GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Catégorie: Edito

Mes quinze jours sans Internet , ou mon retour dans les années 1990

Moins l ‘ Eurodance , M6 , le fluo etc etc …

Il m ‘ est arrivé un gros pépin : je me suis retrouvé sans Internet durant un laps de temps , non négligeable , j ‘ en est profité pour changé de FAI . J ‘ ai étez très longtemps , trop longtemps chez SFR . Mais bon , entre le temps de ma commande de ma nouvelle box , la livraison effective et le déblocage de ma ligne ( qui devrais etre automatique …)

Je ne parlerais pas de la configuration de la dite box , cela me rappelle mes jeunes années lorsque je configurais des serveurs APACHE 1.2 /2.x . Ces quinze jours m ‘ on permis de revivre . Je suis passé sur une 4G box , pour des raisons de praticité .

Donc ma vie sans Internet , ma fais faire un bon en arrière moins la DoLorean . Subir la TV est un enfer . Autant durant mon adolescence , vivre au rythme de TF1 , de la presse papier était normal , la vie allais à cette vitesse . En 2018 , ce n ‘est plus du tout possible . Les magasins à Meaux de mon adolescence , sont tous mort , l ‘ Administration ce dématérialise , du fait des coûts , de la disponibilité des fonctionnaires , les serveurs de celle ci ce voulant de plus attrayant , use et abuse de la bande passante …

Ces quinze jours mon permis de vivre , certes à coté de notre monde qui bouge de millisecondes en millisecondes , mais écouté les émissions de France Inter en «  direct «   , ne pas être entouré de stimuli qui fatigue à terme . J ‘ ai pus me lire du Tom Clancy et réfléchir .

J ‘ ai eut du bol de pas avoir eut de soucis majeurs , mais vivre sans Internet ; sans aucune connexion , cela est très dangereux .Nous sommes passé , d ‘ un mode de vie humain , au village global du Prisonnier , dire que c ‘ était une blague en 1998 .

Publicités

Synthétiseur et fétichisme : le cas du Fairlight CMI II / IIx

(débat nerdique )

En bon fan de Jean – Michel Jarre , de Depeche Mode et de Klaus Schulze , j ‘ ai très très longtemps rêvé de ce super sampler . Quand j ‘ ai pu , je me suis tourné vers la solution de première urgence d ‘ UVI avant d ‘ en partir dépité . Je poursuit toujours ma quête de *PDF sur les CMI II / IIx et III . Puis vint fin décembre 2017 la re – création des CMI II / IIx bien que montant en résolution de 16 bits par Arturia .

Il y a bien sur la fameuse page R , qui est simplement un séquenceur pas à pas qui rend de sérieux services . Le CMI V fait comme les CMI II / IIx en analysant les sons puis les traité comme forme d ‘ ondes … ce qui ouvre des perspectives de sound design immenses . Et c ‘est la le drame . Je l ‘ est annoncé il y a quelque années lors du rachat de la firme australienne par Blackmagic Design , Fairlight était mort le jour de la commercialisation des Akai S1000 .

Mais les «  vrai «  Fairlight CMI II / IIx étaient rares , cher et complexe , Arturia n ‘ a fait qu ‘enlevé la gangue 80’ s pour prendre ces logiciels et son grain si spécifique . Et cela fait hurlé les sois disant «  puristes «  . Je dit soi disant , car ils sont plus attaché à l ‘ objet , qui demande une maintenance de folie qu ‘ à ces capacités intrinsèques . Ce que fait sans soucis le CMI V et donc les privilégiés , dépensant une fortune pour un PC spécialisé alors que l ‘ on peux avoir l ‘ interface à peine rafraîchi , la bibliothèque de base sonore ( tout aussi mythique que le hardware ) et son grain reconstitué .

Et le pire que tout est son tarif , hors PC , hors DAW , qui ne coûte que … 200 € , un Fairlight CMI II / IIx vaut beaucoup , mais beaucoup plus cher en seconde voir troisième main sur Ebay , j ‘ allais oublié la consommation électrique légendaire comme sa chauffe .

Les Fairlight CMI II / IIx et III ( avec CAPS ) ont comme leurs contemporains NED Synclavier II /3200/6400/9600 , le Yamaha DX7 , le Roland D – 50 et enfin le Korg M1 ont marqué l ‘ histoire de la synthèse , existent désormais en VST . Le home – studio , la ou ce fait désormais les disques , ont ne peu plus s ‘ encombré d ‘ un hardware si âgé , alors qu ‘ une mise à jour software ne coûte rien en bande passante .

C ‘est la ou il faut dépassé la possession d ‘ une machine susceptible de tombé en panne avec des pièces devenant rare et les capacités de ces même machines .

Et France Gall nous quitta

Une certaine idée de la pop music à la française

Nous sommes le Dimanche 7 Janvier , il est un peu plus de 17 H et je viens d ‘ apprendre le décès de France Gall . Elle à étez une de ces voix , qui servis de papier peint de ma vie . Je fais parti de cette génération qui ne crois pas à une quelconque pop music à la française . J ‘ ai étez soulager du décès de Johnny Halliday .

Dans les années 1980 , elle travaillait avec son compagnon de l ‘ époque : Michel Berger . Bien qu ‘ ayant commencé sa carrière au milieu des années 1960 , je n ‘est connu ses compositions qu ‘ à la fin des eighties , la ou Johnny Halliday n ‘ était qu ‘ une contrefaçon d ‘ Elvis Presley , madame France Gall est avec Michel Berger , le désormais oublié Daniel Balavoine et Jean – Michel Jarre les promoteurs de ce que l ‘ on nommé jusqu ‘ au début 2000 la world music .

France Gall à étez une grande voix de la pop music «  à la française «  . Dans la lignée des Serge Gainsbourg et surtout de Michel Berger . C ‘ était une artiste humaniste et surtout discrète , à l ‘ heure ou les amoureux de musique actuelle subissent la vulgarité de la télévision , elle était une oasis de calme .

France , tu me manque déjà .

De la construction …

Attention , billet de Droite !

Quelle est le point commun , quoi que l ‘ on en pense de Frederic Mollas | Sebastien Rassiat ( JDG) , Julien Chièze et Fabien Fournier  ? Ce sont des bâtisseurs , pas d ‘ empire , mais des créateurs , ils ont bâtis leurs cabanes à outils , fait leur jardins , planté , arrosé …

N ‘ importe qui peu crée , son blog , sa chaîne Youtube , les requis technique ont baissé de façon drastique ce qui est dommage , car cela était un critère de sélection objectif ( et les apôtres de la bienveillance s ‘ évanouissent ) .

On revient à la même chose quand on décide de planté son drapeau quelque part : de la discipline et de la régularité , le dilettantisme , le foutage de gueule , l ‘ hystérie , sous quelque forme que cela soit est déconseillé , comme l ‘ impulsivité et le sentimentalisme , «  humain » fait autre chose .

Même chose , il faut cultivé sa curiosité , voir ailleurs ce qui ce fait , le renouvellement ce feras naturellement , si on part dans l ‘ idée de durée , pour durée , je conseillais à l ‘ impétrant de prendre une licence Overwatch et de foutre la paix au bâtisseurs .

Après la théorie – expérience accumulé , des exemples pertinent : d ‘ un coté le JDG et de l ‘ autre , sans aucune agressivité : Noob – Olydri .

Le JDG est devenu , par la force des choses : culte , le terme n ‘est pas trop fort , cet équipe travaille pour livré à la fois du contenu journalier et surtout le contenu mensuel . L ‘ équipe est constitué de talents multiples , motivée et à sa propre communauté . Je ne suis pas un cosplayer , je les respectes , comme entre autre , Erwanae et surtout Shun – geek , costumière du JDG et comme il ce doit : une très forte personnalité .

De l ‘ autre coté du spectre , nous avons Noob – Olydri , entité crée par Fabien Fournier . C ‘est un créateur de valeur , il aura accompagné , bon ans , mal ans , l ‘ ère du MMORPG , dont l ‘ age d ‘ or fut World of Warcraft .

Mais après un final réussi avec la web série Noob . Le rebond créatif est pour le moins difficile , cela peu être passager , j ‘ espère , mais le désert à l ‘air de durée .

Je le répète , pas de curiosité , pas de création , pas de pérennisation , il faut sortir de sa zone de confort , ce qui est naturel chez le geek , pas le grand public .

%d blogueurs aiment cette page :