GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Catégorie: Navets et nanars

The fifth élément – Luc Besson

L ‘ indigence n ‘ excuse pas tout

J ‘ ai tendance à être nostalgique des années 1990 , la culture geek était caché , nous étions isolé sans internet , les OST coûtaient une fortune et sauf exception disponible qu ‘ en import , il fallait attendre une bonne année entre la sortie en salle et la version VHS , DC n ‘ était pas traité et et vendu en France , Marvel l ‘ était déjà depuis un long moment , mais repris en main par Panini .Le space opéra était délaissé ou trop spécifique . Babylon 5 n ‘ était diffusé que sur Canal + , Star Trek Next Gen sur le satellite , donc pour une élite . Blade Runner , les Star Wars étaient mythique , ce qui à bien changé . Le succès , au moins au box office de the fifth élément est donc logique .
Luc Besson : réalisateur et accessoirement «  scénariste «
Les vingt et un an du bousin est passé complètement inaperçu , sauf si on fait abstraction au nanadesque «  the ghost in the shell «  version Johannson , qui du fait que cela soit de la science fiction pour les nuls est un hommage au machin de Luc Besson .

J ‘ avais été le voir à sa sortie , mais il est difficile à revoir après deux decennies . Ne serais ce qu ‘ avec le design général , le «  scenario «  , les acteurs , les problématiques habituel chez un Besson .
L ‘ aspect général , n ‘ est en rien innovant , certes il cite Möbius , Giger , j ‘ ai surtout l ‘ impression de voir un épisode de Doctor Who américanisé , testostéroné , trumpé à la va que je te pousse . N ‘ allez pas cherché un nouveau concept chez Besson , le terme meme est banni .

Luc Besson n ‘est pas un féministe , c ‘est un macho qui s ‘ ignore ou qui feint de l ‘ ignoré . Leeloo , n ‘est pas une icône encore moins une cousine d ‘ Ellen Ripley ou de Sarah Connor , qui elles ont des corones . Leeloo est toujours considéré comme une mineure au niveau intellectuel , d ‘ ailleurs elle déblatère , elle babille comme un enfant qui construit sa langue . Elle est l ‘ élément centrale , le deus ex machina , n ‘ est jamais considéré , ou alors comme un monstre de foire . Je me demande ce que font les ultra féministes ?

Comme dit précédemment , l ‘ argumentaire si on peu appelé cela dans «  l ‘ œuvre «  de Luc Besson est tenue . L ‘ histoire est une collection de clichés . Mais le plus grand malaise vient quand même des acteurs . Moi qui adore Gary Oldman , depuis Dracula , il cabotine plus que dans Leon , d ‘ ailleurs à ce jour il n ‘ a plus jamais tourné pour Besson , ce qui est heureux quand on connais la suite de sa carrière .

Pour Bruce Willis , il est pour cité la critique de mémoire de mad movies : John Mc Clane ( version McTiernan ) dans l ‘ espace , ni plus ni moins .

Milla Jovovitch , dont c ‘est le premier grand rôle ( elle avait eut une petite prestation dans le Chaplin d ‘ Attenborough ) , livre une prestation cocaïné , je ne vois pas comment définir cela autrement . Elle arrive à n ‘ etre jamais dans le ton ce qu ‘ arrive à faire un figurant dans un n ‘ importe quelle épisode de plus belle la vie . Depuis sa «  carrière «  ce résume à la série filmique résident evil , qui parait il est radioactive pour les cinéphiles .

Je ne peux pas terminé sans parlé du travail d ‘ Eric Serra , longtemps le John Williams de Luc Besson . Son OST est post golden eye , le massacre d ‘ un aria de Lucia di Lammermoor de Donizetti en est la preuve . C ‘est le seul synthésiste que je connaisse qui arrive à rendre fade les instruments numérique de l ‘ époque , à rendre inintéressant ces samples ( et les échantillonneurs de l ‘ époque avec leurs filtres étaient des chefs d ‘ œuvres ) . Ces séquences sont d ‘ une platitude déconcertante , il fait passé Jean – Michel Jarre , Mike Oldfield et Vangelis pour des Mahler , Verdi et Wagner du Prophet 5 .

bref the fifth element est un échec de bout en bout , prenant son spectateur pour un imbécile , allant jusqu ‘ à cité , en enlevant toute son ironie à Judge Dredd ( le contrôle de police dans les blocs , c ‘est du Dredd ) . Bref , je ne saurais conseillé à un apprenti vidéaste , voulant faire du space opéra de voir , revoir , re revoir the fidth élément pour évité de faire toute les bourdes de ce machin .

Publicités

Suspiria – Dario Argento

Le vide à la mode de l ‘ Italie

J ‘ ai souvent tendance à tapé à bras raccourcis , de préférence avec une hache d ‘ arme , sur notre « glorieux » cinéma français , remplis de filles et de fils de , incapable de la moindre émotion à l ‘ écran , de films à bas coût de Luc besson , de films entièrement tourné à Paris et à l ‘ approche du festival de Cannes , en noir et blanc , doublé en moldave . Mais de l ‘ autre coté des Alpes , au pays de Monteverdi , Vivaldi , Caldara , Eco , ce n ‘est pas mieux …
Aussi lent et poseur qu ‘ un Godard
Suspiria à parmi les geek – cinéphile un très , trop bonne réputation . Suspiria est la quintessence du giallo , l ‘ équivalent transalpin du slasher , type Halloween de John Carpenter , Halloween qui m ‘ ennuie plus encore .Suspiria est ce que l ‘ on peu appelé un générateur de fond d ‘ écrans , la photographie est rococo , c ‘est au-delà du mauvais goût .

Suspiria est censé être un film sanglant et accessoirement «  à suspens «  . ne pas compté sur un quelconque second , troisième , voir quatrième degré comme son lointain descendant du milieu des années 1990 : scream . Tout dans Suspiria est censé être tragique , en fait c ‘ est aussi lent qu ‘ un épisode d ‘ une série qu ‘ appréciais feue ma grand-mère maternelle ; la clinique de la forêt noire «  ( série inconnue des millénium …) .

Les meurtres commis à l ‘ écran , sont graphiques , mais non impressionnant ou traumatisant comme le fera plus tard Se7en de David Fincher . A propos des comédiens … je veux bien que:le cabotinage sois un trait caractéristique des pays du sud , nous adorons le pathos .. mais il n ‘ y en a pas un pour rattrapé l ‘ autre , ils sont tous nuls .
Un remake à venir …
En ce moment est en train d ‘ être tournée le remake de Suspiria . On va dire que le dernier remake que j ‘ ai vu en salle est 666 : la malédiction , relecture du premier épisode de la trilogie malédiction contemporain du giallo de Dario Argento . Donc 666 , qui ce voulais une «  mise à jour «  du film , ce révèle fade et ridicule . Le scénariste et le metteur en scène n ‘ avais rien voulu comprendre . D ‘ou l ‘ echec artistique prévisible .

Je ne m ‘ attend à rien , je ne devrais pas allez le voir , une nouvelle mise en scène de Suspiria , n’ a aucun sens , cela reviens à faire une nouvelle mise en scène d ‘ Excalibur , sans changer une ligne de dialogue ou un second remake de Conan le barbare , oui on à déjà oublié le premier .

 

Les chevaliers du ciel – Gerard Pirès

La non écriture «  à la française »

Les chevaliers du ciel est un film d ‘ une médiocrité absolu . Une intrigue tenant sur un emballage de carambar , une mise en scène toute sauf fluide , des acteurs stéréotypé et le pire que tout : des Dassault Mirages 2000 – 5 sous exploités .
La paire de gogos et le Mirage 2000 -10 invisible
L ‘ idée de départ : le vol d ‘ un mirage 2000 – 10 ( cela n ‘ a jamais existé …) au salon aéronautique de Farnboraught ( l ‘ équivalent du Bourget ) est une bonne idée , mais la suite pèche , déjà un avion de démonstration armée .. ce qui n ‘ arrive jamais pour des raisons de sécurité pur , intercepté par une paire de crétins revenant d ‘ entraînement , sans armement air air … même la défunte série JAG n ‘ aurais pas osé .

Certes , cela permet de présenté le couple de cons et de vouloir donné une scène de dogfight , mais les «  acteurs «  sont aux fraises .. la logique aurait voulu qu ‘ une patrouille fraîche , armée comme il ce doit rejoigne les «  héros «  , qui ne méritent pas ce qualificatif . Le M2000 – 10 ce fais explosé lâchement , mais met en place l’ acte deux .
Y a t ‘ il un problème Taglioni ?
Alice Taglioni est quoi quelle le veuille , une actrice de seconde catégorie . Qui font les belles soirées de TF1 et de France Télévision , ce n ‘est pas honteux , ils sont nécessaires , mais non pas leur place au cinéma , fusse t ‘ il français .

Que cela soit dans le «  film «  cash «  ou «  les chevaliers du ciel «  , c ‘est le même rôle de garce , si encore elle n ‘ en fait pas des tonnes , mais la subtilité n ‘ a pas du faire partie de sa formation de comédienne .
Elle rentre dans le cirque des fous dans l ‘ acte deux , avec sa collègue américaine validé F15 , mais sachant volé sur M2000 -5 ( nous ne sommes pas sur flight simulator ou counter strike global offensive ou tu es décrété «  spécialiste » FAMAS | AUG | AWG | P90 etc au bout de cinq cent kills ) .

On passera outre le rôle de Phillipe Torreton acteur que j ‘ apprécie , mais d ‘ ont on ce demande ce qu ‘ il vient faire la …

d ‘ ou l ‘ acte trois le cannon ball entre un F16 et un mirage 2000 D … je ne tique même plus , je hurle … on passe de joséphine ange gardien à avengers par Joss Whédon , qui bien sur ce plante et fourni au «  méchants «  , non defini jusqu ‘ a la fin du film .
Un télé – cinéma digne du royaume de France
Donc notre paire de couillons survivent au cannon ball , découvre la méchante – traîtresse Taglioni , l ‘ éjectes du défilé aérien du 14 juillet et arrive à s ‘ échappée avec une fin ouverte … espérant une suite qui n ‘ est pas venu , heureusement pas venu . Ce téléfilm de luxe nous à étez vendu à l ‘ époque comme un blockbuster .

Je fais le distinguo entre le télé – cinéma , qui nous est vendu comme film à gros budget et un vrai film à grand spectacle . Ce que malgré Luc Besson et ces affidés sont incapable de faire . Il ne s ‘ agit pas que de moyen , deux petits films nerveux comme les John Wick qui ont coûté entre 40 et 80 M$ , font plus visuellement …

La preuve par neuf est l ‘ échec américain de Valerian , il y a l ‘ argent , les «  acteurs «  à la mode , mais , pas le liant , le «  réalisateur «  à fait un pastiche , pas un vrai blockbuster , fusse t ‘ il de qualité Marvel .

Bref « les chevaliers du ciel «  est un affront à la série de BD franco – belge , je ne serais conseillé de voir ce machin pour voir à quelle point le CNC finance du téléfim et non du film .

The red violin – François Girard

Qu ‘est ce qui différencie un chef d ‘ œuvre , un film comme le «  doctor Zhivago «  version Lean , d ‘ un mauvais film français ( pléonasme ) , ce qui arrive trois fois sur quatre ? The red violin , avec son sujet original : les pérégrinations d ‘ un violon contemporain des dernières créations de Stradivari , de sa création , jusqu ‘ à la période actuelle , aurais du intéressé le public d ‘ Amadeus et de Ludwig Van B. , mais ces deux derniers avaient un vrai budget musical , une direction artistique cohérente …
Entre un dix septième siècle cohérent et le n ‘ importe quoi …
Les deux seules parties qui tiennent debout sont celles de la période de la naissance du violon et notre période . La période ou Crémone est présentée va à peu près , mais le 19 ème anglais est à l ‘ économie , suggéré , pas montré , gênant pour un film . Sans compté le coté passionnélo – casse bonbons – un poil excessif du couple possesseur du violon rouge . Sa surjoue à qui mieux mieux .

La période asiatique est tout autant manichéenne , la ou le film aurait du être subtile , mais bon quand on vois la période viennoise du film , cela achève toute volonté de sérieux au film . Il faut parlé de la photographie du long métrage , normalement , le responsable , fait ce qu ‘ il faut pour que cela soit esthétique , mais j ‘ ai globalement l ‘ impression qu ‘ Alain Dostie , regardais un peu trop la série millénium de Chris Carter ou alors la fin des années 1990 étaient vraiment dépressive.
Un sujet survolé … maltraité
Le 17 ème européen , est une période maltraité par les cinéastes . François Girard n ‘ a jamais eut les moyens de ces ambitions , aucune scènes d ‘ extérieur digne de ce nom , un Vienne , un Londres suggéré , des matte painting n ‘ auraient pas étez superflus … un manque d ‘ argent criant , gênant pour un sujet historique . Même l ‘ intimiste Ludwig Van B. sorti peu de temps avant .

Donc , ce film mérite t ‘ il sa non – réputation ? Si le même sujet , avec un scenario et un budget , autre qu ‘ un téléfilm France 3 bourgogne … un casting , bien plus motivé ( Bideau cachetonne , anone , mais ne fais pas son métier de comédien ) .

Bref un vrai film sur Antonio Stradivari ou une équivalence fictionnel doit être fait , au pire en mini série . Mais qui aura les couilles de le faire ?

%d blogueurs aiment cette page :