalé par l’ événement , comme l ‘ ont étez Spielberg et Bay . Ce qui défrisera les pro – Trump est que nous , les français , nous faisons le job , ou du moins essayent , le temps que les anglais rembarque .

Dunkirk , n ‘ est pas un film de plus sur la seconde guerre mondial , mais une étude des mœurs sur l ‘ Homme dans un milieu donné , sans jugement .

Les élites et la musique classique

Alors que je lisais , tranquillement , un article sur le très bon site operaforum , sur le festival de musique baroque de Beaunes et des malheur d ‘ une artiste devant s’ y produire . La discussion , courtoise des lecteurs à dérivé sur l ‘ image de la musique classique , sois disant élitiste … dixit les élites politique .

La musique classique est vu par une certaine élite , comme étant un marqueur réactionnaire ( appelons un chat par son nom ) , le Jazz , vu son age et les connaissances musicale pour apprécié «  kind of blue «  , l ‘ un des LP les plus vendu au monde , porte d ‘ entrée pour des amateurs au style de Miles Davis . Etant français , j ‘ ai il est vrai certaines valeurs : l ‘ ouverture au monde , la curiosité et le respect d ‘ autrui , mais pas au dépend d ‘ autre , comme les exigences des autre que j ‘ ai envers moi même .

Pourquoi la musique classique à une image si … élitiste ? Il est vrai que l ‘ exigence culturel à étez chassé à la fois des salles de classes et de la place publique . Quand on veut qu ‘ une classe d ‘ age est à 80 / 90 % son baccalauréat , Monteverdi et Verdi , en aucun cas parents non pas leur places dans l ‘ esprit d ‘ un gamin des quartiers défavorisé que je croise bon grée , mal grée dans le centre historique de Meaux , de septembre à mi juin . Certes , je suis moi même un gamin ayant grandi à l ‘ ombre de la cathédrale st Etienne . J ‘ ai découvert très jeune la musique classique via le spectacle historique de la ville , alors sous la férule de monsieur Charles Beauchart , mais j ‘ ai fait moi même le chemin de Bach et du baroque allemand , je découvre le baroque français ( j ‘ y reviendrais prochainement ) , je connais mon Mozart , mon Beethoven comme n ‘ importe quelle amateur , comme pour Wagner et Verdi .

Les médias , ARTE et France Musique , font ce qu ‘ ils peuvent , même si il proposent Don Giovanni ou Platée , si la majorité du public n ‘ a pas les clefs , autant pissé dans un Stradivarius . La Culture est vu comme une marchandise , comme une autre , on met sous ce même vocable , un Luc Besson | Europa Corps et un ouvrage de Simone Bertière , antagoniste sur le fond et la forme .

Il ne s ‘ agit pas non plus , par «  facilité «  de tout vouloir rendre gratuit , c ‘est déjà plus ou moins le cas sur amazon , steam ( le jeu vidéo est culturel ) ou les prix fondent au bout d ‘ un certain temps , cela est legal et rémunère les ayant droits et puis toute choses n ‘est pas égal . Bach restera toujours supérieur à du Alan Wilder , Pink Floyd , Beatles , qui sont les égaux pour moi d ‘ un John Coltrane eux même au dessus à du Shy ‘ m , du Britney Spears , du Katty Perry et autre black m .

Tous les matins du monde – Alain Corneau

Tous les matins du monde est un film singulier , à la fois par son sujet : les vies de MM de Sainte Colombe et de Marin Marais , de la viole de gambe , en simplifiant l ‘ ancêtre du violoncelle , par son traitement , ici pas de dorée , de luxe , de tafta , de soie , mais la Vie , âpre , dure , les sentiments non exprimé , mais présent , retenus . Pour cité Gilles Cantagrel : un contrepoint à la ligne du « roi danse « .
Du luthérisme dans ma religion catholique
Le XVII ème français était traversé de mouvements culturels contradictoire , expansion de la France via ces victoires militaires , épanouissements culturels , Boileau , Molière , De Lalande entre autre et l ‘ apparition du jansénisme , qui reprend en gros certaine thèses de Luther , mais en l ‘ adaptant au catholicisme post guerre des religions .

Tous les matins du monde raconte cette époque , cette état d ‘ esprit . Ce film , parle surtout d ‘ amour , cet sentiment que l ‘ on connais qu ‘ à quarante ans , constant , puissant , hors foutreries . Tous le film est baigné dans le clair obscur cher à Vermeer , le travail photo d ‘ Yves Angelo est un exemple en sois .
Pas grand public

Ce film à dépassé les vingt ans , mais n ‘est pas rediffusé n ‘ est connu que par les lecteurs du roman , par les gens intéressé par le règne de Louis XIV , par les baroqueux , dont je fais partis , mais ne s ‘ adresse pas au public de C8 , de TF1 ou M6 .

Ce long métrage ce mérite , il ne parlent que d ‘ art , de calme , de sentiment , rend hommage à deux personnes qui nourrirons par capillarité un certain Jean Sébastien Bach plus tard , bien plus tard . On ne peux pas aimé , la première fois tous les matins du monde , car comme l ‘ amour , le vrai , pas le foutreux , le sentimentalo cul cul .

Ce film à aussi plusieurs méritent : Gérard Depardieu était au sommet de son art , il venait de faire son « Cyrano de Bergerac « , enchaînais sur le « 1492 , conquest of paradise « de Ridley Scott . Il était à cette époque , gracile , intéressant , fascinant , respectable .

Même chose pour Jean Pierre Marielle , tout en colère retenu , de chagrin , plaie vivante ne ce consolant pas de la perte de la femme de sa vie , travaillant , retravaillant , retravaillant encore et toujours sa viole pour atteindre la perfection , cela est beau .
Un mot sur le « roi danse «

Il est nécessaire de parlé du « roi danse « , film à la réputation calamiteuse . Mais qui offre le contraste pour tous les matins du monde . Ils sont l ‘ alpha et l ‘ oméga de la culture musical française du XVII eme . Oui le Lully incarné dans ce film tient plus du Richard Wagner sous cocaïne , que de l ‘ inventeur de l ‘ opéra louisquatorzien .

Mais le baroque est avant tout contraste ,je renvois à l ‘ ignorant à la messe « théorique « de Bach : la messe en si mineur .

Ces films sont à voir ensemble , car il résume ce XVII ème paradoxal : allant va le rationnel , mais baignant dans ce tragique de tous les instants .

De la déchéance du baroque au disque ou la disparition d ‘ Harmonia Mundi

Quand j ‘ ai fait mon premier voyage intérieur pour m ‘ immergé dans le baroque , le disque était abondant . Je ne parle pas des années 1990 , mais du début 2000 . A cette époque , il sortait un disque intéressant de baroque tous les deux mois , grâce à la fois à la soif de découverte des auditeurs , qui allait jusqu ‘ aux «  petits maîtres «  et permettaient à certaines maisons de disques de faire leurs travail d ‘ éditeurs en finançant Jordi Savall par exemple .

 

Mais le baroque en disque des années 1990 – 2003 à aussi étez une belle bulle spéculative . Certes réservé aux initiés du genre comme l ‘ édition des travaux de Lully ou une intégrale plus ou moins sourcé de Vivaldi . Cela à permis à des ensembles et des chefs d ‘ orchestre de ce faire connaître comme René Jacobs ou Phillipe Herreweghe d ‘ apporté leurs pierres à l ‘ édifice bachienne en proposant des interprétions de cantates ou de passions , qui n ‘ existent plus en disques alors quelles sont d ‘ égales importance à Gustav Leonardt et Niklaus Harnoncourt , qui que l ‘ on aime ou non , sont tout aussi essentiel que Glenn Gould .

 

Le vaisseau amiral du baroque en disque était Harmonia Mundi , maison de disque provençal , donc française , qui défrichait , un marché qui n ‘ existait pas . Même ces grandes maisons qu’ on étez Deutsche Grammophone et DECCA ont très peu  édité de baroque , même si DGG utilise le faux nez archiv .

 

Certes d ‘ un point de vu commercial , le baroque est une niche , comme l ‘ est la musique dite «  classique «  ou le jazz . Le marché était si avide de nouveautés qu ‘ HM avait éditée  une compilation qui réunissais certains travaux des ancêtres de Jean – Sébastien Bach , mais d ‘ un point de vu éditorial était interressant et logique à l ‘ époque .

 

Le baroque , à logiquement ouvert des appétits commercial et parallèlement à vu apparaître Alia Vox branche disque de feue ( à mon grand étonnement )  abeille musique , qui c ‘ était spécialisé dans la musique française avec du Marin Marais ou monsieur de Sainte Colombe , re disparus entre temps , compositeurs pourtant essentiel quand on ce plonge dans l ‘ œuvre de Bach , comme des suites de Lully  , qui complète , elles aussi disparu ( ce qui est d ‘ une imbécillité pur et dur ) les suites pour orchestre de Michel Richard de Lalande .

 

Le marché du disque à tellement évolué , mais au détriment du marché physique ? . Le téléchargement est une «  facilité «  , il est plus simple de faire des pistes en .MP3 , que de pressé des CD ( le vinyl  est une bulle spéculative ) qui nécessite des entrepôts , le MP3 que des serveurs , des disques durs et de l ‘ électricité , au dépend de la fidélité . Quand au classique , j ‘ aurais tendance à dire que cela dépend de la culture . Et celle ci est une valeur baissière depuis longtemps , trop longtemps , car la Culture , c ‘est ce qui différencie un trou du cul fan d ‘ Hanouna , d ‘ un honnête homme selon la définition du 18 ème siècle .

 

 

%d blogueurs aiment cette page :