GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

House of cards saison 5 [ contient des spoilers ]

Le crépuscule d ‘ une série ou la découverte du vrai pouvoir

Cette saison cinq est le prolongement , en partie de la saison quatre , avec les tribulations , pathétiques , ridicule du gouverneur Conway , qui en dépit du bon sens , s ‘ attaquais avec femme , enfants et moteur de recherche soit disant sous contrôle , nous quittions donc les protagonistes après une décapitation et le visage de dégoût de l ‘ ensemble du staff des Underwood .
Le vrai pouvoir n ‘ à jamais étez politique ( grande découverte ! … )
Cette cinquième saison ce permet d ‘ être référentiel . Surtout l ‘ épisode d ‘ investiture de Frank Underwood , qui répond à l ‘ épisode du même genre dans la saison une . Mais cette saison , nous permet de découvrir ou est le vrai pouvoir , non pas à la maison blanche , l ‘ Elysée voir le Kremlin , eux ils assurent le spectacle , le divertissement du peuple .

Non , le vrai pouvoir appartient aux GAFA et aux conseillers de l ‘ ombre . L ‘ épisode huit est en cela une vrai bascule , car au-delà d ‘ une imagerie à la enigma . Il donne des indices pour cette fin de saison .

Cette saison est aussi la plus meurtrière , certes , les scénaristes d ‘ house of cards ont du compensé un sentiment d ‘ infériorité vis à vis de games of thrones , l ‘ autre série politique des années 2010 . Comme dans GoT , ces assassinats ne sont pas gratuit , ils répondent à une nécessité du moment voir à plus long terme .

Le ton de cette saison est bien plus sombre , du fait du degagisme , sans aucune pitié pour le pauvre couple Conway , ils sont tombé , car ils ont perdu de vu l ‘ essentiel de la Politique : gagné , même si ce «  pouvoir «  n ‘ est qu ‘ une illusion
Claire Underwood : la chute passera par elle
Clairre Underwood hait son mari et celui ci , bien que calculateur , n ‘ a pas vu le coup de poignard de Claire , celle ci , moment glaçant quand elle parle en nous regardant face caméra , on parle de Cercei , mais Claire est plus terrible encore .

Mais la ou Frank est arrivé à un état de contentement , mais vigilant lors de sa cérémonie d ‘ investiture , Claire en veux encore et toujours plus , la conquête du Pouvoir la dévorée . Sous couvert de pouvoir s ‘ asseoir dans le bureau ovale . Elle à étez ridicule durant la saison trois et ce débrouillais assez bien après la tentative d ‘ assassinat sur Frank . Mais bien que froide et calculatrice , il lui manque une chose par rapport à Frank .. . l ‘ expérience .

La saison six , ne peu être que la dernière , déjà cette cinquième est crépusculaire au possible .

Publicités

DLC et jeux pay to win

La meilleur façon d ‘ abîmé le jeu vidéo

Ont le savait , les éditeurs de jeux vidéo , ne veulent plus de long selling , ils veulent rentrés le plus vite possible dans leurs investissements , Activision s’ en est fait une spécialité avec les call off duty . Capcom , à abîmé sa réputation avec la multitude de DLC pour street fighter 4 et la prochaine sortie de street fighter 5 arcade édition .
Pay to win ou le parachèvement du cazu
Le cazu , bestiole enfanté par la télé réalité , l ‘ iPhone , l ‘ internet grand public , Kev Adams et Hanouna et sa bande . Créature amorphe , analphabète , buvant de la bière bon marché , n ‘ ayant aucune volonté , mais par contre quand il s ‘ achète un jeu vidéo , il ne veux pas souffrir pour augmenté son personnage , donc les éditeurs proposent des micro transactions pour que Trévor et son pote Kévin puissent frimé dans le lobby de Star Wars Battlefront 2 avec moins de cinq heures de jeux , mais en ayant la carte de crédit de papa – maman .

Le pay to win est une pratique né sur les free to play , qui en évitant , sois disant le buy to play ancestral , vous fait payé cher le moindre item «  légendaire «  du jeu gratuit une petite fortune . Attention quand même , je fait la différence entre un client gratuit comme eve online , mais avec un abonnement à un F2P coréen ou Diablo III .
DLC , season pass : une crise du jeu vidéo à venir ?
Depuis quelque années , les jeux vidéo ne sont plus livré complet , mais par morceaux , plus ou moins justifié . Je vais par exemple prendre de Starcraft II , j ‘ ai joué des années au premier , qui proposais au sein du même jeu , une campagne par races .

Pour SCII , sous couvert de qualité , Activision Blizzard propose au joueur d ‘ acheté , tous les deux , trois ans la campagne manquante , mais un cash shop s ‘ installais subrepticement au sein du client de wing of liberty . Mais quelque mois après la sortie de la compagne des protoss , le jeu est devenu un bazar ou l ‘ on vend des parties du jeu , qui aurait du être livré normalement .

Autre dérive mercantile : les seasons pass , qui permettent de réservé les DLC à venir , il va de soit qu ‘ en sus des micro transactions , ce qui signifie que dans la plupart des cas , un jeu vendu son premier jour à 60 € , coûtera facilement le double , voir le triple , vive les coûts caché ! .

Le seasons pass ; sont en passe de devenir standard .

Sauf que financièrement , nous arrivons à une impasse , les gamers , aussi passionné soit ils , n ‘ ont pas des revenus infinis et du fait des productions AAAAA , des consoles de jeux mid gen à la mode Apple , pour relancé artificiellement , l ‘ achat ; le développement prend entre trois à cinq ans ou un siècle avec star citizen …

Donc la production à un coût exponentiel , les acheteurs , quand ils finiront de s ‘ apercevoir de leur achats en kit prohibitif , les produits ne devenant pas meilleurs , voir devenant de plus en plus médiocre .

Donc pour cité Yves Montand : vive la crise !

Strange days – Katherine Bigelow

En avance de vingt ans

J ‘ ai redécouvert strange days par hasard . Il fait parti de ces films , qui en 1995 était à la limite banale . Au milieu des années 1990 , les financiers était un peu moins frileux qu ‘ en ces années 2010 .
Un peu plus que du cyberpunk orthodoxe
James Cameron , le scénariste de ce film s ‘ en tient au départ à la science fiction la plus balisée : technologie en avancé ; main mise des corporations , justice corrompu etc , Cameron cite William Gibson .

La ou le canadien à bien vu , c’est la tension social et politique regarder strange days en 2017 , c ‘est regardé notre monde avec deux décennies en avance , il y a une tension tout au long du métrage . Cela est du à la réalisation de Katherine Bigelow , qui est une réalisatrice , qui à des choses à dire , ont à tendance à l ‘ oublié .

Alors que les yes men actuels ont tendance à confondre clip à la Rhianna et réalisation plus posé ou pire , du Luc Besson , Bigelow fais du posé nerveux , ce qui encore une fois était une réalisation standard dans les années 1990 .
Oublié car dérangeant
Strange days est un film dérangeant , car il est en parfaite résonance avec la période actuel , il est si on peux dire amusant de voir Ralph Fiennes «  jeune «  , acteur que je respecte tout à fais et son bâton de maréchal M dans les James Bond post Skyfall . Paradoxalement un acteur qui jouais le «  méchant  » dans les années 1990 de façon continue : Michael Wincott à disparu ou alors réduit à des caméo ridicule comme dans « the ghost in the shell «  .

Strange days dérange aussi , car les films ne nous interpelles plus , ne nous fait plus posé des questions , bref , ne sont plus des vecteurs artistiques , mais des produits dérivés , de produits eux même dérivés . Strange days n ‘est pas transformable en série télé ou en mini série à la HBO , surtout à une époque ou les super héros sont partout .

Strange days à étez écris durant une période trouble , l ‘ affaire Rodney King affaire racial contemporaine , elle aussi des émeutes de Los Angeles , strange days est donc un film politique , donc de fait non récupérable commercialement parlant , la con sensualité est une des maladies actuels du cinéma actuel .

Techniquement , strange days n ‘est pas un classique , enfin si , un des meurtres du film à étez cité in extenso dans un épisode de la saison une de the ghost in the shell : stand alone complex , mais comme cette série est inconnue des fanzouzes ou autre joueur de call of duty .

Un remake , pour toute les raisons cité plus haut est donc inenvisageable ; car les financiers veulent gagné de l ‘ argent , pas faire réfléchir le public .

 

Star citizen & squadron 42

Trop beaux , trop gros pour être vrai ?

Le MMORPG est devenu un genre mourant . Tous les concurrents de World of Warcraft , jeu archétypale , jeu qui à vu des clones fleurir , puis vu le leur modèle économique passé en free to play , puis crevé faute de joueurs . A l ‘ opposé du spectre , il y a Eve online , qui est une sorte de homeworld online , je renvois aux émissions looking for games sur Youtube .
Le budget d ‘ un blockbuster français
Star citizen , à étez financé , au départ par crowdfounding sur le nom de Chris Roberts , créateur de la tétralogie vidéoludique wing commander et du film du meme nom . Le sieur à aussi travaillé pour Microsoft , pour un projet qui à explosé en vol .

Star citizen et son pendant FPS squadron 42 , sont les deux faces d ‘ une même pièce . Un peu comme si Blizzard s ‘ amusais , sous la férule de Bobby Kotick à sortir un successeur de Word of Warcraft , contenant un module d ‘ Overwatch … imaginer ensuite les patchs d ‘ équilibrage .

35M$ est un budget considérable , certes un peu moins qu ‘ un GTA V , mais celui ci est un open world , bien qu ‘ immense mais délimité , les soixante gigaoctets . Star citizen & squadron 42 devraient tenir que une centaine , trois , quatre centaine de giga octets de disque dur … et imaginons que ce double jeux passe par Steam ( qui est un standard de DRM ) , il faudra la fibre pour le téléchargé à une vitesse decente et encore , je ne parle que des jeux de base , hors patch et extension s à venir .
Chasse à la baleine
Le plus beau est que la société de Chris Roberts , Roberts Space Industrie continu d ‘ engrangé des dons , pour des réservations de vaisseaux à venir … ils ce sont amusé à codé from scrach un moteur , c ‘est leur doit ce n ‘est pas comme si Unreal Engine 4 , Hawok ou le Cry Engine , n ‘ existaient pas , comme si ils étaient incapables d ‘ afficher des lieux immenses en temps réel ( ce qui va de soit …) , mais un simulateur doit aussi répondre à un minimum de lois physique , ce que font de facto les moteurs mainstream .

Donc RSI recrute de la clientèle … sur plan . Le housing est un vieux fantasme geek dans les MMORPG , d ‘ ou l ‘ achat de vaisseau , valant une fortune et bien sur être prioritaire sur les béta successives , car heureusement RSI sort des pré versions de temps à autre .
Vers un vaporware à la Duke Nukem Forever ?
Le vaporware est l ‘ une des caractéristiques de l ‘ industrie du logiciel . Le jeu vidéo en à fait une partie de son histoire . Le dernier avatar en date est Duke Nukem Forever , qui devait succédé rapidement à Duke Nukem 3D .

Il finit par sortir , fut mauvais et bida . Star citizen & squadron 42 commence à accumulé du retard , sur le planning promis , ce qui est logique dans le monde du logiciel , ou l ‘ on s ‘ interdit de promettre une quelconque date de commercialisation , quand on en est à écrire les murs porteurs , que le net code , IA , le design , la musique , les cinématiques sont sur le planning peut etre en cours de création …

Les enjeux sont très important , si star citizen & squadron 42 ne sortent pas d ‘ ici deux à trois ans , le crowdfounding pourrais disparaître car n ‘ apparaissant plus comme une source crédible de financement , car apparaissant de fait comme une éventuel pyramide de Ponzi et des comptes devraient être rendu .

 

%d blogueurs aiment cette page :