GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Nikita – Luc Besson

Son seul bon film ?

De quand date la chute artistique de Luc Besson , ou plutôt , quelle à étez le meilleur film de celui ci ? On va enlevé de suite la trilogie minimoy , Lucie , Jeanne d ‘ Arc , the lady ( la c ‘est une belle faute semble t ‘ il morale ) , Valérian , pas encore subit mais cela ne serais tardé , pas le cinquième éléments et pas du tout l ‘ ambiguë Léon . Le dernier combat et le grand bleu sont trop frustre scénaristiquement … reste Nikita .
Anne Parrillaud et Luc Besson : le bon alliage
Contrairement à , ce que l ‘ on pourrait croire , madame Anne Parrillaud , joue dans le ton . Nikita est un film nihiliste , jusqu ‘ au boutiste ( pour un film française et surtout au début des années 1990) qui ne seras pas rattrapé . Besson pose la situation , les personnages et le limites de son film en douze minutes . Il ne le referas plus .

Parrillaud , ne passe pas son temps à hurlé , c ‘est dans ces moments de calme ( relatif ) , quelle est la plus dangereuse . Elle impose le modèle de Luc Besson , qui désormais lui colle à la peau : la femme enfant .
Nikita : exemplaire
M ‘ étant fardé une partie de la filmographie de Luc Besson , Nikita est une exception . Il ne fait pas d ‘ esbroufe , il va droit au bout , même les rares scènes d ‘ action , sont très bien filmé ! Pas de sur montage , de découpes à la Michael Bay . Nikita , n ‘ est pas pour autant un film patrimonial ( on ne dit plus classique dixit le fossoyeur des films ) .

Le film tourne autour de trois grosses scènes d ‘ actions :
la scène au restaurant
l ‘ assassinat à Venise ( avec utilisation d ‘ un équivalent du AUG dans counter – strike )
et la dernière à l ‘ ambassade avec Bob le nettoyeur

Ce film , vieilli très très bien , pour un quadra comme moi , qui à parfaitement connu la France de cette époque , mais peu semblé dès plus exotique pour un jeune actuel . Besson n ‘ était pas à l ‘ époque dans l ‘ esbroufe , même le grand bleu , sur lequel il y a beaucoup de choses à dire est d ‘ une simplicité de mise en scène , qui mériterait d ‘ être revu par les apprenti youtubeur .
Le travail d ‘ Eric Serra
Si il y a quelqu ‘ un , dans la première partie de l ‘ ouvrage de Luc Besson , qu ‘ on oubli c ‘ est Eric Serra . Que l ‘ on à tendance à résumé qu ‘ au grand bleu . Nikita , annonce la tendance synthétique des années 1990 dans les films et les séries .

Eric Serra , hormis le fait qu ‘ il soit un vrai sorcier de la synthèse FM avec un dérivé du Yamaha DX7 ( à si à l ‘ époque il avait eut un NED Synclavier 9600 … ) . il semblerait qu ‘ il est utilisé le Roland D – 50 ( concurrent , successeur du DX7 et lui marqueur du début des 90’ s avec le Korg M1) . Serra est un compositeur méconnu du public actuel , c ‘est de sur crois un excellent mélodiste , son travail , devrais etre réévalué très vite .

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :