GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: Ben Affleck

Hollywoodland : Allen Coulter

La vie est ironique , pas cruelle , ironique

Alors que tous monde , semble de découvrir que Ben Affleck est un acteur génial . Ces même personnes semble oublié sa période post Daredevil , qui fut une période ou il du en rabattre et faire pas mal de seconds rôles . Hollywoodland , produit et diffusé par Miramax , ne serais plus vraiment faisable maintenant .
Post LA confidential
Ce film raconte les dernières années du premier interprète de «  Superman «  à la télévision : Georges Reeves . C ‘est un biopic qui est tout sauf aimable . Si il y a une qualité que l ‘ on peut reconnaître à la colline de Los Angeles , c ‘est quelle regarde son histoire froidement . Le cinéma français devrait faite cela , au lieu de ce complaire dans la comédie grasse et le drame petit bourgeois .

Superman est , je cite Kevin Smith «  l ‘ ultime figure de l ‘ émigré ; car il est extraterrestre «  . jusqu ‘ à présent porté le blason des El à étez source de guignes depuis la tragédie de Georges Reeves . Mais en touchant du bois , cela à l ‘ air d ‘ allez bien pour Henry Cavill . Les cinéastes s ‘ intéressant à l ‘ histoire de leur corporation ont le courage , ont dira que cela est du au puritanisme américain de ne pas ce voilé la face sur les faiblesses humaines , mais au lieu d ‘ essayé de soulagé celle ci , fais encore et encore plus mal .
Révolution
Revenons au cas de monsieur Affleck . Qui à ce moment de la carrière était quasiment à l ‘ arrêt . Puis , grâce à Christopher Nolan et au MCU ( malgré la standardisation des scenarii , des yes men à la «  réalisation «  et au «  scenarii «  . Je reviendras peux être un jour sur ces funestes bêtises qu ‘ ont étez Daredevil et Elektra , fais à la va vite et prépara malgré eux le fantastic four de Josh Trank . Mais chaque malheur est bon paraît il et Affleck ce mis à la réalisation , pour le bonheur du cinéphile que je suis . Et puis je trouve ironique que bien
Pourquoi le voir ?
Hollywoodland , comme LA confidential , Chaplin fait parti de ces films qui raconte , une époque , une ville , mythifié à tord . Un age d ‘ or qui n’ a jamais existé et ce mythe est née après le rachat des studios par les firmes étrangères ( je renvois au roman «  soleil levant «  de Michael Crichton ) , le scenario est correct .

the town – Ben Affleck

Une déclaration d ‘ amour envers les acteurs et le film de genre

Ben Affleck est sortie d ‘ une période pénible . Comme tous le monde , je l ‘ est re découvert via son film oscarisé «  Argo «  et adore «  gone girl «  . Il va de soit que son Batman | Bruce Wayne est exemplaire à mes yeux .
Un hommage à Heat
Heat à dépassé les vingt ans , marqué la pop culure de telle sorte à ce que l ‘ on peu enfin le considéré comme un classique . Tous films d ‘ action , ce voulant efficace , ce doit de faire comme Heat . Les trois quart du temps , ces plagias sont raté . Puis il y a des personnalités comme Ben Affleck . Qui en sus de savoir écrire un scenario , sais tenir un budget .

Car savoir tenir un budget est très important . The town est un petit budget , pas d ‘ explosions démentiel , nous sommes tous à la fois dans film à grand moyen , mais avant tout un film d ‘ acteurs . Certes partant de stéréotypes de films de genre , mais évoluant de telle sorte à ce que «  the town «  sois pour l ‘ instant une déclaration d’ amour au film de Michael Mann et pas une enfilade de scènes sans objet entre deux braquages , nous ne sommes pas en France .
Un film d ‘ acteur , pour des acteurs
Ben Affleck est l ‘ un des rares metteurs en scène à aimé les acteurs , pour les uns ce ne sont que des pions , je renvois à Bryan Singer et d ‘ autre qui adore les acteurs et fait tout pour en tiré le meilleur , comme James Cameron , Joss Whédon etc . Il rend crédible à l ‘ écran une interprète comme Blake Lively et casse une bonne fois son image de bimbo écervelée ( pléonasme ) , pour une gravité digne de «  the wire «

Jeremy Renner , ce rappelle qu ‘ il à tourné pour Kathryn Bigelow et endosse son sacerdoce d ‘ acteur . Le reste de la troupe est tout aussi sobre , the town est un film calme , mais nerveux . Ben Affleck est un réalisateur de valeur et qui mérite d ‘ être suivi et j ‘ ai hâte de voir son Batman .

Wonder Woman et Justice league

Pour cité la Bible : la bonne nouvelle arrive

Warner Bros / DC est en position de challenger , cette position à de nombreux avantages , dont celle de joué à son rythme . Batman V Superman , qui sort dans quelque jours en format domestique à au final réussi son coup : donné un coup au cul à Marvel et la maison de Stan Lee , que j ‘ aime va devoir s ‘ habitué à cette sensation ( je cite Crimson Tide ; Kévin ) et ce sortir les doigts du fondement ou ils sont au chaud depuis 2007 pour bossé .
Wonder Woman : faire de l ‘ anti Thor
DC , via Batman V Superman , nous à présenté le cœur de la Justice league : la trinité . Le problème des films Thor est qu ‘ ils sont tous sauf bon , au mieux , pas exceptionnel . Diana Prince n ‘ a pas la tendresse , le coté badin d ‘ un fils d ‘ Odin , elle tue sans remord ( la case ou elle étrangle Maxwell Lord ) , qui contrôlais mentalement Kal El est iconique , marquante et déclencha le projet : OMAC .
L ‘ une des réactions , puéril du web français est que le trailer , ( ci dessous ) citais 300 . Je pensais davantage aux Sherlock Holmes de Guy Ritchie et puis que l ‘ action ce déroule durant la première guerre mondial est une excellente idée . Bref c ‘est prometteur et Gal Gardot est le rôle .

Justice league : blitzkrieg
L ‘ autre très bonne surprise est bien sur la suite directe de Batman v Superman : Justice league . Les pseudo fan ont hurlé parce que Batman blaguais . Je ne vois pas le problème , ce ne sont que des plaisanteries dans le ton de la scène , ce n ‘est pas de l ‘ humour de caserne , pas du Patrick Sébastien , voir pire que tout : de l ‘ Hanouna grivois ( pléonasme ) . Encore une fois , nous ne nous dirigeons pas vers du Deadpool ou de l ‘ Avengers ! Ben Affleck est un amoureux de la geek culture et puis c ‘est un proche de Kevin Smith , certes pas aimé en ancien lieu «  culte «  qui autre fois disais le bon goût .
Justice league va forcé Marvel à ce bougé le fion , d ‘ ailleurs le prochain Gardiens de la galaxie inclura enfin Captain Marvel . Mais nous n ‘ auras pas à attendre dix ans pour voir Darkseid ce battre .

Gone girls – David Fincher

Tu auras peur du mariage

Comme , normalement , tous de gens de mon age , j ‘ ai découvert Fincher avec Alien 3 , puis avec les aléas de la vie , j ‘ ai plus ou moins suivie sa carrière . Certes il c ‘est orienté vers l ‘ adaptation de romans pour adultes , mais avec un sous texte ironique et cynique .
Sommes nous passé à coté de Ben Affleck ?
L ‘ art permet tout , même l ‘ absolution artistique . Alors que nous sommes à quelques mois de « Batman Vs Superman » . Il est quelqu ‘ un qui c ‘est révélé par la force des choses : Ben Affleck , star montante à l ‘ époque de «  Pearl harbor «  qui c ‘est effondré avec «  Dardevil «  de Mark Steven Johnson . Le reste est connus , il ce mis à la réalisation et explosa dans ce domaine avec l ‘ excellent «  Argo «  . Puis il y eut «  Gone girl «  . Affleck à toujours étez un dramaturge à fleur de peau , je renvois à l ‘ extraordinaire «  chasing Amy «  . Ben Affleck est un acteur qui ce révèle d ‘ année en année . Dans «  gone girl «  son rôle est tous sauf celui du gendre et du mari idéal . Il ce révèle cocufieur et alcoolique . Mais il joue en nuance .
La terrifiante Rosamund Pike
Rosamund Pike n ‘est pas une inconnue pour les amateurs du cinéma d ‘ Edgar Wright , elle a tournée dans deux de ces films : «  Shawn of the dead «  et le très grand «  the world ‘s end « , elle a aussi étez une James Bond girl dans le dernier épisode de Pierce Brosnan . Pike est remarquable de justesse et de froideur vengeresse . Attention , je n ‘ excuse pas ce quelle à fait , surtout que l ‘ on dépasse le point de non retour dans les vingt dernière minutes et à une époque ou le sois disant cinéphile de base pleurniche sur l ‘ age des super héros , «  Gone girl «  ne ce termine pas bien , ne ce clôture pas par un «  happy end «  . Encore une fois , Amy à le droit de ce vengé , mais elle outre passe toute les limites dans celle ci , car sans le twist , je n ‘ ose dire salvateur pour Nick , il serais mort . Mais même avec celui ci , Nick est mort de fait , car le bébé d ‘ Amy est symboliquement le clou qui clos le cercueil médiatique de celui ci .
La mascarade des média
En deux heures vingt , nous passons par tous les états médiatique , du mari « suspect «  , à celui de «  coupable «  , il est forcement … à celui qui ce révèle «  innocent «  .Cette vision de la chose est salvateur , car met tout à chacun devant ces choix . Fincher est dans la ligné du pilote qu ‘ il à dirigé dans «  House of cards «  avec sa critique , au moins il est cohérent dans sa démarche .
Au final «  Gone girl «  ce révèle être un constat terrible sur le mariage , qui dépasse même la «  guerre des Roses «  ( cité explicitement dans «  Gone girl «  ) et même au-delà de «  l ‘ affaire Von Bulow «  …
C ‘est a voir quoi qu ‘ il en soit .

%d blogueurs aiment cette page :