GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: acid

Le chant de la machine – David Blot – Mathias Cousin

Je ne sais que pensez

J ‘ ai entendu parlez de cette ouvrage , essentiel pour en parti comprendre le mouvement «  Techno «  , qui résume plus de trois décennies de musique électronique il y un ou deux ans sur France Culture . Cette ouvrage est divisé en deux parties distinct : l ‘ évolution du disco envers la house | techno , la seconde sur une certaine critique du genre avec il faut l ‘ avoué une hagiographie sur New Order , en s ‘ excusant de ne pas parlé de Depeche Mode , qui fut l ‘ un des premiers groupes à accepté de bonne grâce les remix .
Une histoire chaotique
La house remonte aux dernier feux du premier RNB et aux flammes frémissante du disco . Je n ‘est jamais aimé le disco , je suis trop jeune pour avoir connus ce mouvement , il faut le dire commercial . D ‘ ailleurs , concernant ce style musical , il n ‘ n ‘ jamais étez question d’ Art dans le sens noble du terme . C ‘est pour cela que le rock planant , sous diverses forme , à survécu de nos jours et que le disco à finit au placard , voir dans la tombe .

La house née en même temps que le RAP , utilisant les même technologies , mais de façon très différente . De la house de Chicago est enfanté la techno de Detroit qui elle meme généra la trance , l ‘ acid hardcore , le hardcore « pur et dur «  , le trip hop , l ‘ ambiant fille des travaux de Klaus Schulze , des premiers Jean Michel Jarre , Tangerine dream , Brain Eno etc en cela , la première partie de l ‘ ouvrage le raconte fort bien .
Une seconde partie … de trop
Autant la première partie est historiquement exemplaire , la seconde ne ce justifie absolument pas , car dévoué à New Order , sans compté une critique , mal venue de la house , car selon l ‘ auteur , via ces personnages , lance certes des critiques , mais sans chute hormis le fait que cela soit devenu «  commercial «  et que cela soit de fait , un style musical «  retro futuriste «  .

Je n ‘est rien contre la Critique , bien au contraire , mais la house | techno sont encore vivant ! Le jazz c ‘est muséifié et le rock , c ‘ est le rock , un genre zombie ,seul le métal évolue encore .
Un ouvrage à possédé malgré tout
Le chant des machines , de façon seul à un intérêt dès plus limité . Mais en complément d’ Electrochoc , l ‘ intégral 1987­2013 de Laurent Garnier , il apporte une vision intéressante de la house | techno .

Publicités

La techno hardcore underground est elle encore nécessaire ?

La question peu à la rigueur semblé saugrenu , la techno hardcore et son parallèle festif free partie sont ils encore nécessaire ? Qu ‘est ce que l ‘ underground , sinon un mainstream pas encore découverts ?

La techno et ces sous genres sont rentré dans les mœurs , plus personne ,de serieux ne remet en cause ces catégories de musique electronique . Contrairement au jazz et au rock , la techno ne c ‘est pas embourgeoisé et chaque semaine , de nouveau créateurs emerge via les soundcloud et autre boiler rooms . Mais le hardcore reste dans sa bulle , dans sa fascination de l ‘ entre sois , c ‘est ce qui apparaît dans les vidéos sur Youtube , ou il faut répondre à un certains nombre d ‘ archétype pour rentré dans la bande .

Concernant la musique en elle meme ? Nous sommes passé de l ‘ usage obligatoire des Roland TB303 & TR909 aux clones comme les Korg Volca bass & beat . Tous à chacun peu faire de l ‘ acide hardcore au kilomètre , c ‘est l ‘ un des reproche que je fait à ce style , cela ce veux extrême et ça l ‘ est, mais n ‘ importe quelle fanzouze peu en pissé des heures et des heures .

Revenons à la communauté , les individus sont eu même sympathique , mais j ‘ ai du mal avec le concept de «  travellers «  , crée par la bétise des gouvernements Tatcher et Major . Mais l ‘ idéologie «  flower power «  , cela remonte à la fin des années 1960 , l ‘ adolescence de mes parents ! Et nous la génération post politique , post Europe ( que l ‘ on à vu vivre et mourir de fait ) , post télévision ( nous qui avons passé notre enfance devant le Club Do ) , de meme je suis dubitatif sur le concept philosophique de «  pacifisme «  , vu mon histoire personnel , je suis dans le concept «  qui veut la paix , prépare la guerre «  .

Revenons à l ‘ underground en elle même . Le lectorat aura compris que je ne suis pas vraiment sensible à cela , je ne le néglige pas pour autant , je suis respectueux . Mais normalement c ‘est l ‘ underground , laboratoire de tendances , j ‘ ai plutôt l ‘ impression que l ‘ acid house hardcore fait plutôt du surplace , voir à régressée intellectuellement .

%d blogueurs aiment cette page :