GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives de Catégorie: Navets et nanars

Deep impact – Mimi Leder

Le film catastrophe dans les années 1990

Après le film Jurrassik park , nous avons connus un moment très bizarre . Nous allions vers le début des caricatures des films à grands spectacle actuel .
Meme sujet : deux films différents
Les effets spéciaux numériques , avaient levé les inhibitions des studios . Sur quelques années , nous avons eut du bon et du beaucoup moins bon . Il arriva plusieurs fois qu ‘ un même sujet , une comète menace de percuté la Terre , une invasion extraterrestre , un paquebot qui coule soit produit en même temps . Nous avons donc eut droit en quelque mois à armaguedon | deep impact ; mars attack |indépendance day et speed 2 ( produit par la fox ) | titanic ( produit par la fox )

Ces films , produit en dépit du bon sens , réussit plus ou moins à rentré dans leurs frais , sauf : mars attack , sorti après et étant pris au premier degré , alors qu ‘ il s ‘ agit d ‘ une farce . Speed 2 , réalisé par Jan de Bond , ancien chef op de Mc Tiernan sur «  hunt for red october «  , ce fis réalisateur , réalisa speed , actionner sans prétention et plutôt bon , mais la fox , en dépit du bon sens et voulant donné une leçon à James Cameron , qui prenais trop de temps et d ‘ argent pour titanic . Résultat speed 2 fit un bide et titanic un triomphe .
Deep impact
Mimi Leder est une bonne réalisatrice , désormais condamnée au DTV , ancienne réal sur ER et fit le bon peacemaker avec Georges Clooney et surtout la musique d ‘ Hans Zimmer . DI est paradoxalement devenu un film «  historique «  technologiquement parlant , il fait son époque . Comme les premières saisons d ‘ XFiles sont connoté 1990 .

Deep impact est d ‘ un point scénaristique en dessous d ‘ un basique ( pléonasme ) marvel movie . Durant deux heures , clichés sur clichés . Comment jugé les acteurs dans un tel film ? Morgan Freeman ne fait que touché son chèque , Tea Leoni fait une publicité quelconque , mais bon c ‘ était la Scarlett Johansson du temps .

Deep impact est aussi la suite de la domination d ‘ ILM sur les effets spéciaux numériques . Un mélange de maquettes et de travaux sous Silicon Graphics . Sa passe encore en 2017 . Mais le film en lui meme est d ‘ une nullité , mais d ‘ une nullité … c ‘est un armageddon avec un cerveau , mais il ce regarde un peu trop le nombril d’ une scène à l ‘ autre . Si vous attrapé le DVD à pas cher , prenez le

The ghost in the shell – Ruppert Evans

Sublime massacre

Et voila , depuis quelque jours , j ‘ ai franchi le cap des quarante ans . Passage symbolique entre la jeunesse et la vieillesse . Je suis désormais un «  vieux «  geek , telle que l ‘ on entend depuis un nouvel espoir . J ‘ ai découvert , the ghost in the shell à la suite d ‘ un article dans Mad Movies au moment de la sortie en salle en 1995 , à l ‘ époque ou l ‘ on nous parlais de cinéma de genre , pas des flatulences qui ce veuille cinématographique d ‘ un troisième couteau , trouvé dans une poubelle .

J ‘ ai tout de suite accroché à l ‘ univers de Masumune Shirow , j ‘avais enchaîné sur Appleseed , bien plus complexe que the ghost in the shell . Le film de 1995 à étez mon choc en matière d ‘ animé , n ‘ ayant pas vu à l ‘ époque Akira , mais sortant de l ‘ école club Dorothée , l ‘ exécution introductive , avec le final du camouflage thermo optique ( element incompris dans la cochonnerie de Johannson – Evans ) .
J – 31 avant le désastre
Pour celles et ceux qui me lisent régulièrement , je suis tout , sauf «  enthousiaste «  envers cette version live . Il ne s ‘ agit pas du white washing , très relatif dans les univers de Shirow , du casting à la ramasse , j ‘ y reviendrais après la vision du machin , mais le premier trailer . Le problème est , reste et restera Scarlett Johansson , qui es correct en temps que première incarnation de black widow , mais à la masse concernant Motoko Kusanagi .

La Kusanagi , plus que correct qui aurait satisfait tous le monde : Emily Blunt , artiste totale et qui n ‘est pas ridicule avec une arme à feu . Mais Blunt sentant le loup avec le tâcheron Ruppert Evans , n’ aura pas détruite et ou cornérisé sa carrière .
Le film :mise en scène , acting , scenario , décors
Je me demande si ce « machin «  , n ‘est le caprice d ‘ une «  star «  , qui n’ a jamais lut un manga ou à des préjugés indigne de notre époque . Johannson est la seule responsable de ce désastre . Elle n ‘ a jamais ouvert le manga et ne s ‘ y est jamais intéressé . Elle à jouée Kusanagi comme elle joue black widow , mais ce qui convient à l ‘ agent du SHIELD , ne l ‘ est pas du tout pour l ‘ agent de la section 9 .

Le propre d ‘ une adaptation , est de cité son œuvre d ‘ origine . La citée in extenso est idiot en soit , hormis bien sur les watchmen et Batman Vs Superman . Pour en terminé avec les comics , les « adaptions «  de Marvel Comics sont un non modèle du genre avec comme exemple parfait : civil war . The ghost in the shell , comment le dire , le plus gentillement possible : cela ressemble à une fiche de lecture , d ‘ un collégien de 4E du collège Henri 4 à Meaux ( ça change de Melun ) . Ce scenariste n ‘ a pas compris le film de 1995 , arise et les deux saisons de stans alone complex . Quelle est le con d ‘ avoir mélangé le projet 2501 et Kuzé de 2n Gig ? Ce sont des entités différentes dans la forme et le fond . Les citations , multiples tombent à plats , entre l ‘ assaut de Johannson ( pour moi ce n ‘est pas Kusanagi ) avec le camouflage thermo – optique et la fin , qui cite la fin de l ‘ assassinat qui ouvre le film , le personnage n ‘ a pas évolué du tout .

Et que dire du second de «  Major «  . Nous qui en France depuis 1997 , nous sommes habitué au doublage d ‘ Arnold Shwarzzenegger , celui ci à sauté en même temps que le charisme du personnage , qui ressemble à un cosplay sous LSD . Le personnage de Batou est aussi à coté de la plaque , comme le reste de la section 9 , qui n ‘ excite pas du tout à l ‘ écran , ce sont des faire valoir de la diva , pas des individus ayant leurs vies propre . La relation de Kusanagi et Batou est : ambiguë , elle la toujours étez , mais cela doit trop compliqué pour le texan .
Un mot rapide sur les décors : c ‘est hors sujet du début à la fin , Newport City n ‘ a jamais étez la cousine du Los Angeles de Ridley Scott dans Blade Runner , NC est une cité normale , pas de néons et de projections holographiques , d ‘ ailleurs les décors sont extrêmement dénué , rien de spectaculaire . car toute l ‘ attention du «  réalisateur «  n ‘est centré que sur la diva .

Ce film n ‘ a eut aucun budget , aucun figurants . Tous le monde connaît la scène de poursuite dans le marché , qui se termine par une leçon de chose à la sortie des égouts par Kusanagi , la séquence dans le film de 1995 est brillante , car vivante , c ‘est repris , moins la foule . Autre exemple , à la fin de la première saison de stand alone complex , le gouvernement décide de ce débarrassé de la section 9 , ce qui nous donne les épisodes blockbusterisant : annihilation – barrage et stand alone complex … ce qui donne dans le film , trois pauvre types avec un masque noir et une pétoire chacun . Il va de soit qu ‘ il n ‘ y a aucun taschikoma .

Je ne m ‘ attendais à aucun éléments de réflexions sur la prégnance de l ‘ IA , tous cela ne pouvait que sauté par rapport à de l ‘ action décérébré , mais ceux si sont justifié dans le manga et les animé .
La musique , la goutte de merde qui déborde du pot de chambre
La musique , joue un rôle de premier plan dans les séries animés de GITS , que serais les deux saisons de stand alone complex , sans le travail admirable de Yoko Kanno ? Une excellente série cyberpunk , mais l ‘ œuvre de la compositrice donne un supplément d ‘ âme à la série , c ‘est grâce à Yoko Kanno , que le sacrifice du tachikoma prend tout son sens à la fin de la saison une de ghost in the shell : stand alone complex .

Je n ‘ oubli pas Kenji Kawai , qui crée aussi l ‘ alliage si particulier avec le film de 1995 . On ne pouvais ce douté du loupage intégral , voulu , désiré de la musique avec le premier trailer de ghost in the shell , si la production du film avais compris le travail de Masumune Shirow , cela aurais étez le mix d ‘ origine d ‘ enjoy the silence ( album violator 1990 ) , pas la reprise pot punk – bobo …

Il n ‘ y a rien de marquant . Certes , les compositeurs actuels , sans etre méchant envers Hans Zimmer ou Ramin Djawadi , non pas la puissance d ‘ un Basil Poledouris et d ‘un Vangelis . La musique de ghost in the shell est banal , ce qui est insultant pour l ‘ œuvre de Shirow

Captain America – civil war : Russo brothers

Le début de l ‘ écœurement du Marvel Cinématic Universe

Civil war à étez un grand nom du comics book , civil war à étez une grosse cartouche de Marvel . Civil war à étez un gâchis volontaire par les dirigeants . Et Marvel va en payé le prix .
D ‘ un récit homérique à un DTV roumain
Je n ‘ avais pas vu «  Captain America – civil war » en salle . Je me sentais rassasié à l ‘ époque suite à «  Batman Vs Superman «  . J ‘ ai donc reçut mon DVD la semaine dernière et contrairement à d ‘ habitude , je ne me suis pas précipité pour voir ce film , je me suis forcé et c ‘est vraiment la première fois que je vois qu ‘ un film est forcé , j ‘ écris bien forcé .

Rien ne justifie , hormis une soif de dollars inextinguible , d ‘ avoir abîmé «  Civil war «  . J ‘ ai ressentie une fatigue des acteurs , ils en ont ras le bol . Ou est l ‘ enthousiasme d ‘ Iron Man ? De la réalisation survolté de winter soldier ? C ‘est plan plan , mal écrit , ne pose aucune questions et réponses pertinente vis à vis de «  Batman Vs Superman «  ou la on vois le budget c ‘est les salaires des acteurs qui à bouffé l ‘ argent du film  ?

Civil war est une résultante et un nouveau départ dans les comics Marvel . C ‘est un récit qui sépare durant deux à trois ans le Marvel Universe , avec le double twists des agissements de Von Doom ( qui déclencha la folie la sorcière rouge et donc House of M ) et des extra terrestres , dont le nom m ‘ échappe , qui exonère en parti Tony Stark .

Captain America – civil war , du fait de ces échecs artistiques ( j ‘ ai rarement une photo aussi laide ) ; scénaristique ( détruire sans justification valable le duo Cap America / Iron man ) , blackboulé de façon honteuse la mort de Peggy Carter . Sans compté que pour justifié Infinty war , vu l ‘ implosion des Avengers et qu ‘ ils sont tous personna non grata avec cette bouffonnerie des «  accords de Sokovie « ) , cela va allez au delà du deus ex machina … et il faudra plus qu’ une séries de trailer pour me déplacé .
Warner / DC va gagné au point
Plus l ‘ année avance , plus je trouve des qualités à «  Batman Vs Superman «  et c ‘est vrai que Captain America – civil war à ce curieux arrière goût d ‘ avoir etez pondu en urgence . Warner n ‘ a pas d ‘ urgence , il peu faire ce qu ‘ il veut , même maladroitement , je renvois au finalement pas si mal «  suicide squad «  .

Le Marvel Cinéma Universe est épuisé , certes j ‘ irais voir «  Doctor Strange «  , puisque c ‘est LE Marvel de l ‘ année . Mais je me tâte pour «  guardians of galaxy 2 «  . J ‘ attend avec appétit Wonder Woman et bien sur justice league et surtout la Warner à Ben Affleck

Lucy – Luc Besson

Le pire film que j ‘ ai vu de ma vie

Voir un film de Luc Besson est une épreuve en soi . Une épreuve proprement physique et psychologique . Une compilation de bêtises et de préjugé indigne d ‘ un étudiant en cinéma qu ‘ il n’ à jamais étez .
Toujours la même recette
Je n ‘ est plus vu de Besson en salle depuis «  le cinquième éléments «  , mélange in regardable entre «  die hard «  , «  Alien «  , «  Blade runner «  etc . A l ‘ époque , je ne connaissais que de réputation «  Blade runner «  . Mais bon mettre sur le même rang Luc Besson et Ridley Scott est insultant pour l ‘ anglais .

Comment définir un «  film «  de Luc Besson : vulgarité + mécanique qui sert depuis Nikita + emprunts divers et variés + misogynie + insulte envers les forces de police + Eric Serra . Ce « metteur en scène «  est l ‘ inverse totale d ‘ un Stanley Kubrick ou d ‘ un Christopher Nolan , ce dernier est lui un vrai artiste , pas un colleur de scènes .
Il y a un problème Johansson
Qu ‘ est ce qui différencie une Scarlett Johansson , d ‘ une Emily Blunt , d’ une Jessica Chastain ou Amy Adams , elle sont toutes , sans exception toute capable d ‘ avoir des rôles difficiles . Quelle à étez le dernier vrai drame de Johansson ? Les actrices que j ‘ ai cités sont toute capables de décroché un Oscar .

Le dernier vrai drame qu ‘ a tourné Scarlett Johansson remonte au «  Prestige «  de Christopher Nolan , cela remonte à dix ans quand même . Ont va me rétorqué quelle à fait la voix féminine de «  Her «  , mais rien qui la mette en danger , j ‘ ai à la limite plus de respect pour Marion Cottillard ( malgré la crise urticante quelle me provoque depuis Dark knight rise ) . Le problème de Scarlett Johansson est quelle ne compte que sur son physique , elle n ‘ a pas de charisme ! Il ne me viendrait en aucun cas de remettre en cause le professionnalisme des Blunt , Chastain et Adams de vrai dramaturges , si elles parlaient notre langue , elles auraient droit à etre sociétaire de la Comédie française .

%d blogueurs aiment cette page :