GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives de Catégorie: MesFilmsCultes

L ‘ armée des ombres – Jean – Pierre Melville

Les films ont ils une âme ?

Melville et sa filmographie est entièrement oblitéré par les programmeurs des chaînes de télévisions française à l ‘ exception de la chaîne franco – allemande ARTE . Ces bon messieurs préfèrent les machins de Christian Clavier et de ces contemporains , pour faire rire le bon peuple …
Une intensité irradiante
Jean – Pierre Melville , était un cinéaste bref , pour notre époque touché par la maladie de Michael Bay , une ouverture de porte nécessite quinze plans . L ‘ armée des ombres raconte plus sur la seconde guerre mondial en un peu plus de deux heures , que Patton ( que j ‘ aime beaucoup ) ou la liste de Schindler . Melville , techniquement tient compte de l ‘ intelligence du spectateur avec les non dits et les ellipses .

Les acteurs , une des meilleurs troupes réuni sur un long métrage , de Simone Signoret en passant par Lino Ventura étaient habités par leur rôles . Bien que l ‘ armée des ombres soit un roman basé sur des fais réels , nous n ‘ avons rien de «  romantique «  dans ce long métrage , mais une représentation de la plus crue des vérités .

L ‘ armée des ombres n ‘ est plus du tout faisable en 2017 car , il montre des femmes et des hommes ordinaires , faisant des choses extraordinaire , comme le sacrifice de sa vie , pour le bien commun , l ‘ abnégation , le courage , pas des valeurs reconnues à l ‘ heure actuel en France et dans le monde . Le film datant pourtant de 1969 , mais le dernier remake en date d ‘ un film de Jean – Pierre Melville à bidé et puis , nous sommes à l ‘ age d ‘ or des films Marvel , donc le public veut du super – slip , que j ‘ aime aussi , mais désormais en dose infinitésimale .
Et les USA découvra the army of shadows
En lisant la fiche Wikipédia , je fus effarer de lire , mais en fin de compte pas si surpris que cela du passage en outre atlantique ne ce fis qu ‘ en 2006 , bien entendu dans les salles d ‘ arts et essai américain . Car pour ce public , the army of shadows , Melville n ‘est guère plus qu ‘ un cinéaste de la «  nouvelle vague «  , pourtant j ‘ estime plus celui ci qu ‘ un vulgaire Godard .

Ce qui compte pour les producteurs , c ‘est le chiffre d ‘ affaire du film , pas le nombre de places , donc de spectateur en salle . C ‘est qui sauve la mise de films qui échoue sur leur territoire , mais est sauvé à l ‘ étranger .

Encore une fois , voyer et revoyez l ‘ armée des ombres .

Publicités

John Wick 1 & 2

La netfixation du film d ‘ action

Le genre même du film d ‘ action pur et dur à disparu depuis des années , remplacé par le film de super héros . Comme le personnage du héros ou en moins de vingt ans , nous sommes passé du personnage vertueux | quidam au personnage qu ‘ il ne faut surtout pas réveillé . Le méchant en temps que vengeur n ‘est pas nouveau on peu bien évidement cité Edmond Dantès chez Alexandre Dumas , bien évidement , l ‘ iconique Kaiser Sozés d ‘ usual suspect .
Baba yaga
Quoi que l ‘ on puisse reprocher à Keanu Reeves , il faut quand même avoué qu ‘ entre Dracula de Coppola et John Wick en passant par la trilogie Matrix , à gagné en charisme . Sans compté sa sincérité en matière d ‘ arts martiaux , l ‘ inverse de Steven Seagal .

Comme dit plus haut , l ‘ idée de faire d ‘ un nemesis , un héros non limite , n ‘est pas nouvelle , mais le traitement de celui ci est suffisamment clair , pour en faire une trilogie .

Comme d ‘habitude à Hollywood , ont avais tous assisté à la meme chose après le premier Matrix , faire une suite après un succès surprise . Le premier John Wick n ‘ a rien coûté : 20 M$ .
La netfixation du film d ‘ action
Je n ‘est rien contre Netfix , il à fait évolué la série tv en les rendant plus addictive . Par ricochet , l ‘ écriture des films à suivi . Les séries sont devenus des films à gros budget , découpé en tranches , des films de plusieurs heures .

Mais Netfix et ces concurrents on quand même annihilé les travaux d ‘ un Tony Scott , malgré tous le 4K HDR de la mort qui tue .. ce dont on dispose en 2017 , cela à quelque peu stérilisé l ‘ esthétique et c ‘est dommage .

Les actionners à épisodes ne sont certes pas une nouveauté , je renvois aux trilogies die hard et Jason Bourne ; même si JW 2 avec don introduction sèche fait bien les choses pour lié les deux premiers films .
John Wick Vs the world
Le troisième épisodes va être très interressant , du faite que John Wick soit véritablement seul et sa prochaine cible est bien évidemment la grande table , puisque cela à étez le fusil de Tchekov du numéro deux .

John Wick ce sont surtout des morceaux de bravoures et il faut dépassé le faster & louder ; nous ne sommes pas dans fast & furious …

Ridicule – Patrice Leconte

Le bon mot tue

Le bon mot français , la saillie humoristique , le trait piquant ce meure . L ‘ auditeur fidèle de France Inter en est avide , celui de RMC le craint . Notre cinéma est un mouton à trois pattes ; il promeut et diffuse des «  œuvres «  promut par la bande d ‘ Hanouna , mais il y a de ces films , qui banale à l ‘ époque de leur sortie ; prennent de la valeur quelque années plus tard .

Le bon mot disparais aussi , sous l ‘ effet de la standardisation de la langue . De la stérilisation devrait ton dire , nous passons d ‘ une langue imaginative à une langue véhiculaire , même plus bonne pour des formulaires .
Le bon mot tue à la Cour
Ridicule , est l ‘ opposé de Beaumarchais dont j ‘ ai déjà parlé ici , je vous renvois aux archives . Je l ‘ est déjà dit et je me répète : le cinéma français en faisait treize à la douzaine à la fin des années 1990 . comme nous subissons les machins de Kev Adams et d ‘ Omar Sy actuellement , mais comme toutes les modes , elles ce démode très vite .

Certes , passons très vite sur la réalisation , Leconte n ‘est pas un maître de ce point de vu . Si vous recherchez des sophistications à la Peter Jackson période seigneur des anneaux , oubliez , nous sommes plus proche d ‘ un Joséphine ange gardien .

Le casting est brillant , de premier ordre pour l ‘ époque . Hormis le titan Jean Rochefort , dont le cinéphile francophone sincère ne cessera de le pleuré . La prestation de monsieur Bernard Giraudeau est du même accabie , qui parmi la génération actuelle est capable de s ‘ aligné sur eux ? Qui ?

Ce film n ‘est pas rediffusable ou alors discrètement à l ‘ heure actuelle ou l ‘ on nous sort du politiquement correct , du «  vivre ensemble «  à tous les coins de rue . Ridicule est un film méchant , ou le faible et le pleutre non rien à faire dans cet univers feutré .

Ridicule met en lumière les salons , qui à permis l ‘ émergence de l ‘ encyclopédie , permis de défendre la cause des Amériques contre l ‘ Angleterre , il fut le champ de bataille des anciens contre les nouveaux pour l ‘ opera .

Ridicule est l ‘ anti Barry Lindon , la ou un parvenu , ce prend pour un noble , un noble , voulant le bien commun , ce fait ejecté à la fin car n ‘ amusant plus . Ridule est un film à voir et à revoir , certes le jeune ne comprendra pas la langue parlé , car elle n ‘ est pas sienne et cela est fort dommage .

 

Strange days – Katherine Bigelow

En avance de vingt ans

J ‘ ai redécouvert strange days par hasard . Il fait parti de ces films , qui en 1995 était à la limite banale . Au milieu des années 1990 , les financiers était un peu moins frileux qu ‘ en ces années 2010 .
Un peu plus que du cyberpunk orthodoxe
James Cameron , le scénariste de ce film s ‘ en tient au départ à la science fiction la plus balisée : technologie en avancé ; main mise des corporations , justice corrompu etc , Cameron cite William Gibson .

La ou le canadien à bien vu , c’est la tension social et politique regarder strange days en 2017 , c ‘est regardé notre monde avec deux décennies en avance , il y a une tension tout au long du métrage . Cela est du à la réalisation de Katherine Bigelow , qui est une réalisatrice , qui à des choses à dire , ont à tendance à l ‘ oublié .

Alors que les yes men actuels ont tendance à confondre clip à la Rhianna et réalisation plus posé ou pire , du Luc Besson , Bigelow fais du posé nerveux , ce qui encore une fois était une réalisation standard dans les années 1990 .
Oublié car dérangeant
Strange days est un film dérangeant , car il est en parfaite résonance avec la période actuel , il est si on peux dire amusant de voir Ralph Fiennes «  jeune «  , acteur que je respecte tout à fais et son bâton de maréchal M dans les James Bond post Skyfall . Paradoxalement un acteur qui jouais le «  méchant  » dans les années 1990 de façon continue : Michael Wincott à disparu ou alors réduit à des caméo ridicule comme dans « the ghost in the shell «  .

Strange days dérange aussi , car les films ne nous interpelles plus , ne nous fait plus posé des questions , bref , ne sont plus des vecteurs artistiques , mais des produits dérivés , de produits eux même dérivés . Strange days n ‘est pas transformable en série télé ou en mini série à la HBO , surtout à une époque ou les super héros sont partout .

Strange days à étez écris durant une période trouble , l ‘ affaire Rodney King affaire racial contemporaine , elle aussi des émeutes de Los Angeles , strange days est donc un film politique , donc de fait non récupérable commercialement parlant , la con sensualité est une des maladies actuels du cinéma actuel .

Techniquement , strange days n ‘est pas un classique , enfin si , un des meurtres du film à étez cité in extenso dans un épisode de la saison une de the ghost in the shell : stand alone complex , mais comme cette série est inconnue des fanzouzes ou autre joueur de call of duty .

Un remake , pour toute les raisons cité plus haut est donc inenvisageable ; car les financiers veulent gagné de l ‘ argent , pas faire réfléchir le public .

 

%d blogueurs aiment cette page :