GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives de Catégorie: ChronicBOFophileClassic

James Horner , un géant à rejoins les étoiles

Cela fait un peux plus de vingt quatre heures que la planète BOFophile et dans une moindre mesure le grand public , que nous pleurons tous ce collaborateur de monsieur James Cameron .
D’ AlienS à Avatar
James Horner à vécu durant une période charnière de la musique pour images , il à étez à la fois contemporain des Jerry Goldsmith , John Williams et d’ Hans Zimmer , ce dernier utilisant des techniques utilisé par Goldsmith et Horner . Quand est ce que j ‘ ai découvert James Horner ? La première diffusion d’ AlienS sur FR3 , une semaine avant Alien 3 , l ‘ été 1992 . Cette BO n ‘ a pas du tout vieilli , comme pour son travail sur Star Trek II .
Horner est le compositeur qui à le plus travaillé avec James Cameron , mais ce fut à chaque fois un coup gagnant . Avatar est un parfait résumé de sa carrière .
Titanic
Titanic est son opus magnum , elle tranchait à l ‘ époque , elle ce distingue encore à l ‘ heure actuel . Il est vrai que le film est ce qu ‘ il est , un équilibre très très fragile entre drame , love story , lutte des classes et moments de grâce . C ‘est aussi , l ‘ une des premières OST commercialisé de façon complète en deux disques ( Titanic & back to Titanic ) et à permit d ‘ appréhendé les gigues irlandaises , entre autre chose .
Titanic aurait il eut le même succès sans la musique d ‘ Horner ? Je ne sais pas , Titanic à tellement innové d ‘ un point de vue des effets spéciaux à l ‘ époque , qu ‘ il tient encore la comparaison avec les films actuels . Mais d’ un autre coté l ‘ avant dernier film de James Cameron ,du fait de ces propos , de ces équilibres subtil …. bref c ‘est un alliage durable .
Horner et la photocopieuse …
Tous collectionneurs d ‘ OST , qui s ‘ intéresse à un moment aux travaux de James Horner en devient gêné , quand on écoute les BO d ‘ AlienS ( bad dreams ) et Patriot games ( electronic battlefield ) , ce sont les mêmes morceaux ! Cela fut d ‘ ailleurs une blague durant quelque années ou même si il s ‘ auto citais , cela amoindrissais le résultat à l ‘ écran . Attention , pour arrivé à travaillé comme il à la fait , cela n ‘ est pas permit à n ‘ importe qui . Et ce n ‘est pas le premier quidam , qui composera «  Glory «  et son sublime «  charging the Fort Wagner «  , dont le thème fut réutilisé dans les années 1990 pour illustré les trailers , ce qui l ‘ absout est qu ‘ il à travaillé comme un fou durant les années 1990 et n ‘ avais pas de staff comme Média control pour Hans Zimmer .


L ‘ héritier
Qui pour prendre sa place ? Bear Mc Creary , de façon automatique . Quand on écoute ces «  Battlestar Galactica «  , tous viennent en droite ligne d ‘ Horner , essentiellement la saison trois et les danses irlandaises .

Bref , comme pas mal de monde hier , mes vingt ans sont parti avec un homme à écrit pour chacun de nous cinq minutes de nos vies

Nord et Sud de Bill Conti

Nord et Sud , tous comme V fait partit des séries de mon enfance , je fait partit d ‘ une génération a posteriori chanceuse par rapport aux djeun ‘ s qui croient que la série télévisuel se résume a «  plus belle la vie «  . Mais parlons musique .

Ballade irlandaise

Constance en plus d ‘ être un personnage de la saga Nord et Sud interprété par madame Wendy Kilbourne à la chance d ‘ avoir un thème mélangeant intime et épique dont c ‘ est sans doute inspiré David Arnold pour le film « Stargate «  . Pareil pour ma saga fétiche qui est «  Battlestar Galactica 2003 «  pour le thème Wander my friend ( Battlestar Galactica 2003 CD1 plage 23) qui doit beaucoup a Constance . On retrouve dans ce thème la même fraîcheur que dans le thème et quelle thème ! de Lara dans « Doctor Zhivago »

Epique est son nom

Nord et Sud est l ‘ une des premières œuvres multimédia grand public qui utilise la formation du grand orchestre pour ce quelle sait faire : la masse et la puissance , n ‘ allé pas cherché la subtilité d ‘ un concerto mozartien . Mais a partir de la plage «  Dixie «  ( disque 3 ) ; une fanfare avec fifres et caisses claire … cela fait du bien en ces temps de Tyler Bates ( que j ‘ aime bien pourtant ) . Plus nous approchons de la guerre de Sécession moins les bois se font entendre vis a vis des cuivres et autre fanfares . C ‘ est a ce moment que ce que l ‘ ont peux qualifié de bande originale «  old school «  n ‘ as pas du tout vieilli . Je trouve pour ma part regrettable que la BO de Nord et Sud n ‘ est été édité qu ‘ 2500 copies , rien en fin de compte …ce que je nomme épique en musique est l ‘ émotion qui ce dégage de celle ci ; donc Batman bégins / the dark knight … sont épique , comme le son les ¾ des plages de cette BO , cette œuvre me fait apprécié le genre western que j ‘ évite de façon contentieuse .

LE triptyque  » La malédiction  » de Jérry Goldsmith

la section  » ChronicBofophileClassics  » ce veux être un hommage au BOF classique .

La bande original pour film est le dernier lieu ou un orchestre symphonique peux s ‘ ébattre hors du répertoire dit  » classique  »  . Jérry Goldsmith a fait parti de ces symphonistes . Il la gagné le seul !! oscar de sa carrière grâce a  » La malédiction  » ; il écrira la musique de ces deux suites . John Williams a eut les deux trilogies de  » La guerre des étoiles  » ; Howard Shore son   » Lord of the ring  » et Jerry Goldsmith la trilogie de  » la malédiction »

 

La malédiction – the omen

    Le disque s’ ouvrant sur le désormais classique  » Ave satani  »  prière en latin , tel quelle elle n ‘ aurait jamais du être bricolé par ce tâcheron de Marco Beltrami . Comme tous les films horrifique qu ‘il se doit  » the omen  » propose des plages de détentes de façon a prendre a la gorge le spectateur , comme  » on this night  » ou  » the new ambassador  »  la ou Goldsmith a fait très fort est l ‘accentuation du coté guimauve ( voulu ) du film  , puis via l ‘ instrumentarium la tension monte .

Puis quand Damien découvre ses pouvoirs ; la musique bascule . La mort du prêtre , la disparition du journaliste ; l ‘attaque des chiens dans le cimetière … voila toute la différence entre la version de Goldsmith écrite de manière subtile et la version de Beltrami qui est d ‘ une crudité difficilement admissible .

 

Damien – the omen II

 » Ave satani  » ouvrant la soundtrack ; pour la suite des aventure du rejeton du Diable . Goldsmith est un expérimentateur et le prouve avec cette oeuvre , celle ci n ‘ est pas le dernier épisode … thématiquement ce disque est la copie de l ‘ original .

 

La malédiction finale – the omen III

     Le chef d ‘ oeuvre de la trilogie , ne serais ce que par le main title ; majestueux avec ses cuivres et son choeur masculin  , le disque ce poursuit par une version démoniaque du thème  » ambassadeur  » du premier film … ont sent l ‘ apogée du combat Bien / Mal car la est le seul intérêt du long métrage qui va gagné ?   Goldsmith a davantage écrit une cantate moderne qu ‘ une bande sonore pour film les nappes de voix humaine sonnant musique contemporaine avec ses distorsions en font une oeuvre très intéressante . Le thème appaisant  » the second coming  » rappelle Masada dans son amplitude . Le thème épique du film est  » the hunt  » quasiment de la musique totale ce qui est le plus grand compliment que l ‘ on puisse faire a de la musique de film . Mais la suite qui conclut la trilogie est peut être le plus beau travaille de Goldmsith .  

%d blogueurs aiment cette page :