GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: conan le barbare

The hobbit : the battle of the five army [spoil & irony ]

Retour sur une trilogie ratée

Dire que la trilogie «  the hobbit «  est ratée est vraiment le minimum requis . La ou LOTR est épique , passionne , «  the hobbit «  est l ‘ inverse . Dans chaque épisodes de LOTR , nous avions un paroxysme , une montée orgasmique avec une grande scène de combat , les acteurs incarnais , non un personnage , mais un idéal , certes nous étions loin des vignettes animé à la Frazetta comme dans le «  Conan le barbare «  de Millius accompagné de la musique indépassable de Basil Poledouris , pierre philosophale auquel court consciemment ou non chaque films de fantasy , aussi bien la petite websérie crowfoundé tourné en clan , qui se prend pour une grande , que le prochain film Warcraft reprenant à son compte Tolkien et en le réinterprétant à son compte .

The hobbit : the battle of the five army
J’ ai donc vu cette dernière parties en HFR 3D et comment dire cela … plus jamais , par tous les démons de Diablo , plus jamais ça ! Il ma fallut trente minutes pour m ‘ habitué à cette «  technologie «  tout droit mis en œuvre par la génération Final fantasy 7 pour séparé les vieux cons de la jeunesse …
Tous le monde ce souvient du final de la «  désolation de Smaug «  ou le Dragon volait vers «  Lacville «  , je préviens , la créature «  démoniaque «  meurt au bout de dix minutes , d ‘ une flèche noir , fermé le ban … oui , oui ,l ‘ ultra méga méchant tué comme un vulgaire mob de MMORPG et ce n ‘ était que le prologue de l ‘ épisode …
On revient sur Gandalf , prisonnier , sur le point d ‘ être exécuté , mais sauvé in extremis par Galadriel , apparaissent en suite le pendant masculin de Galadriel et Sarouman qui ce battent contre les Nazguls , scène spectaculaire , vaine d ‘ un point de vu scenaristique . Puis viens le combat du disciple de Morgoth ( la salle est largué puisqu ‘ elle na pas lu le «  Simalrillon «  ) contre le trio de valeureux «  héros «  … qui mettent en déroute l ‘ esseulé Sauron ( oui trois contre un … ) , je n ‘ était plus dans l ‘ univers de Tolkien , mais plus dans celui de Blizzard
Nous pouvons dès lors entamé le vrai film puisque Jackson à recablé le Hobbit au Seigneur des anneaux de toutes les manières possibles à un point que la prélogie Star Wars à la subtilité d ‘ un épisode Noob ou pour le plus grand public d ‘ un Louis la brocante … nous avons donc Thorin Ecu de chêne qui nous fait du Shakespeare du très pauvre et comme l ‘ effet HFR donne un rendu vidéo à l ‘ ensemble , moi un amoureux du 35 et 70 mm le terme saigné des yeux est assez proche de ce que j ‘ ai ressenti … heureusement viens la fameuse «  Bataille «
Qui par rapport à celles clôturant les « deux tours » et le «  retour du roi «  est … gênante , ne serais ce le look du cousin d ‘ Ecu de chêne qui ressemble à un nain de Warhammer / World of Warcraft ( celui de la cinématique de Vanilla ) , bref ces longues scènes sont très loin de leurs équivalents dans les « deux tours » et le «  retour du roi «  ou de la sauvagerie de «  kingdom of heaven «  version director ‘ s cut , pas un poil d ‘ épique , rien du tout … le double duels final ma plus ennuyé qu ‘ autre chose , bien trop long et légèrement inutile scénaristiquement , hormis pour le final ou la perche est tellement longue que même le créateur de Noob n ‘ oserais l ‘ utilisé ( le pire est toujours certain cela dit …)
Et bien sur l ‘ ultime scène qui colle si près de «  la communauté de l ‘ anneau «  que l ‘ on sent la transpiration des Uruk kai …
Comment liquidé un début de mythe …
Jackson , il y a onze ans avait mis tous le monde d ‘ accord avec sa vision d ‘ un univers gigantesque et ce posait comme une alternative à la vision d’ un Millius sans concession , nous avons eu des lors des sous LOTR reprenant , plagiant le travail de Peter Jackson . Mais le Néo Zelandais , qui bénéficiais d ‘ un prestige , ne peu plus ‘ en prévaloir auprès des geeks , pas plus que JJ «  lensflare «  Abrams sur les prochains Star Wars . On va espéré que Peter Jackson va laissé tranquille Tolkien …

Publicités

Conan le barbare – John Milius

Ce que ne seras pas de sitôt Noob

Rare sont les œuvres de grande consommation a non seulement passé la postérité , mais marqué de leurs présence un genre . Il y a certes les adaptation Jacksonnien de Lord of the ring et de the hobbit et ont leurs qualités et leurs defauts . Mais Conan le barbare est autre .

Milius , via le scénario d ‘ Oliver Stone , fait de la vie du Simmerien un vrai chemin de croix , de ceux qui forge les âmes . Le boulot de Milius est telle que quasiment chaque scènes semble être une prise live d ‘ un tableau de Frazetta . Conan le barbare est aussi une très belle histoire d ‘ amour , en effet comment ne pas tombé sous le charme de Valéria ? Poledouris compose alors l ‘ un des plus love thème de sa carrière .
Milius réussi le tour de force à faire oublié la caméra et à ouvrir un passage temporel pour nous montré que l ‘ Homme peut être grand , généreux et juste avant la Chute , ce que les personnages de Noob ne sont pas , ne seront pas .
Le fer et la chair , l ‘ âme et la transcendance
Conan adore Crom , qui rejette les faibles . Conan est fils du peuple de l ‘ acier qui tranche et tue . Conan n ‘ a rien à perdre car il a perdu sa famille assassiné par son «  créateur «  Thulsa Doom , à perdu la femme qu ‘ il aimais : Valéria .
Ce film est la rencontre improbable entre John Milius, Arnold Schwarzenegger et Robert E. Howard. L ‘ auteur donnant au fils de Simmérie un physique plus fluet que celui de Schwarzenegger , mais celui ci s ‘ y glisse avec naturel . Quand Valeria seras tuée , après que Conan lui aura rendu hommage . Il ne seras plus qu ‘ un magma de haine froide et la décapitation de Thulsa Doom , certes n ‘ est pas justice , mais vengeance .
Conan échappe à la mort alors qu ‘ il est cloué en croix par les sbires de Thulsa Doom . Conan le barbare c ‘est le dépassement de soi .
Conan le barbare: pierre philosophale de la fantasy ?
Quand je suis sorti de la séance de la seconde parties de «  the hobbit «  je me suis fait la réflexion suivante , trop copieux , trop long , pas assez Conan , oui . Idem pour la composition d ‘ Howard Shore , qui pour la première fois en cinq films déçoit le scorophile , alors que la partie humaine aurait pus émergée tous cela . Oui plus cela va , plus Conan le barbare semble unique car comme toute les œuvres importante , elle passe les époques et grandisse l ‘ âme , comme les travaux de Bach , de Wagner , Tolkien , Hugo , Hegel … mais Noob ne passe pas encore la barre .
Noob : le loupé de la Fantasy française ?
Pourquoi comparé une «  production amateur «  comme l ‘ est Noob à Conan le barbare . Simplement parce qu ‘ ils ont dépassé ce stade d ‘ amateurisme depuis longtemps , même si il s ‘ en défende . Noob est avant tout de la fantasy , qui à pour univers un MMORPG ( je reviendrais en détail bientôt ) , mais pour moi des qu ‘ il y a épées + contexte mediéval fantastique c ‘est de la fantasy . Je ne parlerais pas des moyens technique , du jeu des acteurs ( faut trouvé …) ou de l ‘ arc de la saison cinq . La grande différence , le fossé éternel qui semble se profilé est le manque d ‘ empathie . Conan le barbare dure au bas mot deux heures , en cent vingt minutes nous nous attachons au personnages . Ce dont je suis incapable avec les «  stéréotypes «  de Noob . A ce niveau c ‘est extraordinaire . Attention je ne fait pas de l ‘ allergie à la «  fantasy française «  , puisque je lit «  Haut royaume – le chevalier «  de Pierre Pevel qui decrit son univers en une page …
Idem , il faut une sacré dose d ‘ empathie pour les 1800 pages qui compose Lords of the rings et avec la saison 5 de Noob , j ‘ en suis entre mépris et dégoût et elle n ‘ est pas terminé . Le seul personnage qui aurait pus faire son Conan , c ‘est Arthéon , mais du fait de l ‘ orientation de la série , il sera pas le Conan et globalement , meme avec 700 000 € de budget , ce seras un coup d ‘ épée dans l ‘eau .
Verrais je de mon vivant un personnage ayant les valeurs du Simmérien , mais née en terre de France ?

WarGames de John Badham

J ‘ ai vu pour la première fois «  WarGames «  à la fin des années 1980 sur FR3 ,  d ‘ un point technique ; je l ‘ estime aussi nécessaire que le «  Conan le barbare «  de John Millius , nous sommes dans un contexte de Guerre froide et il faut que  Kévin cesse de croire qu ‘ il y a  toujours du Microsoft et une GUI pour tout le monde …

WOPR ; Cracking etc …
«  WarGames » représentait le state of the art de son époque  et synthétisait les fantasmes de la société américaine envers un certain nombres d ‘ archétypes , l ‘ intelligence artificiel incarné par le supercalculateur WOPR  , machine surpuissante ( un CDC7600  ou un Cray X-MP devait être moins photogénique ) , les USA de l ‘ époque virais un poil parano ( je renvois à Firefox , Rambo ..) , le cracking venant des pays du mur du fer  n ‘ était pas certes pas courante ; mais il y eut plein d ‘ affaire louche ( je renvois à l ‘ ouvrage «  Pirates de l ‘ informatique «  ) . Le  personnage incarné par Matthew Broderick est tout sauf une caricature , nous ne sommes pas dans GoldenEye .
Les techniques qu ‘ utilise David Lightman son bonne , tout bon cracker utilise l ‘ ingénierie social pour arrivé à ses fins  , à la différence que  maintenant , c ‘est très dangereux pour les gens non avertis . Idem quand à la scène ou il rencontre les deux ingénieurs et utilisent le terme «  passage par derrière «  . il est vrai qu ‘ il ne pouvait guère utilisé la force brute pour joué avec Joshua , car son personnal computer tournait à la vitesse folle de 10 Mhz …
WarGames est le plus belle hommage envers des geeks et une informatique , pas encore grand public …
30 ans après
Le film va fêté son trentenaire cette année dans une certaine indifférence , pour le grand public en tout cas , si préoccupé a regardé ces films si dispendieux avec des «  acteurs «  français coutant si chère pour peu de résultat  . La technologie à biens sur évolué . Est ce que cela fait de lui un classique ? Oui pour les geek et les personnes qui aime les technologies  , pas du tout pour les fans de Dany Boon , l ‘ homme qui ce fait payé 1M€  dans Astérix ….

The hobbit , première partie de Peter Jackson

Ce n ‘ est pas l ‘épisode 1 …

J ‘ ai découvert «  Lord of the ring «  durant mes années lycées . J ‘ avais découvert Tolkien par hasard , lors d’ une des adaptation de la trilogie en jeu vidéo sur PC . Durant cinq mois je voyageais en Terre du Milieu . Quand j ‘ ai lut à l ‘ époque les préwiews dans Mad Movies j ‘ était très sceptique , encore plus lorsque je m ‘ assis et découvris en salle «  la communauté de l ‘ anneau «  .
Une décénnie est passé , Apple est en train de devenir le bad guy de l ‘ informatique , le DVD meure à petit feu et on vois réapparaitre , étiré en trilogie , le roman d ‘ avant «  Lord of the ring « : the hobbit .
J ‘ ai vu le film en HFR 2D

Préquel ou sequel ?
Pour n ‘ importe quelle fan de fantasy , LOTR est aussi important que le «  Conan le barbare «  de John Millius . The  hobbit à étez écrit dans  l ‘ optique originel d ‘ un conte pour enfant  , celui ci ayant si bien marché que l ‘ éditeur de Tolkien a ensuite demandé de rédigé la suite que tous le monde connais . La question que l ‘ on peut se posé est : est ce que la version cinéma de «  the hobbit «  est nécessaire ?  Oui et non . Oui car il assemble et rend cohérent la géopolitique d ‘ avant les événements de la «  communauté de l ‘ anneau «  . Et non car «  Lord of the ring «   est auto suffisant . Esthétiquement parlant , Peter Jackson n ‘ a pas fais son Georges Lucas et a terme le geek pourra s ‘ enchaîné les six films sans avoir de diarrhée esthétique comme celle que nous avons subit entre la « Menace fantôme «  et «  la revanche des Siths «  .
Mise en scène et musique : un fumet de dark fantasy quand même
Le premier reproche que je ferais est la lenteur  Peter Jackson fait tout pour ralentir l ‘ intrigue , donc ce qui prenait cinq minutes dans «  Lord of the ring «  , met vingt minutes dans la première partie . De toute façon vous avez intérêt à avoir apprécié «  la communauté de l ‘ anneau «  . J ‘ avais dit que Peter Jackson avait repris l ‘ esthétique «  d ‘ origine « ; il n ‘ en a pas repris sa mode de shakycam , du fait du tournage en HFR ( 48 fps au lieu des 24 fps habituel ) il est plus posé et encore plus esthétisant ( à un moment ce n ‘est plus un film ,  mais un catalogue de wallpapers pour jeune fille en fleur … ) . La chorégraphie des affrontements ma bluffé  le premier combat en nombre était plus inspiré par Frazetta que par le pré Rafaellisme revendiqué , mais il y a des  moments de très grande noirceur .
La musique d ‘ Howard Shore est au diapason , on ne lui reprochera pas de reprendre ces thèmes écrits pour LOTR , au contraire , il aide à soudé le film avec ses citations ; mais la ou dans le meme contexte , John Williams avait agit avec des  citations «  subtil «  ( je renvois dans l ‘ épisode 1 au thème d ‘ Anakin qui ce termine avec quelques notes de la marche impérial )  . Le  thème musical des nains va remporté un grand succès dans le milieu BOFophile .

En conclusion , c ‘est un bon film et comme début de préquel Jackson ne c ‘est pas renié comme la fait Georges Lucas  , le soucis vient du rythme du récit qui doit tenir sur trois ans . Hormis cela , si vous avez aimé «  Lord of the ring «  en cut cinéma et que vous avez avec vous les bluray des version longue , vous retrouverez vos pantoufles de Hobbit .

Rédigé en écoutant «  the complete  original motion picture soundtrack  Conan the barbarian «

%d blogueurs aiment cette page :