GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Gaston Lagaffe

Echec annoncé

Nous avons un cinéma ringard et abrutissant . Ringard car les productions restent dans la zone de confort de leurs «  spectateurs «  , je renvois à la trilogie des Tuche . Il est abrutissant , non pas à cause des trois films d ‘ actions produit chaque année ; mais des «  comédies «  , le plus souvent avec Christian Clavier , qui mêle racisme et misogynie avec un certain bonheur . Je passerais bien volontiers à coté de la série des taxi avec un reboot cette année , il faut bien qu ‘ Europacorps éponge Valerian .
Les adaptations live de bande dessinée franco – belge , un Golgotha créatif
J ‘ ai découvert le «  trailer «  de cette merde annoncé de Gaston Lagaffe via Twitter . J ‘ ai faillit vomir mon café . Certes , comme tous le monde , enfin de ma génération j ‘ ai lut des Tintin , Astérix et autre Gaston Lagaffe . J ‘ ai toujours apprécié ce derniers pour son univers . Mais celui ci ce déroule dans les années 1970 , au mieux le début des années 1980 , quand une entreprise avait besoin d ‘ un responsable du courrier , mais comme Lagaffe est un dilettante rigolo , inventif de surcroît , le lecteur adhère .

Le problème , par rapport à un petit Nicolas et un Boule & Bill qui respectent à priori leurs époques ( je n ‘ en est vu aucun , je me souvient leurs bande annonce atroce . ) . Les producteurs , dont TF1 ont financé un film contemporain . Nous sommes en 2018 et l ‘ assistante de direction est voie de disparition . De la , je rebondit sur Alison Wheeler .

J ‘ avais , de l ‘ estime pour cette comédienne . Qui semble avoir laissé son fauteuil de chroniqueuse de la bande originale sur France Inter , elle avait un vrai sens de l ‘ écriture , héritière trash de Monsieur Poulpe ( c ‘est un compliment ) , tous comme elle est une vrai chanteuse ; ces prestations sont trouvable sur Youtube . Elle est physiquement Mademoiselle Jeanne , mais vu que le scenario est aussi développé qu ‘ un Besson et que c ‘est réalisé à la Joséphine ange gardien …

Et cela ne concerne pas que le cas de Gaston Lagaffe , mais toute les adaptations franco – belge . Ce que l ‘ on peu nommé le syndrome «  the ghost in the shell «  là je vous renvois à mes archives . Le cinéma français est tellement sclérosé , il y règne un entre sois étouffant , une fois qu ‘ un acteur à réussi à être bankable , il n ‘ est jamais remis en cause , cf Christian Clavier , cf Kev Adams enchaînant bides sur bides de façon si régulière que cela mérite un César en sois , mais que voulez vous , au USA , il serait dans l ‘ enfer du DTV ad vitam eternam …

Donc Gaston Lagaffe , personnage peu ou pas connus des millénial , même avec avec une promotion infernal qui ce prépare , je donne pas une grosse chance de réussite , mais je peu me trompé .

Publicités

RPG et powerplay

indissociable ?

Au moment ou j ‘ écris cet article , j ‘ aurais à peine franchi mon niveau 32 dans the elder scrolls V : Skyrim . Cette univers et par extension son lore , rend attachant cet ailleurs . La est la force majeur de Bethesda , certes , certes il y a des quêtes qui sont tout sauf subtil , comme tué des chefs de bande de bandits , qui permettent de monté en niveaux assez rapidement , tout en leur faisant les poches une fois occis .
De simple humain à sur – homme ( pas dans le sens nietzschéen du terme )
J ‘ en est déjà parlé , une fois le tutorial passé , nous sommes lâché en Bordeciel avec comme destination urgente : Blancherive ou une fois arrivé , nous arrivons à cette incapable de Jarl et son mage de cour nous confie notre première quête , qui permet de nous équipé petitement ( bouclier en peau , armure , casque et épée de fer , qui servent généralement pour les cosplay Skyrim) .

Une fois cette mission accomplis , s ‘ ensuive les 7 000 marches , l ‘ apprentissage du premier thu ‘ um etc etc . Ce qui permet de mieux connaître son environnement est bien sur les histoires parallèles , comme les Compagnons de Blancherive , qui mené à bien permet d ‘ en devenir chef et surtout loup garou et ce talent s ‘ améliore et fais basculé le joueur dans l ‘ optimisation de son avatar et bascule malgré lui dans le powerplay , dès lors le jeu change .
Powerplay , optimisation …
Plus le temps passe , plus les kills s ‘ enchaînent , moins le personnage devient maladroit . Mon arme de prédilection est l ‘ arc , arme discrète qui permet de nettoyé les points de surveillances d ‘ un des nombreux forts du jeu , mais on ne l ‘ utilise pas comme un «  simple «  AUG de counter strike ; global operation , il faut prendre son temps , mais le résultat est payant .

Dans the elder scrolls V : Skyrim , tous s ‘ améliorent : forgeage , commerce ( avec possibilité de corruption .. ) , utilisation des armes à une et deux mains , discrétion ( pratique de tué dans l ‘ obscurité avec un taux d ‘ efficacité montant graduellement ) , elle s ‘ ajoute bien sur à l ‘ archerie . Art des plus pratique pour chassé le Dragon .

Même si le joueur s ‘ entraîne pour devenir un tueur implacable , il doit aussi resté balance sur ces autre talents , qui lui sont obligatoire pour avancé dans le scenario . Mais même avec cet état d ‘esprit , le joueur oubli ce qu ‘ est la peur des premières heures , quelle que soit son allégeance politique au cours de sa partie : Sombrage ou Empire , qui pèse sur les événements ensuite .
Tous ça pour sa ?
The elder scrolls V : Skyrim , via ces DLC permet aussi bien d ‘ aller tué du vampire à la mode Buffy que de ce balader en Oblivion ( voyage étrange par rapport à Bordeciel , dépaysant même ) pour un chapitre mêlant le grandiose de certain lieu typique de Bordeciel à Lovecraft avec un nemesis digne de ce nom !

Parce que le powerplay pour lui même est sans objet , car toute cette puissance accumulé ne l ‘est que pour un cadre . Bref cela est vint et oblige le joueur à resté modeste .

Traffic – Steven Soderbergh

Sicario année zéro

Traffic est ce que l ‘ on appel un film séminal , certes , il peu désormais semblé manichéen , aussi simpliste qu ‘ un épisode de NCIS , mais ce long métrage de Soderbergh relatait l ‘ état de décrépitude dans lequel menaçais de tombé les USA si ils ne prenait pas garde . Le réalisateur , n ‘ utilisant pas la fable ou le drame .
La fameuse «  guerre contre la drogue «
On doit ce vocable pathétique à ce cher Richard Nixon , qui entre deux écoutes du Watergate et de l ‘ effet collatéral de la guerre du Vietnam , je renvois à «  american gangster «  et bien sur «  french connection «  .

La guerre contre la drogue est un sujet facile pour le scénariste et le metteur en scène . D ‘ ailleurs , ont vois très bien les limites de l ‘ argentique avec les filtres utilisé grossièrement , la ou en numérique , on peu désormais être bien plus subtile . La destinée des personnages , dans ce film n ‘ a aucune importance , ce ne sont que des pantins .
Sicario | the concellor year zero
Certes le travail contre les narcotiques illégaux était déjà traité avec «  miami vice «  et de façon clinique et objective dans «  the wire «  avec toute les conséquences sociales , educative , politique , éducative sur cette géhenne terrestre qu ‘ est Baltimore .

Une décade plus tard , nous avons the concellor et surtout sicario , qui montre que les états unis réagissent vigoureusement , d ‘ ailleurs il est étonnant de voir Benicio Del Toro dans quasiment le même rôle , cette fois n ‘ ayant plus rien à perdre .

Traffic est encore pertinent , dans l ‘ optique d ‘ une vision d ‘ un sicario après coup , si ce n, ‘est pas le cas , cela est un film policier à peine dans la moyenne avec un réalisateur faisant mumuse avec des filtres colorés devant les objectifs de sa caméra .

Passion – Peter Gabriel

Œuvre séminale , dans le sens plein du terme

Peter Gabriel , comme lady Kate Bush et Jean – Michel Jarre font parti du gang des early user du Fairlight CMI , dont ce blog est un adorateur . Le CMI , comme le DX7 , le Synclavier et le D 50 ont marqué leur époque .
Passion , plus qu ‘ un album de transition
Pour un néo fan de Peter Gabriel , il y a un trou entre So et Us , si l ‘ on écoute pas Passion . A l ‘ origine , Passion est l ‘ OST de «  the last temptation of Christ «  de Martin Scorcèse , dont on fêteras les trois décennies l ‘ année prochaine . Le génie de Gabriel est d ‘ avoir pu rendre abstrait le film dont il à fait la bande sonore .

Passion est le pour moi , à la fois l ‘ annonciateur de Us , mais aussi de tous ce que l ‘ on entendra durant les années 1990 , pas d ‘ Enigma , pas de deep forest ( qui doit lui autant à Passion et Zoolook ) et surtout pas de Gladiator , pas de voix ethniques dans la pop et l ‘ eurodance de l ‘ époque .

Passion , comme Us et So non pas du tout vieilli , contrairement à sécurity , qui lui sonne 1980 .
Gladiator : l ‘ héritier
Hans Zimmer , au moment du péplum de Ridley Scott s ‘ est parfaitement inspiré de Passion , dont il à écrit la digne suite . Il avais déjà fait the prince of Egypt , mais il y a un fossé entre les deux OST .

Passion comme Gladiator sont des OST atmosphérique , ce qui en fait des œuvres patrimoniales automatiques . Passion est parfait pour la personne qui veut découvrir Peter Gabriel , hors Génésis .

%d blogueurs aiment cette page :