GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives Mensuelles: février 2018

Versionning et grand public

De l ‘ expression bêta public payante mal utilisé

Certaines mauvaise pratiques propres au jeu vidéo , à pollué la mare de l ‘ «  esprit «  du grand public . Certes ce même esprit découvre ou redécouvre des méthodes en cours depuis deux , trois ans chez les geek . Mais le net , via les jeux vidéo vendu sur Steam ou Battlenet ont rendu les développeurs paresseux .
Bêta public payante pour les jeux vidéo , oui mais …
Le grand public pleure souvent pour pas grand-chose . Comme dit plus haut , les studios de jeu vidéo ne terminent leurs produits , ils mettent sur les serveurs des versions «  fonctionnelles «  et corrigent au fil de l ‘ eau . La ou il y a plus de vingt ans , les logiciels étaient vendu et livré propre et rock solid .

Mais l ‘ industrie du jeu vidéo à changé , je ne vais pas parlé de l ‘ affaire scandaleuse de «  star wars battlefront 2 «  et des loot box . L ‘ acheteur , depuis le début de « world of warcaft «  , n ‘est plus vraiment propriétaire de sa licence , « Diablo 3 « , n ‘est qu ‘ un client , « Starcraft 2 » à entièrement changé de paradigme , le tout sans que l ‘ utilisateur n ‘est à dire quoi que ce soit , c ‘est un locataire PAS un petit propriétaire .

Le marché professionnel , sauf exception est plus traditionnel …
Ableton live 10 , DAW et autre logiciels critiques
Au début du mois de février 2018 est sorti la dixième version de la DAW d ‘ Ableton . Cette version , propose des améliorations notables , un effort d ‘ intégration de fonctionnalités et des synthétiseurs à table d ‘ ondes . Mais bien sur , dans les groupes de discutions , sur Facebook , souvent tenu par des jeunes , déçut par les propositions d ‘ Ableton parle bien sur , je cite «  de bêta public payante «  . autant l ‘ expression est juste pour le jeu vidéo , pas pour ce type de logiciel , du fait de leurs prix et de leur criticité pour les utilisateurs .

Si le client de «  star wars battlefront 2 « plante au cours d ‘ une partie , ce n ‘ est pas grave . Si Ableton Live ou Pro Tools bloquent au cours d ‘ une session , il en va tout autrement . Que des amateurs ce plaignent de ne pas faire un son «  fat «  de suite , dix secondes après avoir cliqué sur l ‘ icône , cela est forcément de la faute du logiciel , pas parce que Kévin n ‘ a jamais compris l ‘ égalisation sonore et la compression …

Les DAW ou leurs équivalences vidéo , aussi bien pour le montage , l ‘ animation et le rendu ce doivent d’ ètre d ‘ une très grande stabilité , pouvoir fonctionné plusieurs heures d ‘ affilé et pouvoir monté en charge de façon transparente . Ce que ne fait pas un jeu vidéo d ‘ on l ‘ utilisation en temps machine est linéaire .

La gestion de la licence est tout aussi différente . La ou le jeu vidéo ce dirige , vers la location cf overwatch de Blizzard ou rainbow six siège d ‘ Ubisoft ou les exceptions vont ce faire rare . Dans le milieu professionnel , un achat reste un achat . La licence d ‘ utilisation appartient à son utilisateur . Tous le monde fonctionne ainsi , sauf AVID et son Pro Tools ou le droit d ‘ utilisation ce doit d ‘ être renouvelé d ‘ année en année , sans ajouts de fonctionnalités particulière . Même Steinberg , en faisant payé leur version incrémentale est moins casse bonbon qu ‘ AVID .

Une DAW , même aussi mal dégrossie que live 10 , sera amélioré de version mineure en version mineure , la consommation CPU deviendra raisonnable avec le temps …

Mais nous sommes dans la culture de l ‘ immédiateté , de l ‘ image et du futile , plus dans le temps de la patience …

Publicités

Harry Potter : les films

Points de vues d ‘ un béotien

Je vais être franc , je suis étranger à l ‘ œuvre de JK Rolling . Quand la «  folie «  Harry Potter , primo je n ‘ étais pas le cœur de cible marketing , n ‘ étant pas un primo lecteur , j ‘ avais lut et relut Lovecraft et Tolkien et à la même période il y avais l ‘ adaptation filmique du «  seigneur des anneaux «  et j ‘ avais d ‘ autre choses à pensé que de suivre les aventures initiatique des élèves de Poudlard .
La problématique du premier film
La tragédie d ‘ Harry Potter s ‘ inscris dans le conte . Même si il y a un très très léger vernis de drame social avec le dolorisme du semi – moldu , la aussi il faut juste ce qu ‘ il faut en matière de souffrances , juste ce qu ‘ il faut pour un contraste .

Il faut que le début de la scolarité du jeune Harry sois enchanteur , donc allons y pour le show digne de Las Vegas et il va de sois les antagonismes , qui seront développes plus tard dans le cycle . Ce premier film est nécessaire pour expliqué les mécanismes du cycle , il est donc pénible à suivre , sans compté , le ton du film , agaçant au possible , mais ce premier film , ouvre heureusement sur un cycle «  interressant «  .
Voldemort et son idéologie
Soyons clair , Voldemort prône la pureté de la race . A moins d ‘ être un fan de télé-réalité , JK Rolling y est aller au stabiloboss , ne serais ce que Drago Mallfoy , fils à papa , qui passe son temps à cassé les pieds de la bande à Harry .

Je ne l ‘ ignore pas , un bon méchant , fait une œuvre intéressante , un méchant extraordinaire donne une œuvre légendaire . Hors Voldemort est un Sauron de Prisunic , il ferais honte à n ‘ importe Sith post épisode neuf , qui eux ne sont pas extraordinaire non plus .

Le spectateur , même en n ‘ étant pas de gauche prolétarienne , lisant son Marx et son Proudhon chaque soir , ne peux être que gêné lors des trois – quatre minutes du premier film , quand une bande sorciers en goguette , vont confié le bébé Potter à une famille de Moldu , présenté comme limité dans le sens plein du terme .

Certes en contrepoint , nous est présenté une autre famille de Moldu , eux éclairé et sympathique . Mais Voldemort est un méchant au final inoffensif .
Conclusion
A partir du prisonnier d ‘ Azhkaban , la série file droit vers le sombre et un certain penchant du nihilisme , comme un ado de base qui découvre Linkin Park . La coupe de feu , comme le prince de sang mêlé sont brillant scénaristiquement , comme dans la mise en scène .

Cela ne veux pas dire qu ‘ il n ‘ y a pas des clichés . La cible visé est l ‘ adolescent . Qui veut etre divertis . Rolling n ‘ a jamais voulu en faire une œuvre philosophique , elle est comme Lovecraft à son époque , cela est de l ‘ alimentaire respectable , mais de l ‘ alimentaire quand même .

Est ce qu ‘ Harry Potter va resté dans l ‘ imaginaire collectif , comme l ‘ est le Cthucthlu ? J ‘ aurais tendance à dire wait and see , après tout , on m ‘ aurais dit que les dramatiques du samedi soir tournerais au créateur du mythe des Grands Anciens …

Starship troopers – Paul Verhoeven

Une société parfaite ?

J ‘ avais eut la « bonne » idée de lire le roman d ‘ origine de Robert Henlein avant mon appel sous les drapeaux , ce qui fait que j ‘ étais dans de bonne disposition mental au sein de mon régiment , dissous depuis longtemps .
Pour une société égalitariste : une société militaire ?
La société décrite par Heinlein et donc par Verhoeven est égalitaire au possible . Il y a d ‘ un coté les civils , qui vivent bien , mais non pas le droit de vote et les militaires , femmes et hommes , qui si ils survivent a leurs trois années de services deviennent des citoyens de la fédération et donc le droit de vote .

Certes , dans notre «  société «  ( plutôt un empilement de communautés antagoniste ) , ce concept ne pourrais plus passé . Pourtant femmes et hommes , sacrifiant leurs vies au profit de la communauté , ne sont pas suffisamment reconnus , mais bon , nous sommes dans une société décadente ou l ‘ on accorde plus d ‘ importance à une pseudo starlette de télé – réalité qu ‘ à un chercheur en science fondamental ou un philosophe .

L ‘ uniforme nivelle , casse les codes sociaux et transforme un en tout . Genre de chose qui donne des boutons aux vegano – ultra féministo – droitdelhommiste , sans compté les anarchistes de Facebook .
Le film
Paul Verhoeven à fait dégraissé toute la pure partie de science fiction et allégé les classes , qui prennent une partie du roman , comme l ‘ utilisation d ‘ exosquelette … cela c ‘est transformé en une parodie de teen drama . Mais le hollandais violent à surtout parfaitement compris comment allais tourné les USA .

Verhoeven avait psychanalysé le pays de Georges Washington et c ‘est donc fermé les portes d ‘ Hollywood , qui du fait de la fusion Disney – Fox , il ne faut plus espéré ce genre de film , j ‘ ai meme des craintes pour des séries politiques , car intellectuel pour les fans de l ‘ actuel président des USA . Starship troopers est un film à voir , dont le style n ‘ a pas vieilli et puis il y a l ‘ un des derniers travaux de Basil Poledouris .

101 – Depeche mode

La meilleur porte d ‘ entrée pour Depeche Mode ?

J ‘ ai découvert Depeche Mode via le live 101 dont nous fêtons les trente ans cette année . 101 est un disque très important pour le groupe de Basildon . Il marque le début du triomphe au USA , marque aussi la la fin d ‘ une certaine période pop , pour basculé dans ce qui fait encore la pâte actuel .
Avant 1988 : groupe arty ou alternatif d ‘ université
Les USA ont le plus grand mal à accepté et digéré une culture exogène à la leur . Dès lors que l ‘ on sort de la country et du rock à dimension standard , il y a rejet , meme du jazz et à fortiori de la famille techno , alors que ce genre viens de Detroit , mis il est vu comme un genre européen .

La new wave et les débuts de l ‘ industriel comme quelque décennies auparavant le rock progressif n ‘ étaient pas mainstream pour Kévin , 16 ans du Kansas , mais celui ci , sortant de sa paroisse et allant à la ville , découvre qu ‘ il y a autre chose que les Etats Unis … je résume la psychologie du moment , nous sommes à une époque ou les radios locales ont encore une influence , les BBS ne sont que pour les geeks . Eurythmics est aussi dans le meme cas .
Rose Bowl stadium : d ‘ un petit stade à un lieu de culte
Depeche Mode à eut de la chance de rencontré son public au bon moment , de passé d ‘ un groupe indé à mainstream , la tournée music for the masses à connus de plus en plus de succès ( je renvois au film 101 ) .

Il fut donc décidé d ‘ achevé la tournée près de Los Angeles ; ce qui est drôle , c ‘est que cela à dut être la meilleur soirée dans ce stade pour les propriétaires , puisqu ‘ il y a un ou deux ans , il proposait une projection du film 101 .

Mais la question est : pourquoi commencé par 101 ? primo : la ferveur du public , celui ci était motivé à fond . La set list ensuite , qui résume aussi bien la période berlinoise , les débuts du groupe et bien sur le noyau avec music for the mass et le court instrumental PIMPF , qui n ‘ a pas dès lors connus de successeur avec le travail sur les samples via encore et toujours Alan Wilder .

101 , ne prépare en rien à Violator , mais en rien du tout , ce qui fait que ce dernier est au-delà du classique du genre , aussi important qu ‘ oxygène , ou le rubicon de Tangerine Dream . Bref 101 est avec tous cela le meilleur accès à DM .

%d blogueurs aiment cette page :