GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives Mensuelles: avril 2018

Justice league – gods and monsters

La schizophrénie de Warner Bros | DC Comics

Vu mon age , j ‘ ai bien évidemment connus la première diffusion de la série Batman post film de 1989 sur Canal +, avec le design de Bruce Timm , le main title de Danny Elfman avec le travail de Shirley Walker ( compositrice oubliée ) . Les OAV Warner Bros | DC Comics ont plutôt bonne réputation . J ‘ ai redécouvert la JLA en animé via une offre commercial qui ne ce refuse pas sur Amazon .
Gods and monsters
Les OAV , bien que grand public , ont un niveau de lecture interressant pour le geek fan de DC . Gods and monsters démarre par la désormais traditionnel origine de Superman ; qui dévie soudainement avec la présence du général Zod , une fois Krypton détruite , Zod junior file droit sur Terre .

Le reste du film , nous présente une JLA alternative , mais néanmoins intéressante avec un Batman vampire et une Wonder Woman venant des news gods ( un grand merci à Jack Kirby ) . Nous sommes d ‘ ailleurs dans un DC verse alternatif , cela n ‘ améliore pas le film , mais rend le postulat non canon . Lex Luthor devient meme un nouveau Métron !

Je n ‘est pas vu les quatre vingt dix minutes , le scenario est une bonne synthèse entre du Warren Ellis et du Grant Morrisson !
Schizophrénie
Le DCU live est compliqué , la faute aux producteurs , à Warner Bros qui n ‘ a pas confiance envers DC Comics . WB essaye de faire du Marvel alors que lorsque on lit du DC c ‘est justement pour ne pas subir les meme histoires recyclé ad nauseam .

Les OAV , puisque sortant directement en DVD , seront plus facilement amortissable . Les scenaristes pioche dans les histoires les plus mémorables . The dark knight returns quasiment une version à la case près est en haut de la pyramide . Les OAV ont vraiment une plus grande liberté de ton et en ces temps de joug marvelien . il y a certes de gros echecs : justice league : war par exemple , mais vu que cela était du new52 , que cette histoire réduit la JLA à des archétypes de télé – réalité .

Il faut que je parle du casting vocal , la plupart du temps , il est juste monstrueux . Les acteurs y mettent du leur , ce qui n ‘ est pas vraiment le cas en version française .

Publicités

NoLife , qui objectivement pleure cette chaîne ?

Trop pointue , trop JPOP ….

Ainsi donc , on à enfin eut la bonne idée de débranché du respirateur artificiel la chaîne NoLife . Attention , j ‘ ai le plus grand respect pour le travail d ‘ Alex Pilot et de son équipe . Mais celle ci c ‘est fait rattrapé par plein de choses ; qui additionné on finis par bouffé ce média .
Trop pointue , trop parisienne et pas de pognon
Sauf accident , Patrice Drouel , ne feras pas d ‘ ici le mois septembre sur France Inter d ‘ affaire sensible sur feue NoLife , car elle n ‘ a jamais étez la 5 de Berlusconi | Lagardère , qui elle à marqué les esprits , tellement que je revois à l ‘ épisode K2000 du Joueur Du Grenier .

NoLife était aussi trop pointue pour une chaîne «  grand public «  , qui ne l ‘ était pas . Alex Pilot à essayé et à même réussi à remplir un vide concernant les geeks . Âpres tout , la chaîne à bien produit NERDZ , qui n ‘ a pas eut de descendance .

NoLife était trop parisiano centriste . Ce qui est un mode de pensée dépassé même depuis mon enfance . NoLife faisait certes des émissions aux Japon , mais pas depuis Clermont-Ferrand … alors qu ‘ il y a des talents partout et Internet à permis ces émergences .

NoLife était aussi connus pour son manque d ‘ argent , d ‘ ou le JPOPisme à outrance , l ‘ abus de fond vert , les animateurs «  amateurs «  etc . Je renvois au livre sur le sujet chez Omaké Book , qui retrace l ‘ histoire de NoLife .
Tué successivement par : Youtube , les podcasts et l ‘ explosion médiatique du geek .
Autant NoLife était plus ou moins pertinente à sa création , puisque il n ‘ y avait aucun média spécialisé . Mais au milieu de l ‘ an de grâce 2018 , c ‘est l ‘inverse , cela déborde et le darwinisme n ‘ a pas encore fait le job .

Youtube , méta hébergeur , ou chacun , peu ouvrir son média , et ensuite vaille qui vaille . Autant il faut mettre du temps pour percé . NoLife à logiquement perdu de sa pertinence au fil du temps , tout en s ‘ autoparodiant . L ‘ invention du podcast , à aussi rajouté un clou au cercueil , la aussi , pouvoir parlé de sujets pointu , voir aride comme ceux de MO5 ou de capture mag .

Enfin , ce qui à condamné médiatiquement NoLife , c ‘ est nous les geeks . Comment une chaîne à notre destination , qui aurait du être pérenne , mais comment voulez vous survivre si une minorité social et culturel à désormais sa propre émission hebdomadaire produite par ARTE et diffusé sur Youtube ? Qu ‘ une chaîne comme le fossoyeur du film , parle du cinéma de genre , la aussi à fond , je ne parlerais pas du JDG , institution à eux seuls .

Pas plus que l ‘ infusion du MCU , du fait qu ‘ un média comme France Inter , recrute des quadra , élevée avec les animés diffusé par le Club Dorothée et donc que nous les geeks avons médiatiquement gagné de facto , l ‘ utilité de NoLife , déjà relative est devenu anachronique . A cause des facteurs décris plus haut .

Après tout NoLife était peu être aussi , un peu trop en avance sur son temps . Elle est née à une époque ou Youtube était à peine une start up . Mais elle ne sais pas adapté aussi bien technologiquement et est resté sur son tropisme .

Mes quinze jours sans Internet , ou mon retour dans les années 1990

Moins l ‘ Eurodance , M6 , le fluo etc etc …

Il m ‘ est arrivé un gros pépin : je me suis retrouvé sans Internet durant un laps de temps , non négligeable , j ‘ en est profité pour changé de FAI . J ‘ ai étez très longtemps , trop longtemps chez SFR . Mais bon , entre le temps de ma commande de ma nouvelle box , la livraison effective et le déblocage de ma ligne ( qui devrais etre automatique …)

Je ne parlerais pas de la configuration de la dite box , cela me rappelle mes jeunes années lorsque je configurais des serveurs APACHE 1.2 /2.x . Ces quinze jours m ‘ on permis de revivre . Je suis passé sur une 4G box , pour des raisons de praticité .

Donc ma vie sans Internet , ma fais faire un bon en arrière moins la DoLorean . Subir la TV est un enfer . Autant durant mon adolescence , vivre au rythme de TF1 , de la presse papier était normal , la vie allais à cette vitesse . En 2018 , ce n ‘est plus du tout possible . Les magasins à Meaux de mon adolescence , sont tous mort , l ‘ Administration ce dématérialise , du fait des coûts , de la disponibilité des fonctionnaires , les serveurs de celle ci ce voulant de plus attrayant , use et abuse de la bande passante …

Ces quinze jours mon permis de vivre , certes à coté de notre monde qui bouge de millisecondes en millisecondes , mais écouté les émissions de France Inter en «  direct «   , ne pas être entouré de stimuli qui fatigue à terme . J ‘ ai pus me lire du Tom Clancy et réfléchir .

J ‘ ai eut du bol de pas avoir eut de soucis majeurs , mais vivre sans Internet ; sans aucune connexion , cela est très dangereux .Nous sommes passé , d ‘ un mode de vie humain , au village global du Prisonnier , dire que c ‘ était une blague en 1998 .

The prisoner

Une série très en avance … voir trop

Le prisonnier est une série disparu de nos jours , il y a bien eut un remake il y a quelque années , mais celui ci à échoué . J ‘ aurais tendance à dire naturellement .
Cinquante ans trop tôt
Le travail de Patrick McGoohan n ‘ as pas étez compris par ces contemporains . Mais sans the prisoner , nous n ‘ aurions pas eut «  the matrix «  des sœurs Watchowski . L ‘ épisode final n ‘est compréhensible qu ‘ avec notre culture . La série à eut le temps de décanté , de ce faire oublié … mais qui à influencé notre vie .

La série , qui ne dure que dix sept épisodes , d ‘ une heure ( le prototype d ‘ une série HBO …) raconte le combat d ‘ un agent secret démissionnaire ,contre l ‘ organisation , amie ou ennemie ,nous ne le serons qu ‘ à la fin … qui veut savoir pourquoi il est partie de l ‘ organisation secrete .

Il y a au moins deux épisodes notables dans cette anthologie : A , B and C et le marteau et l ‘ enclume . The prisoner parle aussi de la propagande politique , de l ‘ éducation … The prisoner n ‘est pas du tout une série facile à appréhender , il faut avoir la culture de l ‘ époque pour comprendre .
Fall out
Le «  fameux «  épisode conclusif de The prisoner est resté en travers de la gorge des premiers spectateurs . McGoohan a poussé à bout ces fans . Pourtant , que le numéro 6 , devienne le premier et retrouve sa liberté , le tout grâce à son individualisme et sa pugnacité à relevé tous les défis . Un uber mench dans le sens Nietcheen du terme .

Le concept seras repris dans les incompris Matrix reload et Révolutions . Néo , n ‘est jamais qu ‘ une réécriture de Numéro 6 .

The prisoner est une série importante , comme l ‘ est battlestar galactica 2003 , qui se complètent mutuellement . L ‘ action , la tension , peuvent semblé désuète alors que la série parle de notre société actuelle

%d blogueurs aiment cette page :