GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: Batman

Batman returns – Tim Burton

Apogée Burton – Elfman

1992 , ressemble de plus en plus à une année d ‘ exception , sauf erreur , nous avions à la télévision : quantum leap , les débuts d ‘ E.R , d ‘ XFiles ; Babylon 5 , Genesis était à son apogée , Peter Gabriel sortait un de ces albums les plus intimes , la techno balbutiait , . Au cinéma sortais en quelque mois : Batman returns , Alien 3 et 1492 : conquest of paradise , celui ci vieilli mal par contre .
Tim Burton : une certaine vision du batman – verse
Avec le recule ; Tim Burton faisais son meilleur film . Depuis , il ne fais que ce répété ad nauseam . Certes à l ‘ époque , il n ‘ avais pas une vision orthodoxe du DC verse à ce niveau , Chris Nolan et Zack Snyder sont davantage respectueux du canon .

Disons le tout net , il ce fiche carrément de DC , mais cela n ‘ empêche pas le film d ‘ avoir quelque fulgurance qui le distingue des deux suites suivante : La naissance du pingouin , la scène du cimetière , la résurrection de Sélina Kyle , la scène face to face , la mort du pingouin .

Burton , c ‘est surtout à poussé la psychologie de ces personnages , tout en donnant une esthétique qui donne un cachet daté , que cela soit tourné en studio saute aux yeux .
Et Danny Elfman paracheva la vision de Burton
Elfman signe sa meilleur OST , du fait des scènes poignantes cités plus haut . Depuis comme le metteur en scène , il ne fait que ce répété tout en perdant de sa pertinence artistique ces dernières années et je demande encore ce qu ‘ il est allé faire sur «  justice league «  .

Certes Elfman est comme sa version image , un entre deux écoles . Il est entre le début du fin de règne de John Williams et les débuts de la gloire d ‘ Hans Zimmer , mais à l ‘ époque , nous ne le savions pas .

Elfman , comme Burton , ce sont vite caricaturé après tout «  Mars attack «  , présenté à tord comme un autre «  indépendance day «  alors que cela est une adaptation pur et simple .

Batman returns est un film à voir ne serais ce que pour les interprétations de Michelle Pferffer et Danny DeVito , symbole de noirceurs .

Batman V Superman : dawn of justice – Zack Snyder [ contient des spoilers ]

Comment brisé les jambes et rendre obsolète dix ans de Marvel Cinéma Verse

Christopher Nolan s ‘ impose films après films comme l ‘ héritier de Stanley Kubrick , dont je suis un fan . Nolan à rafraîchi Batman , le film à twist , la science fiction en général . Snyder est lui un cinéaste d ‘ action , mais paradoxalement donne de très bonne chose avec son film incompris et viscéral qu ‘ est «  Sucker punch «  .
Uchronie , Reagan , guerre froide ..
Je vais parlé d ‘ un temps que les moins de vingt ans ne peuvent connaître : les années 1980 , qu ‘ ils , ne connaissent , pour les plus «  éveillés «  ( et ils sont rares ) , par des documentaires .On retient , généralement parlant de cette décennie que la partie pop culture : Michael Jackson , Madonna , Dragon Ball , Saint Seiya , Hokuto no Ken , le premier Batman de Tim Burton etc .. . Parallèlement , il y a avait la crise des missiles Pershing , la guerre d ‘ Afghanistan , la guerre Iran – Irak , la guerre du Liban et le duo infernal Tatcher – Reagan .
C ‘est dans ce contexte qu ‘ à étez écrit «  The dark knight returns «  de Franck Miller , le contexte historique est important . Je me suis revu , ce week end les brillantes adaptations en OAV , je dit brillantes car pour les jusqu au boutiste de l ‘ adaptation est ce que l ‘ on peu faire de mieux en suivant le TPB . A la lettre .
Zack Snyder
Les petits critiques français on une détestation envers le cinéma de Zack Snyder . Il est vrai , ce ‘est pas , heureusement Claude Lelouch , qui ne dit plus rien depuis les années 1980 . Snyder est un cinéaste de Droite , doublement héritier de John Millius et de Clint Eastwood , ce dernier est pourtant adoré par notre pénible Café de flore et les écrivaillons de pétitions qui non jamais du voir «  heartbreak ridge «  – «  le maître de guerre «  ou l ‘ on mal comprise .Qui est une déclaration d ‘ amour du stars and stripes , certes , dans le contexte de cette farce qu ‘ a étez l ‘ invasion de la Grenade .
The dark knight version Snyder | Affleck
Soyons clair dès le départ : l ‘ interprétation de Ben Affleck est Millerienne point , elle ne rend pas obsolète la version Bale | Nolan , c ‘est une autre vision du personnage , que l ‘ on va simplement dire terminal . Je rappelle pour l ‘ adolescent qui c ‘est perdu ici , «  the dark knigt returns «  est la dernière histoire de Batman .
Affleck est brut , efficace , noir . Dans la lignée de son interprétation de son admirable «  Gone girl «  .Henry Cavill est aussi bien plus à l ‘ aise dans son rôle . L ‘ intégration du couple avec Lois Lane , comme dans le DC du début 2000 ce fais naturellement . Ce qui manquais à «  Man of steel «  était le contrepoint , un très bon film , une excellente série ce doit d ‘ être composé comme une fugue de Bach , il est vital , nécessaire et obligatoire d ‘ avoir un contre thème qui répond à la mélodie principal .
Une vision de Luthor à jour
Luthor est aussi casse gueule à joué que les deux sus nommé . Il fallait passé à autre chose , reprendre du Gene Hackman ou la version 2006 de Kevin Spacey , voir la version de «  Lois & Clark «  n ‘est plus possible après la la trilogie Batman de Nolan , et l ‘ acteur joue sobre , mais sa psychopathie monte tous le long du film pour explosé à la fin et je trouve cela fantastique .
Wonder woman
C ‘est la figure casse gueule de la trinité DC . Diana ce doit être une femme du monde , tout en étant suffisamment badass pour ne pas faire pot de fleur. En gros ne pas être «  Black widow «  . Je vais être vulgaire deux minutes : elle arrache ! Gardot EST Wonder woman . Elle ce bat formidablement contre Doomsday . J ‘ ai plus que hâte de voir son film .
Un mélange subtil entre «  the dark knight returns «  et «  death of Superman «
Les scénaristes ont bien appris leurs leçons auprès du MCU . Je rappelle pour les deux du fond : Un film de présentation , puis intégration au sein des Avengers . Mais la ou Marvel y va prudemment , dresse des murs factice entre les univers jusqu ‘ au crossover . DC fait l ‘ inverse , intègre in média res le triptyque de DC , avec une rapide présentation des futurs membres de la Justice League pour une présentation plus en détails , comme quoi être le challenger oblige à inventé tout en ce servant de son patrimoine .
Death of Superman est tout aussi particulier que «  the dark knight returns «  . DC tue simplement Superman , de façon christique . Le lecteur vois Kal El ce faire massacré par une créature d ‘ origine inconnue nommé Doomsday , nous voyons ensuite de potentiels successeur jusqu ‘ au retour et revanche de Kal El .
Cité sans abîmé
Batman V Superman : dawn of justice contient un jeu des sept erreurs pour les geeks . La aussi les scénaristes ont fait l ‘ inverse de l ‘ école Marvel , prendre un titre vendeur chez les geek puis en faire un truc plus grand public . Chez DC ils ont certes épuré , mais gardé l ‘ essentiel et surtout l ‘ esprit de l ‘ œuvre d ‘ origine , tout en citant les cases iconiques .
Exemple : l ‘ armure de Batman , la scène de délivrance de Martha Kent … le combat Wayne / Kal el avec des variations nécessaire , mais le comics est la .
Même chose pour l ‘ enterrement de Superman qui est le comics , moins le mausolée et la JLA qui est derrière le cercueil .
Certes , le lecteur DC comprendra immédiatement les sous entendus , mais le grand public n ‘ y verra rien . Ce que j ‘ ai pus constaté .
Une vision dark n ‘ gritty rafraîchissante
Batman V Superman : dawn of justice reprend à son compte ce qui fait la Marvel différence en comics : le sérieux et le réalisme . La ou le MCU est tout en second degré , private joke et que la destruction de masse ce n ‘est pas grave ( même si c ‘est le plot de Captain América : civil war ) . On reprend ce qui était sous jacent tous le long du DCU pré et post Infinite Crisis : que faire si les méta humains ce retourne contre les humains «  normaux « ?
C ‘est pour cela que Batman créera des tactiques anti super héros , que l ‘ on verra le «  projet OMACS «  ….
Le DCU au cinéma sera sombre et épique …
Un mot sur l ‘ OST
Ce blog est un chantre d ‘ Hans Zimmer , que le grand public à semblé redécouvrit le compositeur avec «  Interstellar «  . J ‘ adore le Hans Zimmer d ‘ action et quelque jours avant d ‘ allez à ma séance de « Batman V Superman : dawn of justice » , j ‘ ai reçut mon coffret dit «  deluxe «  qui couvre une heure et demi de musique , sur deux heure trente de film , il va de soit que Zimmer et Junkie XL , qui avaient officié sur le décrié ( par les critiques parisiens , les hipsters et des générations d ‘ illettrés que sont «  la génération Playstation «  et la désormais célèbre «  génération Kev Adams – Hanouna « ) Man of steel . L ‘ OST est thématiquement et logiquement la suite . C ‘est une ambiance pêchu et intéressante , l ‘ inverse de la trilogie , elle aussi musicale et décrié «  the dark knight «
L ‘ OST cite bien évidemment «  Man of steel «  , avec une réinvention musicale de Batman mais à retenir le thème «  à la folia «  de Lex Luthor et le thème tout en fureur de Wonder woman , que j ‘ espère sera reprise dans son film éponyme .

 

Identity Crisis , CTIC , Infinite Crisis ,52 , Sinistro War

un bilan nécessaire

Un enterrement et le DCverse est transformé pour un long moment ; en France nous en sommes a la quatrième année après l ‘ assassinat de Sue Dibny . Il est quand même extraordinaire que l ‘ élimination d ‘ un personnage de sixième plans est crée une catastrophe pareille . Âpres cette événement ; il y eut Countdown to Infinite Crisis (CTIC ) qui enclencha les événements jusqu ‘ a 52 qui n ‘ est pas une année de remplissage entre la fin d ‘ Infinite Crisis et le relauch One Year Later (OYL) des séries DC Comics , elle est le voyage initiatique du lecteur ( plutôt du fan ) et d ‘ un certain nombre de personnages dans le DCverse . Et si DC avait peux être une haute opinion de son lectorat ? la question mérite d ‘ être posé a la sortie du crossover Sinistro War , en posant de bonne questions sur le niveau de violence que peux accepté la Société pour le maintien de la Loi , quitte à mettre au service de la loi , donc de la Société des psychopathes avéré : Hank Hershaw , le Superman – Cyborg et Superman Prime .

Identity Crisis : mise en application de la doctrine Watchmen

A l ‘ époque de sa parution ; peux était les lecteurs qui croyais à une redéfinition de certain statu quo dans le DCverse , même pour moi , après tout , rare sont ceux qui a la dernière page ( aussi poignante que la scène de l ‘ enterrement de Sue Dibny ) n ‘ ont pas étez touché par cette folle furieuse de Jean Loring enfermé à Arkham et Ralph Dibny qui souhaite bonne nuit à sa femme , case suivante : le vide . Identity Crisis à rendu humain les méta – humains tout en les questionnant sur les qualités de l ‘ homme , car même en ayant des super pouvoirs , est ce une qualité pour lobotomisé un homme ? Violeur de surcroît ; Docteur Light , car telle est son nom , monsieur Brad Meltzer a eut ce culot pour une production «  mainstream «  , ce qui aura des conséquences dans l ‘ avenir de l ‘ univers de Superman et de Batman . Identity Crisis est vue par le newbie comme une sorte de Watchmen , je complète en disant que Meltzer à repris le système Watchmen mais en bien plus vicelard dans le sens ou les icônes DC car contrairement Moore qui malmène des inconnus , Meltzer mais en face de la trinité de DC face a ces responsabilités . Kal El surtout car il ne se mêlais pas des affaires interne de la JLA de l ‘ époque alors qu ‘ il savait que les réservistes lavait de temps a autre des cerveaux .

Countdown to Infinite Crisis – OMAC Project : il y a quelque chose de pourris au royaume de Batman *

Dire que le chevalier noir de Gotham à étez longtemps paranoïaque reste en dessous de la vérité : il incarnait le doute . OMAC Project est parus après le crossover « Wargames «  qui rétroactivement est aussi capital que «  Rebirth «  pour Hal Jordan / Green Lantern mais OP n ‘ a fait que validé les théories du chevalier de la nuit , Certes Zatanna la lobotomisé car il voulais empêché le groupe de réserviste de lavé le cerveau au docteur Light ….d ‘ ou la mise en place de Brother I qui c ‘ est fait hacké par CHECKMATE ( version adulte du SHIELD de Marvel ) , cette organisation a crée un virus bio – informatique ( technologie LEXCORP et WAYNECORP ) qui contrôlé par Brother I transforme l ‘ individu en machine anti méta – humain , un OMAC ; organisme anti méta humain et adversaire quasi parfait de la JLA et autre super méchants .CTIC avec sa conspiration anti méta – humaine est le paravent aveugle d ‘ une organisation qui révélera son visage avec Infinite Crisis . Paradoxalement , le chapitre OP signeras pour un certain temps la mise en sommeil de la radicalité de Bruce Wayne , attention , il ne deviendra pas aussi gentil que les sois disant super-héros de la Marvel mais il ne redeviendra lui même qu ‘ a la veille de «  Batman R.I.P «

CTIC est aussi l ‘ acte de décès de Blue Beetle II , qui déclencha les chapitres OMAC Project – Sacrifice ( un de mes préférés ) , en parallèle a cette mini série , cela aussi bougeais aussi du coté des méchants avec d ‘ un coté le Syndicat de Luthor et les Secret Six ; qui donna une série du même nom , l ‘ un de ces épisodes commence même par une séance de torture ( dans une mise en scène digne d ‘ Hellblazer ) et qui de facto rendent les méchants très dangereux . Revenons à OMAC Project , le coup de génie est de fâché pendant un certain temps la trinité de DC , Kal El était a deux doigt de tué Batman et Wonder Woman tue Maxwell Lord , sous le regard des médias , qui comme chacun le sait sont impartiaux , le manipulateur manipulé ….

Infinite Crisis : quand le multivers redevient UN

Il existe deux DCverse : celui de Monsieur Grand Public ( Smallville ,JLA /JLU , Batman , Superman Returns , la version de Batman de MM Christopher Nolan / Christian Bale , qui pour moi est une version light du BatVerse ) et le vrai DCverse , celle ou le Joker fout la trouille , celle ou Lex Luthor à les moyens de ses ambitions , ou Kal – El est craint par tout le monde ou Ras Al Ghul n ‘est pas mort dans un accident de métro , mais passe des vacances à l ‘ asile d ‘ Arkham . Donc lorsque s ‘ ouvre IC , Alexandre Luthor , fils de Lex Luthor et de Lois Lane sur l ‘ une des Terres parallèle se rappelle a nous ( enfin pour ceux qui avait lus la version SEMIC de Crisis on Infinite Earths ) , durant ces événements tragique nous assistons impuissant à la mort à priori définitive de Superman Terre 2 et de Connor Kent dit Superboy quoique avec Blackest Night devrais nous apporté des surprises morbides . L ‘ un des legs du crossover est Superboy – Prime , devenant par la magie des avocats et de 52 ,Superman – Prime qui se révéleras bien plus dangereux que n ‘ importe quelle autre adversaire de Superman . Sans compté la mort du Superman historique de Shuster et Siegel . Le but d ‘ Infinite Crisis était de crée un monde parfait , celui ci a éclaté en 52 dimensions ( nous ne l ‘ apprendrons qu ‘ au derniers épisodes de 52 ) et la mise au vert volontaire de Wonder Woman ; Superman et Batman .

52

Non nous ne parlons dans cette partie de la relation Black Adam / Isis , qui aura son heure dans ce billet , mais de la relation absolu des Dibny . Tous les lecteurs d ‘ Identity Crisis connaissent les circonstances du décès de Sue Dibny et de la déstabilisation totale du DCverse .52 , année essentielle pour Ralph Dibny , plus mort que vivant , traînant son spleen jusqu ‘ a … un espoir de résurrection , qui donnera lieu à une manipulation digne du film «  Usual suspect «  . Il en va ainsi pour le vrai Grand Amour , peu d ‘ oeuvre parle vraiment d ‘ amour . 52 en traite de manière adulte , pas de sentimentalisme écrit au pistolet à peinture , d ‘ ailleurs la fin provisoire concernant le couple Dibny signale au lecteur que le cycle qui avait commencé avec la page 1 d ‘ Identity Crisis . Car la ou les Wonder Woman ; Superman et Batman , 52 raconte aussi la quête pour retrouvé son grand amour perdu . Même chose concernant le couple Loring , Jean voulais récupéré son ex mari , de quelque façon que cela soit … quitte a menacé Lois Lane ou as faire tué le père de Robin par Captain Boomerang premier du nom .

52 parle aussi et je dirais surtout de rédemption de deux personnages : Natasha Irons , nièce de Steel et de Black Adam . Certes Natasha c ‘est comporté comme une adolescente et a finit par payé sa dette de légèreté cela lui à donnée ce dont manque généralement ces imbéciles d ‘ adolescents : la responsabilité … mais Black Adam que l ‘ on représente de façon simpliste comme le coté obscur de Shazam ; il est en fait bien plus torturé que cela . En une année il est passé d ‘ un potentiel super héros  » altermondialiste  » , nous y reviendrons à quelqu ‘ un qui venge sa famille dans le sang et l ‘ horreur; la aussi nous y reviendrons mais pendant sa période  » amoureuse  » BA c ‘ est conduit de façon exemplaire . Ont peux même concevoir que BA le comportement de Bruce Wayne dans The dark knight returns , mais c ‘ est lors de l ‘ assassinat d ‘ Isis et de son frère qui mettent dans une rage folle Black Adam je ne suis pas ici pour justifié l ‘ acte de vengeance commis par le coté obscur .

Black Adam aurait pus devenir l ‘ un des plus grand héros post Infinite Crisis ; mais les scénaristes en ont décidé autrement ; certes BA a une vision expéditive de la Justice ; mais peux t ‘ on lui donné tord ? Si on vous arrache la personne de votre vie et que vous auriez des pouvoirs divins … il détruit un pays , déclenche la troisième guerre mondial . Certes il voulais crée une sorte de coalisions anti américaine pour crée un contre pouvoir balançant avec la Justice Ligue of América , ce principe n ‘ était pas mauvais en sois ( voir la Justice Sociéty of América , les Outsiders , les Titans )

Qui n ‘ as jamais rêvé d ‘ être un vrai super-héros ? Lex Luthor le propose au quidam , non sans arrière pensée , certes cela se termine de façon humour noir , mais bien vu . En effet , je trouve cela salutaire cette critique sur cette «  célébrité «  en cartons pate telle que le propose les chaînes télévisés ,ne serais ce que la chute des méta- humains made in Luthor , la nuit de la saint sylvestre , moment que je trouve d ‘ un cynisme mais après tout ces pseudo méta humains ne méritait que cela ; comme quoi la «  célébrité « acquise de façon rapide et sans un certain effort ce révèle dangereux pour la santé . Luthor dans le cadre du DCverse représente le point de vue mortel , mais Lex Luthor sans sa némésis se révèle comme n ‘ importe quelle être humain : querelleur , pathétique et imbus de sa petite personne …. 52 ce révèle un passage de témoin avec la mort de The Question et les aventures de Booster Gold qui passe du Spiderman de DC à authentique héros .

Mais la révélation de 52 est le passage d ‘ un univers « cohérent «  à 52 univers parallèles , qui auront leurs roles à joué dans « Thy Kingdom come «  / « the Kingdom «  , «  Sinistro war «  «  Final Crisis «  … s ‘ ajoute en cela le WildstormVerse ( univers entre autre de the planetary , the Authority et de Sleeper )

Sinistro War

Jusqu ‘ au milieu de «  Sinistro war «  de monsieur Geoff Johns , le Green Lantern Corps ne pouvaient utilisé leurs anneaux , l ‘ un des rares systèmes d ‘ armes a pouvoir maintenir en respect des kryptoniens mal intentionné . Que comme armes non létal … le Sinistro Corps peut tué , le GLC , utilisaient des flash balls amélioré la question sur que faire du Pouvoir et du glaive de la Loi n ‘ est que posé par DC . Avec l ‘ arc « Rebirth«  , Johns a fait redémarré cette partie du DCverse de tel façon à ce que Hal Jordan redevienne une légende respecté . Le soucis est que le GLC à perdu son «  innocence «  en devenant bien plus expéditif en créant une police des polices avec les Alpha Lanterns .

L ‘ une des plus grave conséquences dans le DCverse hors de la création des autres Corps est la réécriture radical qui sont pour mémoire :

1 / possibilité de la force létal contre le Sinistro Corps

2 / possibilité de la force létal contre toute ennemis du Green Lantern Corps

Je peux donc pensé que «  Sinistro war «  signe l ‘ acte de décès du comic book gentil et innocent , qui il est vrai , c ‘ était déjà prie un coup de pelle sur la tête avec « The dark knight returns » et « Watchmen » . Mais ce qui risque de donné du fil à retordre à la Justice League of América sont les corps adverses du GLC , ne serais ce que les Reds ( vive Atrocicus qui en as gros le coeur et risque d ‘ apprendre a dansé aux Sinistro Corps et au Green Lantern Corps ) et les Blacks lanterns , le futur match retour que va être le très prometteur « Blackest Night «  ( ne serais que part les deux séries d ‘ action figures ) «  Final Crisis « nous emmène un peux plus près de la Géhenne avec ce fameux épisode : Final Crisis Rage of Red Lanterns .

Un DCverse multiforme et déconseillé aux personnes ayant une âme d ‘ enfant

Juste avant le début d ‘ Infinite Crisis , nous avions vus un futur avec l ‘ équipe des Teens Titans de l ‘ époque ; un futur avec Kon – El au couleurs de Superman version « Kingdom Come » avec le blason des El sur fond noir et un Batman tenant plus de «  the dark knight returns » que de «  Plus belle la vie «  . Rebelotte avec un autre hors série , contemporaine celui ci de « Sinistro War » ou nous retrouvons notre JLA du futur … parrainé par Lex Luthor , ce qui signifie que nous nous retrouvons dans un concept ou le futur est immuable . Ainsi va le DCverse , vers un certain chaos qui signe la fin d ‘ un age pour en donné la naissance a un autre , des mondes meures pour qu ‘ en vive d ‘ autre . En cela le DCverse est différent philosophiquement parlant du Marvelverse , l ‘ un joue sur une succession de faux semblant ( House of M ; Civil War ; Secret Invasion ; War of Kings ) avec ses jours ci le retour de la revanche de Captain América … alors que le père du Robin actuel est vraiment mort , que Kal – El a évolué en assumant une bonne fois ces pouvoirs ( quitte a crée la crainte auprès des humains ) ; c ‘est aussi l ‘ autre différence avec Marvel , la ou la plupart du temps les mutants ( que je met tous dans le même sac ; aussi bien Magnéto que Wolverine ) ne construise rien et passe leur temps a faire des batailles de polochons . Le futur immédiat en France s ‘ appelle «  Final Crisis «  que l ‘ on peux considéré comme un crossover d ‘ entre-deux mais aussi «  Superman and the légion of super héros «  , «  Batman R.I.P «  et espérons le ce morceau de Geeks qui est « Blackest Night «. Dont la mise en place des protagonistes ce fait lentement mais sûrement avec « Secret Origin «  . Pour finir le fidèle lecteur commence à touché les dividendes de la continuité , boulet pour les uns , chance me concernant . Car dans le deuxième TPB de «  Wonder Woman » post Infinite Crisis / 52 ; qui de surcroît donne une bonne leçon aux machos avec l ‘ application du «  féminisme et poing dans la gueule «  , digne de Buffy Summers que sous entendais ce personnage . A un moment de la story arc «  le cercle «  Diana Prince fait mention de la société de super vilains , crée entre la fin d ‘ Identity Crisis et juste avant Infinite Crisis , sans compté un conflit avec des adversaires idéologique de WW , la continuité est un mal nécessaire .

  • : citation des plus connus d ‘ « Hamlet «
  • Pendant que j ‘ y pense , acheté la revue «  geek le magazine «  , version francisée du « geek monthly «  , ce qui n ‘ enlève rien a ces qualités : www.geeklemag.com

Hans Zimmer , sa carrière en trois disques

Monsieur Hanz Zimmer est typique du compositeur de tradition télévisuelle , c ‘est a dire faire efficasse pour pas cher en se sens , il est un successeur du très grand Jerry Goldsmith , il a imposé , via son studio Media Venture le son 90 ‘ s c ‘est a dire synthétiseur + orchestre : le son bourrin des films Bruckheimer ; qui a depuis évolué vers le vrai symphonique et le synthétique pour les effets comme pour ‘’ Batman Begins ‘’

Crimson tide – USS Alabama : le son de la B.O des 90’s

USS Alabama est a la fois un thriller ‘’ intimiste’’ et un film de guerre ; le thème du sous marin est exposé a 4 min 57 et développé sur la plage 1 , métal frappé contre métal , choeur d ‘ hommes , violons synthétique a l’ unisson avec trompettes . Cette B.O peut être considéré comme une suite ‘’ d ‘ Octobre Rouge ‘’ du très regretté Basil Poulederis . Crimson tide a du aussi être utilisé de temp – track pour le film ‘’ Peacemaker ‘’ car celle ci

a quasiment étez copié – collé idem pour ‘’ The rock ‘’ quasi jumeau de Crimson tide .

Gladiator: quand Zimmer rencontre Gerrard

Que dire de ce disque ? Successeur de ‘’ Passion ‘’ de Peter Gabriel ? Terminaison stylistique de Zimmer ? Reconnaissance par le grand public du talent de Lisa Gerrard ? Certes Gladiator est très limité au niveau harmonie . Mais impose la sauvagerie des combats ; aussi bien en Allemagne ( the battle ) que la majesté / cruauté de Rome ( the might of Rome – slaves to Rome – barbarian horde ) . Cette B.O n ‘ aurais pas marqué , voir traumatisé si elle ne marquais de sa présence Lisa Gerrard . Que dire d ‘elle ?

Elle a apporté une caution ‘’ world music ‘’et artistique a Zimmer qui se ressent encore un peu ( la B.O du Da Vinci code ne serait sous cette forme a l ‘ heure actuelle ) ; sinon je trouve que les partie pour orchestre sonne encore un peu machine .

Gladiator

a laissé un sacré héritage : Battlestar Galactica 2003 et Rome sont ce qu ‘ils sont grâce a ce disque désormais mythique et qui a malgré tout marqué une génération de bofophile .

Batman bégins : la redéfinition du Dark knight

Comment faire pour mettre en suspension le thème musical de Danny Elfman , lui même réutilisé pour les séries animé par Shirley Walker disparue l ‘ année dernière ? En changeant de fusil d ‘ épaule . Certes cette B.O as étez écrites a quatre mains ( un grand merci a James Newton Howard ); mais son écriture ; comme le film qui l ‘ accompagne part de zéro et donc peut mêlé électronique et orchestre qui pour la première fois ne sonne pas plastique mais ‘’ gros son ‘’ .

Le duo dynamique a donné un nouveau visage au ‘’ caped crusade ’’ qui complète la vision de Nolan ; mais je serais très déçut que le successeur de ce duo ne reprenne pas le thème actuelle .

%d blogueurs aiment cette page :