GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: cinéma français

Gaston Lagaffe

Echec annoncé

Nous avons un cinéma ringard et abrutissant . Ringard car les productions restent dans la zone de confort de leurs «  spectateurs «  , je renvois à la trilogie des Tuche . Il est abrutissant , non pas à cause des trois films d ‘ actions produit chaque année ; mais des «  comédies «  , le plus souvent avec Christian Clavier , qui mêle racisme et misogynie avec un certain bonheur . Je passerais bien volontiers à coté de la série des taxi avec un reboot cette année , il faut bien qu ‘ Europacorps éponge Valerian .
Les adaptations live de bande dessinée franco – belge , un Golgotha créatif
J ‘ ai découvert le «  trailer «  de cette merde annoncé de Gaston Lagaffe via Twitter . J ‘ ai faillit vomir mon café . Certes , comme tous le monde , enfin de ma génération j ‘ ai lut des Tintin , Astérix et autre Gaston Lagaffe . J ‘ ai toujours apprécié ce derniers pour son univers . Mais celui ci ce déroule dans les années 1970 , au mieux le début des années 1980 , quand une entreprise avait besoin d ‘ un responsable du courrier , mais comme Lagaffe est un dilettante rigolo , inventif de surcroît , le lecteur adhère .

Le problème , par rapport à un petit Nicolas et un Boule & Bill qui respectent à priori leurs époques ( je n ‘ en est vu aucun , je me souvient leurs bande annonce atroce . ) . Les producteurs , dont TF1 ont financé un film contemporain . Nous sommes en 2018 et l ‘ assistante de direction est voie de disparition . De la , je rebondit sur Alison Wheeler .

J ‘ avais , de l ‘ estime pour cette comédienne . Qui semble avoir laissé son fauteuil de chroniqueuse de la bande originale sur France Inter , elle avait un vrai sens de l ‘ écriture , héritière trash de Monsieur Poulpe ( c ‘est un compliment ) , tous comme elle est une vrai chanteuse ; ces prestations sont trouvable sur Youtube . Elle est physiquement Mademoiselle Jeanne , mais vu que le scenario est aussi développé qu ‘ un Besson et que c ‘est réalisé à la Joséphine ange gardien …

Et cela ne concerne pas que le cas de Gaston Lagaffe , mais toute les adaptations franco – belge . Ce que l ‘ on peu nommé le syndrome «  the ghost in the shell «  là je vous renvois à mes archives . Le cinéma français est tellement sclérosé , il y règne un entre sois étouffant , une fois qu ‘ un acteur à réussi à être bankable , il n ‘ est jamais remis en cause , cf Christian Clavier , cf Kev Adams enchaînant bides sur bides de façon si régulière que cela mérite un César en sois , mais que voulez vous , au USA , il serait dans l ‘ enfer du DTV ad vitam eternam …

Donc Gaston Lagaffe , personnage peu ou pas connus des millénial , même avec avec une promotion infernal qui ce prépare , je donne pas une grosse chance de réussite , mais je peu me trompé .

Publicités

Cash – Eric Besnard

Caca made in France

Hormis les films de monsieur Eric Rochant , je ne parle pas de «  film français «  . simplement parce que ces films sont pour la plupart en dessous des critères minimums que je l ‘ inflige pour des nanars . Mais le film français ne sais pas de quoi il veux parlé et quand il le fait , il le fait mal .
Dujardin n ‘est pas du tout du calibre de Clooney
Cash et un film gênant . Si je me souvient de la promotion de l ‘ époque , ce film nous est vendu comme une confrontation «  au sommet «  entre Dujardin et Jean Reno , que l ‘ un des twists nous désamorce . Sauf que l ‘ on ne crois jamais à ce « combat » , en général on ne crois jamais à l ‘ entierté du film .
Ont à tendance à dire que les mauvais acteurs cabotinent , mais les bon acteurs quand ils sont en roues libres le font en mode automatique . Taglioni et Dujardin pourraient faire autre chose que ce qu ‘ ils font dix mois sur douze . Quand on vois Cash , on ce demande ce qui c ‘est passé dans la tète du jury des Oscar , au lieu de crédibilisé une situation qui ne l ‘est jamais , il détruit tout le propos .
Simulacre et simulation ( Jean Baudrillard )
Tous le film , qui ce crois intelligent , est un gigantesque mensonge . Pour le spectateur un temps soit peu attentif remarquera que quelque chose ne tourne pas rond . Toute la trame est factice , il n ‘ y a que deux moments réels dans le film : l ‘ assassinat de Cornillac et la nuit entre Taglioni et Dujardin. Tous le reste est un gigantesque appareil visant à enfumé le personnage de flic incarné par Valéria Golino .
Le « metteur en scène «  à transformé ce qui était à priori un bon sujet , il y a zéro imagination . Le problème est que le film ce crois à égalité du triptyque «  Ocean «  , sauf qu à en faire trop , il n ‘ en sort rien .
Le quatrième murs est un outil très difficile à utilisé car mal compris , il fait s ‘ effondré l ‘ ensemble de l ‘ édifice .
Des limite du cinéma français
Ce film , est parmi d ‘ autre indicateur de l ‘ état de déliquescence de notre cinéma . On cours après le cinéma américain avec des moyens technique et scénaristique de websérie crowdfoundé , avec l ‘ esprit petit bourgeois inclus dans la package . Une bonne histoire est universelle et depuis que Besson , le faux mogul qui ce crois anglo saxon , sans le talent et le charisme à posé ses mains sur une caméra , notre cinéma national est dans un état moral désastreux . . L ‘ autre soucis , majeur est notre cinéma français est ethniquement et culturellement centré sur Paris .
La question ne ce posais pas du tout avant ma naissance , quand on regarde des films comme «  Z », « l ‘ aveu «  , «  I comme Icare «  parfaitement regardable à notre époque , pourtant j ‘ aime les films d ‘ auteur comme «  la reine Margot » de Chérau , comme j ‘ aime «  Chef «  ou «  Her «  , films d ‘ auteurs américain , dont notre cinéma ferait bien de s ‘ inspiré !
Nous ne savons plus faire des blockbusters , je renvois à «  Möbius «  , qui aurais pu succédé aux «  Patriotes «  , qui est un film d ‘ auteur blockbusterisé .

%d blogueurs aiment cette page :