GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives Mensuelles: août 2017

The red violin – François Girard

Qu ‘est ce qui différencie un chef d ‘ œuvre , un film comme le «  doctor Zhivago «  version Lean , d ‘ un mauvais film français ( pléonasme ) , ce qui arrive trois fois sur quatre ? The red violin , avec son sujet original : les pérégrinations d ‘ un violon contemporain des dernières créations de Stradivari , de sa création , jusqu ‘ à la période actuelle , aurais du intéressé le public d ‘ Amadeus et de Ludwig Van B. , mais ces deux derniers avaient un vrai budget musical , une direction artistique cohérente …
Entre un dix septième siècle cohérent et le n ‘ importe quoi …
Les deux seules parties qui tiennent debout sont celles de la période de la naissance du violon et notre période . La période ou Crémone est présentée va à peu près , mais le 19 ème anglais est à l ‘ économie , suggéré , pas montré , gênant pour un film . Sans compté le coté passionnélo – casse bonbons – un poil excessif du couple possesseur du violon rouge . Sa surjoue à qui mieux mieux .

La période asiatique est tout autant manichéenne , la ou le film aurait du être subtile , mais bon quand on vois la période viennoise du film , cela achève toute volonté de sérieux au film . Il faut parlé de la photographie du long métrage , normalement , le responsable , fait ce qu ‘ il faut pour que cela soit esthétique , mais j ‘ ai globalement l ‘ impression qu ‘ Alain Dostie , regardais un peu trop la série millénium de Chris Carter ou alors la fin des années 1990 étaient vraiment dépressive.
Un sujet survolé … maltraité
Le 17 ème européen , est une période maltraité par les cinéastes . François Girard n ‘ a jamais eut les moyens de ces ambitions , aucune scènes d ‘ extérieur digne de ce nom , un Vienne , un Londres suggéré , des matte painting n ‘ auraient pas étez superflus … un manque d ‘ argent criant , gênant pour un sujet historique . Même l ‘ intimiste Ludwig Van B. sorti peu de temps avant .

Donc , ce film mérite t ‘ il sa non – réputation ? Si le même sujet , avec un scenario et un budget , autre qu ‘ un téléfilm France 3 bourgogne … un casting , bien plus motivé ( Bideau cachetonne , anone , mais ne fais pas son métier de comédien ) .

Bref un vrai film sur Antonio Stradivari ou une équivalence fictionnel doit être fait , au pire en mini série . Mais qui aura les couilles de le faire ?

Publicités

Counter strike global opérations

De La façon de ce comporté …

J ‘ ai toujours joué à counter strike ; depuis les premières bêta gratis sur Half life . J ‘ ai comme pas mal de client de Blizzard , avalé le dématérialisé de force , la firme d ‘ Irvine décidant pour sa clientèle . Puis , transformé ces classiques en des machins à DLC , je renvois à Starcraft II désormais en kit , transformé en league of legend like avec des DLC à la con et Diablo III et son nécromancien , qui aurais du être gratis ou à la limite achetable en monnaie du jeu … et il y a Valve | Steam , leader du marché …
Steam , la clientèle …
Je prenais Steam | Valve pour des marchands du temples , près à tous pour vendre du DLC . Mais leurs soldes m ‘ on fais changé d ‘ avis , quand j ‘ ai vu le pack Quake ( Quake + Quake 2 + Quake 3 , leurs addons en sus ) , je pouvais que sauté dessus .

Valve n ‘ est pas sur le dos de son client . La maintenance est discrète , cela change de Blizzard et de son lanceur de jeux updaté tous les deux jours .
Counter strike global offensive
CSGO n ‘est pas la référence du FPS compétitif pour rien . Il ne s ‘ agit pas tant du design des maps , que le joueur ce doit de mémorisé , comme les capacités des différents calibres : le P90 , popularisé par le star trek du pauvre aka stargate et cette arme fabuleuse , mais désormais en vois de retrait du service actif dans nos forces armée : le FAMAS .

La physique joue un vrai rôle : la gravité existe dans le jeu . On ne joue pas du tout à CSGO , comme à Unreal tournament 3 ( que j ‘ adore aussi ) , l ‘ esprit de groupe compte .

Encore une fois , j ‘ était sceptique , car je ne prenais cela que pour un refresh «  à la mode «  . Mais encore une fois entre un CS 1.6 et CSGO , il y a autant de différences qu ‘ il y avait entre Starcraft et Starcraft II : wing of liberty , avant qu ‘ il ne dégénère .

Certes counter strike : global offensive propose du DLC , soit cosmétique , sois fonctionnel , comme pour opération HYDRA , mais contrairement à Blizzard , Valve , ne vend pas ce DLC à un prix indécent .
Valve , vraiment différent
Valve est défricheur  ; ce que les autres éditeurs font de façon «  normal «  . Valve est un innovateur en sus d ‘ être un DRM «  transparent «  , pas comme le terrible et casse bonbons lanceur de Blizzard .

Donc hormis , l ‘ échec , logique des Steam machines et de la réalité virtuel ( on verra dans quinze , vingt ans , lors d ‘ un revival call of duty … ) . Valve , du fait de son respect envers sa clientèle et de ces désormais soldes , méritent largement sa réputation .

Leonardt &, Harnoncourt

Les déjà oublié de la musique baroque

La révolution baroque , c ‘est à dire l ‘ interprétation sur instruments d ‘ époque , ou copie avec le diapason en rigueur ; donc pas le 440Hz habituel , avec le bon tempo date du début des années 1960 . L ‘ époque était à l ‘ expérimentation , cela à permit à Nikolaus Harnoncourt d ‘ enregistré la passion selon st Jean avec toute l ‘ exigence intellectuel nécessaire .

Gustav Leonardt faisait de même avec les œuvres pour clavier de Bach , sachant que Glenn Gould faisait de meme mais au piano et au diapason habituel , mais ces deux visions sont d ‘ égale valeurs car aussi pertinentes . Le pire , même si le terme est mal choisi est que l ‘ on trouve plus facilement les claviers bien tempérés par Gould en 2017 , que les meme par Leonardt .

Il y a eut aussi quelque dérives caricatural sur pour les instruments d ‘ époques : comme les neuf symphonies de Beethoven par Simon Rattle , qui perd toute puissances évocatrice . C ‘est paradoxalement l ‘ un des problème de la déconstruction baroque et la puissance romantique . Nous sommes habitué à des clichés , à des standards d ‘ interprétations .

J ‘ ai cité plus haut , le cycle symphonique de Beethoven , mais quelqu ‘ un d ‘ un temps soit peu informé serais consterné d ‘ une messe en si bémol avec le Berliner Philarmoniker sous la baguette de Karajan , toute en puissance et sucre , mais oubliant l ‘ âme , la douleur et la lumière de cette messe surtout après une écoute de la version d ‘ Herreweghe ou d ‘ Harnoncourt .

Cela ne concerne pas que Bach , mais aussi ces contemporains , ses antérieurs et successeurs , jusqu ‘ au problématique Mozart . Les enregistrements d ‘ opéra du salzbourgeois , sont devenu monnaie courante , sont entré dans la mentalité du mélomane , la seule pièce qui pose problème est son requiem .

Œuvre obligé pour n ‘ importe quelle chef de formation digne de ce nom . Il n ‘ y a pas plus antagoniste en la matière que les versions de Karl Bohm et celle de Karajan , pourtant utilisant le même ensemble instrumental .

Encore une fois , les versions baroqueuses sont rentré , certes au bazooka , chez le mélomane , le grand public n ‘est pas concerné par ce débat , comme sur la musique classique , qu ‘ il trouve «  compliqué «  et «  élitiste «  , il est vrai que lorsque on élève des arcs de triomphe aux médiocres de la télé réalité et au suppôts de Cyril Hanouna et de Kev Adams , sans compté les prix nobels des footeux , tous dans le pied , rien dans le crane .

Certes , certes le débat est picrocholin , mais ne pas parlé sur ce blog d ‘ artistes , sens plein du terme qui ont décapé le pathos romantique , pour remettre l ‘ objectivité de la partition et rien quelle . plus de pleurnicheries adolescente : seul compte la musique .

Le super audio compact disc – DSD

Et Sony gagna au finish

Aussi étonnant , que cela puisse paraître , la HIFI , c ‘est à dire la reproduction la plus fidèle possible de l ‘ onde sonore , est toujours vivante . Certes le grand public ; ce contente , pour des raisons de praticité du MP3 et de sa mise à jour : l ‘ AAC d ‘ Apple . Le CD est un format pereen , au désarrois des revendeurs .

Le CD est et seras toujours supérieur au vinyle , il n ‘ y a pas de bruit de fond , mais la stéréo bête et méchante est un peu dépassé la ou le DVD et le blue ray ( que je n ‘ apprécie pas du tout ) , sans compté le 4K ( la plaisanterie – gadget 2016 – 2017- 2018 ) , que j ‘ apprécie encore moins . Le CD , remonte à une époque ou le Cray 1 était le haut de gamme du haut de gamme .
Le multicanal : du spectaculaire , au réalisme de la scène
Le SACD , cela n ‘ est pas du PCM , il y a bien une couche PCM , mais pour la compatibilité CD «  basse définition «  . Le super audio CD fonctionne grâce au DSD . Comme toujours , pour profité des bien fait du format , il faut un lecteur , un ampli multicanal et les enceintes pour recrée la spatialité .

Le SACD date de début 2000 . Les deux premières générations de lecteurs , chez Sony étaient prohibitif , chez Pioneer , que je ne connaissais via leurs amplificateurs , plus que conseillé avec une petite platine CD Philips , duo plus ou moins recommandé par Diapason . Donc Pioneer proposa , le premier ce que l ‘ on appelle un lecteur universel : il lisait tous les formats ( sauf le MP3 ) , CD , DVD et tenait la dragée haute aux appareils «  audiophile «  .

Le DV 747A , dont je suis un heureux propriétaire à marqué son époque . Phillips et Sony co créateurs du format , ont poussés à mort et alors que Napster et ces cousins ravageaient le marché du disque , ont poussé pour rendre «  spectaculaire «  , blockbusterien à la mode Michael Bay la prise de son , au même moment , mais on ne le disais absolument pas dans le monde de la musique ou Diapason , Pro Tools rentrait dans les studios et ne servait pas qu ‘ à du David Guetta .

Le SACD multicanal de démo de l ‘ époque était «  stolen car «  de Sting , l ‘ album en lui même est pas mal , mais le mixage , pour une chanson , la joue passage audible d ‘ une voix à l ‘ autre …

En 2017 , Pioneer , propose toujours des lecteurs tous formats , des classiques SACD , CD , DVD , Blue Ray au plus «  exotique «  comme le DVD audio et autre BRD audio , sans compté la lecture des MP3 , AAC etc … le rêve de l ‘ audiophile , sans les tarifs prohibitifs …
SACD : le format de l ‘ audiophile ?
Comme dit plus haut , le MP3 | AAC à gagné le combat de la popularité , le streaming , propose de loué de la bande passante pour écouté sa discothèque chaque mois ( si encore tous le monde était fibré …) , le vinyl égérie des hipsters , retrouve des couleurs , merci pour le numérique …

Le CD est honni , mais , c ‘ est comme tout , il ne s ‘ agit que d ‘ un mouvement de balancier . Le SACD peu s ‘ implanté sereinement … chez les intéressés . Comme ses cousins DVD – A ou BRD – A , ils ne sont pas du tout destinés aux fans de Tiesto , eux ce contente du MP3 /128 kbits/s .

J ‘ ai malgré tout un problème philosophique avec l ‘ audiophilie : écoute t ‘ il les artistes , ou écoute t ‘ il son matériel ? Sachant que pour cette amateur de musique , joue la notion de «  transparence «  .. notion qui veut que l ‘ électronique s ‘ efface au profit des exécutants .

De l ‘ audiophile Facebook …
Autrefois .. il y a plus de vingt ans , l ‘ audiophilie était une passion secrète , il fallait déjà savoir que cela existait , lire Diapason et ou le monde de la musique , puis migré sur les revues plus ésotérique . Il y avait , comme dans chaque groupe culturel , il y avait «  épuration «  normal . Cette règle continua pendant les premiers temps d ‘ Internet avec l ‘ ouverture de forum pointu .

Puis vint Facebook . Comme toujours , ce méta site social , qui est un très bonne outil , permet à tout à chacun , sans connaissance technique , sans rien connaître d ‘ HTML , Javascript …des notions de réseaux IP , de crée des pseudo forums .

Je suis pour la liberté d ‘ expression , celle ci étant encadré par la Loi . Il y a donc des forums réunissant des «  audiophiles «  sur Facebook . Et c ‘est le drame intellectuel … le niveau intellectuel , s ‘ effondre quasi naturellement , car la ou nous avons des geeks naturellement pointu , exigeants … nous avons une collection de rustres , de monsieur Jourdain s ‘ extasiant devant des amplis à tubes …
Sony gagnera , car il ne peu que gagné …
Le Sony des années 2010 , n ‘est plus celui de mon adolescence , des années 1990 . il ne fait plus de platine CD , ce contente de platines BRD , lisant le format DSD , mais ces appareils bon marché , ne donne bien évidemment pas le suc des SACD , ces platines du communs , sont symboliques , mais cela permet au grand public , sans équipements supplémentaire et en espérant que son ampli home cinéma prenne en charge le DSD …

Certes , le streaming , pèse un certain poids commercial , même si Qbuz propose un très haut niveau … ces entreprises dépendent du réseau et le débit n ‘ est pas extensible à l ‘ infini . Je sais il y a iTunes et le DNLA , qui sont d ‘ une grande facilité . Il faut donc connecté un NAS ( donc savoir que cela existe ) , le configuré … éventuellement re rippé ces CD pour tenir compte de la place de son NAS , connecté à son ampli , on vient de perdre le grand public …

Quitte à ce que le CD survive , il passera par le SACD , mal marketé au debut de sa vie commercial , mais ne convient pas à la pop hyper compressé actuel , le jazz bien sur , mais c ‘est un style de niche , comme l ‘ est l ‘ opéra séria et paradoxalement la cantate | oratorio . A moins que le public ce reveille du MP3/AAC/streaming et que les producteurs refasse leur travails .

Le format physique ne peu que revivre en misant sur le qualitatif , le beau , l ‘ intelligent …. pas Katy Perry

%d blogueurs aiment cette page :