GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Miles ahead – Don Cheadle

Un film pour initié

Le jazz est désormais vu , comme un style musical «  élitiste «  , au même titre , que les musiques baroques et bien évidemment l ‘ opéra . Miles Davis est aussi important dans l ‘ histoire de la musique , que les Beatles , pink floyd ou Jean Sebastien Bach .
Un projet Kickstarté…. Again
Miles ahead , qui passerais pour un film «  commun «  en France , puisque d ‘ art et d ‘ éssai , à du être financé par les fans du trompettiste , heureusement très nombreux . Les monographies et par extension les films sur le jazz sont très rare .

Je suis consterné , que ce film est du être monté par crowndfounding , cela aurais du être le travail de Sony pictures , mais puisque ce n ‘ est pas un film d ‘ action et par extension un Spiderman et puis le jazz , Miles Davis , c ‘ est compliqué pour l ‘ américain avec sa bible , son fusil et sa corde à lynchage .

La culture est la grande ennemie de l ‘ américain moyen , ne sachant ce situé de façon géographique et spatial ( comme le jeune français , encore à l ‘ école lui ) , voie la musique classique avec méfiance , et bien sur , limité , dans le meilleur des cas , pour les plus «  évolué «  … en gros un peu de Beethoven , un peu de Mozart avec la trilogie Da Ponte , ignorant Bach , Vivaldi , Monteverdi , ne parlons pas , cela est inutile de Lully , Marc Antoine Charpentier ou de Michel Richard Delalande .
Mise en scène intéressante
Don Cheadle , n ‘ pas jugé bon de faire une mise en scène linéaire . Nous ne sommes pas dans «  Amadeus «  , le budget est modeste , comme la durée du biopic , à peine une heure trente . Le metteur en scène à choisi de mettre en lumière une des plus sombre période du trompettiste , en s ‘ appuyant intelligemment sur sa discographie .

Cheadle à beaucoup lut sur Miles et c ‘est immergé dans son œuvre , on depasse le traditionnelle « kind of blue «  . Pour allez dans le « dur «  avec «  miles in the sky «  par exemple . De toute façon , ce long métrage n ‘est pas grand public , car Miles avait à cette époque quitté le rivage de la facilité , son inspiration , son état de santé , sa vie lui faisait abordé d ‘ autre rive .

Cheadle à beau être un fan , il aborde franchement les sujets qui fâche : la drogue , les femmes , le racisme , le film n ‘est pas fait pour TF1 , le dimanche soir , ce n ‘ est pas du Kev Adams . Le film ce termine sur une note d ‘ espoir , puisque , commence sa dernière période , qui dura jusqu ‘ à son décès .

Je ne puis le recommandé aux amoureux de la musique exigeant , la même que pour «  tous les matins du monde » , le film est trouvable à pas cher sur amazon .

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :