GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives de Catégorie: Non classé

The ghost in the shell variation

Quand Joseph Khan – Taylor Swift donnent une vision cohérente à GITS

2017 aura étez une année cyberpunk . Nous aurons eut l ‘ alpha et l ‘ oméga du genre . D ‘ un coté l ‘ horrible , le bobo , la végan version de «  the ghost in the shell «  commis consciencieusement , volontairement par Scarlett Johannsson et d ‘ un autre coté , une bonne suite sans plus , mais sans aucune trahison à la marge de «  blade runner 2049 «  de Denis Vileneuve .

Je pensais le chapitre , du point de vu cinématographique clos du point vu de ce genre au moins pour l ‘ année . Mais le dernier clip de Taylor Swift , réalisé par le yes man Joseph Khan rebat légèrement les cartes . Même si cela est un pop woman standard , loin de l ‘ impératrice Kate Bush , Taylor Swift est en train de devenir une Sandra 2.0 mais ayant appris le sens de l ‘ image de Michael Jackson et ayant au moins un producteur musical digne de ce nom .

Sauf et cela est paradoxal , TS à compris ce qu ‘ était visuellement le cyberpunk et en plus mis en trois minutes trente que le pensum bien pensant et politiquement correct de Scarlett Johannson . Il est dommage que Joseph khan , pas vraiment un metteur en scène dans le sens kubrckien du terme est plutôt un bon clipeur .

Certes son court métrage , tient à la fois du trailer de «  cyberpunk 2077 «  , futur jeu ? De CD project et de the ghost in the shell , version orthodoxe . Encore une fois  , la ou Johannson n ‘ est qu ‘ une opportuniste , dans le mauvais sens du terme ( elle était censé defendre un long métrage solo pour black widow et depuis le bide – désaveu de la communauté geek à son encontre on ne l ‘ entend plus ) . Swift sais ce quelle veut , ces clips sont travaillés et c ‘est l ‘ une des rares artistes modernes à ne pas faire mumuse avec un compresseur à fond les ballons , c ‘est «  écoutable «  pour un vieux comme votre serviteur .

Publicités

Les trente ans du club Dorothée

Et un « mythe » crée par les politiques survécut

Septembre 2017 : les trente ans années du club Dorothée sont célébré parmi la communauté de fans , de nostalgiques et autre quadra , . trente années . Période faste pour TF1 au niveau de l ‘ audience . Je ne reviendrais pas sur la vrai révolution copernicienne que cela fut pour la pop culture en France .

Je trouve cela à la fois normal et réconfortant qu ‘ AB production est confié la présentation au désormais institutionnel , le mot n ‘ est pas fort , Joueur du Grenier , qui à le courage et l ‘ abnégation de faire découvrir la partie pop culture «  à la française «  , qui berça notre génération aux jeunes actuels , eux sans repères , sans éducation , aux trois quart analphabètes .

Dorothée à réussit à passé , via les mythes multimédia que sont «  saint seiya «  et autre «  dragon ball «  à travers la médiocrité politique . Étonnant pour un programme «  commercial «  , non «  inclusif «  , non «  végan «  , bref les billevesées de marketteux post 68 sur le retour .

Car oui , Dorothée aurais très bien pu disparaître des mémoires comme la 5 version Berlusconi ( qui ce souvient des épisodes d ‘ Airwolf coupé en plusieurs parties ? ) , mais grâce à une ancienne ministre , ancienne députée , ancienne compagne d ‘ un président de la république , il en fut autrement . Résultat , notre génération , ayant le droit de vote à plus ou moins sortie celle ci quand elle ce présenta au poste , qui n ‘ est plus suprême , mais à un forfait tour du monde durant cinq ans . AB production à par contre parfaitement assimilé les réseaux sociaux et les community mamger sont dès plus compétants , sans doute , les plus doué de leurs branches .

Ce qui est amusant , c ‘est que le club Dorothée , qui devait disparaître sous le coup de politiques ne connaissant pas le sujet , sinon par oui dire ( pléoasme ) sont avec TF1 responsables du martyr , donc sont parfaitement coupable de cette état de fait . Ils auraient laissé l ‘ émission et les productions AB s ‘ usé jusqu ‘ à la nausée , s ‘ encroûté , ne ce renouvellement pas , dégoutté la génération suivante …, cassé les reins une bonne fois pour leurs prétentions satellitaires , tout en réduisant les moyens de production … avec les milles heures de programmes à livré de façon obligatoire , il n ‘ y aurait pas de célébrations , légitime , TF1 aurais des gens derrière leurs écrans à l ‘ heure actuelle .

Certes , cela peu être pensé par les nostalgiques comme florentin , mais les personnes qui pleurent le club Do et rêvent d ‘ un retour su l ‘ hertzien … cela est une perte de temps , car TF1 , n ‘est plus la chaîne de télévision d’ il y a trente ans , Internet à détruit cette hégémonie et comme Promethée , il n ‘ est plus possible de faire marche arrière . D ‘ ailleurs les programmes jeunesses ,ont disparus des fréquences historiques , hormis sur France 3 , mais les autres chaînes , on réduits la voilure .

Bref , le club Dorothée , bien qu ‘ ayant ad patres à tuée ces tueurs , est célébré par toute une génération en de pis des médias officiels , qui comme Télérama , n ‘ en parlent pas , mais qui lit encore cette hebdomadaire ?

Leonardt &, Harnoncourt

Les déjà oublié de la musique baroque

La révolution baroque , c ‘est à dire l ‘ interprétation sur instruments d ‘ époque , ou copie avec le diapason en rigueur ; donc pas le 440Hz habituel , avec le bon tempo date du début des années 1960 . L ‘ époque était à l ‘ expérimentation , cela à permit à Nikolaus Harnoncourt d ‘ enregistré la passion selon st Jean avec toute l ‘ exigence intellectuel nécessaire .

Gustav Leonardt faisait de même avec les œuvres pour clavier de Bach , sachant que Glenn Gould faisait de meme mais au piano et au diapason habituel , mais ces deux visions sont d ‘ égale valeurs car aussi pertinentes . Le pire , même si le terme est mal choisi est que l ‘ on trouve plus facilement les claviers bien tempérés par Gould en 2017 , que les meme par Leonardt .

Il y a eut aussi quelque dérives caricatural sur pour les instruments d ‘ époques : comme les neuf symphonies de Beethoven par Simon Rattle , qui perd toute puissances évocatrice . C ‘est paradoxalement l ‘ un des problème de la déconstruction baroque et la puissance romantique . Nous sommes habitué à des clichés , à des standards d ‘ interprétations .

J ‘ ai cité plus haut , le cycle symphonique de Beethoven , mais quelqu ‘ un d ‘ un temps soit peu informé serais consterné d ‘ une messe en si bémol avec le Berliner Philarmoniker sous la baguette de Karajan , toute en puissance et sucre , mais oubliant l ‘ âme , la douleur et la lumière de cette messe surtout après une écoute de la version d ‘ Herreweghe ou d ‘ Harnoncourt .

Cela ne concerne pas que Bach , mais aussi ces contemporains , ses antérieurs et successeurs , jusqu ‘ au problématique Mozart . Les enregistrements d ‘ opéra du salzbourgeois , sont devenu monnaie courante , sont entré dans la mentalité du mélomane , la seule pièce qui pose problème est son requiem .

Œuvre obligé pour n ‘ importe quelle chef de formation digne de ce nom . Il n ‘ y a pas plus antagoniste en la matière que les versions de Karl Bohm et celle de Karajan , pourtant utilisant le même ensemble instrumental .

Encore une fois , les versions baroqueuses sont rentré , certes au bazooka , chez le mélomane , le grand public n ‘est pas concerné par ce débat , comme sur la musique classique , qu ‘ il trouve «  compliqué «  et «  élitiste «  , il est vrai que lorsque on élève des arcs de triomphe aux médiocres de la télé réalité et au suppôts de Cyril Hanouna et de Kev Adams , sans compté les prix nobels des footeux , tous dans le pied , rien dans le crane .

Certes , certes le débat est picrocholin , mais ne pas parlé sur ce blog d ‘ artistes , sens plein du terme qui ont décapé le pathos romantique , pour remettre l ‘ objectivité de la partition et rien quelle . plus de pleurnicheries adolescente : seul compte la musique .

Le baroque français

L ‘ école d ‘ interprétation est la , pas le ( grand ) public

Nous sommes un peuple paradoxale , nous célébrons Wagner ( que l ‘ on avais conspué lors de la création de Tannhauser ) , le «  scandale «  de Don Carlos de Verdi lors de sa création à l ‘ Opéra de Paris … Après la Révolution Française de 1789 , l ‘ état jacobin à contentieusement effacé l ‘ Art pré révolutionnaire . L ‘ époque était alors aux contemporains de Ludwig Van Beethoven , plus à Campra .

Nous avons un organisme , inconnu du grand public , qui fait un travail remarquable : le centre musical baroque de Versailles ( CMBV) , qui préserve et enseigne les techniques issu du Grand Siècle . On lui dois aussi la préservation des Desmaret , St Colombe , Marins Marais , Destouches , Charpentier , les Couperin , Mondoville ..

Nous n ‘ avons pas à rougir de nos fonds de préservation vis à vis de l ‘ Allemagne pour Bach à Leipzig . Le problème viens essentiellement du grand public . nous avons des ensembles de musique ancienne , de valeur reconnues , de très haute technicité : les arts florissants ; les musiciens du Louvre , le concert spirituel etc . Qui portent haut l ‘ âme française , n ‘ en déplaise aux ultra libéraux et aux petits descendants des massacreurs de Septembre et autre suppôts de la terreur Robespierriste .

De toute façon , tant que nous serons sous le joug de la médiocrité de Johnny Halliday , tant que les gamins n ‘ apprendrons pas la base de la culture : lire , écrire , compté , réfléchir par sois même et apprendre le beau , en faisant sauté au passage «  l ‘ éducation bienveillante «  , qui ce révèle d ‘ une inefficacité rare en faisant faire un voyage sans retour aux pédagogistes et à leur familles dans la sainte Russie …

Peu etre que le français ré aimera les aria de Rameau , Bach … et pas dans des publicités

 

%d blogueurs aiment cette page :