GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Harry Potter : les films

Points de vues d ‘ un béotien

Je vais être franc , je suis étranger à l ‘ œuvre de JK Rolling . Quand la «  folie «  Harry Potter , primo je n ‘ étais pas le cœur de cible marketing , n ‘ étant pas un primo lecteur , j ‘ avais lut et relut Lovecraft et Tolkien et à la même période il y avais l ‘ adaptation filmique du «  seigneur des anneaux «  et j ‘ avais d ‘ autre choses à pensé que de suivre les aventures initiatique des élèves de Poudlard .
La problématique du premier film
La tragédie d ‘ Harry Potter s ‘ inscris dans le conte . Même si il y a un très très léger vernis de drame social avec le dolorisme du semi – moldu , la aussi il faut juste ce qu ‘ il faut en matière de souffrances , juste ce qu ‘ il faut pour un contraste .

Il faut que le début de la scolarité du jeune Harry sois enchanteur , donc allons y pour le show digne de Las Vegas et il va de sois les antagonismes , qui seront développes plus tard dans le cycle . Ce premier film est nécessaire pour expliqué les mécanismes du cycle , il est donc pénible à suivre , sans compté , le ton du film , agaçant au possible , mais ce premier film , ouvre heureusement sur un cycle «  interressant «  .
Voldemort et son idéologie
Soyons clair , Voldemort prône la pureté de la race . A moins d ‘ être un fan de télé-réalité , JK Rolling y est aller au stabiloboss , ne serais ce que Drago Mallfoy , fils à papa , qui passe son temps à cassé les pieds de la bande à Harry .

Je ne l ‘ ignore pas , un bon méchant , fait une œuvre intéressante , un méchant extraordinaire donne une œuvre légendaire . Hors Voldemort est un Sauron de Prisunic , il ferais honte à n ‘ importe Sith post épisode neuf , qui eux ne sont pas extraordinaire non plus .

Le spectateur , même en n ‘ étant pas de gauche prolétarienne , lisant son Marx et son Proudhon chaque soir , ne peux être que gêné lors des trois – quatre minutes du premier film , quand une bande sorciers en goguette , vont confié le bébé Potter à une famille de Moldu , présenté comme limité dans le sens plein du terme .

Certes en contrepoint , nous est présenté une autre famille de Moldu , eux éclairé et sympathique . Mais Voldemort est un méchant au final inoffensif .
Conclusion
A partir du prisonnier d ‘ Azhkaban , la série file droit vers le sombre et un certain penchant du nihilisme , comme un ado de base qui découvre Linkin Park . La coupe de feu , comme le prince de sang mêlé sont brillant scénaristiquement , comme dans la mise en scène .

Cela ne veux pas dire qu ‘ il n ‘ y a pas des clichés . La cible visé est l ‘ adolescent . Qui veut etre divertis . Rolling n ‘ a jamais voulu en faire une œuvre philosophique , elle est comme Lovecraft à son époque , cela est de l ‘ alimentaire respectable , mais de l ‘ alimentaire quand même .

Est ce qu ‘ Harry Potter va resté dans l ‘ imaginaire collectif , comme l ‘ est le Cthucthlu ? J ‘ aurais tendance à dire wait and see , après tout , on m ‘ aurais dit que les dramatiques du samedi soir tournerais au créateur du mythe des Grands Anciens …

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :