GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives de Catégorie: Non classé

Les trente ans du club Dorothée

Et un « mythe » crée par les politiques survécut

Septembre 2017 : les trente ans années du club Dorothée sont célébré parmi la communauté de fans , de nostalgiques et autre quadra , . trente années . Période faste pour TF1 au niveau de l ‘ audience . Je ne reviendrais pas sur la vrai révolution copernicienne que cela fut pour la pop culture en France .

Je trouve cela à la fois normal et réconfortant qu ‘ AB production est confié la présentation au désormais institutionnel , le mot n ‘ est pas fort , Joueur du Grenier , qui à le courage et l ‘ abnégation de faire découvrir la partie pop culture «  à la française «  , qui berça notre génération aux jeunes actuels , eux sans repères , sans éducation , aux trois quart analphabètes .

Dorothée à réussit à passé , via les mythes multimédia que sont «  saint seiya «  et autre «  dragon ball «  à travers la médiocrité politique . Étonnant pour un programme «  commercial «  , non «  inclusif «  , non «  végan «  , bref les billevesées de marketteux post 68 sur le retour .

Car oui , Dorothée aurais très bien pu disparaître des mémoires comme la 5 version Berlusconi ( qui ce souvient des épisodes d ‘ Airwolf coupé en plusieurs parties ? ) , mais grâce à une ancienne ministre , ancienne députée , ancienne compagne d ‘ un président de la république , il en fut autrement . Résultat , notre génération , ayant le droit de vote à plus ou moins sortie celle ci quand elle ce présenta au poste , qui n ‘ est plus suprême , mais à un forfait tour du monde durant cinq ans . AB production à par contre parfaitement assimilé les réseaux sociaux et les community mamger sont dès plus compétants , sans doute , les plus doué de leurs branches .

Ce qui est amusant , c ‘est que le club Dorothée , qui devait disparaître sous le coup de politiques ne connaissant pas le sujet , sinon par oui dire ( pléoasme ) sont avec TF1 responsables du martyr , donc sont parfaitement coupable de cette état de fait . Ils auraient laissé l ‘ émission et les productions AB s ‘ usé jusqu ‘ à la nausée , s ‘ encroûté , ne ce renouvellement pas , dégoutté la génération suivante …, cassé les reins une bonne fois pour leurs prétentions satellitaires , tout en réduisant les moyens de production … avec les milles heures de programmes à livré de façon obligatoire , il n ‘ y aurait pas de célébrations , légitime , TF1 aurais des gens derrière leurs écrans à l ‘ heure actuelle .

Certes , cela peu être pensé par les nostalgiques comme florentin , mais les personnes qui pleurent le club Do et rêvent d ‘ un retour su l ‘ hertzien … cela est une perte de temps , car TF1 , n ‘est plus la chaîne de télévision d’ il y a trente ans , Internet à détruit cette hégémonie et comme Promethée , il n ‘ est plus possible de faire marche arrière . D ‘ ailleurs les programmes jeunesses ,ont disparus des fréquences historiques , hormis sur France 3 , mais les autres chaînes , on réduits la voilure .

Bref , le club Dorothée , bien qu ‘ ayant ad patres à tuée ces tueurs , est célébré par toute une génération en de pis des médias officiels , qui comme Télérama , n ‘ en parlent pas , mais qui lit encore cette hebdomadaire ?

Publicités

Leonardt &, Harnoncourt

Les déjà oublié de la musique baroque

La révolution baroque , c ‘est à dire l ‘ interprétation sur instruments d ‘ époque , ou copie avec le diapason en rigueur ; donc pas le 440Hz habituel , avec le bon tempo date du début des années 1960 . L ‘ époque était à l ‘ expérimentation , cela à permit à Nikolaus Harnoncourt d ‘ enregistré la passion selon st Jean avec toute l ‘ exigence intellectuel nécessaire .

Gustav Leonardt faisait de même avec les œuvres pour clavier de Bach , sachant que Glenn Gould faisait de meme mais au piano et au diapason habituel , mais ces deux visions sont d ‘ égale valeurs car aussi pertinentes . Le pire , même si le terme est mal choisi est que l ‘ on trouve plus facilement les claviers bien tempérés par Gould en 2017 , que les meme par Leonardt .

Il y a eut aussi quelque dérives caricatural sur pour les instruments d ‘ époques : comme les neuf symphonies de Beethoven par Simon Rattle , qui perd toute puissances évocatrice . C ‘est paradoxalement l ‘ un des problème de la déconstruction baroque et la puissance romantique . Nous sommes habitué à des clichés , à des standards d ‘ interprétations .

J ‘ ai cité plus haut , le cycle symphonique de Beethoven , mais quelqu ‘ un d ‘ un temps soit peu informé serais consterné d ‘ une messe en si bémol avec le Berliner Philarmoniker sous la baguette de Karajan , toute en puissance et sucre , mais oubliant l ‘ âme , la douleur et la lumière de cette messe surtout après une écoute de la version d ‘ Herreweghe ou d ‘ Harnoncourt .

Cela ne concerne pas que Bach , mais aussi ces contemporains , ses antérieurs et successeurs , jusqu ‘ au problématique Mozart . Les enregistrements d ‘ opéra du salzbourgeois , sont devenu monnaie courante , sont entré dans la mentalité du mélomane , la seule pièce qui pose problème est son requiem .

Œuvre obligé pour n ‘ importe quelle chef de formation digne de ce nom . Il n ‘ y a pas plus antagoniste en la matière que les versions de Karl Bohm et celle de Karajan , pourtant utilisant le même ensemble instrumental .

Encore une fois , les versions baroqueuses sont rentré , certes au bazooka , chez le mélomane , le grand public n ‘est pas concerné par ce débat , comme sur la musique classique , qu ‘ il trouve «  compliqué «  et «  élitiste «  , il est vrai que lorsque on élève des arcs de triomphe aux médiocres de la télé réalité et au suppôts de Cyril Hanouna et de Kev Adams , sans compté les prix nobels des footeux , tous dans le pied , rien dans le crane .

Certes , certes le débat est picrocholin , mais ne pas parlé sur ce blog d ‘ artistes , sens plein du terme qui ont décapé le pathos romantique , pour remettre l ‘ objectivité de la partition et rien quelle . plus de pleurnicheries adolescente : seul compte la musique .

Le baroque français

L ‘ école d ‘ interprétation est la , pas le ( grand ) public

Nous sommes un peuple paradoxale , nous célébrons Wagner ( que l ‘ on avais conspué lors de la création de Tannhauser ) , le «  scandale «  de Don Carlos de Verdi lors de sa création à l ‘ Opéra de Paris … Après la Révolution Française de 1789 , l ‘ état jacobin à contentieusement effacé l ‘ Art pré révolutionnaire . L ‘ époque était alors aux contemporains de Ludwig Van Beethoven , plus à Campra .

Nous avons un organisme , inconnu du grand public , qui fait un travail remarquable : le centre musical baroque de Versailles ( CMBV) , qui préserve et enseigne les techniques issu du Grand Siècle . On lui dois aussi la préservation des Desmaret , St Colombe , Marins Marais , Destouches , Charpentier , les Couperin , Mondoville ..

Nous n ‘ avons pas à rougir de nos fonds de préservation vis à vis de l ‘ Allemagne pour Bach à Leipzig . Le problème viens essentiellement du grand public . nous avons des ensembles de musique ancienne , de valeur reconnues , de très haute technicité : les arts florissants ; les musiciens du Louvre , le concert spirituel etc . Qui portent haut l ‘ âme française , n ‘ en déplaise aux ultra libéraux et aux petits descendants des massacreurs de Septembre et autre suppôts de la terreur Robespierriste .

De toute façon , tant que nous serons sous le joug de la médiocrité de Johnny Halliday , tant que les gamins n ‘ apprendrons pas la base de la culture : lire , écrire , compté , réfléchir par sois même et apprendre le beau , en faisant sauté au passage «  l ‘ éducation bienveillante «  , qui ce révèle d ‘ une inefficacité rare en faisant faire un voyage sans retour aux pédagogistes et à leur familles dans la sainte Russie …

Peu etre que le français ré aimera les aria de Rameau , Bach … et pas dans des publicités

 

Sati Mata ou la génération home studio 2.0

Geekbill  : Bonjour , pourriez vous vous présenter ?

Bonjour, sati mata est un duo (Samuel Lardeau et Armelle Percheron) qui a vu le jour en Normandie à l’époque du site myspace. Notre but était de laisser des démos et faire des remixes. Sati mata est surtout lié à la culture du Home studio, nous voulions enregistrer notre musique de façon indépendante.

 

Geekbill  : J ‘ ai revus vos vidéos recemment et me suis aperçu que vous aviez un son très propre pour votre jeune age , de quel matériel , logiciels disposez vous  ?

Merci. Le son très propre est lié aux progrès des nouvelles technologies mais il est vrai que nous soignons beaucoup notre son.
Nous utilisons logic audio depuis pas mal d’années. La version 5 sur PC pour notre CD in.camera puis Logic X sur Mac depuis peu. Cela nous permet d’avoir un son puissant et riche.
Nous aimons avant tout les instruments de musique et nous utilisons aussi beaucoup de véritables instruments en complément des vst.

 

Geekbill  : Vous utilisez donc Logic , ce n’est pas vraiment l ‘ environnement le plus léger en home studio , par rapport à cette horreur échappée du tréfonds de l ‘ âme humaine qu ‘ est Steinberg Cubase ou à cette environnement faussement «  electro  »    qu ‘est Ableton Live .

Logic X est un peu complexe mais le résultat est étonnant. Nous utilisons tout de même de vrais instruments  : Roland JX-8P, Korg X5D, Korg Monotron, Casio SK1…
Pour certains titres, nous avons utilisé un Theremin Etherwave Moog, un MicroKorg XL, un Ebow, une dictée magique, une Nintendo DS… Nous aimons aussi les logiciels de synthèses vocales, c’est même devenu une sorte de marque de fabrique.
Sinon, notre passé rock est toujours présent  : vraies basses, guitares et des pédales d’effet.

 

Geekbill  : Vos influences musicales , écoutez vous des podcasts musicaux , lisez vous encore des revues dédiées ?

Nous écoutons vraiment de tout. Du Krautrock, du métal , du jazz, du Shoegaze… et aujourd’hui des musiciens qui ont un univers bien à eux  : les artistes des labels Ici d’ailleurs.(EZ3kiel, Michel Cloup, Bruit noir), ED Banger.(Mr Oizo, Sebastian…), Pan European Recording, Turzi, Christophe… Cela nous arrive de jeter un coup d’oeil à la presse, quant aux podcasts, nous les découvrons en ce moment grâce à la promo de notre dernier single. C’est une excellente façon de découvrir les artistes indés.

 

GeekBill  : Pour en revenir à votre rendu , je trouve rafraîchissant le fait de ne pas utilisez de plug in simulant la bande magnétique ou une compression «  à la NRJ «  qui ecrase tout le signal .

Nous ne sommes pas ingénieurs du son, nous avons appris en bricolant. Nous n’aimons pas non plus le gros son actuel qui enlève les subtilités de certains morceaux. Les normes actuelles de mastering sont étouffantes.

 

GeekBill  : Je sais très bien que vous etes trop jeune , mais vous etes une génération «  chanceuse «  en matière de musique assistée par ordinateur  : vous avez échappez à la génération des synthétiseurs PCM , type Korg M1 , qui ont littéralement pollué la musique de ma jeunesse , maintenant , tout le monde à dans son set un ou plusieurs synthétiseurs VA , numérique mais simulant les imperfections analogiques , les numériques «  pur «  comme le Kurzweil K2000 /25000 étant remplacé par les VST  ; et les analogiques sont plus ou moins donné . La question est la suivante , comment vous les jeunes appréhendez vous cette palette sonore  ?

Le problème des synthés c’est qu’ils sont parfois mal utilisés. C’est la solution de facilité pour beaucoup de gens. Nous aimons mélanger les VST, un vrai synthé, des instruments trafiqués etc…Cela se fait au gré de nos envies. Le tout digital ne nous intéresse pas. Parfois certains «  accidents sonores  » donnent lieu à des choses vraiment originales.

GeekBill  : Avez vous prévus de sortir un EP  ? Un LP sur bandcamp  ?

Notre EP  , in.camera., est en vente en digital et en cd sur Bandcamp (ainsi que sur iTunes et Amazon). Notre dernier single, Poyekhali  ! conçu autour d’un sample de Youri Gagarin est en vente uniquement sur Bandcamp. Sinon, nos projets sont variés et ne concernent pas que la musique enregistrée. Nous faisons régulièrement des vidéos sur Youtube.
En ce moment, nous travaillons avec le peintre/vidéaste/ maquilleur d’Evreux Gu.Lagalerie. Une série de vidéos collaboratives est en train de voir le jour.

Geekbill  : merci pour cet entretien .