GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Synthétiseur et fétichisme : le cas du Fairlight CMI II / IIx

(débat nerdique )

En bon fan de Jean – Michel Jarre , de Depeche Mode et de Klaus Schulze , j ‘ ai très très longtemps rêvé de ce super sampler . Quand j ‘ ai pu , je me suis tourné vers la solution de première urgence d ‘ UVI avant d ‘ en partir dépité . Je poursuit toujours ma quête de *PDF sur les CMI II / IIx et III . Puis vint fin décembre 2017 la re – création des CMI II / IIx bien que montant en résolution de 16 bits par Arturia .

Il y a bien sur la fameuse page R , qui est simplement un séquenceur pas à pas qui rend de sérieux services . Le CMI V fait comme les CMI II / IIx en analysant les sons puis les traité comme forme d ‘ ondes … ce qui ouvre des perspectives de sound design immenses . Et c ‘est la le drame . Je l ‘ est annoncé il y a quelque années lors du rachat de la firme australienne par Blackmagic Design , Fairlight était mort le jour de la commercialisation des Akai S1000 .

Mais les «  vrai «  Fairlight CMI II / IIx étaient rares , cher et complexe , Arturia n ‘ a fait qu ‘enlevé la gangue 80’ s pour prendre ces logiciels et son grain si spécifique . Et cela fait hurlé les sois disant «  puristes «  . Je dit soi disant , car ils sont plus attaché à l ‘ objet , qui demande une maintenance de folie qu ‘ à ces capacités intrinsèques . Ce que fait sans soucis le CMI V et donc les privilégiés , dépensant une fortune pour un PC spécialisé alors que l ‘ on peux avoir l ‘ interface à peine rafraîchi , la bibliothèque de base sonore ( tout aussi mythique que le hardware ) et son grain reconstitué .

Et le pire que tout est son tarif , hors PC , hors DAW , qui ne coûte que … 200 € , un Fairlight CMI II / IIx vaut beaucoup , mais beaucoup plus cher en seconde voir troisième main sur Ebay , j ‘ allais oublié la consommation électrique légendaire comme sa chauffe .

Les Fairlight CMI II / IIx et III ( avec CAPS ) ont comme leurs contemporains NED Synclavier II /3200/6400/9600 , le Yamaha DX7 , le Roland D – 50 et enfin le Korg M1 ont marqué l ‘ histoire de la synthèse , existent désormais en VST . Le home – studio , la ou ce fait désormais les disques , ont ne peu plus s ‘ encombré d ‘ un hardware si âgé , alors qu ‘ une mise à jour software ne coûte rien en bande passante .

C ‘est la ou il faut dépassé la possession d ‘ une machine susceptible de tombé en panne avec des pièces devenant rare et les capacités de ces même machines .

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :